Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Le monde de la télévision

Nikos Souliotis
Référence(s) :

Ioanna Vovou, Approches théoriques, analyses des programmes et réalité hellénique, (en langue grecque), éditions Hêrodotos, Athènes, 2010, 659 pages.

Texte intégral

1Cet ouvrage s’efforce de questionner la relation de la télévision à la société - qui n’arrête pas d’interpeller les chercheurs, ainsi que la sphère sociale depuis l’apparition du média- par différents prismes d’analyse et approches disciplinaires. A l’intérieur des 659 pages de l’ouvrage, les seize auteurs discutent, d’une façon pourtant non exhaustive, de certains éléments concernant la théorie et la méthode avant de se focaliser sur l’analyse de certains genres et programmes télévisuels avec une emphase donnée au paysage télévisuel grec, sans toutefois exclure l’ouverture à d’autres exemples qui fournissent des éléments de comparaison. Ainsi, l’ouvrage est structuré en cinq parties : la première se consacrant, d’une part, à la théorie et à la méthode d’analyse des programmes télévisuels (François Jost) en mettant l’accent sur la spécificité du média et, d’autre part, à une discussion portant sur la singularité supposée du public télévisuel (Daniel Dayan). À cela vient s’ajouter une synthèse bibliographique concernant les notions de « réception télévisuelle » et de « téléspectateur » (Céline Ségur).

2La deuxième partie de l’ouvrage étudie la relation de la télévision à l’histoire, au contexte politique et institutionnel et aux journalistes afin de tracer les contours dans lesquels opère en grande partie la télévision en Grèce. Il contient les chapitres consacrés à l’histoire de la télévision en Grèce (Ioanna Vovou), au cadre institutionnel et économique de la télévision commerciale grecque (Nikos Smyrnaios), à une synthèse relatant l’évolution de la parole politique à la télévision dans les pays européens qui prend appui sur la métamorphose de la sphère publique (Marc Lits). Le dernier chapitre conclut sur le passage de la politique aux professionnels de la télévision (Vaya Doudaki).

3La troisième partie de l’ouvrage se consacre à l’espace public produit par les programmes informatifs. Les glissements conceptuels de la définition de la notion de culture dans l’agenda culturel des journaux télévisés (Georges Pleios) sont suivis de l’analyse des « faits divers » et de leur lien avec les mythes et les contes dans la société néohellénique (Areti Kondylidou). Dans un registre parallèle, les émissions d’information matinale aux rituels puisant dans des traditions sociales telle que la discussion du « kafeneion » (les cafés où les hommes se réunissent) sont associées aux messages d’insécurité sociale et de victimisation du citoyen (Christianna Constantopoulou). Ce dernier, réduit à sa fonction de public télévisuel est « instrumentalisé » comme un argument de communication dans le discours des responsables de l’information télévisuelle, leur permettant, ainsi, de produire un agenda thématique homogénéisé et strictement hiérarchisé (Fani Kountouri).

4C’est dans la quatrième partie que « l’autre télévision » (notamment, celle des programmes fictionnels et de divertissement), minoritaire dans la bibliographie grecque, est en jeu. Le point de départ des analyses est que les programmes pour enfants, les séries télévisuelles, les jeux de « réalité » (télé-réalité) expriment des cordes sensibles du substrat culturel et les expériences du récepteur, témoignant de répercussions sociologiques. De ce fait, cet ouvrage contribue à nourrir considérablement la bibliographie consacrée à la télévision grecque, souvent submergée par l’étude des programmes considérés plus « nobles », notamment ceux liés à l’information. Ainsi, les choix idéologiques dans la programmation télévisuelle pour « le bien des enfants » sont discutés (Evangelia Kourti), comme les tendances de la production de la fiction télévisuelle grecque à partir des années 1970 en rapport avec les paramètres politiques, économiques et idéologiques (Angélique Koukoutsaki). Cet état des lieux du cas grec est mis en parallèle avec des éléments concernant l’évolution de la production fictionnelle au niveau international (Sarah Sepulchre). L’évolution des programmes de télé-réalité en Grèce est également étudiée en mettant l’accent sur l’esquisse indirecte d’un substrat politique et idéologique afin de rendre le monde intelligible, à travers une exemplification de l’universalité du singulier (Ioanna Vovou).

5La dernière partie de l’ouvrage évolue en une discussion intertextuelle (voire intermédiale) puisque le regard des auteurs glisse vers les relations entre la télévision et les autres médias, soulignant leurs frontières poreuses. La place de l’image (au sens propre et figuré) à la radio dans le processus de création d’une identité médiatique (Angeliki Gazi), les allers-retours entre les productions contemporaines cinématographiques et télévisuelles (Eirini Sifaki) et les réseaux peer-to-peer en ligne pour l’échange du contenu télévisuel sur Internet, esquissent une petite partie, seulement, des passages d’un média à l’autre.

6Qu’est-ce qui justifie de nouvelles recherches sur la télévision, à l’époque où l’Internet et le multimédia semblent la réduire à un objet d’analyse historique ? Ceux qui se rangent derrière cette posture oublieraient, d’une part, que la télévision est un média de masse aussi « traditionnel » que « contemporain », voire« métamoderne », aux répercussions culturelles et sociales étendues ; et, d’autre part, ils négligeraient sa capacité d’évolution et d’adaptation à des nouvelles données (sociales, économiques, technologiques) tel un creuset à l’intérieur duquel le rôle et l’usage de la télévision ne cessent de se repositionner. C’est dans cette perspective d’une société en évolution constante (en Grèce et ailleurs) et contre un aperçu épidermique du rôle de la télévision en tant que symptôme des réalités sociales que cet ouvrage scientifique s’inscrit. Il vient s’ajouter à un paysage bibliographique grec concernant la télévision en privilégiant un discours analytique sur les programmes qui se distingue du discours classiquement normatif sur le rôle prophétique ou nostalgique de la télévision.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nikos Souliotis, « Le monde de la télévision », Mise au point [En ligne], 3 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://map.revues.org/913 ; DOI : 10.4000/map.913

Haut de page

Auteur

Nikos Souliotis

Chargé de recherches au Centre National de la Recherche en Sciences Sociales, Athènes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page