Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Les miroirs perforés de la télévision

Evangelia Kourti
Référence(s) :

Ioanna Vovou, Méthodologie du discours télévisuel à travers l'étude d'une série télévisée, Editions Hêrodotos (en langue grecque), Athènes, 2010, 113 pages.

Texte intégral

1Force est de constater que depuis quelques années les frontières traditionnelles entre les émissions politiques et les émissions dites « non politiques » (qu’il s’agisse des spectacles, des émissions sociales, des jeux, des fictions télévisées, etc.) deviennent de plus en plus perméables du point de vue des relations entre télévision et société. Les telenovelas brésiliennes sont l’exemple par excellence du fait que la sphère publique ne peut plus être pensée sans tenir compte de la manière dont certaines séries télévisées configurent les divers thèmes et/ou problèmes historiques, culturels et sociaux d’un pays.

2L’ouvrage d’Ioanna Vovou s’inscrit au cœur de cette tradition qui défie ces frontières en soutenant que ces programmes constituent un moyen par lequel les téléspectateurs s’engagent dans un dialogue public sur l’évolution de la société. Par conséquent ces émissions jouent un rôle actif et important dans le débat public organisé autour des événements politiques et sociaux des sociétés modernes. Dans ce but, soucieuse de prouver l’importance et même la nécessité de l’étude scientifique de ces fictions, l’auteure procède à une analyse détaillée de la première série télévisée turque diffusée par une chaîne grecque. La série intitulée beau fils étranger (en Turquie) ou les frontières de l’amour (en Grèce) traite d’un sujet bien délicat : les relations (souvent difficiles, parfois même hostiles) entre les deux peuples par l’intermédiaire d’un « amour impossible » entre une jeune Turque et un jeune Grec, une musulmane et un chrétien. La série a connu une forte audience en Grèce lors de sa première diffusion (2005). Son succès est attribué au fait qu’elle a permis -pour la première fois- au public grec de voir la complexité des relations gréco-turques à travers les yeux des turcs en mettant en place une sorte de « perception de soi réactive ». Dans cette optique, la série fait fonction de miroir « perforé » pour le spectateur grec dans lequel il se regarde tout en sachant bien qu’il est l’objet du regard de l’autre. Le mérite de l’ouvrage d’Ioanna Vovou –outre le fait d’être une des premières approches méthodologiques du discours télévisuel en Grèce- est de ne pas s’attarder sur le contenu manifeste de la série, c’est-à-dire les relations privées de cette « ironie de situation » (un amour impossible qui naît au « mauvais endroit » avec la « mauvaise » personne), qui fascine tant le grand public depuis toujours. Au contraire, elle s’intéresse davantage aux questions sociales, historiques et politiques qui demeurent dans l’ombre et qui abordent différents sujets comme l’amélioration des relations gréco-turques, le rapprochement de la Turquie avec l’Union européenne, les débats sur l’interculturalisme dans les sociétés modernes, voire la négociation de l’identité culturelle grecque, etc., pour les mettre en relation avec les mécanismes narratifs télévisuels repérés. Pour cela, elle emploie une méthodologie qui s’inscrit dans le cadre de la théorie de la littérature avec comme outils principaux d’une part la théorie des genres télévisuels et d’autre part les notions de paratexte et d’intertextualité. Tout au long de son analyse, organisée à la fois autour des thèmes de l’authenticité en fiction télévisuelle et des relations entre grecs et turcs en tant que simple affaire d’alter ego, l’auteure reste soucieuse de préciser les acceptions de la terminologie employée et, par là, n’hésite pas évoquer les questions majeures de la théorie de la télévision et des sciences de la communication. Ainsi elle réussit en peu de pages à proposer en même temps qu’un remarquable tour d’horizon sur le plan théorique, une approche méthodologique valable pour l’analyse de toute série télévisuelle. On ne peut donc qu’apprécier ce travail rigoureux qui deviendra un véritable outil pour qui veut comprendre la théorie de la télévision, mais aussi analyser son discours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Evangelia Kourti, « Les miroirs perforés de la télévision », Mise au point [En ligne], 3 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://map.revues.org/908 ; DOI : 10.4000/map.908

Haut de page

Auteur

Evangelia Kourti

Professeur associé de psychologie sociale à l'Université nationale et Kapodistrien d'Athènes, Grèce

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page