Skip to navigation – Site map
Notes de lecture

Burkhard Röwekamp. Vom Film noir zur méthode noire: Die Evolution filmischer Schwarzmalerei

Jasmine Bigler
Bibliographical reference

Burkhard Röwekamp, Vom Film noir zur méthode noire: Die Evolution filmischer Schwarzmalerei, Marbourg, Schüren Verlag, 2003, 283 pages.

Full text

1Le film noir est une notion fondamentale dans l’histoire du cinéma. Du point de vue empirique, sous une perspective de marketing, on ne peut négliger le succès de cette catégorie de films. D’un point de vue théorique, le phénomène du film noir semble mettre à l’épreuve les études cinématographiques en interrogeant son essence. La notion de film noir détermine-t-elle un genre, un mouvement, un cycle ou simplement un style ?

2Les questions sont alors plus nombreuses que les réponses en raison de la pluralité des approches académiques qui s’intéressent à ce phénomène. En dépit de nombreuses tentatives pour en élaborer une définition précise, l’ensemble des discours se caractérise par une hétérogénéité et une ambivalence qui vont de la classification générique du phénomène « noir » sur la base d’éléments identifiants typiques (l’esthétique, la tonalité, l’atmosphère pessimiste, les personnages masculins passifs, les intrigues fatalistes, la femme fatale) jusqu’à la constitution d’un canon filmique inscrit soit dans un intervalle temporel limité (le film noir « classique » dans les années 1940 et 1950), soit dans une périodisation ouverte jusqu’au présent (le néo-noir). C’est ainsi que la notion de « néo-noir » n’est pas envisagée que comme un effet discursif de catégorisation émanant des débats, mais aussi, selon les experts, comme une différence ontologique par rapport aux films noirs « classiques ». Selon les experts, le film noir « classique » et le « néo-noir » constituent des phénomènes indépendants n’établissant pas le « néo-noir » comme une étape dans l’évolution d’une procédure filmique dans l’histoire du cinéma.

3Or, précisément, l’objectif de l’ouvrage de Burkhard Röwekamp est de renverser une telle présomption.

  • 1 On peut traduire le titre de la façon suivante : De film noir en méthode noire : L’évolution de la (...)

4En 2003, Röwekamp publie Vom Film noir zur méthode noire: Die Evolution filmischer Schwarzmalerei1 dont le projet est de combler les lacunes des approches autour du film noir. Malgré le foisonnement des réflexions, l’auteur s’étonne de l’absence d’une analyse conduite systématiquement des origines à nos jours soulignant l’évolution des fonctionnements esthétiques, narratifs et sémantiques du film noir. L’absence d’une définition spécifique, dont le revers est la prolifération sémantique de la notion de « noir » est le symptôme du caractère variable du phénomène. Si, pour Röwekamp, tout film est avant tout un processus esthétique qui engendre des significations, l’essence du film noir correspond davantage à un processus dynamique et continu plutôt qu’à un état de l’histoire du cinéma.

  • 2 Burkhard Röwekamp conclut son approche en s’appuyant sur l’observation du critique français Nino Fr (...)

5À partir de cette hypothèse, le spécialiste du cinéma de l’université de Marburg a mis en place une nouvelle méthode. Il s’agit de saisir la nature dynamique du phénomène film noir au moyen de déterminants historiques et esthétiques inscrits dans un modèle sémiotique. Ce qui permet à Röwekamp d’aborder le phénomène film noir sur la base d’une analyse qui prend en compte ses fonctions aussi bien dans un contexte esthétique que dans un contexte extra-esthétique. En approchant le phénomène film noir par une analyse structurelle de l’interaction dynamique entre les fonctions esthétiques et extra-esthétiques, la pensée de Röwekamp nécessite un changement d’horizon conceptuel. Ce changement vise à mettre en relief l’importance des procédés narratifs spécifiques. Ces procédés eux-mêmes représentent une déviation de la norme esthétique, à savoir : la subjectivité de la perspective narrative dans les films noirs au lieu de la narration classique hollywoodienne2.

6L’auteur soutient que la subjectivité de la perspective narrative constitue la structure dominante ou bien l’élément cohérent du processus poétique du film noir de ses origines jusqu’à nos jours. L’évolution des procédés spécifiques du film noir peut être saisie sous l’angle d’une « Verdichtung » – un concept qui peut être traduit comme « un compactage » ou « une densification » – des éléments discriminants en jeu. Cette « densification », offrant une intensité renforcée au film noir (par exemple l’atmosphère de l’anxiété et du désespoir) encore plus visible dans les films « néo-noir », permet de le distinguer du cinéma classique.

7Vu sous cet angle, Röwekamp ouvre une nouvelle perspective avec laquelle les éléments stylistiques, narratifs, thématiques et sémantiques prennent une nouvelle dimension. En ce sens le film noir développe à nouveau ces éléments dans un nouveau contexte ou dans une variation différente.

8En prenant le procès de la narration subjective comme point de référence il devient alors possible d’envisager l’évolution du film noir de ses origines jusqu’à nos jours. La proposition de Röwekamp est d’aborder de façon critique les distinctions entre le style, la narration et les thèmes du film noir à travers le discours universitaire. Ce déplacement d’une approche historiographique à un modèle de densification sémantique, repéré dans le champ académique, est appelé par Röwekamp « la méthode noire ».

  • 3 Le titre du premier chapitre peut être traduit ainsi : « Film Noir – Une Invention ».

9Dans son premier chapitre intitulé « FILM NOIR – EINE ERFINDUNG »3, si Burkhard Röwekamp poursuit plusieurs objectifs, il s’emploie néanmoins à clarifier les concepts critiques et à poursuivre une analyse des formes.

10Le chapitre s’ouvre sur la genèse du terme « film noir » dans un contexte international en montrant que l’usage discursif de cette étiquette vient plutôt de la critique cinématographique et non de l’industrie du cinéma. Puis en prenant en compte la spécificité de la production du film noir, l’auteur démontre que le film noir s’établit en dehors des procédés filmiques classiques. En prêtant attention aux contextes culturels, politiques et sociaux des modes de production, Röwekamp soutient que la déviation aux conventions narratives est un trait constitutif du film noir.

11 En outre, l’auteur insiste sur la cohérence entre le film noir « classique » et le film « néo-noir » à travers un aperçu historique et des analyses filmiques exemplaires, articulant de cette façon la déviation des normes au processus continu d’évolution. Parallèlement, Röwekamp remet en question le lieu commun qui veut que le film noir soit une spécificité américaine. Il propose alors de voir ce phénomène de façon plus générale comme une réaction à une absence de perspective sociale dans la société. Par le film noir, le cinéma répond aux malaises sociaux d’une nation en proposant une réforme visuelle et thématique.

  • 4 Le titre du deuxième chapitre peut être traduit ainsi : « Film Noir – Une Transcription ».

12Afin d’envisager les procédés cinématographiques sous une perspective évolutive, le deuxième chapitre intitulé « FILM NOIR – EINE UMSCHRIFT »4 se fixe pour objectif d’identifier et de déterminer séparément les conventions stylistiques, narratives et thématiques. Il s’agit, par exemple, des oppositions entre le chiaroscuro et la couleur, mais aussi des formes de féminité et de virilité (même avec l’introduction du terme « homme fatal » en comparaison de la fameuse « femme fatale »), l’usage des voix off et des flash-back, ou encore l’influence de la philosophie, etc. (par exemple dans L.A. Confidential (Curtis Hanson, 1997) et Usual Suspects (Bryan Singer, 1995)).

13De cette façon, Röwekamp poursuit deux objectifs : la mise à jour des conventions du film noir dans leur contexte historique et parallèlement la réflexion sur les implications sémantiques ou les significations engendrées par les images.

14Ces façons de faire s’apparentent à l’approche méthodologique du néoformalisme (par opposition à la narration cinématographique) développée par David Bordwell pour laquelle l’interaction entre le style et l’intrigue crée le récit. Conformément aux propositions néoformalistes de Bordwell, l’articulation de la dimension sémantique à l’analyse des structures narratives montre comment les significations contribuent à établir des standards et à envisager le film noir comme un système de signes qui va au-delà d’un ensemble d’unités fonctionnelles – style, sujets thématiques, etc. – afin d’engendrer un réseau sémantique. Le recours à un modèle sémiotique permet d’appréhender le film noir comme une valeur structurelle, offrant un cadre théorique et permettant une analyse de la relation entre les formes cinématographiques et leurs significations.

15En insistant sur les reconfigurations évolutives constantes des procédés spécifiques du film noir, le dernier chapitre intitulé « MÉTHODE NOIRE » démontre comment le classique film noir ne peut être considéré comme un standard ou un modèle idéal sur l’exemple du film Lost Highway (David Lynch, 1997). Il constitue plutôt un état ou une phase appartenant à la « méthode noire » qui est, elle aussi, en évolution constante. La « méthode noire » peut se définir plus précisément comme une approche méthodologique-théorétique qui rend possible la double liaison du film et l’histoire du film et permet, de cette manière, de transformer le phénomène noir en procédé artistique plutôt qu’une classification générique sur la base d’éléments identifiants typiques. Dans ce cadre, la « densification » fonctionne comme un élément central de la narration « noire » qui inscrit le film noir et le « néo-noir » dans un discours esthétique-historique. En conclusion, avec sa « méthode noire », l’auteur réussit bien à nous montrer les stratégies de la déviation et la distanciation des normes esthétiques classiques. La déviation de la norme esthétique, notamment l’implication d’une perspective subjective en combinaison avec des sémantiques thématiques – le désespoir, l’anxiété – a conduit à une réalisation d’une illusion filmique qui convainc par des effets subjectivistes. Röwekamp en déduit que le caractère « noir » se définit comme une densification subjective ou bien une perspective subjective eu égard à la narration objective du film classique hollywoodien. Le film noir, en fin de compte, obtient tout de même son statut réaliste avec l’utilisation des procédés subjectifs et objectifs. Néanmoins, Röwekamp montre que le film noir produit des sémantiques qui sont plutôt diamétralement opposées aux stratégies classiques. Il conclut l’argumentation en appelant à s’adapter à une approche qui pense la poétique historique et les procédés sémantiques ensemble et à reconstruire le film noir comme méthode noire.

Top of page

Notes

1 On peut traduire le titre de la façon suivante : De film noir en méthode noire : L’évolution de la sinistrose filmique.

2 Burkhard Röwekamp conclut son approche en s’appuyant sur l’observation du critique français Nino Frank qui dans « Un nouveau genre “policier” : L’aventure criminelle », publié dans L’Écran Français en 1946, constate que les nouveaux films – qu’il classe dans la catégorie film noir – ont développé de nouveaux modes qui eux-mêmes élargissent les dimensions de la narration conventionnelles vers une « troisième dimension » – une dimension qui se met au service de la psychologisation, de la subjectivation et de l’intériorisation de l’univers diégétique et des personnages.

3 Le titre du premier chapitre peut être traduit ainsi : « Film Noir – Une Invention ».

4 Le titre du deuxième chapitre peut être traduit ainsi : « Film Noir – Une Transcription ».

Top of page

References

Electronic reference

Jasmine Bigler, « Burkhard Röwekamp. Vom Film noir zur méthode noire: Die Evolution filmischer Schwarzmalerei », Mise au point [Online], 9 | 2017, Online since 02 May 2017, connection on 22 November 2017. URL : http://map.revues.org/2382

Top of page

About the author

Jasmine Bigler

Université Lumière Lyon 2

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page