Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Regarder les Simpson ou Regarder "avec" les Simpson

Philippe Lavat
Référence(s) :

Jonathan Gray, Watching with the Simpsons (en langue anglaise), Routledge, coll. Comedia, New York/Londres, 2006, 199 pages.

Texte intégral

1Il plane, dès le titre offert à cet ouvrage non traduit en France, comme un jeu de nuances : ce n’est, semble-t-il, pas la même chose de regarder Les Simpson et de regarder « avec » Les Simpson… Selon la première perspective, celle qui n’a semble-t-il pas été retenue, regarder Les Simpson c’est regarder cette série animée créée en 1989 par Matt Groening, dont nul ne peut contester après deux décennies le succès. Regarder « avec » Les Simpson consiste à envisager la question d’une autre manière ; comme le montre la stratégie titulaire, l’objet de cet ouvrage n’est pas tant le dessin animé que la télévision regardée au prisme des Simpson.

2Le livre comporte six chapitres composant trois grandes parties. L’auteur aborde tout d’abord des questions d’ordre théorique, relatives à la notion d’intertextualité (chap.1). Sont ensuite successivement examinés, dans une seconde partie, les genres télévisés qui constituent les cibles favorites du dessin animé : la sitcom, la publicité et le discours d’information (chap. 2, 3 et 4). La troisième partie, construite sur la base d’une série d’entretiens avec un panel de téléspectateurs, se penche sur des questions de réception, en abordant successivement la constitution de communautés d’interprétation et ce que l’auteur nomme « l’attitude Simpson » (chap. 5 et 6). La bibliographie comporte plus de 300 références et l’ouvrage est agrémenté d’un index détaillé des noms et notions évoqués.

3Partant du principe selon lequel l’intertextualité, inspirée de Bakhtine et Julia Kristeva, constitue l’angle d’approche le plus adéquat pour l’étude du flux télévisuel, Jonathan Gray débouche dans le temps théorique de sa réflexion sur la nécessaire prise en compte du genre dans l’étude des programmes de télévision. Le genre est pour lui envisagé comme la sédimentation de codes, permettant l’appréhension et l’interprétation des programmes, en objet poétique plutôt que comme « gender ». En ce qui concerne Les Simpson, l’appartenance à un genre (genre considéré ici un peu à la manière d’une somme de traits grammaticaux) relève de l’inclusion dans la catégorie de la sitcom, et plus précisément de la « sitcom domestique » (traduction de la contraction « domesticom » effectuée par J. Gray), dont ce dessin animé constitue assurément une version parodique, un genre qui s’est développé aux Etats-Unis entre les années 1950 et 1980 (depuis Ma sorcière bien aimée et Happy Days jusqu’au Cosby Show, pour ceux dont le champ de diffusion a traversé l’Atlantique). La sitcom domestique, dans sa version la plus utopique, optimiste et artificielle, mêle les thèmes de la communication familiale, de l’éducation des enfants, de la vie en banlieue vécue comme un conte de fées moderne, et de l’accomplissement du rêve américain (tout y finit bien). Sur un plan moins thématique et plus formel, Les Simpson, recouvre un format de 22 minutes selon une logique où chaque épisode se réactualise (amnésie endémique de la sitcom), puisque la règle veut que n’importe quel épisode doive être en mesure de succéder à un autre. La parodie, les clins d’œil et autres formes d’autodérision accroissent la compréhension des ressorts génériques et provoquent une nouvelle appréciation du genre en question : en reproduisant en partie, et en jouant sur les normes génériques – reconnaissance et distorsion – la parodie invite en effet à mieux comprendre les conventions qui régissent la forme générique originale, et détermine une forme d’intertextualité que l’auteur qualifie de critique… Reprenant les termes de J. Gray (p.47), nous pourrions assimiler la parodie à un enseignement d’inspiration socratique, encourageant en dernier ressort le public à effectuer le lien entre la critique et la cible visée.

4Si les aspects parodiques concernant la sitcom sont, pour une large part, laissés à l’appréciation du téléspectateur, les invectives relatives à la publicité et au discours d’information semblent plus marquées. Il faut dire ici que ces critiques ne concernent pas tant l’ensemble de la série que certains de ses aspects, largement concentrés autour de deux figures secondaires, le clown Krusty et le présentateur Kent Brochman (personnification qui tient, en partie, à la méthode de recueil des données… nous y reviendrons en fin de compte rendu). La publicité, telle qu’elle est présentée à travers la série Les Simpson, mettrait au jour une logique profonde du médium : fragmentation généralisée et chaotique en apparence, mais en réalité profondément stupide et manipulatoire. J. Gray montre qu’en forçant et insistant sur ces traits, la série animée dénonce les logiques de la télévision commerciale, logiques avec lesquelles, par la caricature, la série invite à prendre de la distance.

5Le discours d’information télévisé, vu par Les Simpson, est souvent accentué du côté du divertissement (on y présente de l’infotainment) ou d’une obéissance aveugle aux intérêts des propriétaires de chaînes. Rejoignant la critique faite à l’encontre de la publicité, l’information est montrée comme une marchandise, un produit (stupide et manipulatoire ?). A travers leur humour, Les Simpson se font – consciemment ou non, l’auteur ne le précise pas – le relais de très sérieuses théories sur la télévision (p.104) : autour de l’éthique des journalistes, de la vitesse excessive nuisant à la compréhension du conservatisme inhérent à l’information, du rôle du schéma et de l’illustration pour résumer des problèmes complexes, du primat du divertissement… Pris au sérieux, le discours des Simpson sur la télévision pourrait induire leur inclusion dans un « camp de la peur », en compagnie des auteurs qui perçoivent les médias de masse comme une sombre et sinistre force. L’idée selon laquelle la série pourrait recouvrir, au-delà de la critique, des vertus pédagogiques, affirme J. Gray, irait presque jusqu’à prendre le contre-pied d’Habermas, pour qui l’espace public est stipulé comme nécessairement rationnel. Or, par le biais de l’humour, Les Simpson invitent bel et bien à la réflexion sur un système, postmoderne, dont la série ne peut s’abstraire. Peut-être aurait-il été judicieux de la part de l’auteur d’approfondir une réflexion sur le type d’image employé, le dessin animé, susceptible de déguiser ou de diluer l’impact parodique de la série sur un langage médiatique qui paraît parfois présenté comme un peu trop transparent…

6L’enquête de réception qui, rétrospectivement, peut apparaître comme la trame d’élaboration de cet ouvrage, repose sur une série d’entretiens de 45 minutes, suivant une ligne directive d’une douzaine de questions, conduits auprès d’un panel de téléspectateurs londoniens. Cette enquête n’a pas de visée représentative concernant l’ensemble du public du dessin animé, mais se présente comme une fenêtre permettant d’examiner comment une part des membres de ce public interagit avec ce programme, son humour et sa façon particulière de parodier certains travers des médias. Nous pouvons souligner à la suite de Jean-Pierre Esquenazi (revue Médias n° 21, juin 2009) que le plaisir spectatoriel éprouvé fonctionne largement par appropriation d’idiomes langagiers, de gestes ou de mimiques (« l’attitude Simpson »), en ajoutant que la visée de Jonathan Gray consiste également à nous faire partager un regard.

7Ce compte rendu, suivant le plan du livre, peut apparaître quelque peu linéaire. Nous conseillerions éventuellement au lecteur de prendre l’ouvrage à rebrousse-poil, c’est-à-dire dans le sens originaire de la recherche menée par J. Gray, depuis le « bouillon de culture » constitué par les entretiens (qui explique que l’on s’attache à des figures, des personnages) vers les considérations théoriques concernant l’intertextualité en télévision – chapitre placé en tête pour de probables raisons éditoriales. Partant de l’enquête de réception – méthode de prédilection des media/cultural studies ? – l’édification conceptuelle se construit autour de références théoriques précises, mais que l’on peut juger datées (Foucault, Barthes, Kristeva, Baudrillard, Derrida… n’est-ce pas ce que l’on nomme la french theory ?) ; et l’on pourra par conséquent regretter que, sur ce plan, le regard de l’auteur ne se soit pas suffisamment porté sur les recherches continentales actuelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Lavat, « Regarder les Simpson ou Regarder "avec" les Simpson  », Mise au point [En ligne], 3 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://map.revues.org/910 ; DOI : 10.4000/map.910

Haut de page

Auteur

Philippe Lavat

Docteur en sciences de l’information et de la communication, il est membre du Centre d’Études sur les Images et les Sons Médiatiques (CEISME) de l’Université Paris 3. Ses recherches sont liées au programme ANR sur la création télévisuelle « ANR 08-CREA 027-01 ». Publications : « Recherche d’inspiration nominaliste sur Voltaire » dans Images du Siècle des Lumières à la télévision (dir. Bernard Papin), INA/De Boeck, 2010 ; « Musique classique et télévision dans la première moitié des années 1950 » dans Télévision : le moment expérimental (dir. Gilles Delavaud et Denis Maréchal), INA/Apogée, 2011.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page