Skip to navigation – Site map

Consignes aux auteurs

Outline

Top of page

1. Présentation du texte

Toute trace de la mise au protocole devra être supprimée du document envoyé en révision. La trace de ces changements devrait être préservée dans une autre version du document. Les textes doivent être enregistrés au format |.doc|. Utiliser la police de caractères Times New Roman. L'unité des tailles de caractères est le point pica (pt).

1.1 Mise en forme générale de l’article

Taille de caractère du titre : 18 pts
Taille de caractère du nom de l’auteur : 16 pts
Taille de caractère du texte : 14 pts
Taille de caractère des citations en retrait : 10 pts
Taille de caractère des notes de fin : 10 pts
Simple interligne.

Ci-dessous : Times New Roman, 14 points pica

Image 1.jpg

1.2 Uniformité de la typographie

L’une des tâches importantes du protocole est d’uniformiser la typographie.

1.2.1 Éléments typographiques précis

1.2.1.1 Accents et majuscules

Suivant le Multidictionnaire, les accents et les signes diacritiques doivent être mis sur toutes les majuscules (sauf le point sur le I et le J en lettres capitales).

C’est le cas aussi pour les noms propres francophones qui prennent un accent.

Ex : Étienne Souriau

Les acronymes et sigles sont des abréviations en un mot dont chaque lettre représente la première lettre d’un autre mot.

Un acronyme est une abréviation dont le résultat de l’abréviation peut se prononcer comme un mot (ex : Unicef, …). On les écrit en casse standard.

OTAN, OPEP, ACFAS, NORAD, …

Les sigles sont les abréviations dont le résultat de l’abréviation ne se prononce pas comme un mot (ex : ). On les écrit toutes en majuscules.

1.2.1.2 Apostrophes

Certains textes ne contiendront pas des apostrophes standards |’|. Il faut remplacer les |′|, |'| ou autres par le signe standard |’|.

En français, il n’y a pas d’espace entre une apostrophe et le mot qui la suit, même lorsque celui-ci est entre guillemets.

[…] le réalisateur n’hésite pas à dire que le personnage du héros populaire de Fierro est une sorte de Perón et qu’il est l’« incarnation de la nation » (p. 128). [vol. 18, nos 2-3, p. 134]

1.2.1.3 Cf.

La mention |Cf.| doit être indiquée chaque fois en italique, avec ou sans majuscule, selon le cas.

10. Cf. note 26 du premier chapitre de Making Meaning (Bordwell 1989, p. 279). [vol. 17, nos 2-3, p. 190]

1.2.1.4 Citation en exergue

Une citation en exergue doit être en 10 pts, justifiée, placée à 8,35 cm à partir de la marge de gauche, ce qui correspond au milieu de la page. Une espace suit la citation. La signature de cette citation est alignée à droite, et doit être suivie de la référence bibliographique appropriée (date et page).

1.2.1.5 Espaces insécables

En français, les signes de deux points | :| et de points virgule | ;| doivent être précédés d’une espace insécable.

En anglais, au contraire, ces deux signes n’ont pas d’espace qui les précède. Ils sont collés directement sur le mot précédent.

L’espace insécable doit aussi être utilisé pour les notices bibliographiques : il doit être placé pour que les éléments qui sont immédiatement liés le restent. Il faut donc placer un espace entre « vol. » et le volume auquel il réfère, entre « no » et le numéro auquel il réfère, et entre « p. » et les pages auxquelles il réfère (voir à ce sujet 2.5.1, 2.5.2 et 2.7.1).

1.2.1.6 Guillemets

Les articles en français doivent utiliser des guillemets français |« »| et ce, même en citant des articles en anglais.

Minnis 1998: Stuart Minnis, « Digitalization and the Instrumentalist Approach to the Photographic Image », Iris, no 25, 1998, p. 49-59. [vol. 17, nos 2-3, p. 114]

Le même principe s’applique pour les articles en anglais |“ ”|, qui doivent utiliser les guillemets anglais même en citant un article en français.

Odin 2005 : Roger Odin, “L’entrée du spectateur dans le documentaire,” in Dominique Bluher et François Thomas (eds.), Le court métrage français de 1945 à 1968, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005. [vol. 17, nos 2-3, p. 70]

Il ne faut pas oublier aussi que, si une virgule accompagne un guillemet anglais fermant |”|, comme en bibliographie par exemple, la virgule doit être placée avant le guillemet.

En français, le point doit être toujours à l’extérieur des guillemets fermants d’une citation, après le tag le cas échéant.

En anglais, la ponctuation est toujours avant les guillemets fermants, même si la marque n’était pas présente dans le texte original.

Dans une citation en retrait, s’il y a des guillemets à l’intérieur, ils doivent être ceux de la langue respective, c’est-à-dire | « » | en français et | “ ” | en anglais. Autrement dit, comme la citation n’est pas entre guillemets, il ne faut pas utiliser les guillemets de second niveau. Cette règle vaut peu importe la manière dont les guillemets étaient présentés dans le texte original. Le point final dans une citation en retrait doit être après le tag, le cas échéant. Dans le cas d’une citation en retrait qui ne se terminerait pas par un point final (dans la source originale), il faut utiliser le symbole de troncature | […] | ou | … | avant le tag, puis utiliser un point après celui-ci.

[…] c’est qu’il est lui-même prisonnier non de sa naïve magie mais des charmes du théâtre […] (Sadoul 1947, p. 30).

1.2.1.7 Mots avec toujours une majuscule

Certains mots prennent toujours une majuscule.

Ex : Département.

1.2.1.8 Numéros

Voir 2.5.2.

Paragraphes

Il doit y avoir une interligne simple entre chacun des paragraphes, avec un alinéa. L’interligne double sert à délimiter la citation en retrait du reste du texte, et précède aussi un sous-titre dans le texte.

Dans le cas où un auteur voudrait avoir une sous-division plus importante entre deux paragraphes, sans toutefois les diviser par un sous-titre, il peut l’indiquer par un astérisque | * |, qu’il aligne au centre.

1.2.1.9 Parenthèses

Les parenthèses sont dans tous les cas standards | ( ) |. Cependant, une parenthèse au sein d’une autre parenthèse devient un crochet | [] |.

1.2.1.10 Siècles

Pour indiquer un siècle, il faut indiquer en exposant le | e | et en chiffres romains le nombre du siècle.

« Début de XXIe siècle »

1.2.1.11 Symbole de troncature

Quand une partie d’une citation est supprimée par l’auteur, on doit utiliser un symbole de troncature. En français, cette troncature est représentée par trois points entre crochets | […] |. En anglais, les trois points sont suffisants | … |. Cf. Timothy Barnard.

1.2.1.12 Tirets

Les tirets intégrés dans le texte doivent être des tirets quadratins |—| et, en français, séparés d’espaces sécables |mot — mot|, contrairement à en anglais, où il n’y a pas d’espace qui sépare les mots des tirets quadratins |mot—mot|. Lors d’une liste qui utilise des tirets, ceux-ci doivent être des tirets quadratins (un exemple de cette énumération est vol. 19, nos 2-3, p. 289).

— Premier élément
— Deuxième élément
— Troisième élément

1.2.1.13 Titres

En français, uniquement la première lettre du titre prend une majuscule.

La petite Aurore, Requiem pour un beau sans-coeur, La vie est belle

En anglais, toutes les mots prennent une majuscule, sauf les articles.

Dans le corps du texte comme dans la bibliographie, les titres doivent être placés en italique.

1.2.1.14 Sous-titres

Les sous-titres seront indiqués en gras. Ils seront précédés d’une interligne double pour les distinguer du paragraphe précédent. Une interligne simple les séparera du paragraphe qu'ils précèdent. Les titres, sous-titres et sous-titres de niveaux inférieurs seront déclinés avec des chiffres et des nombres et séparés entre eux par des points (comme dans ce document).

1.3 Intégration des éléments bibliographiques

1.3.1 Règles de base

Comment intégrer les « tags » bibliographiques dans le corps du texte ?

Si je viens citer dans le corps du texte, je dois inscrire la référence bibliographique à la suite de la mention de l’auteur.

Pour Bill Marshall (2001, p. 269), À tout prendre, « […] best illustration of Quebec’s identity complexity and moreover, the political dilemma it generates », représente un moment fort de cette démarche d’exploration des espaces interculturels d’hybridation et de métissage. [vol. 19, no 1]

La parenthèse qui accompagne la citation ne doit pas être détachée du nom de l’auteur, si celui-ci est mentionné dans le corps du texte standard. Autrement dit, c’est lorsqu’on introduit l’auteur que l’année et la page de la citation doivent apparaître, ce qui peut être avant la citation. Si, par contre, l’auteur n’est pas mis en contexte dans le texte lui-même, son nom doit apparaître à l’intérieur de la parenthèse, juste après la citation. Le même procédé doit être utilisé pour une référence explicite à un passage d’un texte sans qu’il ne soit cité.

  • 1 L’appel de note « 16 » tiré de cet extrait d’un texte d’Eco est tiré d’un article en français, et d (...)

Let us try : Peg—pig—bristle—brush—Mannerism—Idea—Plato (Eco 1990, p. 27)16. [vol. 17, no 2-3, p. 171]1

Si une seconde citation ou référence suit la première, on peut mentionner uniquement la page entre parenthèses.

Des films […] soumettent le sujet à la question de « son identité composée », expression qu’emploie Amin Maalouf (1998, p. 12) une fois posée que « [l]’identité ne se compartimente pas, [qu’]elle ne se répartit ni par moitiés, ni par tiers, ni par plages cloisonnées » (p. 10). [vol. 19, no 1]

Si la citation termine la phrase, celle-ci doit se terminer par un point. Or, le point doit être placé à l’extérieur du guillemet fermant, et après le tag le cas échéant.

« Une fois daté avec une précision plus ou moins grande, un film peut être considéré comme une source de l’histoire quelle que soit sa nature » (Sadoul 1961a, p. 778). [vol. 19, no 2-3]

1.3.2 Problématiques spécifiques

1.3.2.1 Deux tags collés

Lorsque deux tags sont collés l’un à côté de l’autre, ou que plus d’une référence est mentionnée dans le même tag, nous séparerons les deux références par un |et| plutôt qu’un signe de ponctuation.

Exemple : (Barthes 1960a et 1960b) […] ou (Gorki 1993 et Derrida 2001) [18, 2-3 : p. 194]

Cependant, la virgule sera de mise lorsque plus de deux tags sont collés.

Dans un cas où on aurait deux tags collés du même auteur qui font référence à des pages spécifiques, le point-virgule peut être préconisé, pour mieux distinguer les tags les uns des autres :

[…] d’où leur incapacité à rendre compte de tout ce qui est à l’extérieur de moi et de mon univers (Edmond Cros, cité dans Larouche 1995c, p. 232 ; 1996a, p. 156 ; 1999, p. 108 ; Larouche et Cardinal 1995a, p. 14 ; Larouche et Gauvin 1995b, p. 92). [vol. 19, no 1, p. 124]

1.4 Notes de fin

1.4.1 Appels de notes

Les chiffres arabes (standard) doivent être utilisés pour les appels de note. En français, le chiffre s’inscrit avant la ponctuation, alors qu’il doit être placé après la ponctuation en anglais. En français, dans les cas où un appel de note était placé suite à une citation, il doit être avant les guillemets fermants.

[…] rassemblés à Berlin-Ouest dans l’immédiat après-guerre6. [vol. 18, no 1, p. 139]

En anglais, l’appel de note est toujours placé après les guillemets fermants.

[…] any real responsability for the crimes in question,7 the Western […] [vol. 18, no 1, p. 112]

1.4.1.1 Exception

Les appels de notes concernent la plupart du temps un passage d’un texte, et non pas le seul mot auquel ils sont rattachés. En ce sens, dans le cas où la note devrait s’inscrire suite à un mot ou une expression entre guillemets ― parce qu’il (ou elle) est emprunté(e), connoté(e) ou mis(e) en doute ― mais qu’elle concernerait un passage plus long que le mot ou l’expression en question, la note pourrait s’inscrire à l’extérieur des guillemets.

les « malaises » du doublage tiennent à l’hiatus entre l’expression verbale et l’expression visuelle, qui sont moins ressentis quant les traducteurs et les doubleurs exercent leur métier avec suffisamment de « tact »3. [vol. 20, no 1]

1.4.2 Règles sur le contenu des notes de fin

1.4.2.1 Références bibliographiques télégraphiques

Lorsqu’une note de fin réfère à un élément de la bibliographie, on emploie la plupart du temps le même procédé que le corps du texte.

Parfois, les auteurs renvoient les lecteurs à un ouvrage pour aller plus loin sur une notion spécifique. À cette fin, ils ont recours à un style plus télégraphique, où l’auteur et la date ne sont pas entre parenthèses, qui devrait être préservé. Par contre, même dans ces cas, on devrait utiliser la parenthèse pour séparer les pages référées du nom de l’auteur et de l’année de publication.

See Koppes and Black 1987 (p. 87-90).

1.4.3 Fonctions particulières des notes de fin

1.4.3.1 URL de sites Web

La plupart des sites Web sont intégrés dans les notes de fin, considérant qu’ils n’ont pas nécessairement un auteur ou une date précise et vérifiable. L’adresse URL doit être placée entre crochets.

Toutes les informations bibliographiques habituelles peuvent s’appliquer, sauf celles non disponibles :

Alexandre Fontaine Rousseau, « Mémoires affectives », texte disponible en ligne à l'adresse suivante : <http://www.panorama-cinema.com/html/critiques/memoiresaffectives.htm>.

Mais, dans certains cas, uniquement l’URL est nécessaire :

Selon l’historien Gaston Deschênes, la paternité de la devise, que l’on retrouve inscrite au fronton de l’édifice central du parlement de Québec, revient à l’architecte Eugène-Étienne Taché. Voir <http://www.independance-quebec.com/forum/viewtopic.php?t=2203>.

Dans le cas de textes avec un auteur et une année, ou encore dans le cas de périodiques électroniques, il peut être intégré aux autres références bibliographiques. Dans ce cas, le protocole doit être respecté le mieux possible, et l’adresse URL doit être placée entre | < > |, avant le point final.

Abecassis 2008 : Michael Abecassis, « Langue et cinéma : aux origines du son », Glottopol. Revue de sociolinguistique en ligne, no 12, 2008, <http://www.univ-rouen.fr/dyalang/glottopol/numero_12.htm>. [vol. 20, no 1]

Plusieurs autres formules ont été employées par le passé, notamment celle qui suit qui ne doit plus être utilisée :

Samie 2001 : Amale Samie, « Mektoub, c’est beau et marocain ». http://www.marochebdo.press.ma/MHinternet/Archives298/html_298/MEKTOUB.html 2001 [vol 18, no 2-3]

1.5 Illustrations

Chaque illustration doit avoir sa légende. La légende doit contenir au minimum les informations suivantes : titre du film, nom de famille du réalisateur, année de production et provenance de l’image (collection, copyright, etc). Ex. Tales of Manhattan (Duvivier, 1942) … (Courtesy Museum of Modern Art)

Afin de conserver la meilleure qualité possible, les illustrations originales devront être placées dans un dossier à part. Ce dossier portera le même nom que le document Word et aura l'extension du format image (.jpg ,.png, .gif etc.).

Les problèmes de droits auront été préalablement par l'auteur de l'article.

1.6 Langues de publication

1.6.1 Langues canadiennes

N/A

1.6.2 Langues des parutions récentes

La plupart des parutions récentes présentées dans la revue sont en français ou en anglais. Cependant, il arrive que certaines publications soient présentées en d’autres langues. On privilégie les publications dans les langues les plus communes au sein du lectorat de la revue, comme l’espagnol ou l’italien.

1.6.3 Langue des institutions

L’institution d’affiliation d’un auteur, qui est présentée en fin d’article, doit être indiquée dans la langue d’origine de l’institution. Par exemple, on écrira « Concordia University » plutôt que « Université Concordia ». Nous ne conservons pas d’article devant une institution qui s’écrit dans une autre langue que le français. C’est le cas dans la section « Notes sur les collaborateurs ».

Dudley Andrew est professeur d’études cinématographiques et de littérature comparée à Yale University. [vol. 17, nos 2-3, p. 249]

1.7 Références nécessaires

1.7.1 Règles de base

Chaque fois qu’un ouvrage ou un article de périodique est cité ou mentionné, il doit être dûment référé dans les références bibliographiques, suivant les règles de ce protocole.

1.7.2 Travail de théoriciens

Lorsqu’un travail de théoricien est mentionné, il n’a pas nécessairement à être référé. Par exemple, l’auteur mentionne un texte où est analysée l’œuvre d’un théoricien. Dans ce cas, l’œuvre du théoricien (auteur de second niveau par rapport au texte actuel) n’a pas à être indiqué en références.

Dans nos travaux antérieurs (Lacasse 2006 et 2007) nous avons rappelé que les études de Metz sur le langage cinématographique étaient surtout basées sur l’examen de la bande image dans le cinéma de fiction, et nous avons associé à cette démarche sa définition d’une énonciation réflexive au cinéma, à laquelle nous opposions une énonciation déictique appuyée sur les recherches de Casetti, Jost et Simon. [vol. 20, no 1]

Par contre, dans un cas où l’auteur mentionne l’œuvre d’un autre auteur en référant à un concept précis, il doit indiquer de quel texte il tire ce concept, même s’il n’y a pas de citation comme telle.

— la tendance « conciliatrice » pourrait ressembler à ce que Karl-Otto Apel (1994) a développé en épistémologie des sciences : une tentative de réunion du « sens commun » (au sens de Kant) et de la théorie critique […] [vol. 17, nos 2-3, p. 105]

L’exemple précédent montre les deux cas : la référence à Apel doit être explicite, alors que la notion de « sens commun » de Kant, référé au second niveau (dans Apel), n’a pas à l’être.

2. Références bibliographiques

2.1 Règles de base

2.1.1 Modèle standard

Voici le modèle standard pour chaque type de référence possible. Chaque information standard est détaillée dans une section qui lui est propre (cf. 2.2 à 2.7). Pour les types de références particuliers, voir 2.9. À noter que la langue selon laquelle la mise en forme doit être adaptée est la langue du texte, et non pas la langue de la référence bibliographique.

2.1.1.1 Monographie

Voici le modèle standard pour une monographie, en français puis en anglais :

Nom Année : Prénom Nom, Titre, Ville, Éditions, Année, Nombre de pages.

Name Year : First-name Name, Title, City, Publisher, Year, Number of pages.

Suivant ces deux modèles, voici deux exemples de références bibliographiques :

Althusser 1965 : Louis Althusser, Pour Marx, Paris, Maspero, 1965. [vol. 18, no 2-3, p. 141]

Manovich 2001 : Lev Manovich, Language of New Media, Cambridge, MIT Press, 2001. [vol. 17, no 2-3, p. 70]

2.1.1.2 Ouvrage collectif au complet

Voici le modèle standard pour un ouvrage collectif, lorsqu’il est référé au complet, en français puis en anglais :

Nom Année : Prénom Nom (dir.), Titre, Ville, Éditions, Année, Nombre de pages.

Name Year : First-name Name (ed.), Title, City, Publisher, Year, Number of pages.

Suivant ces deux modèles, voici deux exemples de références bibliographiques :

Lebrat 1990 : Christian Lebrat (dir.), Peter Kubelka, Paris, Paris expérimental, 1990. [vol. 17, no 2-3, p. 210]

Dunkleberger and Hanson 1999 : Amy Dunkleberger and Patricia K Hanson (eds.), American Film Institute Catalog of Feature Films Produced in the United States : Feature Films, 1941-1950, Berkeley, University of California Press, 1999.

2.1.1.3 Chapitre de livre d’un ouvrage collectif

Voici le modèle standard pour un chapitre de livre tiré d’un ouvrage collectif, en français puis en anglais :

Nom-A Année : Prénom-A Nom-A, « Titre-A », dans Prénom-B Nom-B (dir.), Titre-B, Ville, Éditions, Année, Pages du chapitre.

Name-A Year : First-name-A Name-A, “Title-A,” in First-name-B Name-B (ed.), Title-B, City, Publisher, Year, Number of pages.

Suivant ces deux modèles, voici deux exemples de références bibliographiques :

Habermas 1985 : Jürgen Habermas, « Questions or Counterquestions », dans Richard J. Bernstein (dir.), Habermas and Modernity, Cambridge, MIT Press, 1985, p. 192-216. [vol. 18, no 2-3, p. 45]

Collet 1972 : Jean Collet, “No Questions Asked : Conversation with Jean-Luc Godard on Bande à part,” in Royal S. Brown (ed.), Focus on Godard, Englewood Cliffs, Prentice Hall, 1972, pp. 40-45. [vol. 18, no 2-3, p. 234]

Dans le cas où l’ouvrage collectif est déjà cité au complet dans la bibliographie (voir 2.1.1.2), on peut résumer la notice bibliographique, en suivant ce modèle :

Nom-A Année : Prénom-A Nom-A, « Titre », dans Nom-B Année, Pages du chapitre.

Robertson 1997 : Pamela Robertson, « Home and Away. Friends of Dorothy On the Road in Oz », dans Cohan et Hark 1997, p. 271-285.

2.1.1.4 Chapitre d’une monographie

Voici le modèle standard pour un chapitre d’une monographie, en français puis en anglais :

Nom Année : Prénom Nom, « Titre », Titre, Ville, Éditions, Année, Pages du chapitre.

Name Year : First-name Name, “Title,” Title, City, Publisher, Year, Chapter’s pages.

Suivant ces deux modèles, voici deux exemples de références bibliographiques :

Baudelaire 1951 : Charles Baudelaire, « Le peintre de la vie moderne », Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1951. [vol. 18, nos 2-3, p. 212]

Kinder 2001 : Marsha Kinder, “Violence American Style : The Narrative Orchestration of Violent Attractions,” Violence and American Cinema, New York, Routledge, 2001.

2.1.1.5 Article de périodique

Voici le modèle standard pour un article de périodique, en français puis en anglais :

Nom Année : Prénom Nom, « Titre de l’article », Titre du périodique, volume, numéro, Année.

Name Year : First-name Name, “Title,” Periodical’s Title, Volume, Issue, Year, Article’s pages.

Suivant ces deux modèles, voici deux exemples de références bibliographiques :

Esquenazi 2007 : Jean-Pierre Esquenazi, « Éléments de sociologie du film », Cinémas, vol. 17, nos 2-3, 2007, p. 117-141.

Lippit 2002 : Akira Mizuta Lippit, “The Death of an Animal,” Film Quarterly, vol. 56, no. 1, 2002, pp. 9-22.

2.1.1.6 Mémoire de maîtrise ou thèse de doctorat

Voici le modèle standard pour un mémoire de maîtrise ou une thèse de doctorat, en français puis en anglais :

Nom Année : Prénom Nom, « Titre de la maîtrise ou du doctorat », Type (Mémoire de maîtrise ou Thèse de doctorat), Université, Année.

Name Year : First-name Name, “Title,” Type (MA or Ph.D. dissertation), University, Year.

Suivant ces deux modèles, voici un exemple de références bibliographiques :

Ohmer 1997 : Susan Ohmer, “Measuring Desire : George Gallup and the Origins of Market Research in Hollywood,” Ph.D. dissertation, New York University, 1997.

2.1.2 Présentation générale des références

2.1.2.1 Ordre dans la bibliographie

Chaque référence doit être listée l’une après l’autre, en ordre alphabétique d’auteur. Deux textes du même auteur doivent être placés dans l’ordre chronologique, soit du plus ancien au plus récent. La date qui importe ici est celle de la publication actuelle, et non pas la publication originale (autrement dit, la date qui sera dans le tag, cf. 2.6).

Ce sont donc ces deux règles qu’il faut retenir :

  1. Ordre alphabétique

  2. Ordre du plus ancien au plus récent

Certaines règles spéciales s’appliquent pour les références à multiples auteurs (cf. 2.1.2.2 et 2.2 [sous-point]) et pour les auteurs qui portent le même nom de famille (2.1.2.3).

2.1.2.2 Même auteur et même date

Dans les cas où deux textes écrits par le même auteur et la même année sont référés, l’un des deux « tags » contiendra une lettre pour les distinguer. Le premier sera référé comme | Auteur Date | et le second, | Auteur Datea |, le troisième, | Auteur Dateb |, etc. L’ordre à privilégier dans ce cas est l’ordre alphabétique du titre du texte.

Hoffman 2000 : Ernst T. A. Hoffman, « Les automates » [1814], dans Engélibert 2000, p. 43-69.

Hoffman 2000a : Ernst T. A. Hoffman, « L’homme au sable » [1816], dans Engélibert 2000, p. 71-100. [vol. 18, nos 2-3, p. 213]

À noter que deux textes ayant la mention | Anonyme | sont considérés de la même manière au regard de cette règle.

Anonyme 1937 : Anonyme, « Deux méthodes bien différentes », Le Courrier colonial, 9 juillet 1937 [Archives de l’AOF, 64 (31), Dakar].

Anonyme 1937a : Anonyme, Draft report on the Machinery for the Distribution and Display of Educational Films in Educational and Similar Institutions within the British Empire, London, September 1937 [National Archives, CO 323/1420/10, London].

Anonyme 1937b : Anonyme, Memorandum on the Supply of Films for Africans for the Conference of East African Directors of Education, Kampala, January 1937 [National Archives, CO 323/1420/10, London]. [vol. 20, no 1]

2.1.2.3 Auteur cité seul et accompagné

Dans certains cas, un auteur sera cité dans un texte où il travaille seul et dans un texte où il est accompagné. Il faut que son travail en solo apparaisse d’abord, puis son travail accompagné (dans le cas où il est le premier auteur), en suivant l’ordre alphabétique du second auteur puis, si plusieurs textes accompagnés du même auteur sont cités, en ordre chronologique.

S’il est le second auteur d’un texte, l’ordre alphabétique du tag doit être celui du premier auteur, puis du second, avant d’être classées par date.

Larouche 1999 : […]

Larouche 2001 : […]

Larouche et Cardinal 1995 : […]

Larouche et Cardinal 2003 : […]

Larouche et Gauvin 1995 : […] [vol. 19, no 1, p. 126]

2.1.2.4 Auteurs avec le même nom de famille

Deux auteurs peuvent parfois avoir le même nom de famille. Le tag reste le même, soit le nom de famille seulement. L’année distinguera les ouvrages, et une lettre subséquente (a, b, …) pourra identifier plusieurs textes d’une même année comme s’il s’agissait du même auteur. Les auteurs ne sont donc distingués que dans le corps du texte (le cas échéant) et dans la notice bibliographique complète.

Souriau 1956 : Étienne Souriau, « L’univers filmique et l’art animalier », Revue Internationale de Filmologie, no 25, 1956, p. 51-64.

Souriau 1999 : Anne Souriau, « Diégèse » [1990], dans Etienne Souriau (dir.), Vocabulaire d’esthétique, Paris, Quadrige/Presses universitaires de France, 1999, p. 581-583. [vol. 19, no 2-3]

2.2 Auteurs et directeurs d’ouvrages

Dans le corps des articles de Cinémas, les noms de famille des auteurs ne sont jamais indiqués en majuscules. En revanche, c’est le cas dans la section « Parutions récentes » (voir section 3).

2.2.1 Règles sur le nom de l’auteur

L’auteur, si possible, doit être identifié de par son prénom et son nom de famille complet, à chaque référence. Les seuls cas où, par exemple, on peut présenter un texte avec seulement la première lettre du prénom d’un auteur sont les cas où le prénom complet ne serait pas disponible.

2.2.1.1 Auteur anonyme

Certains vieux journaux ou vieux documents n’identifient pas leur auteur. Dans ces cas, on peut identifier l’auteur comme « Anonyme ».

Anonyme 1965 : Anonyme, La Poste, 30 décembre 1895, cité dans René Jeanne, Cinéma 1900, Paris, Flammarion, 1965. [vol. 18, no 2-3]

Advenant le cas où une série de documents anonymes sont impliqués dans la recherche (vol. 19, no 1, p. 147-179), on peut placer les informations bibliographiques disponibles en notes de fin.

2.2.1.2 « Avant-propos » ou autres dans une monographie

Certaines monographies ont un avant-propos qui a été écrit par un autre auteur que l’auteur principal. Dans ces cas, le même principe que les ouvrages collectifs doit être privilégié (2.1.1.3), avec la mention des pages du chapitre lorsqu’on peut y avoir accès.

Quaresima 2004 : Leonardo Quaresima, « Rereading Kracauer », dans Kracauer 2004. [vol. 19, no 2-3]

2.2.1.3 Junior

Certains auteurs, dans leur nom de famille, ont le terme « Jr. ». Bien qu’il faille préserver cette information pour bien identifier l’individu, celle-ci n’apparaîtra pas dans le « tag » du corps du texte.

Gates 1988 : Henry Louis Gates Jr., The Signifying Monkey : A Theory of African-American Literary Criticism, New York, Oxford University Press, 1988. [vol. 19, no 1, p. 177]

2.2.2 Pluralité d’auteurs

L’expression « et al. » est à privilégier lorsqu’il y a plusieurs auteurs (quatre et plus). Elle doit être mise en italique, après le nom du premier auteur. Jusqu’à trois auteurs peuvent entrer dans le tag, mais au-delà, il est préférable d’employer le « et al. ».

Clark, Hodson et Neiman 1988 : Vèvè A. Clark, Millicent Hodson et Catrina Neiman, The Legend of Maya Deren : A Documentary Biography and Collected Works, Volume I Part Two : Chambers (1942-47), New York, Anthology Film Archives/Film Culture, 1988. [vol. 19, no 1, p. 33]

Par contre, on peut mentionner l’ensemble des auteurs dans la référence bibliographique et employer le « et al. » dans le tag. L’ensemble des auteurs est une information optionnelle.

Cohen-Séat et al. 1961 : G. Cohen-Séat, J. Duché, C. Ferran et G. Lelord, « Résultats différents fournis par les tests psychologiques et les tests filmiques chez un enfant de 9 ans », Revue internationale de filmologie, t. 11, no 38, 1961, p. 3-14.

2.2.3 Ouvrages collectifs sans directeur

Certains ouvrages collectifs n’ont pas de directeur explicite, ou ont le nom d’une institution comme directeur. Dans ces cas, dans le « tag », nous employons le nom du premier auteur, suivi de | et al. | et de l’année de publication, et prenons le nom des deux premiers auteurs pour la référence, aussi suivie d’un « et al. ». Le modèle de base est donc le suivant :

Nom-A et al. Année : Prénom-A Nom-A, Prénom-B Nom-B et al., Titre, Ville, Éditions, Année.

C’est le cas dans cet exemple :

Robeson et al. 1985 : Paul Robeson, Jr., Harry Edwards, et al., Paul Robeson : The Great Forerunner, New York, Dodd, Mead & Co., 1985. [vol. 19, no 1, p. 178]

2.2.4 Noms d’auteurs asiatiques

Dans certaines langues, notamment des langues asiatiques, les noms de famille peuvent être placés avant. Le cas échéant, on doit, dans la mesure de nos connaissances, choisir le vrai nom de famille de l’auteur.

2.3 Titres

2.3.1 Règles selon le type de référence

2.3.1.1 Titre d’un ouvrage

Le titre d’un ouvrage doit être en italique. Advenant le cas où il contient un titre de film, par exemple, celui-ci doit être en format standard.

Weinmann 1990 : Heinz Weinmann. Cinéma de l’imaginaire québécois. De La petite Aurore à Jésus de Montréal, Montréal, L’Hexagone, 1990. [vol. 19, no 1]

2.3.1.2 Titres d’articles de périodiques

Le titre d’un article de périodique doit être entre guillemets. Si le titre contient des guillemets, ceux-ci devront être ceux d’un niveau inférieur (guillemets anglais |“ ”| en français, et guillemet simple |‛ ’| en anglais).

Gaudreault 1996 : André Gaudreault, « Le retour du [bonimenteur] refoulé…(ou serait-ce le bonisseur-conférencier, le commentateur, le conférencier, le présentateur ou le “speacher” ? », Iris, no 22, 1996, p. 17-32. [vol. 20, no 1]

Grabner 2005 : Franz Grabner, “‛Der Name der Erbsünde ist Verdrängung’ : Ein Gespräch mit Michael Haneke,” in Christian Wessely, Gerhard Larcher and Frans Grabner (eds.), Michael Haneke und seine Filme : Eine Pathologie der Konsumgesellschaft, Marburg, Schüren Verlag, 2005, pp. 33-46. [vol. 20, no 1]

2.3.1.3 Titres d’extraits de monographies avec un seul auteur

Si seulement une partie d’un ouvrage est référé, sous un autre titre, le nom de l’auteur ne doit être présent qu’une seule fois.

On ne doit pas placer d’article (ni « dans » ni « in ») devant le titre du livre :

Baudelaire 1951 : Charles Baudelaire, « Le peintre de la vie moderne », Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1951. [vol. 18, nos 2-3, p. 212]

Moeller 2006 : Robert G. Moeller, “Victims on the Silver Screen : West German War Movies and the ‘Unmastered Past,’” History Lessons : German Films about the Third Reich and the Holocaust, Austin, University of Texas Press, 2006. [vol. 18, no 1]

2.3.1.4 Titres d’extraits d’ouvrages collectifs avec directeur

On doit employer un « dans » (ou un « in » en anglais) avant le nom du directeur de l’ouvrage.

Habermas 1985 : Jürgen Habermas, « Questions and Counterquestions », dans Richard J. Bernstein (dir.), Habermas and Modernity, Cambridge, MIT Press, 1985, p. 192-216.

von Bedow 1975 : Wilfried von Bedow, “Filmpropaganda für die Wehrbereitschaft. Kriegsfilme in der Bundesrepublik,” in Wilfried von Bedow and Rolf Zurek (eds.), Film und Gesellschaft in Deutschland. Dokumente und Materialien, Hamburg, Hoffmann und Campe, 1975, pp. 316–26. [vol. 18, no 1]

2.3.2 Règles de présentation des titres

2.3.2.1 Lettres majuscules et titres

Pour les titres d’articles, de livres et de films dont la langue est le français, aucun nom commun ne prend de majuscules sauf si le titre débute par ce nom.

Aumont 2002 : Jacques Aumont, Les théories des cinéastes, Paris, Nathan, 2002. [vol. 17, no 2-3, p. 31]

Par contre, à cette règle, les périodiques et les journaux font exception. Pour ceux-ci, la première lettre qui suit l’article doit être aussi une lettre majuscule (ex : La Presse, Le Devoir, L’Écran français, etc.).

Freedland 1949 : George Freedland, « Télécinéma. Essai sur la syntaxe de la télévision », La Revue du cinéma, nos 19-20, 1949.

Dans les titres de textes dont la langue est l’anglais, tous les noms communs prennent une majuscule, sauf certains articles.

Bordwell and Carroll 1996 : David Bordwell and Noel Carroll (eds.), Post-Theory : Reconstructing Film Studies, Madison, Wisconsin University Press, 1996.

2.3.2.2 Distinction entre titres et sous-titres

Lorsque le titre de l’article ou de la monographie est en français, on distingue un titre de son sous-titre avec un |.|.

Tremblay-Daviault 1981 : Christiane Tremblay-Daviault, Un cinéma orphelin. Structures mentales et sociales du cinéma québécois (1942-1953), Montréal, Québec/Amérique, 1981.

Par contre, lorsque la référence est en anglais, nous utiliserons plutôt un signe de deux points pour la même fonction. Celui-ci reste en italique, s’il s’agit d’un titre de monographie ou d’ouvrage collectif.

Carey 1996 : James W. Carey, “The Chicago School and Mass Communication Research,” in Everette E. Dennis and Ellen Wartella (eds.), American Communication Research : The Remembered History, […]

Ce qui distingue l’emploi du deux points ou du point pour diviser le titre de son sous-titre n’est pas la langue dans laquelle le texte de la revue Cinémas est écrit, mais bien la langue de la référence elle-même.

2.4 Ville et Édition

2.4.1 Ville

2.4.1.1 Langue

La ville d’édition doit être écrite — dans la mesure du possible — dans sa langue d’origine.

Spender 1948 : Stephen Spender, European Witness, London, Hamish Hamilton Ltd, 1948. [vol. 18, no 1, p. 51]

2.4.1.2 Province ou état ?

Optionnelle, cette information peut être ajoutée par l’auteur. Dans ces cas, nous la préservons. Il serait avisé aussi de l’indiquer lorsqu’on sait qu’elle peut porter à confusion (par exemple, préciser | London (ON) | pour la distinguer de | London (U.-K.) |). L’information est toujours indiquée sous forme d’abréviation, dans la langue locale.

En français, on la place entre parenthèses après la ville.

Larouche 1991b : Michel Larouche, « Kalamazoo d’André Forcier ou l’intérêt d’analyser un film atypique », dans Jacqueline Viswanathan (dir.), Cinéma français et québécois. Perspectives et méthodes d’approche, Burnaby (C.-B.), APFUCC, 1991, p. 13-23.

En anglais, on l’indique simplement après la ville.

Carey 1996 : James W. Carey, “The Chicago School and Mass Communication Research,” in Everette E. Dennis and Ellen Wartella (eds.), American Communication Research : The Remembered History, Mahwah N.J., Lawrence Erlbaum Associates, 1996, pp. 21-38.

2.4.1.3 Lieu manquant

Un livre sans lieu de publication aura la mention « s.l. ». Dans le cas où il n’y aurait ni lieu de publication, ni éditeur, nous utiliserions « s.l.n.é. » pour « sans lieu ni édition ».

2.4.2 Maison d’édition

2.4.2.1 Élision du nom de la maison d’édition

Le nom de la maison d’édition doit être le plus court possible, en éliminant les informations évidentes. Par exemple, |Seuil| doit être privilégié à |Éditions du Seuil|.

Bazin 1985 : André Bazin, « Ontologie de l’image photographique », Qu’est-ce que le cinéma ?, Paris, Cerf, 1985, p. 9-17. [vol. 19, no 1]

2.4.2.2 Deux éditions ou deux villes

S’il y a deux maisons d’éditions ou deux villes de publication, elles doivent être séparées par une barre oblique |/|. Dans les cas où il y a et deux maisons et deux villes de publication, il faut faire attention à ce que la ville qui précède la barre oblique corresponde avec la ville de la maison d’édition qui précède la barre oblique aussi.

Despoix et Schöttler 2006 : Philippe Despoix et Peter Schöttler (dir.), Siegfried Kracauer penseur de l’histoire, Paris/Québec, Maison des sciences de l’homme/Presses de l’Université Laval, 2006. [vol 19, no 2-3]

2.4.2.3 Maison d’édition et lettres majuscules

Les maisons d’édition ne prennent qu’une lettre majuscule au premier mot (sauf pour un nom propre, évidemment). Par exemple, |Presses universitaires de France| s’écrit toujours avec un |u| minuscule.

2.4.2.4 Éditeur manquant

Un livre sans éditeur aura la mention « s.é. ». Dans le cas où il n’y aurait ni éditeur, ni lieu de publication, nous utiliserions « s.l.n.é. » pour « sans lieu ni édition ».

2.5 Volume et numéro

2.5.1 Volumes

Le terme « volume » pour les périodiques s’inscrit, en français, avec une lettre minuscule et abrégé par un point |vol.|. En anglais, il prend une majuscule |Vol.|.

En anglais, la lettre | o | n’est pas en exposant, et il y a un point après.

no. 2

2.5.2 Numéro

Le terme « numéro » pour les périodiques s’inscrit, en français, avec la lettre | o | en exposant et sans point. Il ne faut pas employer le symbole « degré » | º |.

En anglais, la lettre | o | n’est pas en exposant, et il y a un point après.

Geuens 2002 : Jean-Pierre Geuens, “The Digital World Picture,” Film Quarterly, vol. 55, no. 4, 2002, pp. 19-30. [vol. 17, nos 2-3, p. 70]

Dans le cas où il s’agit d’un numéro double, il faut remplacer le |o| par un |os|, en français comme en anglais. Il faut aussi séparer les deux nombres correspondant aux numéros par un trait d’union (et non pas un | / |, par exemple).

Metz 1975 : Christian Metz, « Entretien », Ça/Cinéma, vol. 2, nos 7-8, 1975. [vol. 17, nos 2-3, p. 32]

2.5.3 Cas particuliers

2.5.3.4 Numéros avec un titre particulier

Certaines revues, dont la revue Cinémas, ont des numéros avec un titre précis (ex : « Mémoires de l’Allemagne divisée »). Celui-ci ne doit pas apparaître dans la référence bibliographique.

Bédard 1990 : Yves Bédard, « Images technologiques : ce qu’il advient de la mémoire », Cinémas, vol. 1, no 3, 1990, p. 89-101.

2.6 Année et problématiques de dates

2.6.1 Principes généraux

Pour les articles de périodique, on n’indique pas la période (mois ou saison) de publication. L’année suffit, puisque le numéro précis est de toute façon indiqué.

Bédard 1990 : Yves Bédard, « Images technologiques : ce qu’il advient de la mémoire », Cinémas, vol. 1, no 3, 1990, p. 89-101.

2.6.2 Cas d’exception

2.6.2.1 Articles de journaux

Comme les journaux sont souvent quotidiens, il importe de placer la date complète dans la référence bibliographique. Tel serait l’exemple d’un article de journaux cité en anglais :

Crowther 1942 : Bosley Crowther, “The Screen,” New York Times, 25 September 1942, p. 25. [vol. 19, no 1]

La date peut aussi s’inscrire de cette façon, qui n’est par contre pas à privilégier :

Schiff 1994 : Stephen Schiff, “The Last Wild Man,” New Yorker, August 8th, 1994, pp. 40-55. [vol. 18, no 2-3]

2.6.3 Année de publication originale

Elle doit se placer entre crochets après le titre. L’année qui est retenue pour le tag est l’année de la publication actuelle et non la première publication. S’il s’agit d’un article de périodique (en français), il faut s’assurer que l’année entre crochets est indiquée après le guillemet, et avant la ponctuation.

Eco 1985a : Umberto Eco, Lector in fabula. Le rôle du lecteur [1979], Paris, Grasset, 1985.

Bazin 1975 : André Bazin, « Le réalisme cinématographique et l’école italienne de la Libération » [1948], Qu’est-ce que le cinéma ?, Paris, Cerf, 1975. [vol. 18, no 1, modifié pour les besoins]

Par contre, on a vu aussi récemment l’année originale juste avant l’année de la publication actuellement citée. Il ne s’agit pas de la bonne manière de le faire.

Heidegger 1997 : Martin Heidegger, Vom Wesen der Wahrheit, Frankfurt am Main, Klostermann, [1943] 1997. [vol. 18, no 2-3]

2.7 Pagination

2.7.1 Règles générales

Une monographie peut, de manière optionnelle, indiquer le nombre de pages qu’elle contient. Cette information est indiquée à la fin, avec un « p. » précédé d’une espace insécable. Cette information est obligatoire pour les monographies ou ouvrages collectifs présentés dans les parutions récentes.

Souriau 1947 : Étienne Souriau, La correspondance des arts. Éléments d'esthétique comparée, Paris, Flammarion, 1947, 280 p.

Un article de périodique ou un chapitre d’ouvrage collectif doit présenter les pages dans lesquelles est contenu l’article. L’information est indiquée à la fin, le « p. » précédant une espace insécable, puis les deux nombres correspondant au début et à la fin du texte, séparés par un tiret standard. Cet exemple est tiré d’un article en français qui cite un article de périodique anglophone :

Hobbs et al. 1988 : Renée Hobbs et al., « How First-Time Viewers Comprehend Editing Conventions », Journal of Communication, vol. 38, no 4, 1988, p. 50-60.

Les règles sont cependant un peu différentes en anglais. Lorsqu’un article s’étend sur plus d’une page, on doit indiquer « pp. » au lieu de « p. », et élider les chiffres des pages lorsque ceux de la page de fin répète ceux de la page de début.

Andrew 2000 : Dudley Andrew, “The Changing Profession : The ‘Three Ages’ of Cinema Studies and the Age to Come,” PMLA, vol. 115, no. 3, 2000, pp. 341-51.

Quoiqu’elle soit obligatoire en théorie, il y a des cas où cette information est manquante dans les anciens numéros. Elle est tout de même à conserver pour les prochaines parutions.

2.7.2 Cas spéciaux

2.7.2.1 Pagination de cahiers de journaux

Dans certains cas, les journaux sont divisés en cahiers. Ces cahiers sont parfois paginés par lettre. Dans ces cas, la lettre doit être préservée pour la bibliographie et pour toute référence du corps du texte qui s’y renverrait.

Tremblay 2004 : Odile Tremblay, « Un étonnant thriller », Le Devoir, 30 octobre 2004, p. E10. [vol 19, no 1]

Dans d’autres cas, les cahiers ont une pagination standard, sans lettre. Chaque cahier porte cependant un titre, et il faut s’y référer pour être clair. Le nom du cahier apparaît entre guillemets, après le titre en italique du journal.

Perreault 2004b : Luc Perreault, « L’homme rapaillé », La Presse (cahier « Cinéma »), 30 octobre 2004, p. 9. [vol 19, no 1]

2.7.2.2 Pagination discontinue

N/A

2.8 Informations additionnelles

Voici quelques informations additionnelles qui pourraient être ajoutées. La manière de le faire est indiquée pour chaque cas.

2.8.1 Informations peu fréquentes

2.8.1.1 Nombre de tomes et de volumes

Dans le cas où l’ensemble d’un ouvrage divisé en tomes ou en volumes est consulté, on peut l’identifier en tant qu’un seul ouvrage.

Andler, Fagot-Largeault et Saint-Sernin 2002 : Daniel Andler, Anne Fagot-Largeault et Bertrand Saint-Sernin, Philosophie des sciences, 2 tomes, Paris, Gallimard, 2002. [vol. 17, no 2-3, p. 114]

Même dans les cas où les volumes ou tomes ne seraient pas de la même année, on peut indiquer l’ensemble de la publication comme suit :

Bazin 1962 : André Bazin, Qu’est-ce que le cinéma ?, 4 volumes, Paris, Cerf, 1958-1962. [vol. 20, no 1]

2.8.1.2 Tomaison et volumes précis

Si un tome ou un volume précis d’un ouvrage a été consulté, on doit l’ajouter après le titre.

Chateaubriand 1966 : René de Chateaubriand, Génie du christianisme [1802], tome 2, Paris, Garnier-Flammarion, 1966. [vol. 18, no 1]

2.8.2 Informations optionnelles

2.8.2.1 Collaborateurs

Dans le cas où la référence serait un ouvrage co-écrit par plusieurs auteurs, l’ensemble de leurs noms n’est pas obligatoire (voir 2.2.2 pour la règle à ce sujet).

Dans le cas où un auteur est indiqué strictement à titre de collaborateur vis-à-vis d’un auteur principal, son nom peut être indiqué entre parenthèses à la suite de l’auteur principal. Il peut par contre apparaître dans le « tag » :

Cohen-Séat et Bremond 1959 : Gilbert Cohen-Séat (avec la collaboration de Claude Bremond), Cahiers de filmologie. Revue internationale de filmologie : Problèmes actuels du cinéma et de l’information visuelle. Numéro spécial I. Problèmes sociaux (1959), p. 1-85. [vol. 19, nos 2-3, p. 99]

2.8.2.2 Collection

La collection est une information optionnelle. Si un ouvrage fait partie d’une série, le numéro qu’il occupe au sein de cette série peut aussi être conservé. Ces deux informations doivent être indiquées entre parenthèses, après la maison d’éditions. Le nom de la collection se place aussi entre guillemets.

Lacasse 2006 : Germain Lacasse, « L’accent aigu du cinéma oral », dans Stéphane-Albert Boulais (dir.), Le cinéma au Québec : tradition et modernité, Montréal, Fides (coll. « Archives des lettres canadiennes », tome XIII), 2006, p. ?.

Deleuze et Guattari 1980 : Gilles Deleuze et Félix Guattari, Mille plateaux — [sic] Capitalisme et schizophrénie 2, Paris, Les Éditions de Minuit [sic] (coll. « Critique »), 1980.

2.8.2.3 Édition établie par

L’individu qui établit une édition peut être indiqué lorsque son nom est pertinent par rapport à un article. L’information doit être indiquée entre parenthèse, à la fin de la référence bibliographique, avant le point final.

Delaunay 1957 : Robert Delaunay, Du cubisme à l’art abstrait, Paris, SEVPEN, 1957 (édition établie par P. Francastel). [vol. 19, nos 2-3, p. 315]

2.8.2.4 Nombre de pages

Le nombre de pages d’un ouvrage est une information optionnelle (voir 2.7.1).

Whitman-Linsen 1992 : Candace Whitman-Linsen, Through the Dubbing Glass. The Synchronization of American Motion Pictures into German, French and Spanish, New York, Peter Lang, 1992, 341 p. [vol. 20, no 1]

2.8.2.5 Publication originale

Lorsque l’information retenue par l’auteur n’est que l’année de publication originale, se référer au 2.6.3.

Si l’auteur mentionne la publication originale au complet, se référer à « Reprise », plus bas.

2.8.2.6 Reprise

Lorsqu’un texte est publié dans un ouvrage ou un journal, puis repris ailleurs, on peut, de manière optionnelle, indiquer où il a été repris. En fonction des informations données par l’auteur, on doit mettre la référence bibliographique au protocole.

Dans le cas où la publication reprise est celle qui a été consultée, on peut l’indiquer dans les références bibliographiques de l’une de ces manières :

Gorki 1993 : Maxime Gorki, article paru à l’origine dans le quotidien Nijegorodskilistok [4 juillet 1896], dans Jérôme Prieur, Le spectateur nocturne. Les écrivains au cinéma, une anthologie, Paris, Les cahiers du cinéma, 1993, p. 30-33. [vol. 18, no 2-3, p. 213]

Coissac 1911 : Georges Coissac, Ciné-Journal, 7 janvier 1911, cité dans Isabelle Raynauld, « Le cinématographe comme nouvelle technologie : opacité et transparence », Cinémas, vol. 14, no 1, 2003. [sic, vol. 18, no 2-3, p. 212]

Sinon, — encore une fois lorsque c’est la reprise qui a été consultée — on peut aussi indiquer la référence originale en note de fin, et la reprise en référence bibliographique. Cette structure semble avoir été préconisée parce que la page exacte de la citation dans la source originale n’était pas indiquée.

17. « Art, forme, structure », Revue internationale de philosophie, no 73-74, 1965 (Francastel 1983, p. 29).

[…]

Francastel 1983 : Pierre Francastel, L’image, la vision et l’imagination. De la peinture au cinéma, Paris, Denoël/Gonthier, 1983. [vol. 19, no 2-3, p. 312 et 315]

Dans le cas où la publication originale semble avoir été consultée, mais qu’il est fort probable qu’un lecteur doive recourir à une parution ultérieure pour avoir accès à la source, il peut indiquer la parution reprise à la suite de la parution originale :

Aveline 1933 : Claude Aveline, « Thomas Garner. La symphonie inachevée », La Revue hebdomadaire, 11 novembre 1933, p. ?. Repris dans Chroniques d’un cinéphile, Paris, Séguier, 1994. [vol. 20, no 1]

2.8.2.7 Traduction

La langue originale et le traducteur doivent être indiqués immédiatement après le titre.

Eisenstein 1976 : Serguéï M. Eisenstein, Le film, sa forme, son sens, traduit du russe et de l'américain sous la direction d'Armand Panigel, Christian Bourgois, Paris, 1976.

2.8.3 Informations à élider

2.8.3.1 Mois de publication

Sauf exception (voir 2.6), nous ne conservons pas le mois ou la saison de publication.

2.9 Types de sources particulières

2.9.1 Actes de colloque

Les actes de colloque doivent être cités comme un ouvrage collectif, c’est-à-dire en indiquant les informations du livre (voir 2.1.1.2) sans faire référence au colloque.

2.9.2 Communications (colloques, entrevues, etc.)

Les communications (colloque, entrevues, séminaires, etc.) ne sont pas à inclure dans les références bibliographiques, seulement en notes de fin.

2.9.3 Documents à paraître

Si un document à paraître est mentionné voire cité, il faut le conformer dans la mesure du possible au protocole, sans pourtant le mentionner dans les références bibliographiques mais plutôt dans les notes de fin.

Films

Le titre d’un film cité dans un texte doit être indiqué en italique. Dans le cas où on voudrait indiquer le titre original d’un film, et l’année de sa première projection publique payante, il faudrait indiquer ces informations entre parenthèses après le titre du film.

La forteresse cachée (Kakushi toride no san akunin, 1958) [Vol. 20, no 1]

Note : Nous n’avons pas à traduire systématiquement les titres des films originaux en français. À l’inverse, nous ne chercherons pas à signaler tous les titres originaux de titres traduits. Par contre, cette méthode doit être respectée lorsque ces informations sont fournies par l’auteur.

2.9.4 Fonds d’archives

Les documents tirés de fond d’archives peuvent être de différents types. Lorsqu’ils appartiennent à une catégorie qui est couverte par le protocole (ex : article de périodique), on les indique dans les références bibliographiques, conformés le mieux possible au protocole, avec une indication de leur provenance entre crochets à la fin de la référence, avant le point final.

Caine 1936 : S. Caine, Film Instruction and Propaganda in Agriculture in Kenya, Uganda and the Tanganyika Territory, London, Colonial Office Memorandum, September 1936 [National Archives, CO 323/1356/3, London]. [vol. 20, no 1]

Ils doivent être considérés comme une source qui n’est pas standard lorsque le type de document ne peut pas se conformer au protocole, par exemple, une lettre, un document manuscrit, etc. (voir 2.9.8).

2.9.5 Livrets de DVD

Les livrets de DVD peuvent être inclus dans les références bibliographiques, si le texte est signé et titré. On conserve dans ce cas l’auteur du texte, et l’année de l’édition DVD du film.

Clover 2003 : Joshua Clover, “Get Your Madison,” in Band of Outsiders, DVD booklet, Criterion Collection, 2003. [vol. 18, no 2-3, p. 234]

2.9.6 Œuvres de fiction

Les livres qui sont des œuvres de fiction doivent quand même être intégrés aux références bibliographiques, de la même manière qu’une monographie standard.

2.9.7 Sites Web

Plutôt que d’être considérées comme des sources bibliographiques, la plupart des sites Web sont intégrés aux notes de fin. Par contre, tel qu’indiqué, les sites Web avec des auteurs clairement identifiés peuvent être intégrés dans les références bibliographiques (voir 1.4.3.1).

2.9.8 Sources écrites qui ne sont pas standard

Toute source écrite qui n’est pas standard (par exemple, non publiée) doit être en note de fin au lieu de se trouver en référence bibliographique. C’est le cas de boîtes d’archives, de documents manuscrits, etc. Les informations données doivent être le plus près possible du protocole, sans toutefois qu’il ne soit possible nécessairement de les y conformer entièrement.

2.9.9 Suppléments DVD

Les suppléments DVD n’entrent pas dans les références bibliographiques, mais plutôt dans les notes de fin. Il faut laisser le plus d’informations disponibles, et les placer le mieux possible selon la logique du protocole.

Caché : Entretien avec Michael Haneke par Serge Toubiana.” Extra on the 2006 DVD release of Caché (Hidden). [vol. 20, no 1]

3 Aide pratique

3.1 Aide à la recherche dans le logiciel de traitement de texte

Pour effectuer une recherche globale concernant les règles en anglais, cliquer sur les touches "Ctrl" + "F" et entrer le mot "anglais" dans le champ de recherche, puis valider. Tous les passages de la table des matières où le mot "anglais" apparait sur surlignés. Cette méthode de recherche est utilisable pour n'importe quel autre mot ou groupe de mots.

3.2 Liste non exhaustive de caractères spéciaux

Si vous avez des difficultés à taper un caractère spécial, vous pouvez le copier dans la liste ci-dessous puis le coller dans votre texte :

  • [

  • ]

  • |

  • Espace insécable, taper le raccourci clavier suivant : "Ctrl + Maj + Espace"

  • « »

  • “ ”

  • — (Tiret cadratin)

Notes

1 L’appel de note « 16 » tiré de cet extrait d’un texte d’Eco est tiré d’un article en français, et donc, la note est placée avant le point, contrairement à ce qui aurait été le cas si le texte avait été en anglais.

Top of page