Navigation – Plan du site
Varia

Faire l’histoire de la réception télévisuelle : sources, méthodes, questionnements

Géraldine Poels

Résumés

Les historiens de la culture du XXe siècle appellent depuis longtemps à prendre en compte non seulement les messages véhiculés par les médias, mais aussi leur réception et leurs publics. Faute de réflexion sur les concepts et les méthodes, cette ambition n’a pas encore été réalisée. Cet article examine les conditions de possibilité d’une telle recherche, à travers le cas de la télévision française. Il invite à prendre en compte les acquis de recherches interdisciplinaires et internationales sur les notions (comme celle de réception), à réaliser un inventaire critique des sources et à suggérer des pistes de recherches qui inscrivent résolument l’histoire de la télévision dans l’histoire de la culture de masse.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On pourra consulter à cet égard la synthèse bibliographique de Céline Ségur (Ségur, 2006).

1Notre travail vise à enrichir la compréhension du rôle des médias dans la vie quotidienne et la culture de masse du vingtième siècle, à travers l'exemple de la télévision. Il se propose de renouveler l'approche traditionnelle des médias, centrée sur la production des messages, en étudiant les modalités de leur réception. Si la sociologie des médias a déjà poussé bien avant les recherches en réception1, grâce aux entretiens avec des téléspectateurs, aux enquêtes ou à l’observation participante, l’étude de publics disparus (« historical audiences ») présente des difficultés propres. L’écoute de la télévision, activité banale, privée, laisse peu de traces. Pourtant, nombre de débats actuels sur l’évolution et la place de la télévision reposent sur des affirmations à propos d’évolutions historiques, ou sur des comparaisons implicites avec le passé – le plus souvent sur le ton de la déploration. Afin de clarifier ces débats, mais aussi de remettre en perspective les résultats de la sociologie des médias, il paraît donc nécessaire d’explorer l’histoire de ces publics disparus, de leurs pratiques quotidiennes de téléspectateurs. En effet, il n’existe aucune synthèse qui permette de dégager des évolutions de long terme. Que signifie être téléspectateur dans les années soixante ? Comment la télévision, objet expérimental, de laboratoire, est-elle devenue un média complètement banalisé ? Enfin et surtout, quel impact a eu l’apparition de ce nouveau média de masse sur la vie quotidienne, sur la culture des générations d’après-guerre ? La période choisie pour cette recherche s’étend des années cinquante au milieu des années quatre-vingt. C’est celle de la télévision de service public – ce qui implique que l’impact de la concurrence entre les chaînes est encore relativement faible, et que la logique de « missions de service public » est encore très prégnante. Le nombre de chaînes lui-même est encore limité à trois. Enfin, cette période recouvre en partie celle des Trente Glorieuses, qui virent la société française travaillée par des bouleversements majeurs, avec le développement de la société de consommation, l’élévation du niveau de vie, et toutes les révolutions culturelles qui s’ensuivirent (Fourastié, 1979 ; Sirinelli, 2007 ; Rioux & Sirinelli, 2005 ; Cohen, 2007).

Des sources à inventer… et à inventorier

2La première phase du travail est l’inventaire critique des sources disponibles. Des archives considérables, versées aux Centre des Archives Contemporaines et à l’INA, restent peu utilisées, sauf de manière ponctuelle (les historiens de la télévision viennent parfois y chercher l'audience d'une émission). Il faut donc, dans un premier temps, exposer les apports et les limites de ces sources pour la recherche historique sur les médias, en fonction des interrogations spécifiques de cette discipline. De plus, il faut tenter de les utiliser comme un tout, dans leur ensemble, dans une approche de longue durée – alors que l’accumulation des données journalières rend très difficile le dégagement de grandes tendances.

3Le contexte matériel, concret, de la réception, peut être reconstitué grâce à des sources statistiques, qui illustrent, par exemple, la progression de l’équipement, la composition sociologique de l’auditoire, etc. (Gaillard, 2006). Quelques sociologues, pionniers à l’époque, ont aussi mené des enquêtes qui témoignent autant des différentes phases du développement de la télévision que des interrogations qu’elle a suscitées (cf. la bibliographie de Ségur, 2006). L’ORTF lui-même a produit un nombre considérable d’enquêtes, sur des thèmes aussi divers que le rôle de la télévision en milieu rural ou dans les régions frontalières, les habitudes d’écoute pendant les vacances, la redevance, ou le public adolescent. Elles sont conservées au Centre des Archives Contemporaines. La presse spécialisée est également utile, d’autant qu’elle existe depuis 1955. Elle publie des sondages réalisés auprès du lectorat, des palmarès des émissions préférées, mais aussi les articles des critiques professionnels sur les émissions. Mais cette source, qui est la plus utilisée, ne dit rien des téléspectateurs anonymes. C’est pourquoi on la complètera par le courrier des téléspectateurs. De nombreuses lettres sont adressées aux journaux de programmes et publiées dans la presse. Les plus riches et les plus intéressantes sont pourtant celles qui furent envoyées au service du courrier de la télévision elle-même. Une part dérisoire en a été conservée aux Archives Contemporaines, mais on y trouve aussi des synthèses mensuelles, qui en résument le contenu à partir de 1951. Enfin, il arrive que quelques producteurs (Danielle Hunebelle, Pierre Sabbagh, Jacqueline Baudrier…) aient versé une part de leur correspondance dans ces archives, ou à l’INA. Ces documents sont irremplaçables pour saisir de nombreux aspects qualitatifs et subjectifs de la réception. On les complètera, pour finir, par les mesures d’audience : dès 1967 en effet, l’audience est mesurée par des « fiches d’écoute » des questionnaires remplis par un panel représentatif de la population adulte. Cette méthode, qui peut sembler aujourd’hui artisanale, donne néanmoins des indications sur l’écoute de la plupart des émissions diffusées depuis quarante ans.

4Le principal problème est le volume d’archives à traiter si l’on veut, comme il se doit, croiser les sources les plus diverses possibles : ce corpus représente des kilomètres de cartons d’archives, les études commandées par la télévision, de même que les lettres des téléspectateurs, se comptent en milliers... Il faut donc procéder à des échantillonnages et se concentrer sur quelques grandes interrogations transversales : deux d’entre elles vont être évoquées ici.

Questionnements : le rôle de la télévision dans la culture française du XXe siècle

Historiciser la réception

5Comme tout phénomène socioculturel, la relation aux médias peut être remise en perspective historique. Il faut d’abord considérer le « public » comme une construction discursive. Toutes nos sources contribuent à inventer, c'est-à-dire à construire la figure sociale du téléspectateur : on peut donc retracer l’histoire de cette construction par les discours et les représentations. Ainsi, les enquêtes sociologiques promeuvent dans les années soixante les catégories socio- professionnelles comme variable explicative de la réception et des goûts télévisuels, comme des autres pratiques culturelles –conformément à la sociologie bourdieusienne. Cette représentation du public s’impose aux dépens d’autres possibles, et présente des limites. Ces enquêtes (et donc nos sources) imposent une approche hégémonique, une manière de poser les questions. Les professionnels tiennent aussi des discours variables sur leurs conceptions du public, essentiels à la justification de leurs pratiques.

6Ce travail suppose aussi un effort de clarification conceptuelle : en général, les historiens (français, notamment) utilisent les notions de public(s) et de réception de manière peu réflexive et peu critique. Ces concepts, extrêmement complexes, peuvent être source de malentendus. On s’inspirera donc des questionnements épistémologiques travaillés par les sociologues des médias, mais aussi par d’autres traditions historiographiques (anglo-saxonnes et allemandes surtout), pour établir une terminologie rigoureuse. La notion de public est peut-être celle qui est la plus familière aux historiens, notamment du livre ou du cinéma (Chartier, 1987 ; Bosséno, 1995 ; Méadel, 2004). Pour ce qui est d’étudier la réception, en revanche, on s’est longtemps contenté de citer deux ou trois critiques d’émissions publiées dans la presse et d’encourager les recherches futures…

7Il s’agit donc pour nous, de manière exploratoire, de poser les conditions de possibilité d’une histoire de la réception : qu’est-il possible de faire à partir de ces sources, quelles sont leurs limites indépassables ? Même si ce travail doit être nourri des apports de diverses disciplines, on gardera une perspective résolument historique. L’ambition spécifique de l’historien, en effet, est d’étudier l’impact de la variable « temps » sur les phénomènes, et d’aboutir à une périodisation, c’est-à- dire de déterminer des grandes phases, des dates tournants, des évolutions, des continuités, etc. Jusqu’ici, seule l’histoire de l’institution télévisée et des programmes a été abordée : nous pensons qu’il est possible de faire une autre histoire de la télévision, celle des téléspectateurs, de leur culture et de leur expérience vécue. Pour ce faire, on soulignera tout particulièrement les évolutions qui interviennent dans le contexte économique, matériel, social et culturel, tant il est vrai que « seule une profonde connaissance du contexte permet d’éviter les projections rétrospectives. […] L’anachronisme, en matière d’histoire des médias et notamment des pratiques de réception, est un danger permanent : les genres, les conventions textuelles, la connaissance même de ces conventions, ont évolué très vite. » (Bourdon, 2004 : 22).

La télévision, un média de masse ?

8Etudier les publics permet aussi de préciser une autre notion utilisée classiquement en histoire et sans beaucoup de précautions, celle de culture de masse. Terme galvaudé s’il en est, chargé de connotations idéologiques : tandis que certains en prônent l’abandon, d’autres invitent à en retravailler la définition. Ainsi, pour Eric Macé, « la culture de masse n’est en aucun cas l’imaginaire de tous, mais l’imaginaire connu de tous » (Macé, Eric : 11). Trouve-t-on des traces de quelque chose comme la naissance d’une culture de masse, alors que le public paraît au contraire fractionné en une multitude de sous-groupes volatils ? Existe-t-il une culture télévisuelle spécifique, s’agit-il d’une culture nationale, conformément aux objectifs des politiques ? Comme préalable à ces questions, il semble utile de revenir à la notion de « télévision reçue », qui invite à se concentrer sur les programmes non seulement diffusés, mais véritablement regardés (Souchon, 1980). D’abord, on peut, à partir des mesures d’audience, notamment, retracer une histoire des succès de la télévision, des émissions qui ont effectivement été regardées en masse, et la confronter aux phénomènes de mémoire. En effet, la mémoire des « grands moments », portée notamment par les professionnels (ah, le bon temps des Perses et de Lecture pour tous…) occulte probablement ce qui a fait longtemps le menu quotidien des téléspectateurs. Dans les années soixante, par exemple, les feuilletons français avaient un succès inimaginable, aujourd’hui éclipsé par le souvenir des séries anglo-saxonnes de l’époque, maintes fois rediffusées depuis. Cette comparaison et la mise à jour de distorsions dans la mémoire de la télévision permet de clarifier la notion de popularité, de notoriété des programmes télévisés. Ensuite, on peut revenir sur cette notion de « masse » : dans quelle mesure les programmes de la télévision ont-ils réellement été regardés massivement ? Quelle est l'étendue du public aux heures de « grande écoute », ses variations dans le temps ? D'un côté, on assiste à un élargissement du public (un point d'audience « vaut » plus en 1975 qu'en 1955), mais de l'autre, le public se diversifie et ses pratiques sont de plus en plus hétérogènes. Avec la banalisation de la télévision et la multiplication des chaînes, les taux d’audience des émissions des années 1950-1960, supérieurs 80 %, deviennent progressivement impensables. La notion de « masse » prend donc une ampleur et un sens variable.

Télévision et modernité culturelle

9Confronter les programmes aux réactions, même extrêmes et minoritaires, qu’ils ont suscitées, permet également d’interroger le rôle peut-être sous-estimé de la télévision dans la modernisation des valeurs et des mœurs. On cherchera bien sûr des traces d’un éventuel sentiment d’appartenance à une communauté nationale, dans les lettres évoquant des émissions aussi diverses que le Tour de France, le journal télévisé ou les campagnes électorales – à une époque où la télévision peut rassembler devant l’écran 70 à 90 % des possesseurs de postes.

10On montrera que de nombreux discours évoquent (et construisent ainsi) « le » téléspectateur, laissant à penser que les points communs sont plus importants que les différences au sein du public. Cette mise en avant de la communauté correspond au projet républicain d’édification de la nation, très présent à l’esprit des élites dans l’après-guerre, et notamment parmi les promoteurs de la télévision comme outil culturel et pédagogique. Au niveau des pratiques, de l’organisation du temps et des loisirs, la télévision entraîne bien une certaine uniformisation. Le courrier permet de mettre en évidence d’autres communautés imaginées, d’autres groupes d’appartenance (Dakhlia, 1998 ; Soulez, 2004). Or certains de ces groupes, ignorés par les enquêtes des services d’études, sont soulignés dans les lettres et semblent particulièrement significatifs pour nos téléspectateurs. Il s’agit, d’une part, de la distinction Paris/Province (occultée par les enquêtes qui reprennent les découpages régionaux de l’INSEE), et d’autre part, des disparités vécues comme des inégalités entre les téléspectateurs, les « privilégiés » étant opposés aux « laissés pour compte ». Ces distinctions nuancent donc encore la pertinence des seules classes sociales (ou des CSP) pour rendre compte des expériences vécues.

11On verra que la télévision gaullienne, souvent accusée de frilosité morale et politique, a pourtant promu certaines formes d’avant-garde. En matière de mœurs, elle était d’ailleurs bien en avance par rapport à une (grande ?) part de la population qui partageait l’idéologie de la « voix de la France » et criait au scandale à chaque apparition des Shadocks ou des yéyés… Les réactions des téléspectateurs permettent ainsi d’éclairer les tensions (sociales, générationnelles) qui parcourent la société française à l’éclosion de la culture de masse audiovisuelle et de ses variantes (culture jeune, etc.)

Méthodes : comment rendre la parole aux téléspectateurs ?

12Ainsi, si tous les historiens l’appellent de leurs vœux, l’histoire de la réception télévisuelle reste à faire, et au préalable, une méthodologie doit être définie. Il nous semble que l’histoire de la réception recouvre en réalité trois acceptions complémentaires : l’histoire de la consommation des médias, l’histoire des pratiques spectatorielles, et l’histoire de l’interprétation des programmes. De l’équipement aux représentations, par ordre croissant de complexité, ces différents niveaux sont autant d’axes de recherche.

13Avec l’objectif de quantifier certains phénomènes et de mettre à jour des évolutions, on pourra utiliser des méthodes quantitatives. Ainsi, le corpus de lettres des téléspectateurs peut être codé en différentes variables, analysées avec des outils statistiques, pour mettre en relation les caractéristiques socio-démographiques des scripteurs avec les réactions exprimées (Poels, 2010). L’utilisation des mesures d’audience est assez délicate, dans la mesure où elles ont été conçues à d’autres fins que celles de la recherche scientifique : il faut rester critique vis-à-vis de leurs conditions de production. Elles doivent être considérées comme un discours parmi d’autres sur la réception (Méadel, 1998). On s’en servira donc comme d’un indicateur, parmi d’autres, de la notoriété et du succès des émissions, mais on les étudiera aussi comme l’un des discours qui construisent la figure du téléspectateur. Les résultats d’audience ont, en effet, été ventilés dès le début en fonction des catégories de l’INSEE, dont certaines ont particulièrement retenu l’attention des professionnels et des sociologues (les CSP), au détriment d’autres lectures possibles. Quoi qu’il en soit, les approches quantitatives seront toujours croisées avec d’autres plus qualitatives, pour ne pas perdre une dimension importante de l’expérience du public : la représentation qu’il se fait de lui-même, ce qu’il dit de son quotidien, de ses goûts, bref, la dimension du vécu, qui est parfois très différente des pratiques réelles – et par là, toujours très difficile à saisir pour l’historien, qui ne renonce pourtant jamais à l’explorer.

14Quelques grandes interrogations transversales serviront donc de fil rouge à notre histoire de la réception et des publics de la télévision. La démarche historique vise d'abord, quel que soit le sujet étudié, à mettre à jour des évolutions, des continuités, des ruptures et des tournants. D'autre part, puisque l'on s'intéresse à un média de masse, et que l'on veut précisément interroger le caractère massif de sa réception, il s'agira de repérer des seuils quantitatifs, afin de mesurer l’uniformisation ou la différenciation des pratiques. Enfin, on portera une attention particulière aux processus de construction du public par un ensemble de discours. Ainsi, il apparaît que notre projet, qui pouvait sembler ambitieux ou exotique, s’inscrit finalement dans la tradition de l’histoire culturelle, dont il ne fait que compléter le programme. Sur certains points, on ne pourra que donner pour l’instant des pistes à explorer : ce travail prend un caractère prospectif. La complexité des phénomènes à étudier rend selon nous indispensable ce travail préalable d’inventaire des sources, de réflexion sur les conditions de possibilité d’une appropriation par l’histoire de cet objet récalcitrant qu’est la réception médiatique. Pourtant, on verra que la richesse des matériaux d’ores et déjà à notre disposition permet de tirer des premières conclusions et de dévoiler l’architecture d’une véritable histoire de la réception télévisuelle.

Haut de page

Bibliographie

Bosséno Christian-Marc (Ed.), La place du spectateur, Vingtième Siècle, 1995, 46.

Bourdon, Jérôme, « La triple invention : comment faire l'histoire du public ? », Le Temps des médias, 2004, 3, p. 12-25.

Chartier Roger, Lectures et lecteurs dans la France d'Ancien Régime, Paris : Seuil, 1987.

Cohen Evelyne (Ed.), La télévision des Trente Glorieuses. Culture et politique. Paris : CNRS, 2007.

Dakhlia Jamil, Histoire de la presse de télévision en France de 1950 à 1995. Thèse de doctorat : Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, 1998.

Fourastié Jean, Les Trente Glorieuses ou la révolution invisible de 1946 à 1975. Paris : Fayard, 1979.

Gaillard Isabelle, La télévision comme objet de consommation en France des années 1950 au milieu des années 1980. Thèse de doctorat : Université de Paris I, Paris, 2006.

Macé Eric, Avant-propos, in Morin, E., L'Esprit du temps. Paris: Armand Colin/INA, 2008, p. 7-15.

Méadel Cécile, « De l'émergence d'un outil de quantification », Quaderni, 1998, 35, p. 63-78.

Méadel Cécile (Ed.), « Public, cher inconnu ! », Le Temps des Medias, 2004, 3.

Poels Géraldine, « Quand les téléspectateurs découvraient la télévision-vérité : les réceptions d’un « jeu de société » télévisé (Le Fils du patron, 1964) », Télévision, mars 2010, 1, p. 33-53.

Rioux Jean-Pierre, Sirinelli Jean-François (Eds.), Histoire culturelle de la France contemporaine, tome IV : Le temps des masses. Paris : Éditions du Seuil, 2005.

Ségur Céline, Les recherches sur les téléspectateurs en France. Émergence et ramifications d’un objet scientifique (1964-2004). Thèse de doctorat : Université Paul Verlaine, Metz, 2006.

Sirinelli Jean-François, Les Vingt Décisives. Le passé proche de notre avenir (1965-1985). Paris : Fayard, 2007.

Souchon Michel, Petit écran, Grand public. Paris : La documentation française, 1980.

Souchon Michel, « Le vieux canon de 75 ». L'apport des méthodes quantitatives à la connaissance du public de la télévision. Hermès, 1992, 11-12, p. 233-246.

Soulez Guillaume, « ‘Nous sommes le public'. Apports de la rhétorique à l'analyse des publics », Réseaux, 2004, 126, p. 113-141.

Haut de page

Notes

1 On pourra consulter à cet égard la synthèse bibliographique de Céline Ségur (Ségur, 2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Poels, « Faire l’histoire de la réception télévisuelle : sources, méthodes, questionnements », Mise au point [En ligne], 3 | 2011, mis en ligne le 23 août 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://map.revues.org/984 ; DOI : 10.4000/map.984

Haut de page

Auteur

Géraldine Poels

(Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines, Université de Versailles-Saint-Quentin

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page