Skip to navigation – Site map
Varia

Les multiples masculinités de Ryan Gosling

Jules Sandeau

Abstracts

This article examines the persona upon which Ryan Gosling built his stardom at the beginning of the 2010’s, paying particular attention to the type of masculinity that he embodies. The analysis of his screen roles and his media image reveals the contours of a multifaceted masculinity, which has allowed him to seduce different, sometimes antagonistic audiences.

Top of page

Full text

1Alors qu’il était resté plutôt discret pendant les années 2000, Ryan Gosling devient soudainement une star de premier plan au début des années 2010. Après une pause de trois ans dans sa carrière d’acteur, il livre une performance remarquée dans Blue Valentine (D. Cianfrance), un film indépendant sorti fin 2010, puis rencontre un énorme succès public et critique au cours de l’année 2011 dans Crazy, Stupid, Love (G. Ficarra & J. Requa), Drive (N. W. Refn) et The Ides of March (G. Clooney). Cette période d’intense productivité s’étend jusqu’en 2013, année au cours de laquelle il figure encore une fois à l’affiche de trois films, Gangster Squad (R. Fleischer), The Place Beyond the Pines (D. Cianfrance) et Only God Forgives (N. W. Refn), avant de passer derrière la caméra pour réaliser son premier film, Lost River, sorti en 2015.

2Cet article se propose d’examiner la persona sur la base de laquelle Ryan Gosling a acquis le statut de star en cette première moitié de décennie, afin de cerner les raisons de sa popularité. Dans son livre Stars (1979), Richard Dyer a posé les bases d’une méthodologie permettant d’analyser la dimension socio-culturelle des stars, ou plus exactement de leur image, qu’il nomme aussi « persona », et qui se compose à la fois des rôles incarnés par la star, de son jeu d’acteur et de son image médiatique. Loin d’être parfaitement cohérente, la persona d’une star est souvent un texte complexe, non dénué de tensions. Pour Dyer, cela est dû au fait que les stars expriment les contradictions idéologiques et sociales de leur époque, qu’elles ont pour fonction de « gérer » ou de « résoudre magiquement » dans le domaine de l’imaginaire (Dyer 2004a, p. 21, 29). Si certains acteurs deviennent des stars et parviennent à le rester, c’est donc parce qu’ils incarnent l’idéologie dominante d’une société à un moment donné, mais aussi parfois parce qu’ils incarnent dans le même temps des idéologies minoritaires ou subversives. La nature polysémique de leur persona est en effet ce qui leur permet de séduire des publics différents, dans la mesure où chacun d’entre eux peut ainsi choisir à l’intérieur de cette image les aspects qui lui parlent le plus (Dyer 2004, p. 4).

  • 1 Cet article a pour unique ambition de dégager les grands traits de la persona de Gosling en s’appuy (...)

3La persona de Ryan Gosling offre un très bon exemple des thèses de Dyer, en particulier lorsqu’on s’intéresse à sa dimension genrée. L’acteur a en effet construit sa popularité sur une masculinité aux multiples facettes, grâce à laquelle il a habilement traversé les contradictions idéologiques de cette première moitié de décennie1.

Dr. Gosling et Mr. Ryan : une persona duelle

  • 2 « Ryan Gosling has masterfully managed to avoid the mainstream movie-industry machinery (…) by play (...)
  • 3 « Gosling is the rare Hollywood actor who isn’t afraid to play vulnerable men » (Cineplex, January (...)
  • 4 « (…) the kind of movie that girls in their pajamas (and certain guys) will continue to watch over (...)
  • 5 « Heart to Heart », W Magazine, October 2010.
  • 6 Sur les photos de couple, l’acteur caresse délicatement le visage de sa partenaire. Les yeux mi-clo (...)

4Lorsque Blue Valentine sort sur les écrans en décembre 2010, Ryan Gosling a incarné jusqu’alors une masculinité plutôt en marge des idéaux de virilité. Le magazine Interview présente ses performances d’acteur comme une « collection de psychotiques brillants, de romantiques désespérés, d’idéalistes toxicomanes, de paumés qui se haïssent et de farfelus épris d’une poupée gonflable »2. De son côté, Cineplex affirme qu’il « est un des rares acteurs hollywoodiens qui n’a pas peur de jouer des hommes vulnérables »3. Tandis que ses portraits touchants d’hommes fragiles et sensibles (voir notamment Half Nelson et Lars and the Real Girl) l’éloignent des normes de masculinité conventionnelles, il est également associé au public féminin adolescent depuis le succès de The Notebook, « un film que des filles en pyjamas (et certains mecs) continueront de regarder encore et encore aussi longtemps que l’amour sera une émotion agréable à éprouver et la Terre continuera de tourner »4, pour reprendre les mots du magazine Interview. Cela lui vaut de figurer sur les pages de magazines féminins. Pour la sortie de Blue Valentine, il partage ainsi avec Michelle Williams la couverture de W, qui consacre aux deux stars un article intitulé « À cœur ouvert »5 et accompagné de photos le mettant en scène comme un objet de désir et un amant irrésistible et sensuel6.

  • 7 « How to Look Like a Movie Star », GQ, January 2011, p. 46-53.
  • 8 « Yet thanks to a new crop of brainy, complicated, and highly autonomous actors (…) a new prototype (...)
  • 9 « The Notebook (2004) – with that MTV Movie Award–winning kiss-in-the-rain with Rachel McAdams –thr (...)
  • 10 « This year, Ryan Gosling and a band of similarly arty, polymathic weirdos are leading a revolt aga (...)

5Prenant le contrepied de ces connotations « féminines » de son image, certains magazines le construisent comme un homme viril, probablement dans le but de le rendre plus populaire auprès des hommes. Au moment de la sortie de Blue Valentine, il fait ainsi pour la deuxième fois la couverture du magazine masculin GQ, qui lui consacre un article intitulé « Comment ressembler à une star de cinéma »7. Sur les photos prises pour l’occasion, Gosling est mis en scène de manière à évoquer un héros de film noir (comme lorsqu’il fait face à l’ombre d’une femme tenant un revolver) ou adopte des poses et des expressions qui soulignent sa virilité (poings serrés, regard froid, absence de sourire, etc.). Outre ce type de mise en scène, l’acteur est également ramené du côté d’une masculinité plus conventionnelle au moyen de discours qui le présentent comme un rebelle refusant de se laisser dicter sa carrière par Hollywood. Un article du New York Magazine publié en décembre 2010 le rapproche ainsi d’autres acteurs masculins « intelligents, complexes et très autonomes » tels que James Franco, Joseph Gordon-Levitt, Tom Hardy ou Michael Fassbender, qui « infiltrent le mainstream » tout en n’ayant pas peur de « se mettre en danger ». Gosling déclare lui-même : « Certains d’entre nous en ont marre de toutes ces chochottes (sissies) qui peuplent Hollywood. Ces gens qui avancent en se conformant parfaitement au moule qu’on leur impose, qui restent bien dans le rang »8. Et le magazine de citer les noms Chris Pine, Taylor Lautner ou Shia LaBeouf comme exemple de ces conformistes peureux épinglés par la star. Les photos accompagnant l’article confortent cette image d’artiste révolté contre le système en montrant Gosling lancer un cocktail Molotov. À l’intérieur de ce discours, le succès public de The Notebook est présenté presque comme une erreur de parcours que la star a immédiatement rectifiée jouant un professeur cocaïnomane dans Half Nelson, film qui lui valut une nomination aux Oscars9. Blue Valentine est de la même manière présenté comme un film risqué dans lequel l’acteur livre une performance qui réduit en pièces la norme dominante de la star masculine comme « figurine en plastique »10 dans les mains d’Hollywood.

  • 11 « Tell me what to do. Tell me how I should be. Just tell me, I’ll do it. I’ll do it. »
  • 12 « I could be whatever you want. You just tell me what you want and I’ll be that for you. »
  • 13 De même, la scène de Blue Valentine où Dean menace de sauter du pont si Cindy ne lui dit pas ce qui (...)
  • 14 « Blue Valentine, directed by Derek Cianfrance, is the film that best captures Gosling’s particular (...)

6Racontant la décomposition d’un couple, le film de Cianfrance peut effectivement être vu comme un anti The Notebook. Gosling y incarne à nouveau un homme profondément romantique qui tombe follement amoureux d’une femme appartenant à une classe sociale supérieure à la sienne. Certaines répliques font d’ailleurs directement référence au film qui a fait de l’acteur la coqueluche des adolescentes, comme lorsque le Dean de Blue Valentine déclare à Cindy (Michelle Williams) : « Dis-moi quoi faire. Dis-moi comment je dois être. Je le ferai. 11, phrase qui évoque les déclarations d’amour de Noah à Allie (Rachel McAdams) dans The Notebook (« Je peux être ce que tu veux. Dis-moi juste ce que tu veux et je le serai pour toi »12)13. Cependant, Blue Valentine s’écarte sensiblement du romantisme de The Notebook. D’abord parce qu’il offre une vision plus sombre et moins idéalisée de la relation amoureuse entre les deux protagonistes qui finissent par se séparer dans l’aigreur et la violence, mais aussi parce que le personnage incarné par Gosling y apparaît beaucoup plus manipulateur et abusif. En faisant le choix de juxtaposer, par un montage alterné, les scènes de leur rencontre et les scènes de rupture, le réalisateur offre une image scindée et ambivalente de l’acteur. New York Magazine dit ainsi de Blue Valentine qu’il est « le film qui parvient le mieux à capturer le type particulier de masculinité incarnée par Gosling – l’oscillation entre une niaiserie tendre et enfantine d’un côté, et une sexualité plus imprévisible, dangereuse et virile de l’autre »14.

  • 15 « He’s constantly pulling things out of his pocket – secrets that seem to be in contradiction to wh (...)
  • 16 Le magazine précise d’ailleurs que c’est Gosling qui a eu l’idée de cette photo (comme c’était égal (...)

7Cette dualité va progressivement être mise en avant jusqu’à constituer le cœur de sa persona. À côté d’une photo de l’acteur intitulée « Ryan Gosling, la contradiction », le magazine Who met en exergue une déclaration de Michelle Williams, sa partenaire dans Blue Valentine : « Il est tout le temps en train de révéler des secrets qui semblent en contradiction avec ce qu’il est. Pouvez-vous imaginer que quelqu’un d’aussi masculin et alpha que Ryan aime aussi prendre des cours de ballet ? »15. Mais c’est sans aucun doute le magazine masculin Esquire qui immortalisera le mieux cette « double personnalité » sur la photo de couverture du numéro de septembre 201116. Si l’acteur y adopte la pose virile et décontractée qui constitue la marque de fabrique du magazine, il se distingue néanmoins des autres stars masculines en apparaissant littéralement dédoublé. Un deuxième Ryan Gosling figure en effet à droite du premier, apportant une touche de tendresse et de simplicité. Vêtu d’un tee-shirt blanc qui tranche avec le costume gris de son homologue viril, il appuie sa tête sur l’épaule de ce dernier en arborant un sourire à la fois chaleureux et malicieux.

8Dans la mesure où c’est grâce à cette persona « bipolaire » (Peberdy 2011, p. 102-103) que l’acteur a consolidé définitivement son statut de star, nous proposons maintenant d’examiner les différentes manières dont s’est déclinée cette « bipolarité » à partir de 2011, afin de saisir comment elle a permis à Ryan Gosling de séduire des publics différents, voire antagoniques.

Métrosexuel et sauvage

  • 17 Raewyn Connell emploie l’adjectif « hégémonique » pour qualifier la « forme de masculinité qui est (...)
  • 18 En plaçant la métrosexualité de leur héros sous le signe de la pathologie, des films tels que Fight (...)

9En s’appuyant sur l’idée de Dyer selon laquelle la star a souvent pour fonction de réconcilier magiquement des contradictions internes à l’idéologie dominante (Dyer 2004a, p. 21), on peut soutenir que l’image de Ryan Gosling a accommodé avec succès deux conceptions de la masculinité perçues comme incompatibles pendant la décennie précédente. Durant la première moitié des années 2000, le « métrosexuel » fait partie des modèles de masculinité hégémoniques adaptés à un contexte socioéconomique dans lesquels les hommes ont été définitivement « enrôlés en tant que consommateurs au sein du projet néolibéral » (Ervin 2011, p. 59)17. Apparu en 1994, ce terme désigne généralement des hommes urbains et hétérosexuels adoptant des comportements traditionnellement attribués aux femmes ou aux homosexuels, comme un soin porté à l’apparence physique et un goût pour la culture (Ervin 2011, p. 58 ; Brabon 2013, p. 121). Perçue par certains comme une menace pour la virilité traditionnelle, la métrosexualité fut l’objet d’un « backlash » à partir du milieu des années 2000 (Ervin 2011, p. 61-62 ; Jackson & Moshin 2013, p. 5-7)18, période caractérisée notamment par une réaffirmation des rôles genrés traditionnels (Faludi 2007) et un retour aux canons virils des années Reagan mettant en avant une musculature spectaculaire (Tasker 1993 ; Jeffords 1994) : l’imposant Daniel Craig reprend le rôle de James Bond dans Casino Royale (2006), Zack Snyder filme au ralenti les corps robustes de guerriers spartiates dans 300 (2006), Sylvester Stallone réunit les stars musclées du cinéma d’action dans The Expendables (2010), etc.

  • 19 Essentiellement centré sur ses protagonistes masculins, ce film relève d’un sous-genre de comédie r (...)
  • 20 « I’m gonna help you rediscover your manhood. »

10Plus que n’importe quelle autre star masculine de sa génération, Ryan Gosling va réaliser la synthèse entre ces deux modèles de masculinité antagoniques. Le versant métrosexuel de sa persona est approfondi notamment par la comédie romantique Crazy, Stupid, Love19. L’acteur y tient le rôle de Jacob, un riche célibataire hétérosexuel d’une trentaine d’années qui multiplie les conquêtes d’un soir et opère dans le même bar où Cal (Steve Carell), un cinquantenaire trompé par sa femme, vient noyer son chagrin. Prenant pitié de cet homme effondré et impuissant, Jacob lui propose de devenir son coach en séduction afin de l’aider à reconquérir son épouse infidèle. Ses conseils portent essentiellement sur la manière d’aborder les femmes et sur le style vestimentaire à adopter pour « redécouvrir sa virilité »20. Le film contient ainsi une scène de « relooking » dans des magasins de vêtements, au cours de laquelle Jacob supervise l’achat par Cal d’une nouvelle garde-robe. Si cette initiation à la métrosexualité est conceptualisée par Jacob en des termes qui posent l’existence d’une essence masculine avec laquelle il s’agirait de renouer, reste que l’insistance sur le travail de l’apparence place la masculinité du côté de la performance (Ervin 2011, p. 71). Ainsi renvoyée dans le domaine de ce qui s’achète et se porte, la masculinité devient beaucoup plus contingente et précaire (Boudreau 2011, p. 38).

  • 21 « As Simpson observes, metrosexuality is "passive where it should always be active, desired where i (...)
  • 22 « Fuck! Seriously?! It’s like you’re photoshopped. »

11De plus, parce qu’elle relève du paraître, la masculinité métrosexuelle est « passive là où elle devrait être toujours active, désirée là où elle devrait être désirante, regardée là où elle devrait toujours regarder »21 (Ervin 2011, p. 71). La manière dont Ryan Gosling est filmé dans Crazy, Stupid, Love illustre parfaitement ce point. Il suffit de penser à la scène où Hannah (Emma Stone) demande à Jacob d’enlever son tee-shirt pour admirer sa plastique tout en refusant quant à elle de se déshabiller. Impressionnée, elle s’exclame : « Putain ! Sans déconner ?! On dirait du Photoshop ! »22 Gosling est alors clairement objet du regard féminin désirant et sa relative passivité achève de le placer dans une position traditionnellement féminine (Mulvey 1975 ; Dyer 1982, p. 66). L’idée sous-jacente ici est que, malgré leur rôle apparemment actif, les hommes métrosexuels seraient finalement des objets de consommation pour les femmes qui posséderaient ainsi le pouvoir dans le rapport de séduction (Ervin 2011, p. 66).

12Mais s’il est ainsi un descendant direct du métrosexuel (et même selon certains le « saint-patron des lumbersexuels »23), Ryan Gosling s’inscrit également dans le retour aux normes viriles traditionnelles qui s’opère depuis le milieu des années 2000. En réaction à la menace représentée par une masculinité placée sous le signe de la performance et de la passivité, ce backlash réaffirme la valeur d’une masculinité pleinement active et enracinée dans le corps même des hommes. Dans le cas de Gosling, ce processus de naturalisation passe notamment par la mise en avant d’une musculature imposante (dans Crazy, Stupid, Love et The Place Beyond the Pines notamment) et par le spectacle d’une violence extrêmement brutale et incontrôlée. Si cette dernière affleure dans certaines scènes de Blue Valentine, Gangster Squad ou The Place Beyond the Pines, c’est probablement Drive qui va le plus loin dans cette représentation d’une violence masculine pulsionnelle. Gosling y tient le rôle d’un homme au passé mystérieux qui travaille dans un garage et sur des tournages comme cascadeur, tout en participant occasionnellement à des casses en tant que chauffeur. Alors que le début du film insiste sur son professionnalisme et la maîtrise de soi dont il fait preuve en toutes circonstances, le héros révèle une face plus sombre de sa personnalité à partir du moment où Irene (Carey Mulligan), la femme dont il est amoureux, est menacée par une bande de gangsters. La séquence de l’ascenseur met ainsi en scène son basculement dans une violence sauvage et totalement irrationnelle : devant une Irene en état de choc, il broie le crâne de son ennemi à coups de talon, comme possédé par une force irrépressible. Dans un article intitulé « Une idole découvre son côté dur à cuire », le New York Times parle d’une « poussée de testostérone » chez l’acteur, qui déclare être soudainement attiré par les films très violents24.

13Exorcisant la menace renfermée par la métrosexualité (cette masculinité performative qui s’achète et se porte), un tel portrait de l’acteur en « homme sauvage » (wild man) met en avant une conception essentialiste de la masculinité proche de celle développée par Robert Bly dans Iron John: A Book About Men. Publié pour la première fois en 1990 et réédité avec une nouvelle préface en 2004, ce livre à succès « appelle les hommes à découvrir la masculinité ‘profonde’ inhérente à chaque homme », à révéler le « guerrier intérieur » qui se cache en eux (Peberdy 2011, p. 101 ; Ervin 2011, p. 62). Ainsi, de la même manière que Fight Club (D. Fincher) mettait en scène le retour violent d’une virilité refoulée chez un homme métrosexuel à la fin des années 1990 (Peberdy 2011, p. 104-106), la persona de Ryan Gosling laisse apparaître la « fureur » masculine qui sommeille au fond de l’homme moderne.

  • 25 Sorti en 2013, Gangster Squad synthétisera les deux masculinités incarnées par Gosling dans Crazy, (...)
  • 26 En effet, il importe de rappeler que, malgré la « subversion » qu’elle représente par rapport à la (...)

14En incarnant un homme à la fois métrosexuel et sauvage25, Gosling résout ainsi une tension interne à la masculinité hégémonique contemporaine. Sa persona illustre ainsi le processus de redéfinition perpétuelle grâce auquel la masculinité hégémonique conserve son rôle de « [garant de] la position dominante des hommes et [de] la subordination des femmes » (Connell 2014, p. 74)26.

Icône virile… et féministe

15Comme l’avance Dyer, la persona d’une star peut également permettre de réconcilier « des contradictions entre l’idéologie dominante et d’autres idéologies minoritaires ou subversives » (Dyer 2004a, p. 21). Or Ryan Gosling est aussi un bon exemple de cette thèse, dans la mesure où son image est parvenue à séduire à la fois un public viriliste et un public féministe.

16En incarnant dans Drive un homme « héroïque, stoïque et dur à cuire »27, Ryan Gosling a acquis le statut d’icône virile. Après la présentation du film à Cannes, Todd McCarthy écrit pour le Hollywood Reporter :

  • 28 « Gosling here makes a bid to enter the iconic ranks of tough, self-possessed American screen actor (...)

Gosling rejoint ici les rangs des acteurs américains dur à cuire et pleins de sang-froid – Steve McQueen, Clint Eastwood, Lee Marvin – qui s’expriment par des actes plutôt que par des mots. Parfois (surtout quand il est avec Irene) ce Driver sourit trop, mais Gosling parvient à projeter l’assurance sereine qu’il faut dans les scènes de voiture et démontre des ressources insoupçonnées lorsqu’il doit se montrer brutal28.

17La comparaison de la star à des monstres sacrés du cinéma américain (qui devient récurrente dans la presse à partir de Drive) poursuit le travail d’« icônisation » réalisé par la mise en scène de Nicolas Winding Refn, tout en faisant de Gosling l’héritier d’une virilité classique. La nostalgie pour cette masculinité d’avant les mouvements féministes est particulièrement sensible dans un article publié par ShortList, un magazine britannique pour hommes, qui voit dans Gosling un survivant du temps où les stars masculines n’avaient pas besoin d’effets spéciaux pour être des stars. S’inscrivant dans la lignée des discours qui voient dans les nouvelles technologies une menace de féminisation pour l’homme contemporain (Courcoux 2006), l’article construit ainsi la star comme l’incarnation d’une virilité « pure et dure », « à l’ancienne » :

  • 29 « With the current face of cinema resembling a 3D, motion-captured computer graphic, it’s tempting (...)

Face à un cinéma qui ressemble aujourd’hui à un théâtre d’image de synthèses en 3D produites par ordinateur, il est tentant de se lamenter sur la mort des stars authentiques. Les Steve McQueen, John Wayne et autres Marlon Brando ne semblent pas avoir d’équivalents contemporains.
Et Drive arriva.
L’impact qu’a eu le film réside sans aucun doute dans un unique élément : Ryan Gosling.
Cet acteur de 30 ans et son emblématique blouson scorpion a restauré notre foi dans le genre de stars masculines qui dominaient avec audace les films pendant les années 60 et 70 sans l’aide d’un écran vert. (…). [Ce rôle] lui permettra d’obtenir sans difficulté une place aux côtés du Frank Bullitt de Steve McQueen et du Cool Hand Luke de Paul Newman dans le panthéon du cool cinématographique29.

  • 30 « He imbues the role with toughness, but also a modern sensitivity, switching from babysitting Care (...)
  • 31 « a mash-up of the strong, silent, 20th-century man and today’s sensitive New Dad », The Globe and (...)
  • 32 « So the 2011 Coolest Person of the Year is a man who is tough but emotional », Time, 14 December 2 (...)

18Or, en même temps qu’il personnifie un idéal viril associé au passé, Gosling est également présenté comme un homme de son temps. Selon ShortList, l’acteur « confère au rôle de la dureté mais aussi une sensibilité moderne, ce qui lui permet à la fois de jouer le rôle de baby-sitter pour le fils de Carey Mulligan et de se livrer à un combat brutal avec un tueur à gages »30. Dans un article intitulé « Pourquoi Ryan Gosling est l’homme de l’avenir », un journaliste présente le personnage du Driver comme un « mélange de l’homme fort et silencieux du xxe siècle et du Nouveau Père sensible d’aujourd’hui »31. De même, le Time l’élit « homme le plus cool de l’année 2011 » en le qualifiant de « viril mais émotif »32.

  • 33 Voir par exemple : « Gorgeous, intelligent AND a great listener? Ryan Gosling is the perfect boyfri (...)
  • 34 « Dream Guy – He’s sweet, secretive, and sexy (…) Sweet / Sensitive / Quirky / Sexy / Cool », Peopl (...)
  • 35 « ’He was the best lover I’ve ever had,’ recalls a curvy blonde, who shared a night of passion with (...)

19Ce versant plus doux de sa masculinité est plutôt approfondi par les magazines féminins qui le construisent comme « le petit ami idéal »33. Outre son potentiel érotique auprès des femmes hétérosexuelles, l’accent est mis sur ses qualités connotées comme « féminines ». People insiste sur sa douceur et sa sensibilité34, tandis que le magazine Star affirme, témoignage à l’appui, qu’il arrive à l’acteur de pleurer d’émotion après avoir fait l’amour35. Dans un article intitulé « le mâle du siècle », une journaliste de Vogue dresse le portrait de ce « Steve McQueen des années 2010 » :

Moins mâle alpha que son prédécesseur, plus gendre idéal, Ryan Gosling évoque une virilité douce, avec juste ce qu’il faut de muscles et de testostérone. Un Bisounours avec des abdos. Bref, la quintessence du gentil sexy dont rêve la femme moderne, lassée du bad boy36.

20Cette dimension de sa persona transparaît notamment dans Crazy, Stupid, Love, à partir de la scène de confidences sur l’oreiller durant laquelle Hannah révèle l’homme touchant et sensible qui se cache derrière le tombeur, ou encore dans Gangster Squad qui oppose le personnage romantique incarné par Gosling (faisant passer sa petite amie avant le « devoir ») à son compère plus traditionnellement viril (Josh Brolin).

  • 37 « I was attracted by the idea of someone who was a melting pot of all these masculine clichés: tatt (...)

21À côté de cela, l’acteur tient souvent un discours critiquant les normes de virilité. Au magazine OK!, il explique que ce qui l’a attiré chez le Luke de The Place Beyond the Pines est le fait que sa conformité à une imagerie masculine à base de tatouages, de pistolets et de muscles avaient fait de lui « une personne très vide et superficielle »37. Dans une interview pour Télérama lors de la présentation à Cannes de Only God Forgives, il déclare :

Même si j’ai grandi en regardant Rambo et Rocky, toutes ces histoires d’hommes machos sont une vraie plaie dans le cinéma. Je déteste les gros durs et je n’ai pas envie d’être associé à ce genre de rôles. C’est pour ça que je n’ai jamais tourné dans un film d’action traditionnel. Je préfère déshabiller mes personnages, leur ôter leur armure d’agressivité masculine38.

  • 39 « [Drive and Warrior are] smarter and go further, exploring the hypermasculinity expressing itself (...)

22En août 2011, des passants le filment en train d’intervenir pour empêcher une bagarre de rue à New York. La vidéo fait immédiatement le « buzz » sur YouTube. Même un film aussi viriliste que Drive a été perçu par une journaliste comme une exploration critique de l’hypermasculinité prenant le contrepied des standards habituellement véhiculés par les divertissements pour hommes39.

23Mais c’est surtout par sa réputation de « féministe » que Ryan Gosling s’écarte le plus radicalement de la virilité traditionnelle dont il est par ailleurs le représentant. Sa déclaration la plus célèbre sur ce sujet concerne la décision du MPAA d’interdire Blue Valentine aux moins de 18 ans en raison d’une scène de cunnilingus40, décision que Gosling a critiqué publiquement comme le « produit d’une société patriarcale qui essaie de contrôler la manière dont les femmes sont représentées à l’écran »41. Mais c’est surtout le tumblr « Feminist Ryan Gosling »42 qui entérina cette dimension de sa persona. Créé en 2011, il consiste en une collection de photos de l’acteur accompagnées de phrases faisant principalement référence à des théories féministes. Le ressort comique repose ainsi sur le contraste entre l’image et le texte. Une photo de Gosling reniflant une rose est par exemple accompagnée du texte : « Je sais ce que Judith Butler pense à propos de la subversion du paradigme dominant et de la naturalisation de l’hétéronormativité, mais je t’ai apporté cette fleur »43. Si le ressort comique repose à l’origine sur le fait qu’une telle culture féministe semble a priori assez improbable dans la bouche d’une star telle que Gosling, l’écho médiatique considérable obtenu par le tumblr eut paradoxalement pour effet d’associer l’acteur au féminisme. Au début de l’année 2015, la presse relaie même une étude faite par des étudiantes en psychologie, qui aurait démontré la capacité de ce site à favoriser chez les hommes l’adoption de positions féministes44.

24La popularité de la star auprès d’une partie du public féministe est confirmée par un article du magazine australien Sunday Life intitulé « Pourquoi nous adorons Ryan Gosling ». Après avoir rappelé tous ses traits de personnalité qui le rendent séduisant auprès d’un grand nombre de femmes (vulnérabilité, beauté, sensibilité, etc.), l’auteure émet des hypothèses sur les raisons de sa popularité en tant qu’« icône féministe » :

  • 45 « While loving Gosling isn’t a requirement of being a feminist, it is interesting how many of his m (...)

Même si aimer Gosling n’est pas une condition nécessaire pour être féministe, il est intéressant que beaucoup de ses fans les plus ardents s’identifient comme féministes et admirent sa masculinité, qui est à la fois traditionnelle et vulnérable. (…)
Pour des féministes comme moi, qui ont longtemps été accusées d’être frigides, pudibondes et de haïr les hommes, le Culte de Gosling est une preuve de notre capacité à nous livrer à ce genre d’activités sexuelles publiques – à revendiquer nos propres pin-up et à participer à une culture de masse qui nous a si souvent exclues. Adorer Ryan Gosling est devenu en soi un style féministe (…)45.

25Incarnant à la fois une virilité « à l’ancienne » et une masculinité plus moderne, sensible et ouverte aux revendications émancipatrices des femmes, Gosling parvient ainsi à « réconcilier magiquement » l’idéologie patriarcale dominante avec la critique qu’en proposent les mouvements féministes. Cette dualité lui permet ainsi de toucher aussi bien un public masculin adhérant aux normes de masculinité conventionnelles qu’un public féminin et féministe appréciant à l’inverse l’écart de sa persona vis-à-vis de ces normes.

Un homme qui souffre

26Loin de relever exclusivement d’une critique de la virilité traditionnelle, la masculinité vulnérable incarnée par Gosling possède aussi de fortes connotations masculinistes. Si ce terme renvoie plutôt aujourd’hui au mouvement « mobilisé au nom de la crise de la masculinité » et qui lutte « pour (ré)affirmer la valeur de la masculinité conventionnelle et la valeur du patriarcat » (Dupuis-Déri 2012, p. 79), il importe de ne pas le réduire à un discours tenu par quelques militants radicaux. Au contraire, dans la mesure où cette position « prend racine dans l’antiféministe et le sexisme ordinaire, et dans une conception conventionnelle de l’ordre naturel de la division des sexes » (Dupuis-Déri 2012, p. 82), elle trouve un large écho dans nos sociétés patriarcales contemporaines, notamment aux États-Unis (Kimmel 2013).

27Un sondage réalisé par le site Internet « Good Men Project » auprès de ses lecteurs au début des années 2010 révèle que les « droits des pères » est alors la préoccupation principale des militants pour le droits des hommes (men’s rights activists) (Kimmel 2013, p. 122)46. Portées par des associations telles que « Fathers 4 Justice », les revendications du mouvement pour les droits des pères (father’s rights movement) concernent principalement la réforme des lois encadrant les divorces (comme par exemple la diminution des pensions alimentaires ou l’imposition systématique de la garde alternée) (Crowley 2008). S’inscrivant plus largement au sein du mouvement masculiniste, les militants de ces associations mobilisent une rhétorique antiféministe qui présente notamment les hommes comme les victimes d’un système judiciaire discriminatoire et développe des argumentaires alarmistes sur les conséquences soi-disant néfastes de l’absence d’un père sur l’éducation des jeunes garçons (Kimmel 2013, p. 150-154). Or on retrouve ce genre de discours dans un certain nombre de films de Ryan Gosling, notamment ceux réalisés par Derek Cianfrance.

28Alors qu’il apparaît dans Blue Valentine comme un père tendre et entretenant une relation de grande complicité avec sa fille, c’est lui qui se retrouve seul lorsque sa femme décide de divorcer. Le film se conclut ainsi sur un plan qui insiste sur sa souffrance et sa solitude : obligé de laisser sa fille qui le supplie de rester, Dean s’éloigne jusqu’à n’être plus qu’une ombre, tandis que Cindy lui tourne le dos avec sa fille dans les bras au premier plan. Mais c’est The Place Beyond the Pines qui ira le plus loin dans le portrait de Ryan Gosling en père souffrant. L’acteur y incarne encore une fois un homme appartenant à la classe populaire, qui gagne ici sa vie en réalisant un numéro spectaculaire en moto dans une fête foraine. Après avoir recroisé par hasard la route de Romina (Eva Mendes), une femme avec qui il avait eu une aventure, il découvre que celle-ci a eu un enfant de lui, Jason, qu’elle élève avec son mari (Mahershala Ali). Luke se met alors en tête de devenir un père pour ce fils dont il ignorait l’existence. Désireux de montrer à Romina qu’il a lui aussi les moyens de subvenir aux besoins de son fils, il commence à cambrioler des banques et finit par être abattu par un policier lors d’un braquage ayant mal tourné. Extrêmement empathique vis-à-vis de Luke, le film invite le public à partager le point de vue et les souffrances de cet homme qui se considère comme le seul père légitime de Jason (alors qu’il n’en est que le géniteur involontaire et que Romina avait fait le choix de l’élever sans lui). Une scène particulièrement émouvante nous montre ainsi Luke en train de pleurer lors du baptême de Jason auquel il assiste sur l’un des derniers bancs de l’église sans pouvoir y prendre part. À ce portrait mélodramatique d’un père privé de son fils s’ajoute le fait que le mari de Romina est un homme noir ayant une situation professionnelle beaucoup plus stable que Luke, détail qui entretient le mythe d’une dépossession des hommes blancs par les femmes et les racisés (Marling 2014 ; Savran 1998, p. 4). Se déroulant quinze ans plus tard, la dernière partie du film insiste quant à elle sur la difficulté de Jason à se construire en l’absence de son père biologique, et fait ainsi également écho à la rhétorique masculiniste des militants pour les droits des pères.

  • 47 « In both films hegemonic masculinity – now the sole privilege of the white upper middle class – ap (...)
  • 48 « The films, in fact, highlight the fictionality and destructiveness of normative masculinity and t (...)

29Pour Raili Marling (2014), ces deux films expriment les angoisses des hommes de classe moyenne et ouvrière dans un contexte de crise économique, et plus largement dans le processus de précarisation extrême de leurs conditions de vie résultant du consensus néolibéral des années 1990-2000. En insistant sur la masculinité problématique de leurs héros, Blue Valentine et The Place Beyond the Pines témoigneraient par ailleurs de « l’influence invisible et toxique que la masculinité hégémonique – maintenant privilège exclusif de la classe moyenne supérieure blanche – continue d’avoir sur les hommes pour qui elle est devenue inatteignable »47. S’il est ainsi possible de soutenir que ces films « mettent en lumière le caractère fictif et destructif de la masculinité normative et contribuent ainsi à la subversion de l’idéal hégémonique »48, il importe tout de même de souligner les limites de leur dispositif narratif qui se concentre avant tout sur les souffrances masculines et tend donc à évacuer la question de la domination des hommes sur les femmes garantie par la masculinité hégémonique (Connell 2014, p. 74). Cette dimension masculiniste de la persona de Gosling transparaît également dans un article publié sur le portail Web de presse masculine AskMen en mai 2011 :

  • 49 « For years, Hollywood has perpetuated a nearly unattainable version of manhood, aggressively marke (...)

Pendant des années, Hollywood a perpétué une conception de la virilité quasi inatteignable en faisant agressivement la promotion de ses stars masculines comme des super-humains. Résultat, les hommes associent souvent l’héroïsme à la masculinité ; il n’y a rien de plus viril qu’un soldat, un cow-boy ou un espion, non ? Mais le spectateur masculin d’aujourd’hui ne vit pas dans un monde où le méchant est un milliardaire scandinave fou qui meure juste avant que le héros gagne-la-fille. Le spectateur masculin d’aujourd’hui vit dans un monde où les emplois bien payés sont plus rares que jamais, où les relations sont difficiles à maintenir et où le « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » est juste un mythe flou de notre enfance. (…)
L’homme moderne qui se rend au cinéma veut voir quelqu’un avec qui il peut s’identifier, quelqu’un qui a des problèmes que l’on a dans la réalité, quelqu’un juste comme eux. Ainsi, tandis que Tom Cruise bondissait d’un immeuble à un lit, Ryan Gosling jouait des personnages totalement hors normes et imparfaits essayant de donner du sens à un monde compliqué et écrasant. En d’autres termes, il nous jouait nous49.

30Même si son univers cinématographique est extrêmement éloigné de celui de Cianfrance, Nicolas Winding Refn met lui aussi en scène Ryan Gosling dans des rôles qui insistent sur les souffrances d’hommes prisonniers de leur virilité, mobilisant ainsi une rhétorique des « coûts de la masculinité » qui passe sous silence les avantages que les hommes retirent de l’adéquation à ces normes en tant que membres d’un groupe social dominant (Dupuis-Déri 2012, p. 59-62). C’est ainsi que Drive présente la violence de son héros comme une malédiction qui l’empêche d’avoir la vie de famille à laquelle il aspire (la brutalité dont il fait preuve dans l’ascenseur effraie Irene et sépare les deux amants). Si le personnage est clairement héroïsé, il apparaît aussi en même temps prisonnier d’une violence qui l’écrase (idée que Gosling incarne par exemple en restant figé dans une posture voûtée, l’air hagard, après avoir massacré le tueur à gages).

  • 50 Première, Mai 2013, p. 80.
  • 51 « I’m more man than you are, you fucking cunt. » / “Why don’t you do something (…)I don’t know. You (...)
  • 52 « “One of the things Derek told me when we first started talking about the film, he said, ’You know (...)
  • 53 « (…) a combination of Lady Macbeth and Donatella Versace. (…) this domineering and diabolical moth (...)
  • 54 Sur l’usage historique de cette expression au sein d’une rhétorique masculiniste, voir Messner (201 (...)

31Sorti deux ans plus tard, Only God Forgives radicalise ce propos à l’extrême. « Film sur l’impuissance masculine »50 selon les mots de l’acteur, il suit la trajectoire de Julian (Gosling), un homme oppressé par une conception de la masculinité basée sur les idées de compétition, de violence et de vengeance. Le premier plan place d’emblée le personnage au sein d’un univers sombre et saturé d’images viriles. Mais c’est surtout sa mère (Kristin Scott Thomas) qui apparaît comme le véhicule des injonctions à la virilité écrasant le héros (de la même manière que la Cindy de Blue Valentine accusait Dean de ne pas être un homme et lui reprochait son manque d’ambition51, alors même que celui-ci s’épanouissait dans le rôle « féminin »52 de père et mari dévoué). Conçue comme un « mélange de Lady Macbeth et de Donatella Versace », cette « mère dominatrice et diabolique »53 encourage son fils à la violence et à la vengeance, sans manquer une occasion de le ramener à son impuissance et à son défaut de virilité. Après avoir été défiguré sous les coups du lieutenant Chang (le « Dieu » du titre) lors d’un combat à mains nues, Julian finira par être amputé de ses deux mains par ce même personnage. Film ultra-violent, Only God Forgives propose une vision extrêmement sombre et masculiniste de la virilité à travers le destin tragique d’un homme enfermé dans son « rôle de sexe »54 par une figure matriarcale terrifiante.

  • 55 « My mom is very beautiful. Um... Very vain. Very smart. Cold. (…) [My dad] died a long time ago. H (...)

32Plus optimiste que les films de Cianfrance ou de Refn, Crazy, Stupid, Love mobilise lui aussi une rhétorique antiféministe stigmatisant les femmes de pouvoir. Jacob raconte en effet à Hannah que son père, décédé, était « trop gentil, trop doux, trop sensible » et n’avait jamais réussi à « manier » sa mère, une femme « très belle, très vaniteuse, très intelligente et froide »55. Ainsi, lorsqu’il rencontre Cal, Jacob reconnaît en lui le même genre de mari soumis qu’était son père, appartenant lui aussi à la génération des hommes « victimes des mouvements féministes » (Cal déclare avoir perdu sa virilité en 1984). En aidant ce dernier à retrouver prestige et pouvoir au sein de son foyer, le personnage incarné par Gosling restaure ainsi l’ordre patriarcal ébranlé par l’émancipation des femmes. Parallèlement, Hannah délivre Jacob de sa « carapace masculine » de tombeur, ce « rôle de sexe » aliénant qu’il avait embrassé pour se protéger des femmes (probablement en réaction à la domination matriarcale subie par son père). Même s’il appartient au registre plus léger de la comédie, Crazy, Stupid, Love véhicule donc lui aussi un discours masculiniste qui met en scène « une crise de la masculinité » pour mieux « (ré)affirmer la valeur de la masculinité conventionnelle et la valeur du patriarcat » (Dupuis-Déri 2012, p. 79).

33Si la vulnérabilité de Gosling lui permet d’attirer un public féminin, voire féministe, séduit par l’écart qu’il représente par rapport aux normes de genre traditionnelles, elle est donc également mobilisée au sein de dispositifs visant au contraire à réaffirmer la valeur de ces normes. Ainsi, même la dimension la plus « subversive » de son image est loin d’être dénuée d’ambivalence.

Conclusion

  • 56 « (…) they can select from the complexity of the image the meanings and feelings, the variations, i (...)
  • 57 « Representations of masculinity are inherently bipolar, moving between hard and soft modes. »
  • 58 Dans la mesure où Peberdy ne s’appuie que sur un corpus filmique post-1980, on peut se demander si (...)
  • 59 « Seeing divergent examples of masculinity dominating at different historical moments, however, ign (...)

34Incarnant à la fois une masculinité métrosexuelle et sauvage, traditionnelle et moderne, solide et vulnérable, Gosling a donc gagné son statut de star sur la base d’une persona assez complexe et polysémique pour que des publics différents, voire antagoniques, puissent y trouver « les significations et les émotions, les variations, inflexions et contradictions qui leur parlent »56 (Dyer 2004, p. 4). Son exemple est une preuve de la fécondité du concept de « masculinité bipolaire » forgé par Donna Peberdy à propos de Tom Cruise. Emprunté au vocabulaire psychiatrique, ce terme permet de souligner la manière dont la masculinité hégémonique « oscille entre des modes durs et doux57 »58. Par là, Peberdy cherche à dépasser la rigidité des analyses classiques qui isolent ces deux pôles de la masculinité et s’interdisent ainsi d’« envisager la possibilité que l’identité masculine puisse exhiber à la fois une masculinité dure et douce en même temps »59 (Peberdy 2011, p. 102). Cette fluidité, dont on a vu que Gosling est une parfaite incarnation à l’écran, confère ainsi à la masculinité hégémonique une souplesse et une adaptabilité lui permettant de conserver sa position de suprématie à l’intérieur d’un contexte social qui est par définition en perpétuelle évolution et traversé par des contradictions.

Top of page

Bibliography

Boudreau 2011 : Brenda Boudreau, « Sexually Suspect: Masculine Anxiety in the Films of Neil LaBute », in Elwood Watson & Marc E. Shaw (ed.), Performing American Masculinities: The 21st-Century Man in Popular Culture, Bloomington/Indianapolis, Indiana University Press, 2011, p. 37-57.

Brabon 2013 : Benjamin A. Brabon, « ‘Chuck Flick’, A Genealogy of the Postfeminist Male Singleton », in Joel Gwynne & Nadine Muller (ed.), Postfeminism and Contemporary Hollywood Cinema, New York, Palgrave Macmillan, 2013, p. 116-130.

Connell 2014 : Raewyn Connell, Masculinités : Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Amsterdam, 2014.

Courcoux 2006 : Charles-Antoine Courcoux, « Des machines et des hommes. D’une peur de la modernité technologique déclinée au féminin », dans Laurent Guido (dir.), Les Peurs de Hollywood, Lausanne, Antipodes, 2006.

Crowley 2008 : Jocelyn Elise Crowley, Defiant Dads: Fathers' Rights Activists in America, Ithaca, NY, Cornell University Press, 2008.

Dyer 1982 : Richard Dyer, « Don’t Look Now », Screen, vol. 23, n° 3-4, 1982, p. 61-73.

Dyer 2004 : Richard Dyer, Heavenly Bodies [1986], London, Routledge, 2004.

Dyer 2004a : Richard Dyer, Le Star-system hollywoodien, Paris, L’Harmattan, 2004 (1re édition en anglais en 1979).

Dupuis-Déri 2012 : Francis Dupuis-Déri, « Les discours des « coûts » et de la « crise » de la masculinité et le contre-mouvement masculiniste », in Delphine Dulong, Christine Guionnet et Érik Neveu (dir.), Boys don’t cry, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 59-89.

Ervin 2011 : Margaret C. Ervin, « The Might of the Metrosexual: How a Mere Marketing Tool Challenges Hegemonic Masculinity », in Elwood Watson & Marc E. Shaw (ed.), Performing American Masculinities: The 21st-Century Man in Popular Culture, Bloomington/Indianapolis, Indiana University Press, 2011, p. 58-75.

Faludi 2007 : Susan Faludi, The Terror Dream: Myth and Misogyny in an Insecure America, New York, Picador, 2007.

Jackson & Moshin 2013 : Ronald L. Jackson II et Jamie E. Moshin, Communicating Marginalized Masculinities: Identity Politics in TV, Film, and New Media, New York/London, Routledge, 2013.

Jeffords 1994 : Susan Jeffords, Hard Bodies, New Brunswick, NJ, Rutgers University Press, 1994.

Kimmel 2013 : Michael Kimmel, Angry White Men: American Masculinity at the End of an Era, New York, Nation Books, 2013.

Marling 2014 : Raili Marling, « Working Bodies, Dislocated Identities: Class and Masculinities in Derek Cianfrance’s Films », Genders, n° 59, 2014.

Messner 2012 : « Les limites du ‘rôle de sexe masculin’ : Une analyse du Men’s Liberation et du discours des mouvements des droits des hommes », in Delphine Dulong, Christine Guionnet et Érik Neveu (dir.), Boys don’t cry, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 143-165.

Mulvey 1975 : Laura Mulvey, « Visual Pleasure and Narrative Cinema », Screen, vol. 16, n° 3, 1975, p. 6-18.

Peberdy 2011 : Donna Peberdy, Masculinity and Film Performance: Male Angst in Contemporary American Cinema, Basingstoke/New York, Palgrave Macmillan, 2011.

Savran 1998 : David Savran, Taking It Like a Man: White Masculinity, Masochism, and Contemporary American Culture, Princeton, NJ, Princeton University Press, 1998.

Tasker 1993 : Yvonne Tasker, Spectacular Bodies: Gender, Genre and the Action Cinema, London/New York, Routledge, 1993.

Thompson 2013 : Lauren Jade Thompson, « Mancaves and Cushions: Marking Masculine and Feminine Domestic Space in Postfeminist Romantic Comedy », in Joel Gwynne & Nadine Muller (ed.), Postfeminism and Contemporary Hollywood Cinema, New York, Palgrave Macmillan, 2013, p. 149-165.

Top of page

Notes

1 Cet article a pour unique ambition de dégager les grands traits de la persona de Gosling en s’appuyant sur l’analyse de ses films et des discours médiatiques le concernant. Il ne prétend donc aucunement constituer une étude de réception au sens strict du terme, travail qui déborderait les limites d’un tel article. Seules des hypothèses seront avancées concernant les différents publics séduits par la star, à partir d’un examen des discours tenus sur (et par) Gosling dans la presse écrite et en ligne. S’il sera fait occasionnellement allusion à des articles français ou britannique, nous choisissons de privilégier la presse états-unienne et de replacer la persona de l’acteur dans le contexte états-unien, auquel s’appliquent donc nos conclusions.

2 « Ryan Gosling has masterfully managed to avoid the mainstream movie-industry machinery (…) by playing a collection of brilliant psychotics, desperate romantics, crack-addicted idealists, confused self-loathers, and sex doll-infatuated delusionals (…) » (Interview, November 2010, p. 56).

3 « Gosling is the rare Hollywood actor who isn’t afraid to play vulnerable men » (Cineplex, January 2011, p. 37)

4 « (…) the kind of movie that girls in their pajamas (and certain guys) will continue to watch over and over as long as love remains an attractive emotion for humans to experience and the earth continues to spin on its axis »

5 « Heart to Heart », W Magazine, October 2010.

6 Sur les photos de couple, l’acteur caresse délicatement le visage de sa partenaire. Les yeux mi-clos, il semble sur le point d’embrasser cette dernière ou effleure sa joue avec ses lèvres. Lorsqu’il apparaît seul, son corps est construit comme un objet de désir au même titre que celui de Michelle Williams (quoique moins exhibé) : la veste en cuir qu’il arbore laisse en effet apparaître son torse nu, qui est encore plus dévoilé sur un autre cliché où Gosling est vêtu d’un sweat-shirt dont la fermeture Éclair est totalement ouverte.

7 « How to Look Like a Movie Star », GQ, January 2011, p. 46-53.

8 « Yet thanks to a new crop of brainy, complicated, and highly autonomous actors (…) a new prototype is seeping into the mainstream » ; « Fassbender and Hardy – they show up and put who they are on the line » ; « Some of us are tired of all the sissies in this town, says Gosling. The ones who go along, flow with the flow, line up where they’re told to line up at. », New York Magazine, December 13, 2010, p. 51-52.

9 « The Notebook (2004) – with that MTV Movie Award–winning kiss-in-the-rain with Rachel McAdams –threatened to upend his indie credibility. But who knew it was going to make all that money. Gosling could have cashed in with The Notebook in England or The Notebook in Space; everyone was telling him to go big, then bigger. Instead, he gambled on first-time feature filmmakers Ryan Fleck and Anna Boden, playing a charismatic, drug-addicted teacher in 2006’s Half Nelson, and got his first Best Actor nomination. »

10 « This year, Ryan Gosling and a band of similarly arty, polymathic weirdos are leading a revolt against the plastic leading man. » ; « Gosling could well be in the audience at the Academy Awards in February, as a nominee for Best Actor in the tortured love story, Blue Valentine. It’s a performance that seems designed to deconstruct the action-figure leading man even further, if not douse it in flames. »

11 « Tell me what to do. Tell me how I should be. Just tell me, I’ll do it. I’ll do it. »

12 « I could be whatever you want. You just tell me what you want and I’ll be that for you. »

13 De même, la scène de Blue Valentine où Dean menace de sauter du pont si Cindy ne lui dit pas ce qui la tracasse fait écho à celle de The Notebook où Noah annonce qu’il va se laisser tomber de la grande roue si Allie n’accepte pas de sortir avec lui.

14 « Blue Valentine, directed by Derek Cianfrance, is the film that best captures Gosling’s particular brand of manliness—the back-and-forth between tender, boyish goofiness and a more virile, dangerous, and unpredictable sexuality. », New York Magazine, December 13, 2010, p. 53.

15 « He’s constantly pulling things out of his pocket – secrets that seem to be in contradiction to who he is. Can you imagine someone as masculine and alpha as Ryan also likes to take ballet lessons? », Who magazine, avril 2011.

16 Le magazine précise d’ailleurs que c’est Gosling qui a eu l’idée de cette photo (comme c’était également le cas pour celles avec le cocktail Molotov publiées par New York Magazine), preuve de la conscience que la star a de son image et de son rôle dans l’élaboration de celle-ci.

17 Raewyn Connell emploie l’adjectif « hégémonique » pour qualifier la « forme de masculinité qui est culturellement glorifiée au détriment d’autres formes », en insistant sur le fait que « l’hégémonie est (…) une relation historiquement dynamique » (Connell 2014, p. 74-75). Or l’exemple des années 2000 montre que plusieurs définitions de la masculinité peuvent se partager l’hégémonie, et que l’on peut donc parler de « masculinités hégémoniques » au pluriel.

18 En plaçant la métrosexualité de leur héros sous le signe de la pathologie, des films tels que Fight Club (1999) ou American Psycho (2000) sont la preuve que la stigmatisation de la masculinité métrosexuelle est loin d’apparaître au milieu des années 2000, qui serait donc plutôt une période de résurgence et/ou d’intensification de ces discours. Sorti en 2013, The Secret Life of Walter Mitty est un symptôme parmi d’autres de la persistance de ce backlash, révélant en creux la pérennité de la masculinité dont il proclame inlassablement l’obsolescence (Ervin 2011, p. 60).

19 Essentiellement centré sur ses protagonistes masculins, ce film relève d’un sous-genre de comédie romantique que les spécialistes ont baptisé « lad flicks », « homme-com » ou « romantic sex comedy », et qui tente d’attirer les hommes vers ce genre tout en continuant de s’adresser au public féminin (Thompson 2013, p. 152).

20 « I’m gonna help you rediscover your manhood. »

21 « As Simpson observes, metrosexuality is "passive where it should always be active, desired where it should always be desiring, looked at where it should always be looking." »

22 « Fuck! Seriously?! It’s like you’re photoshopped. »

23 « Ryan Gosling is the Lumbersexual’s patron saint » (http://www.racked.com/2014/11/5/7570073/lumbersexual-replaces-metrosexual). Lancé en 2014, ce terme désigne un homme « mi-métrosexuel mi-hipster » qui adopte un style vestimentaire évoquant un mode de vie moins citadin que le métrosexuel et une « bonne vieille masculinité à l’américaine » (http://gearjunkie.com/the-rise-of-the-lumbersexual ; http://www.citypages.com/arts/meet-the-lumbersexual-hes-part-hipster-part-metrosexual-all-sartorial-man-6592215).

24 « (…) he said he has never been drawn to brutality. But now “something’s changed,” he added. “I’m just compelled to make very violent films right now. I don’t really know why. One clear upside of this apparent testosterone surge is greater productivity » (« A Heartthrob Finds His Tough-Guy Side », New York Times, September, 14 2011, http://www.nytimes.com/2011/09/18/movies/ryan-gosling-and-ides-of-march.html?pagewanted=all).

25 Sorti en 2013, Gangster Squad synthétisera les deux masculinités incarnées par Gosling dans Crazy, Stupid, Love et Drive. La star joue en effet le rôle d’un séducteur particulièrement élégant qui fait régulièrement preuve d’une violence extrême.

26 En effet, il importe de rappeler que, malgré la « subversion » qu’elle représente par rapport à la virilité traditionnelle (Ervin 2011, p. 61), la métrosexualité n’en reste pas moins une pratique de genre consolidant l’idée de « la différence entre les sexes » et la domination des hommes sur les femmes, et relève en ce sens pleinement de la masculinité hégémonique. Cela apparaît d’ailleurs clairement dans Crazy, Stupid, Love, qui montre un Cal retrouvant finalement sa virilité et sa position de patriarche en appliquant les conseils vestimentaires de Jacob.

27 « heroic, stoic, badass » (http://www.esquire.com/entertainment/movies/a23996/ryan-gosling-tough-guy-roles/)

28 « Gosling here makes a bid to enter the iconic ranks of tough, self-possessed American screen actors -- Steve McQueen, Clint Eastwood, Lee Marvin -- who express themselves through actions rather than words. Sometimes (mostly around Irene), his Driver smiles too much, but Gosling assumes just the right posture of untroubled certainty in the driving scenes and summons unsuspected reserves when called upon for very rough stuff later on. » (http://www.hollywoodreporter.com/movie/drive/review/190649)

29 « With the current face of cinema resembling a 3D, motion-captured computer graphic, it’s tempting to lament the death of the true film star. The Steve McQueens, John Waynes and Marlon Brandos just don’t seem to have any contemporary equivalents.
Then
Drive happened.
(…) the overall impact of the film can be easily attributed to one singular element: Ryan Gosling.
The 30-year-old actor and his iconic scorpion jacket restored our faith in the kind of leading men who fearlessly commandeered films in the Sixties and Seventies without the help of a green screen. (…). [This role] will comfortably lend him a place alongside Steve McQueen’s Frank Bullitt and Paul Newman’s Cool Hand Luke in the upper echelons of film cool.
 », ShortList, 27 October 2011, p. 39.

30 « He imbues the role with toughness, but also a modern sensitivity, switching from babysitting Carey Mulligan’s son, to a brutal fight with a hitman. », ShortList, 27 October 2011, p. 39.

31 « a mash-up of the strong, silent, 20th-century man and today’s sensitive New Dad », The Globe and Mail, 27 October 2011, http://www.theglobeandmail.com/life/relationships/why-ryan-gosling-is-the-man-of-the-future/article4351191/

32 « So the 2011 Coolest Person of the Year is a man who is tough but emotional », Time, 14 December 2011, http://content.time.com/time/specials/packages/article/0,28804,2101745_2102368_2102347,00.html

33 Voir par exemple : « Gorgeous, intelligent AND a great listener? Ryan Gosling is the perfect boyfriend... », Cosmopolitan, 27 August 2012, http://www.cosmopolitan.co.uk/entertainment/centrefolds/a17120/ryan-gosling-admits-he-is-a-great-listener/

34 « Dream Guy – He’s sweet, secretive, and sexy (…) Sweet / Sensitive / Quirky / Sexy / Cool », People, 21 January 2013, p. 3, 63.

35 « ’He was the best lover I’ve ever had,’ recalls a curvy blonde, who shared a night of passion with Ryan after meeting him at a nightclub. But once the lovemaking was over, things took a turn. ’I thought I heard him sniffling,’ she says. ’Then I realized he had tears gushing down his face. I asked if he was all right, and he said he gets emotional sometimes.’«  (http://www.celebitchy.com/379380/star_ryan_gosling_wept_openly_profusely_after_sex_with_a_random_club_girl/)

36 Vogue, 14 février 2015 (http://www.vogue.fr/portrait/ryan-gosling)

37 « I was attracted by the idea of someone who was a melting pot of all these masculine clichés: tattoos, guns, muscles and yet when faced with this child he didn’t know he had, realizes those things don’t make you a man at all. He’s a very shallow, empty person. », OK!, 22 April 2013.

38 http://www.telerama.fr/festival-de-cannes/2013/ryan-gosling-les-machos-sont-une-plaie-au-cinema,97176.php

39 « [Drive and Warrior are] smarter and go further, exploring the hypermasculinity expressing itself on the screen and calculating its real-life cost. (…) Drive doesn’t hew to the standard comforting tropes of guy entertainment. There’s a shocking turn in the narrative when Gosling’s protagonist crosses a line and the movie seems to do so as well. What almost plays like black humor is really the emergence of Refn’s moral and psychological rigor. The result is a movie you can chew on for days. », « Why men hurt », Elle, September 2011, p. 342.

40 http://www.ew.com/article/2010/11/05/blue-valentine-harvey-weinstein-nc-17-mpaa-rating

41 « (…) a decision that is clearly a product of a patriarchy-dominant society, which tries to control how women are depicted on screen. (…) It’s misogynistic in nature to try and control a woman’s sexual presentation of self. I consider this an issue that is bigger than this film. » (http://movieline.com/2010/11/18/ryan-gosling-tees-off-on-misogynistic-mpaa-over-blue-valentine-rating/)

42 http://feministryangosling.tumblr.com/

43 « Hey girl, I know how Judith Butler feels about subverting the dominant paradigm and rejecting the naturalization of heteronormativity, but I got you this flower. »

44 Voir par exemple : http://www.hollywoodreporter.com/news/ryan-gosling-memes-help-men-767968 ou https://www.washingtonpost.com/news/the-intersect/wp/2015/01/28/hey-girl-a-new-study-says-looking-at-ryan-gosling-memes-increases-mens-feminist-feelings/

45 « While loving Gosling isn’t a requirement of being a feminist, it is interesting how many of his most vocal fans identify as feminist and admire his masculinity, which is traditional while being vulnerable. (…)
For feminists like myself, who have long been accused of sexlessness, prudishness and an innate hatred of men, the Cult of Gosling is demonstrative of our ability to engage in that kind of public sexual playfulness - to claim our own pin-ups and participate in a mainstream culture that so often excludes us. Loving Ryan Gosling has become a feminist brand in itself (…).
 », Sunday Life Magazine, 10 March 2013, http://www.smh.com.au/lifestyle/why-we-worship-ryan-gosling-20130305-2fis2.html

46 http://goodmenproject.com/ethics-values/the-top-10-issues-of-mens-rights/11/

47 « In both films hegemonic masculinity – now the sole privilege of the white upper middle class – appears to retain its invisible and toxic influence on men for whom it has become unachievable. » (Marling 2014)

48 « The films, in fact, highlight the fictionality and destructiveness of normative masculinity and thus contribute to the subversion of the hegemonic ideal » (Marling 2014)

49 « For years, Hollywood has perpetuated a nearly unattainable version of manhood, aggressively marketing its leading men as superhuman. As a result, men often linked heroism with masculinity; there’s nothing more manly than a soldier or a cowboy or a spy, right? But today’s male filmgoer doesn’t live in a world where the bad guy is an insane Scandinavian billionaire who dies just before the inevitable getting-of-the-girl. Today’s male filmgoer lives in a world where well-paying jobs are scarcer than ever, relationships are harder to maintain and happily ever after is just a blurry myth from our childhood. (…) the modern male moviegoer wants to watch someone they can relate to, someone with real-world problems, someone just like them. So while Tom Cruise was out leaping from building to couch, all the way into obscurity, Ryan Gosling was playing totally unconventional, totally flawed characters trying to make sense of a complicated and overwhelming world. In other words, he was playing us. », http://uk.askmen.com/entertainment/better_look_3700/3790_ryan-gosling-todays-leading-man.html

50 Première, Mai 2013, p. 80.

51 « I’m more man than you are, you fucking cunt. » / “Why don’t you do something (…)I don’t know. You’re so good at so many things, you could do anything you wanted to do you’re good at everything that you do, isn’t there something else you wanna do? »

52 « “One of the things Derek told me when we first started talking about the film, he said, ’You know, you’re the wife and she’s the husband in this movie.’ Only in the sense of going against the cliché that all a woman is looking for is a man who loves her, and loves the kid, and comes home at night,” the actor explains. » Cineplex, January 2011, p. 37.

53 « (…) a combination of Lady Macbeth and Donatella Versace. (…) this domineering and diabolical mother. », Interview de Nicolas Winding Refn publiée dans le pressbook de Only God Forgives

54 Sur l’usage historique de cette expression au sein d’une rhétorique masculiniste, voir Messner (2012).

55 « My mom is very beautiful. Um... Very vain. Very smart. Cold. (…) [My dad] died a long time ago. He was such a sweet guy. He was probably too sweet. (…) he was soft. Just too soft, too sensitive. And, you know, Dad, he couldn’t really handle my mother... »

56 « (…) they can select from the complexity of the image the meanings and feelings, the variations, inflections and contradictions, that work for them. »

57 « Representations of masculinity are inherently bipolar, moving between hard and soft modes. »

58 Dans la mesure où Peberdy ne s’appuie que sur un corpus filmique post-1980, on peut se demander si ses thèses sont également applicables à des périodes historiques antérieures ou si cette « masculinité bipolaire » est propre à l’époque contemporaine.

59 « Seeing divergent examples of masculinity dominating at different historical moments, however, ignores the part each male trope plays in the identity formation of the other. In fact, by separating them in this way, Jeffords, Pfeil and Rutherford do not address the possibility that male identity exhibits both hard and soft masculinity at the same time. »

Top of page

References

Electronic reference

Jules Sandeau, « Les multiples masculinités de Ryan Gosling », Mise au point [Online], 9 | 2017, Online since 02 May 2017, connection on 18 August 2017. URL : http://map.revues.org/2399

Top of page

About the author

Jules Sandeau

Professeur certifié de philosophie actuellement en détachement, Jules Sandeau est ATER à l’université Bordeaux Montaigne. Dirigée par Geneviève Sellier, sa thèse porte sur l’évolution de la persona de Katharine Hepburn et sa réception aux États-Unis. Il a notamment publié un article intitulé « Retour sur les films de gangsters hollywoodiens des années 30 : codage et décodage de masculinités marginalisées » dans le premier numéro de la revue Genre en séries : cinéma, télévision, médias (mars 2015).

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page