Navigation – Plan du site
Sérialité : densités et singularités

Des Chiffres et des Lettres : distraction, variations, habitudes

Barbara Laborde

Résumés

Cet article envisage une des émissions les plus anciennes du Paysage Audiovisuel Français : Des Chiffres et des Lettres. La sérialité que l’émission met en œuvre au cours de son histoire est faite de variations qui témoignent à la fois des évolutions des techniques audiovisuelles, des logiques de programmations, des attentes spectatorielles. Ce jeu télévisé, toujours le même et pourtant toujours différent, permet à la fois la reconnaissance immédiate et la perception d'un changement, double adresse qui explique sans doute sa longévité et fait de ce programme un parangon de la sérialité télévisuelle.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article envisage le jeu télévisé Des Chiffres et des Lettres comme outil heuristique pour aborder quelques enjeux de la sérialité télévisuelle, et n’aura pas pour but de mesurer la conformité de l’émission à une théorie préexistante de la sérialité.

2De son premier opus le 19 septembre 1965 sous le titre Le Mot le plus long, aux diffusions actuelles à 17h15 sur F3 et à 13h15 sur TV5 monde, la sérialité que l’émission met en œuvre au cours de son histoire est faite de variations qui témoignent à la fois des évolutions des techniques audiovisuelles, des logiques de programmations, des stratégies de réalisation. Sur la base fixe d’un concept simple qui restera toujours le même, l’écriture audiovisuelle de l’émission change : lieux de tournage, présence du public, déroulement des épreuves, règles du jeu, mais aussi évolution des décors, de la présentation, des moyens techniques, et des habillages sonores et visuels. Son inscription dans les grilles de programme (durée, fréquence et horaire de diffusion) varie elle aussi, l’émission ayant même « migré » entre les chaînes publiques et aujourd’hui encore au sein du réseau numérique terrestre.

3La sérialité que cette émission met en œuvre apparaît donc comme paradigmatique de trois caractéristiques sérielles que je développerai ici en la prenant pour exemple : la distraction comme mise en œuvre de variations autour d’un schème fixe, les enjeux de la familiarité comme victoire sur le temps, et l’inscription de cette sérialité dans un « mode télévisuel » qui la justifie et la conditionne.

La distraction : « Ni tout à fait la même ni tout à fait une autre »

4Quelles sont les modalités de cette sérialité ? D’un point de vue descriptif, disons d’emblée que les variations se sont faites, au cours de l’histoire des Chiffres et des Lettres, autour d’un socle fixe : le principe même du jeu est resté immuable de ces débuts à aujourd’hui : alternance du tirage des « chiffres » puis celui des« lettres », condensation de deux jeux télés antérieurs Le compte est bon et Le mot le plus long.

5Quelques aspects du jeu ont cependant changé au cours du temps : le tirage des lettres est passé de 6 lettres en 1972 à 7 lettres la même année, puis à 9 lettres en 1982, et à 10 lettres le 5 avril 2010. Armand Jammot, producteur de l’émission, avait en son temps justifié ce changement par le fait que les candidats devenaient meilleurs. L’émission du 05/01/82 est d’ailleurs l’occasion d’autres changements, toujours minimes : le décompte des points est modifié : trouver le mot le plus long rapporte 8 points au lieu de 6 et « le compte est bon » 6 points au lieu de 4. Le temps attribué aux candidats pour la réflexion va aussi subir quelques variations, il sera globalement raccourci, une première fois en 1984, puis en 2004.

6On constate ainsi qu’en 50 ans d’émission, les règles sont restées les mêmes, à peu de choses près. Les modalités du face à face entre les candidats ont certes évolué : jusqu’en 2004 les deux candidats s’affrontaient dans le temps de l’émission, le gagnant étant celui qui marquait le plus de points lors de ce face à face. Par la suite, la règle veut que chaque candidat, seul pendant 6 minutes, marque le plus de points possible avant deux duels finaux qui déterminent le vainqueur. Actuellement, deux manches de face à face constituées de deux coups de chiffres et deux coups de lettres sont ponctuées par deux « duels » qui consistent en une épreuve en contrepoint du jeu (épeler l’orthographe d’un mot ou trouver sa définition). Dans tous les cas, le gagnant revient pour l’émission suivante.

7Enfin, le format et la place de l’émission dans la grille de programme ont aussi été susceptibles de variations : en dehors de l’émission quotidienne dont la durée a varié au cours de son histoire entre 15 min et 30 min, restant majoritairement dans le format télévisuel de 26 min ; certaines émissions, diffusées en prime time durent alors entre 45 min et 1H45. Il s’agit principalement des « tournois » : le « tournoi des légendes », la « finale de la coupe des champions », la « finale de la coupe des clubs » qui, chaque année, regroupent les meilleurs candidats, et ce depuis 1983.

8Les principales variations s’avèrent donc finalement être surtout de l’ordre de la forme, l’esprit général du jeu restant inchangé. L’essence de l’émission, son mode de fonctionnement, ses règles, ne varient que peu en 50 ans d’histoire. Ce qui varie, c’est le « look » éphémère de l’émission qui souligne finalement à quel point elle reste aussi, cependant, la même. Et ce « look » change, assez régulièrement. Des murs oranges et marrons du studio des années 70 au fond bleu clair du plateau d’aujourd’hui : le décor, les lumières, l’inscription du générique, la disposition et le design des « pupitres » des candidats et du présentateur, les couleurs, tous ces éléments sont modifiés à fréquence régulière dans l’histoire de l’émission. Les changements sont plus ou moins massifs, plus ou moins radicaux. Lors d’un « relooking » assez général le 12/03/1986, Patrice Laffont commente : « vous ne vous êtes pas trompés de jeu, nous avons quelque peu décidé de changer de look. (…) Il fallait un certain rajeunissement à ce jeu, Armand Jammot a décidé de certaines modifications, surtout dans le décor ». Cette émission est l’occasion également de présenter une nouvelle recrue dans l’équipe : Arielle Boulin-Pratt qui officie depuis et jusqu’à aujourd’hui (depuis 24 ans donc) pour le contrôle et les suggestions liées au « mot le plus long ».

  • 1 Eco Umberto, « Innovation et répétition : entre esthétique moderne et post-moderne », paru dans Dae (...)
  • 2 Ibid., p. 11.
  • 3 Ibid., p. 6.

9Il semble bien qu’on soit là devant la stratégie de répétition qu’évoque Umberto Eco en parlant du reproche que l’art moderne adresse au mass média :« selon l’esthétique moderne, les principales caractéristiques des produits des mass médias étaient la répétition, l’itération, l’obéissance à un schéma préétabli et la redondance (par opposition à l’information) »1. Eco parle « de nombreuses occurrences, ou tokens, d’un même type ou modèle »2 et les règles d’un jeu télé correspondent bien à ce répertoire puisqu’elles assurent une base stable et pérenne à l’émission, à son fonctionnement et à son déroulement itératif. Pourquoi donc l’émission Des Chiffres et des Lettres continue-t-elle d’être regardée après tant d’années de diffusion malgré ce caractère essentiellement répétitif ? Précisément, peut-être, parce qu’elle est répétitive. Pour Eco, « la distraction consiste en cette réfutation de l’existence d’une succession d’événements, dans le retrait de la tension du passé/présent/futur au profit de la concentration sur un instant, qu’on aime précisément parce qu’il est récurrent »3. On peut donc regarder l’émission sans « jouer » véritablement, sans vraiment parier sur un candidat ni compter les points du score, simplement pour se laisser bercer par l’immuable, rassuré par la répétition. Les modalités mêmes du jeu permettent pourtant des variations infinies, conformément à la logique sérielle : chaque candidat apporte finalement en lui- même la possibilité d’une variation, chaque jeu est différent puisqu’il s’agit toujours de la confrontation d’un humain particulier avec des règles qui paraissent immuables. Cette potentialité est d’ailleurs largement exploitée : tous les modes de « candidatures » ou presque ont été explorés, du « tournoi des générations » au « tournoi des seniors » ou « des juniors ». De nombreux jeux télévisés se ressourcent d’ailleurs dans cette possibilité, qui devient presque une « recette » de sérialité : Qui veut gagner des millions par exemple, qui propose de jouer avec des célébrités, Questions pour un champion spécial « Grandes écoles », etc.

10Le jeu télé active donc finalement cette définition de la distraction en tant qu’il met en scène des individus communément soumis aux mêmes règles. Si l’on tire un peu la métaphore, un candidat idéal s’incarne dans la figure emblématique des « maîtres du jeu » garants des règles que sont « Bertrand » « Max Favalelli » puis « Arielle », séculairement inchangés sur le plateau périodiquement « relooké » Des Chiffres et des Lettres. Ils représentent à la fois le candidat qui aurait toujours les meilleures réponses possibles, l’arbitre omniscient, le garant de ce qui « est accepté » dans le cadre des règles ou pas, mais aussi la mémoire historique du jeu dont leur vieillissement physique au fil du temps témoigne : une figure archétypale de l’individu qui joue au « compte est bon » et au « mot le plus long » et que la succession des différents candidats ne ferait finalement que décliner, éternellement. Malgré la longévité de l’émission, il est d’ailleurs intéressant de remarquer qu’il n’y a jamais aucune allusion au politique. Lors de l’élection de François Mitterrand par exemple, ni les émissions du 24 avril 1981 ni les suivantes ne font même référence à la période électorale : l’actualité ne transparaît jamais dans le discours des candidats ni dans celui des animateurs. Le jeu se place « en dehors » des mutations du monde, comme une parenthèse : la distraction apparaît donc aussi comme une abstraction au sens littéral, un moment qui nous invite à nous extraire des réalités de l’actualité. La pérennité de l’émission aurait alors pour conséquence de permettre d’exorciser l’angoisse du temps qui passe, de « détemporaliser » le quotidien dans un présent à jamais recommencé. Cette impression rassurante que quelque chose reste immuable, que « tout n’est pas fini » de l’enfance ou du passé, c’est sans doute ce que partagent les spectateurs devant la longévité de ce jeu télé. À la fois marqueur temporel « Patrice Laffont a drôlement vieilli » et garant d’un temps suspendu « c’est toujours le même jeu », on est bien là, du côté de la réception, dans ce paradoxe que met en place la sérialité telle que Verlaine la définissait pour parler de la femme aimée : « ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre ». Aimer une émission, c’est la regarder avec les yeux de la sérialité, c’est constater qu’elle change, mais pour autant reste identique, que le temps passe et que, pourtant, elle – et nous – sommes restés, pas tout à fait identiques à nous- mêmes, mais pas complètement différents non plus.

11Car « relooker » une émission tout en maintenant ses règles quasi- inchangées, c’est finalement l’actualiser, au double sens de la rendre plus actuelle et de l’inscrire davantage dans le présent.

Les enjeux de la familiarité : jeu télé et présence

12S’il est parfois facile de jeter aux orties telle ou telle production télé jugée abêtissante voire aliénante, un jeu télé comme Des Chiffres et des Lettres est sans doute le plus susceptible de passer au travers de ces critiques et même de se doter d’une certaine légitimité culturelle. En cela qu’il fait appel à des compétences finalement assez respectables et pluridisciplinaires, la légitimité intellectuelle du jeu fait sans doute également partie des secrets de sa longévité.

  • 4 Le jeu a existé au Royaume-Uni sous le nom Countdown entre 1982 et 2008.
  • 5 Expressions employées par Patrice Laffont lors des émissions du 7/02/81 et du 6/02/81.
  • 6 http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Des_Chiffres_et_des_Lettres, consulté le 10 juillet 2010.
  • 7 Les Inconnus ont proposé quatre variations autour de l’émission Des Chiffres et des Lettres en Polo (...)
  • 8 Dans les années 1980 l’émission hebdomadaire Le Collaroshow proposait chaque semaine une parodie de (...)
  • 9 Eco, Umberto, op. cit., p. 13.

13Par ailleurs, ce jeu a suscité des réutilisations, à l’échelle nationale et même internationale4. La multiplication de ces avatars en dehors du champ strictement réservé au programme en lui-même apparaît comme un autre mode de déclinaison sérielle : fortement enraciné dans le Paysage Audiovisuel Français, considéré comme « une grande messe » « un événement national »5, le jeu a suscité de nombreuses parodies qui sont autant de modes de multiplication d’une présence du jeu dans la sphère médiatico-culturelle. Que ce programme ait amené d’autres modalités que ses propres déclinaisons sérielles apparaît bien comme la preuve du large réinvestissement pragmatique qu’il a suscité. La certitude absolue qu’il sera reconnu autorise ainsi toutes les intertextualités, des communautés de réception diverses, comme en témoigne, entre autres, l’article de la « désencyclopédie » qui lui est consacré6. Les parodies du jeu pullulent sur Youtube, à la suite de parodies plus connues comme celle des Inconnus7, ou du Collaroshow8. On a bien là la preuve de l’efficacité du schème invariant structurant l’émission : il survit à toutes les métamorphoses et permet toujours in fine sa reconnaissance, qui passe aussi par des « formes de dialogues intertextuels (…) désormais transférées dans le domaine de la production de masse »9. La parodie apparaît comme une modalité de la sérialité, une forme de répétition avec variations permettant finalement de renforcer la vitalité du schème originel en cela que s’exhibe, dans ses reprises même, le potentiel infini de sa variabilité.

14Car la répétition fonctionne aussi comme modalité de la présence. Cette présence est avant tout liée à une certaine rhétorique que s’approprient la télévision et sa démarche sérielle et que Perelman définit ainsi :

  • 10 Perelman Chaïm et Olbrechts-Tyteca Lucie, Traité de l’argumentation : la nouvelle rhétorique, Éditi (...)

Parmi les figures ayant pour effet d’augmenter le sentiment de présence, les plus simples se rattachent à la répétition, qui est importante en argumentation, alors que, dans une démonstration et dans le raisonnement scientifique en général, elle n’apporte rien. La répétition peut agir directement ; elle peut aussi accentuer le morcellement d’un événement complexe, en épisodes détaillés, apte, nous le savons, à favoriser la présence10.

  • 11 Kokoreff Michel, « Sérialité et répétition : l’esthétique télévisuelle en question », in Quaderni, (...)

15La répétition permet de renforcer le sentiment de présence et c’est sans doute aussi pour cette raison que la télévision produit de la répétition, que les « séries télé » marchent si bien, que Des Chiffres et des Lettres est diffusé depuis bientôt 40 ans et Le Mot le plus long depuis 1965. La présence de la télé, son adoption dans un foyer qu’elle finit par habiter, se manifeste par le rituel qu’elle instaure autour de certains rendez-vous. Le jeu ou plutôt l’action de regarder le jeu – et sans doute faut-il retrouver là un point de vue sémio-pragmatique – joue alors un « rôle de sécurisation sociale face à l’indétermination et à l’obsolescence des repères qui façonnent l’identité collective »11. Ainsi, même les échanges entre les animateurs fonctionnent comme une machine bien huilée, une mise en scène attendue. Patrice Laffont cultive son attachement au Sud de la France, que ne manque jamais de lui rappeler Max Favalelli. Le calme légendaire de Bertrand, la réputation de grivoiserie de Laffont, les petites taquineries courtoises entre Arielle et Bertrand qui arbitrent à deux dans la configuration actuelle du jeu présenté par Laurent Romejsko, autant de « rôles » qui paraissent fixés d’avance et qui permettent d’anticiper les échanges, comme des « running gag » ou des séquences prévisibles voire attendues et donc rassurantes. Le spectateur a l’impression de bien connaître ces animateurs qui lui sont devenus vraiment familiers.

16La « consommation du même » est rassurante parce qu’elle nous exonère un peu de notre solitude, elle crée l’illusion d’une communauté. En témoignent les clubs Des Chiffres et des Lettres qui se sont spontanément constitués dans toute la France dès les années 70 et qui existent aujourd’hui encore. À l’étonnement même du producteur de la série Armand Jammot, des gens se sont mis à « jouer ensemble », à créer finalement ce que l’on n’appelait pas à l’époque des « réseaux sociaux » autour du jeu. Avant même que l’émission elle-même n’institutionnalise ces clubs en diffusant une « coupe des clubs », la sociabilité s’est spontanément créée autour du jeu, précisément parce que dans le rituel quotidien répétitif qu’elle instaure, des hommes et des femmes ont reconnu la possibilité d’un « être ensemble ».

17Que la télévision ait été le premier vecteur de la notion de « réseaux » et de« communauté », cette émission le prouve. Elle est en effet à l’origine d’une grande innovation télévisuelle : la première mise en réseau des clubs grâce à l’utilisation communautaire du Minitel qui permettait de faire jouer ensemble des clubs éparpillés aux quatre coins de la France. Lors d’une émission spéciale diffusée le 8 juillet 1985, 55 clubs rassemblés dans 11 centres ont participé aux épreuves de sélection, tous en même temps, sur les mêmes tirages. Lors de ces sélections et pendant la finale et les ! finales, Antenne 2 installe dans ses studios un « PC » chargé de piloter les 11 centres par informatique via le minitel. Lors de la Finale, le responsable du PC, interrogé par Patrice Laffont commente : « on ne sait jamais avec l’informatique ce qui va se passer, mais un grand merci à la DGT, tout se passe bien ». Révolution pour l’époque, c’est en effet la preuve que la sérialité télévisuelle, loin d’abrutir systématiquement les masses, peut avoir un effet positif sur des spectateurs, produire du lien social, une émulation positive, et aussi une envie d’innover. Car sur cet exemple précis, il ne saurait être question d’un anéantissement de la créativité par la télévision, bien au contraire.

18Et si la « ménagère de moins de 50 ans » cœur de cible des études de l’audimat apparaît dans les représentations comme un être grégaire, casanier, c’est précisément sans doute parce que la télévision en elle-même invite à un repli sur le foyer familial et que la sérialité qui s’y déploie agit comme autant de rituels qui rythment et éventuellement cimentent la vie d’une famille, d’un couple, d’une communauté. Lorsque j’étais enfant, regarder Des Chiffres et des Lettres, c’était partager un moment privilégié avec mes grands-parents, expérience qui permet à elle seule d’expliquer pourquoi, bien des années plus tard, je me penche sur le cas particulier de cette émission avec le désir de rationaliser un attachement presque affectif pour un objet audiovisuel. Il y a des émissions que l’on aime justement parce qu’elles n’ont pas été un moment unique, bref, inimitable, mais précisément parce que leur répétition, leur retour rituel, leurs différentes déclinaisons a pu marquer toute une époque de notre vie.

19C’est ici sans doute qu’il faut évoquer le quasi « morceau de bravoure » que constitue le générique de l’émission. Composé par Eddie Warner et intitulé « Western Patrol », ce morceau aux airs un peu martiaux rythmés par des cuivres insistants et des roulements de tambours dignes de LA garde républicaine, a suivi toutes les modifications de l’émission. Jusqu’en 1986, il reste instrumental puis devient électronique, sacrifiant à la « modernisation » environnante et conformément aux évolutions techniques de l’émission qui aboutiront, en 1995, à l’informatisation des tirages, des calculs, etc. Le rythme du générique est accéléré jusqu’en 1999 (le 14/01), date à laquelle, à l’occasion d’un relooking, le générique apparaît dans une version « lounge » assez lente, très ralentie par rapport au tempo précédent. En 2002 (le 23/04) le générique est vocalisé : des cœurs fredonnent le thème, jusqu’en 2006 où le thème sera de nouveau interprété par des synthétiseurs. Bref, toujours est-il que, malgré ces variations, le thème du générique reste inchangé proposant donc en lui-même un exemple de sérialité musicale dont l’enjeu principal semble être le suivant : que ce générique reste reconnaissable, immédiatement identifiable, qu’il agisse dont comme une identité sonore de l’émission.

20Hélène Duccini assigne clairement ce rôle au générique : « La musique des génériques d’émission joue un rôle analogue à celui des spots de publicité : prévenir les téléspectateurs, peut-être éloignés du récepteur, que l’émission commence ; c’est un signal d’appel »12. Signal d’appel qui s’explique aussi par le fait que « l’air » de ce générique se retienne si facilement. Ses roulements de tambours (que la version électronique reprend rythmiquement) fonctionnent bien comme un « signal d’appel », presque comme un signe de ralliement, rejouant finalement le rôle effectivement martial de la musique : le spectateur peut décider de se laisser « embrigader » par l’émission, au son des tambours du générique. En ce sens, ce générique « fonctionne » : il est souvent plébiscité, qualifié de « culte » par des internautes13, souvent imité, systématiquement réutilisé dans les parodies comme signe de reconnaissance de l’émission, il est le meilleur garant de son identification.

  • 14 Kokoreff Michel, op. cit., p. 12.

21Ainsi semble se vérifier l’idée selon laquelle « nous consommons de la relation, de la co-présence dans un jeu de renvois en miroirs qui produit du narcissisme à l’état de masse »14. Si l’accusation de narcissisme est sans doute à relativiser, la relation et la co-présence apparaissent bien, en ce qui concerne Des Chiffres et des Lettres, comme étant à la fois la cause et la conséquence du succès de l’émission. Mais au-delà de cette émission particulière, c’est sans doute finalement une large part du fonctionnement de la télévision qui se joue dans ces répétitions sérielles.

La sérialité comme « mode télévisuel »

22La sérialité apparaît aussi comme le résultat d’un contexte, celui-là même définit par les grilles de programmes et les logiques marchandes de la télévision actuelle. Car la sérialité ne concerne pas seulement les séries télé, mais le fonctionnement global du média. Tout d’abord, et pour abonder dans le sens de Benjamin ou d’Adorno, parce que la télévision est le lieu d’une valorisation de la reproductibilité. Une émission de télévision doit avant tout entrer dans un certain « format », s’insérer dans une grille de programme, boucher des trous, elle doit en ce sens être interchangeable, mais aussi exportable, rediffusable etc. Cependant, ce constat ne s’applique pas totalement à l’émission qui nous occupe et nous amène à la relativiser.

  • 15 Eco Umberto, op. cit., p. 11.

23Des Chiffres et des Lettres est bien une production originale et la figure emblématique du producteur, Armand Jammot est d’ailleurs très présente dans l’émission. Ainsi, dès son origine, l’émission ne s’intègre pas totalement dans la logique sérielle qui prévaut pour la programmation de série télé par exemple, mais s’annonce comme une innovation. Encore aujourd’hui, le générique indique qu’il s’agit d’une « idée originale » d’Armand Jammot. Ce jeu est le fruit d’un désir de création audiovisuelle c'est la création qui est audiovisuelle) et en cela revendique même parfois une posture presque « auteuriste », comme en témoigne la présence de son producteur/inventeur pour assurer la « passation de témoin » entre Patrice Laffont et Laurent Cabrol le 08/02/1989 ou l’émission « hommage » à la mémoire d’Armand Jammot lors des quarante ans de l’émission Le mot le plus long le 10 janvier 2005. Pour l’occasion, le plateau est dominé par une grande photo du producteur, ici élevé au rang de figure tutélaire, de véritable créateur. Armand Jammot apparaît ainsi comme l’ « auteur » incontesté du programme, le responsable de sa diffusion, de ses choix éditoriaux et de son bon fonctionnement. « Armand Jammot a décidé que… » revient à plusieurs reprises dans les explications que Patrice Laffont fournit à propos de telle au telle modification. Des Chiffres et des Lettres permet donc de relativiser l’idée que les programmes de télévision relèvent de la pure « reproduction », dans le sens où l’entend l’École de Francfort, puisqu’elle se revendique en tant que création. C’est ici que le concept même de sérialité peut être interrogé : si les variations autour d’un schème fixe sont infinies, elles seront peut- être d’autant plus efficaces et d’autant plus indéfiniment possibles que le schème de base est original, même s’il est simple. Si les variations sérielles finissent par niveler cette originalité en donnant in fine l’impression que l’émission « a toujours existé », ce n’est peut-être finalement que le résultat d’un travail d’innovation préalable incontestable. On rejoint là l’idée d’Umberto Eco selon laquelle la sérialité est aussi finalement la marque de toute création artistique moderne, entre « procédé et innovation »15 relativisant l’habituelle hiérarchie entre l’art et les médias.

24Et aujourd’hui encore, cette émission peut paraître atypique dans le Paysage Audiovisuel Français, échappant peu ou prou au « formatage » des émissions au sein de grilles de programme soumises à la tyrannie de l’audimat. Ne serait-ce déjà, pourrait dire, de façon un peu provocante, parce que Des chiffres et des Lettres reste le bastion d’une certaine lenteur. Là où la télévision plébiscite généralement un rythme accéléré, la chasse au temps mort, cette émission, de fait, met en scène des temps de pause. Aujourd’hui, si elle est si souvent considérée comme une émission « pour les vieux » qui passe dans les maisons de retraite, c’est précisément parce que comparée aux autres émissions du PAF (et y compris les jeux TV) son rythme est lent. Cette lenteur est en partie inhérente aux modalités même (mêmes) du jeu. L’inévitable litanie du choix des lettres par exemple, même si elle a pu être accélérée par l’assistance de l’ordinateur, contribue à cette impression. La question du rythme s’est évidemment posée pour les responsables éditoriaux de l’émission. En 2004, Laurent Romejko, qui présente l’émission depuis 1992, fête les 40 ans du Mot le plus long par un changement des règles du jeu : désormais il y aura 20 coups en 6 minutes ce qui provoque une « évaluation de la rapidité » des candidats. La victoire ira donc désormais au plus rapide, et, signe des temps, on attribue aux candidats un « buzzer » en leur expliquant que « le plus vite sera le mieux ». Le face à face des candidats est un peu modifié : ils demandent désormais chacun une lettre et l’informatisation du tirage permet d’aller plus vite que les sempiternelles manipulations manuelles de Patrice Laffont puis de Laurent Romejsko, parfois émaillées de quelques maladresses.

25L’émission tente ainsi de répondre à l’accusation de lenteur qui lui est souvent faite. Lors de l’émission spéciale des 40 ans de l’émission, Patrice Laffont, désormais producteur de l’émission, revient ponctuellement présenter Des chiffres et des Lettres et sa rhétorique a changé : il parle désormais de « spectacle », il parle à plusieurs reprises de « show », le vocabulaire du spectaculaire a pris le pas sur celui du jeu. Lors de l’émission du 23/03/2006, sur un plateau « relooké », le « tournoi des as » remplace le « tournoi des légendes » (le mot « légende » suggérait-il trop la dimension « archaïque » de l’émission ?) et Romejsko dit « le tournoi des légendes vous a beaucoup plu, c’était très rapide, un véritable spectacle ». On voit bien ici ce que privilégie la sérialité télévisuelle des années 2000 : rapidité et spectaculaire.

  • 16 Terme utilisé par les techniciens audiovisuels pour désigner une musique sans paroles composée pour (...)

26À son échelle, et avec son public-cible qui l’autorise à une certaine résistance face à l’accélération généralisée du rythme télévisuel, l’émission sacrifie donc aux nouveaux impératifs de la sérialité : donner à voir. La prolifération des images et des sons qui se manifeste dans les différents habillages de l’émission va dans ce sens : de plus en plus d’incrustations, d’images dans l’image, de split screen, de moniteurs LCD rejouant « le petit écran » dans l’écran, d’habillage dynamique (des scores, des lettres), de caméras pour filmer le plateau. Dans les années 70, les temps de réflexion ne sont pas sonorisés, instituant un silence qui semblerait aujourd’hui suspect. Des « tapis sonores »16 viennent désormais donner du rythme et accentuer l’impression de tension puisque le rythme du « tapis » s’accélère à mesure que le chrono tourne, tandis qu’une barre de défilement en bas de l’écran surligne encore l’écoulement temporel. La dramatisation du temps auparavant verbalisée, « quinze secondes », est désormais sonorisée. Comme si tous ces dispositifs n’étaient pas suffisants, la lumière est modifiée pendant le temps de réflexion.

27Cette émission, dans ses déclinaisons sérielles qui se déploient sur un demi- siècle, permet de voir à quel point s’installe dans la rhétorique audiovisuelle une nouvelle grammaire de l’image. Du cadrage frontal des deux candidats et du présentateur au début des années 70, on est passé au décor circulaire d’aujourd’hui, propice aux variations d’angle de prises de vues désormais prises en charge par 8 caméras, dont une mobile. La caméra zénithale qui permettait de suivre le tirage des lettres a laissé place à un habillage informatisé. Le hors-champ diminue : les candidats, le présentateur et les « arbitres » s’éloignent dans la disposition du plateau, créant un troisième espace qui n’existait pas au début de l’émission qui rassemblait le présentateur et les candidats dans un même cadre. La réalisation privilégie « l’insert » permis par le compositing et les incrustations, donnant l’impression finalement d’un « patchwork » d’images, trouant l’unité du champ, complexifiant les modalités de la perception de l’image et des sons. Notons par ailleurs que la présence d’Arielle et de Bertrand ne se justifie plus par leurs compétences littéraires ou scientifiques : un ordinateur suffirait aujourd’hui à prévoir et valider toutes les réponses possibles de candidats. Leur maintien dans l’émission se justifie désormais par leur rôle de commentateurs de l’action et de la performance, par la didactisation du propos plus que leurs connaissances. Ils contribuent surtout, par leurs interventions, à rythmer l’émission.

  • 17 C’est la posture qu’adopte dans son article Michel Kokoreff : « Là où l’on feint de croire que l’on (...)

28Le plateau paraît donc plus aéré, et exhibe les modalités de son fonctionnement. On remarque que dès le début de son histoire, le jeu se met en scène comme un dispositif d’énonciation, qui ne fait parfois référence qu’à lui- même. Un exemple symptomatique de cela est l’autocongratulation de l’émission à de nombreuses occasions. Le 7 février 1981 par exemple, est diffusée la 2475e émission quotidienne, en présence d’Armand Jammot. Cette émission est l’occasion d’un véritable moment d’autoréflexivité : le producteur, en compagnie de Patrice Laffont et de toute l’équipe explique aux téléspectateurs le fonctionnement des casting, les modalités d’enregistrement de l’émission, la justification des règles, la clarification du rôle de chacun des « arbitres ». Cette émission spéciale se conclut par le constat selon lequel « Des chiffres et des Lettres, ça devient une grande messe » et qu’à cet égard « on ne peut pas changer comme ça une émission qui marche depuis longtemps ». Si cette autoréflexivité peut être considérée comme un repli stérile du discours sur lui-même17, elle permet aussi de conscientiser ce qui change et ce qui reste, de faire partager l’essence même du medium comme outil de communication. Autant qu’un jeu, Des chiffres et des Lettres se dévoile donc comme un lieu d’échange : « le courrier des téléspectateurs » est lu en direct, on y répond, et donc, finalement, l’émission revendique aussi une ouverture sur la vie réelle. Non pas que le dispositif lui-même ne soit pas aussi parfois commenté de l’intérieur. Lors d’un direct à l’occasion de la « Coupe des Champions » le 02/02/85, Patrice Laffont ironise « je ne sais pas du tout sur quelle caméra je suis ». C’est aussi le présentateur qui commente les différents « relooking » du plateau et les nouveautés techniques, comme il signale le « nouveau chronomètre » acheté pour la régie lors de l’émission du 05/01/1982.

29Mais le jeu télé a cette force particulière d’inviter finalement de vraies gens à venir expérimenter le fonctionnement télévisuel. Le « personnage » de Bertrand Renard est révélateur à cet égard : ancien candidat devenu présentateur de l’émission, son histoire même résume, en la poussant hors des limites habituelles, l’absorption du « quidam » par le monde télévisuel, ce petit paradoxe qui se répète lors de chaque émission et que plébiscitent aujourd’hui, jusqu’au cliché, les émissions de télé-réalité ou de « télé crochet » comme Secret Story ou Star Académie. Dans le monde du jeu télé, le candidat est bien « ni tout à fait l(e) même ni tout à fait un(e) autre », mais il est ponctuellement absorbé par ce monde de lumière et de caméra qui, le temps d’une émission, le fait devenir un être sériel télévisuel. La télévision semble avoir ce pouvoir de contaminer le réel par ses modes de fonctionnement. La sérialité ici, devient un mode d’être.

  • 18 On retrouve sur le site INA.fr le candidat qui a trouvé le mot « enculages » lors de l’émission du (...)

30La sérialité se joue donc là, aussi, dans les différents modes de rapport au réel que la télévision propose. Il ne s’agit pas seulement de constater une « trahison du réel » que met en œuvre le vertige sériel dans le fonctionnement télévisuel. Car un jeu télé comme Des Chiffres et des Lettres propose une certaine modalité de cette déclinaison qui repose aussi sur un véritable ancrage dans la « vraie vie ». Rituel de l’émission depuis les années 70 : un petit mot sur le candidat, sa profession, son lieu d’habitation, un petit bonjour aux amis ou à la famille. Il ne s’agit pas d’entrer dans son intimité, de suivre ses faits et geste gestes dans un loft, mais simplement de le faire rejoindre la longue série des candidats qui l’ont précédé et qui le suivront, d’en faire un acteur de cette émission qui s’inscrit dans une chaîne ininterrompue, un maillon du corpus énorme des archives du programme, de l’inscrire aussi finalement, un peu, dans l’ « histoire Des chiffres et des lettres ». Inscription variable d’ailleurs, car certains candidats marquent (parfois à leur corps défendant) l’émission plus que d’autres, soit parce qu’ils sont particulièrement brillants (c’est le cas de Bertrand Renard) soit parce qu’ils trouvent un mot incongru18. Est-ce la « minute de célébrité » que revendiquant Andy Warhol, confirmant l’ancrage revendiqué par Umberto Eco de la sérialité télévisuelle dans une forme d’art moderne ?

  • 19 Nel Noël, « Généricité, séquentialité, esthétique télévisuelle », in Réseaux, 1997, volume 15, n° 8 (...)

31Il n’est donc pas question de réduire ici la question de la sérialité à la répétition du même. Il s’agit au contraire de constater qu’elle occasionne de véritables évolutions dans la répétition même, en particulier en ce qui concerne le régime de visibilité et de temporalité du medium. Ainsi, les variations de l’esthétique audiovisuelle apparaissent, en ce qui concerne Des Chiffres et des Lettres, comme reposant sur un savant dosage entre le nouveau et l’ancien, entre ouverture sur le réel et autoréférentialité, ce qui semblerait faire signe finalement vers la post-modernité, comme le suggérait déjà Umberto Eco. Si l’émission échappe toujours au désintérêt des spectateurs (sa longévité le prouve assez), c’est sans doute parce qu’elle est aussi un vestige d’une autre télévision, d’un autre temps télévisuel qu’elle continue de citer, tout en s’inscrivant dans la contemporanéité. La sérialité n’apparaît pas seulement comme un gage de modernité ou de post-modernité du medium mais aussi comme une modalité d’inscription dans l’histoire même de cette « usine de déclinaison sérielle »19 qu’est la télévision. Finalement, la sérialité pourrait donc aussi se comprendre comme le mode même de l’historicité télévisuelle.

Haut de page

Notes

1 Eco Umberto, « Innovation et répétition : entre esthétique moderne et post-moderne », paru dans Daedalus pour la version originale, repris dans la revue Réseaux, volume 12, n° 68, 1994, p. 12. Trad. fr. Marie-Christine Gamberini.

2 Ibid., p. 11.

3 Ibid., p. 6.

4 Le jeu a existé au Royaume-Uni sous le nom Countdown entre 1982 et 2008.

5 Expressions employées par Patrice Laffont lors des émissions du 7/02/81 et du 6/02/81.

6 http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Des_Chiffres_et_des_Lettres, consulté le 10 juillet 2010.

7 Les Inconnus ont proposé quatre variations autour de l’émission Des Chiffres et des Lettres en Pologne, aux Etats-Unis, en Israël et en Belgique. A chaque fois, le jeu était l’occasion de caricaturer les stéréotypes de chaque identité nationale : les Polonais n’ont plus de voyelles, mais seulement deux consonnes : C et P, les Israéliens négocient le score, les Belges ne comprennent pas les règles du jeu et les Américains transforment le concept en show bruyant et incompréhensible.

8 Dans les années 1980 l’émission hebdomadaire Le Collaroshow proposait chaque semaine une parodie de l’émission, le plus souvent prétexte à de fortes connotations sexuelles.

9 Eco, Umberto, op. cit., p. 13.

10 Perelman Chaïm et Olbrechts-Tyteca Lucie, Traité de l’argumentation : la nouvelle rhétorique, Éditions de l’Université de Bruxelles, coll. « Collection de sociologie générale et de philosophie sociale », Bruxelles, 1976 (3e édition revue et corrigée), p. 236.

11 Kokoreff Michel, « Sérialité et répétition : l’esthétique télévisuelle en question », in Quaderni, Hiver 1989/90, n° 9, « Série et télévision », p. 7.

12 Duccini Hélène, La Télévision et ses mises en scène, Nathan Université, coll. « 128 Cinéma-Image », Paris,1998, p. 17.

13 http://www.coucoucircus.org/emissions/generique.php?id=19, consulté le 10 juillet 2010.

14 Kokoreff Michel, op. cit., p. 12.

15 Eco Umberto, op. cit., p. 11.

16 Terme utilisé par les techniciens audiovisuels pour désigner une musique sans paroles composée pour ponctuer, rythmer des séquences télévisuelles ou radiophoniques.

17 C’est la posture qu’adopte dans son article Michel Kokoreff : « Là où l’on feint de croire que l’on regarde telle ou telle émission, c’est la télévision comme machine de communication que nous consommons. », op. cit., p. 29.

18 On retrouve sur le site INA.fr le candidat qui a trouvé le mot « enculages » lors de l’émission du 23 février 1990. http://www.ina.fr/video/I06073763/un-candidat-propose-le-mot-enculages.fr.html, consulté le 15 juillet 2010.

19 Nel Noël, « Généricité, séquentialité, esthétique télévisuelle », in Réseaux, 1997, volume 15, n° 81, p. 45.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Barbara Laborde, « Des Chiffres et des Lettres : distraction, variations, habitudes », Mise au point [En ligne], 3 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 25 février 2017. URL : http://map.revues.org/894 ; DOI : 10.4000/map.894

Haut de page

Auteur

Barbara Laborde

Agrégée de Lettres Modernes, elle enseigne en BTS audiovisuel à l'INA SUP. Son travail de recherche pour sa thèse de doctorat sous la direction de Laurent Jullier porte sur les présupposés et enjeux de l'enseignement du cinéma et de l'audiovisuel en lycée.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page