Navigation – Plan du site
Humour(s) : cinéma, télévision et nouveaux écrans

Anachronisme et humour : de l’usage intempestif de l’anachronisme dans la fiction en costumes

Anachronism and humour: the untimely use of anachronism in fiction with costumes
Bernard Papin

Résumés

Après avoir défini l’anachronisme en tant que procédé rhétorique, cet article s’efforce de mettre en évidence les effets humoristiques de cette pratique – particulièrement intempestive dans un univers diégétique où on l’attendrait a priori le moins : celui de la fiction historique – en explorant les genres de l’humour auxquels elle ressortit, entre « travestissement burlesque » et « pastiche satirique » (Gérard Genette). Mais l’anachronisme ne fait pas rire tout le monde et c’est une forme d’humour finalement peu consensuelle, souvent sujette à controverses, qui peut devenir un outil de « distinction », par la connivence culturelle qu’elle suppose avec le lecteur ou le spectateur. On se demandera enfin si l’anachronisme a pour seul objectif le rire du récepteur ou s’il participe d’autres stratégies de séduction d’un public-cible.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Robert, Dictionnaire historique de la langue française, 1998, tome I, p. 127.
  • 2 ORTOLANG, CNRTL, http://www.cnrtl.fr/anachronisme
  • 3 L’humour est la « faculté de présenter la réalité de manière à en montrer les aspects plaisants, in (...)
  • 4 Ou l’agacer au contraire très fortement quand ils sont perçus comme la trace et la preuve d’une dés (...)
  • 5 On peut distinguer les œuvres « en costumes » qui placent leurs personnages « sur une toile de fond (...)
  • 6 La « promesse » est « l’acte unilatéral » par lequel une chaîne s’engage envers le téléspectateur e (...)
  • 7 Citons, parmi les plus notables pour notre propos, les films Monty Python, sacré Graal (1975), Mont (...)
  • 8 Marie-Antoinette (2006).

1Anachronisme : si, dans son acception la plus courante, le mot s’applique « à toute confusion chronologique et à tout décalage temporel »1, il désigne plus précisément, dans un roman, un film, une bande dessinée, l’« action de placer un fait, un usage, un personnage, etc. dans une époque autre que l’époque à laquelle ils appartiennent ou conviennent réellement »2. Ce « décalage temporel », du moins quand il est volontaire, appartient à un type d’humour3 qui a le plus souvent, et a priori, pour ambition première de faire rire le lecteur ou le spectateur. Ces anachronismes délibérés provoquent une rupture dans la continuité du tissu diégétique et de la trame narrative et produisent un effet comique. Il est évidemment des anachronismes qui échappent à leur auteur et qui, assurément, peuvent également faire rire le lecteur/spectateur attentif4. Mais ce sont les anachronismes volontaires, totalement assumés, qui seuls nous intéresseront ici. Bien entendu, toute fiction s’inscrit dans un temps et un espace donnés et l’anachronisme peut surgir à tout moment. Mais c’est quand la fiction s’affiche ouvertement « historique » – dans la fiction « en costumes »5 tout au moins – que l’anachronisme, perçu alors comme particulièrement iconoclaste, trouve toute son efficacité comique. Son surgissement est d’autant plus provocateur qu’il paraît particulièrement incongru dans un type de fiction qui prétend restituer de manière fidèle, tout du moins cohérente, un univers diégétique qui, appartenant au passé, est figé dans ses caractéristiques majeures, en matière d’environnements, de vêtements, de pratiques linguistiques, etc. Mais ce qui fait rire certains spectateurs peut provoquer aussi chez d’autres l’incompréhension, la colère parfois, devant un type d’humour qui les laisse de marbre. L’anachronisme ne fait pas rire tout le monde et comme, par exemple, l’absurde ou le non-sens, catégories humoristiques dont nous verrons qu’il est proche, c’est une forme d’humour peu consensuelle et souvent sujette à controverses, selon les publics et la lecture qu’ils font de la (trompeuse ?) « promesse »6 (de véracité historique ?) qui leur a été faite. Les exemples, au cinéma comme à la télévision, ne manquent pas de ces œuvres qui divisent. L’humour des Monty Python7 a ses inconditionnels mais nombreux sont aussi ceux qui y restent insensibles, que cette forme d’humour indiffère ou insupporte. Et les baskets de Marie-Antoinette dans le film du même nom de Sofia Coppola8, si elles ont amusé et fait sourire certains spectateurs et commentateurs, ont également exposé la réalisatrice à un déluge de commentaires pas toujours très amènes… Question de « promesse » sans doute, pour ces œuvres audiovisuelles dont la proposition historique est évidemment très différente.

  • 9 Le Robert, Dictionnaire historique de la langue française, 1998, tome II, p. 1856 : « L’adjectif s’ (...)

2Par quels mécanismes l’anachronisme provoque-t-il le rire ? À quels genres humoristiques est-il associé ? L’anachronisme est-il un humour tout public et, de manière plus générale, quels types de rapports l’anachronisme entretient-il précisément avec son destinataire ? Le rire est-il la seule ambition de l’auteur et le seul horizon d’attente du public ?… Telles sont quelques-unes des questions auxquelles nous voudrions nous efforcer de répondre ici. Après avoir défini l’anachronisme en tant que procédé, nous voudrions mettre en évidence les effets humoristiques de cette pratique intempestive9 et, en quelque sorte, paradoxale dans l’espace de la fiction historique, en explorant les genres de l’humour auxquels il ressortit. Nous nous interrogerons sur la complicité – qui peut tourner à la connivence – avec le lecteur/spectateur que requiert cette forme d’humour – au risque de faire du recours à l’anachronisme un outil de distinction culturelle, qui peut conduire parfois à un entre-soi regrettable. Il conviendra enfin de se demander si le rire du lecteur ou du spectateur est le seul objectif de la pratique anachronique ou s’il participe d’autres stratégies de séduction d’un public-cible.

De l’anachronisme

  • 10 ORTOLANG, CNRTL, http://www.cnrtl.fr/anachronisme
  • 11 ORTOLANG, CNRTL, http://www.cnrtl.fr/anachronisme
  • 12 Les Vacances de Monsieur Hulot, Jacques Tati, 1953.

3Si étymologiquement, l’anachronisme regarde en arrière, l’usage le plus fréquent qui en est fait consiste à projeter l’objet du discours anachronique dans un univers diégétique où il est perçu comme en avance sur le temps dans lequel on l’immerge, parce qu’il y était encore historiquement inconnu, inconçu, voire totalement inconcevable. Quand Marie-Antoinette porte des Converse dans le film de Sofia Coppola, nous sommes dans la forme la plus usitée de l’anachronisme, dans laquelle l’objet est projeté dans un univers de référence qui ne pouvait pas encore être le sien. On parlera alors de prochronisme10. Il est cependant un autre anachronisme, moins usité, qui plonge personnages, costumes, décors, langage, etc. dans un contexte de référence qui n’est plus le leur : ils apparaissent alors comme des objets surannés, qui n’ont plus leur place dans un univers qui a changé, qui a chronologiquement progressé, dans toutes les acceptions du terme. On pourra parler de parachronisme11 quand un personnage exhibe un objet du passé dans un contexte qui en fait un objet dépassé, tel Don Quichotte qui non seulement combat des moulins mais qui le fait dans des accoutrements guerriers qui ne sont plus de son temps… On voit immédiatement ici la différence qu’il y a entre ces deux types d’anachronisme dans l’appréhension qu’un personnage et le lecteur/spectateur peuvent avoir de l’anachronisme. Dans le cas du prochronisme, du moins en règle générale, le personnage ne semble pas s’en apercevoir, encore moins s’en étonner, voire s’en offusquer : l’objet anachronique s’intègre quasi naturellement dans son univers de référence et ce sont parfois (mais pas toujours) les autres, par le regard qu’ils portent sur cette incongruité, qui démasquent l’anachronisme. Il arrive même fréquemment que ce type d’anachronisme échappe totalement aux personnages et que seul le regard du lecteur/spectateur le dénonce comme tel. Dans le parachronisme, le personnage peut également ne pas prendre conscience de son incongruité (c’est, par définition, le cas du donquichottisme) et, en conséquence, le personnage a un côté lunaire, gentiment décalé, qui fait qu’il provoque, tel Don Quichotte, davantage la compassion que le rire. Mais, le plus souvent, sans qu’on puisse toutefois en faire une règle générale, le personnage atteint de parachronisme assume son archaïsme, voire le revendique, et en fait parfois une arme contre la modernité, tandis que le regard des autres peut être tour à tour attendri ou moqueur ou accusateur… C’est ainsi que monsieur Hulot bouleverse, au volant de sa Salmson des années trente, bringuebalante et pétaradante, la fausse quiétude d’une petite station balnéaire des années cinquante12.

  • 13 Dossier de presse de France 2.
  • 14 Voir Bernard Papin, « Quand la fiction télévisuelle s’affranchit de l’Histoire : dénouements, détou (...)

4Les éléments diégétiques sur lesquels porte l’anachronisme sont le plus fréquemment les décors dans lesquels évoluent les personnages, les objets du quotidien, les costumes, le langage, la musique… Une forme moins spectaculaire et sans doute moins aisément discernable pour un spectateur ou un lecteur peu attentif ou moins averti, c’est l’anachronisme des situations dans lesquelles se trouvent les personnages ou des postures qu’ils adoptent et des idées ou valeurs qu’ils véhiculent : Cartouche, le brigand magnifique, un téléfilm en deux parties, diffusé en 2009 sur France 2, propose un improbable Cartouche, un bandit de grand chemin du temps de la Régence campé en prérévolutionnaire et qui fait sienne… la devise des sans-culottes : « La liberté ou la mort ! ». Cet anachronisme – qui consterne les spécialistes de la période – est revendiqué et assumé comme tel dans le dossier de presse de présentation du téléfilm proposé par France 2 : « Sa révolte est un signe précurseur des mouvements révolutionnaires qui s’annoncent » et elle permet « de dénoncer les privilèges et la débauche des aristocrates, la gabegie financière et la misère du peuple »13. Le réalisateur, Henri Helman, que nous avions rencontré à l’époque de la diffusion du téléfilm, revendiquait très fortement cet anachronisme parfaitement assumé au nom de la liberté de la fiction et au nom du combat pour la défense des valeurs, universelles et intemporelles, des Lumières. Il est certain que ce type d’anachronisme, s’il est moins spectaculaire qu’une erreur grossière dans le costume d’un personnage, irrite en revanche bien davantage les tenants scrupuleux du respect de la vérité historique14.

  • 15 1788… et demi, série en six parties, réalisation d’Olivier Guignard, diffusion sur France 3 en janv (...)
  • 16 Peaky Blinders, diffusée en mars 2015 sur Arte.

5S’il est vrai que l’anachronisme est essentiellement diégétique, on a vu récemment, et sans doute sous l’influence du film de Sofia Coppola sur Marie-Antoinette, se développer une mode de l’anachronisme extradiégétique portant sur la bande-son : en 2011, la mini série15 1788… et demi – dont nous reparlerons plus longuement – mélange allégrement musiques d’époque et pop. Plus récemment encore, la série britannique Peaky Blinders16 propose un florilège de musiques pop qui « couvre » une intrigue qui se passe dans les années 1920.

  • 17 Francis Vanoye, L’adaptation littéraire au cinéma. Formes, usages, problèmes, Armand Colin, coll. c (...)
  • 18 Ibid., p. 45.

6Ajoutons pour achever cette tentative de définition que l’anachronisme, parce qu’il constitue une rupture avec le contrat de cohérence diégétique du récit dans lequel il apparaît, ne doit bien entendu pas être confondu avec les « explorations dans le temps » et autres « retours vers le futur » que peuvent nous proposer les œuvres littéraires ou cinématographiques de science-fiction. Dans La Machine à explorer le temps, Wells nous projette dans l’univers (apocalyptique) de 8002001, qui n’a rien à voir avec le monde de 1895 que fréquentait l’auteur du roman, mais cette réflexion philosophique sur le devenir de l’humanité s’appuie sur la description d’un monde qui, s’il n’est pas le nôtre et n’est pas encore advenu, n’en constitue pas moins un tout homogène, qui a sa propre cohérence, une cohérence diégétique que rien ne vient troubler, que nul anachronisme ne vient dépareiller… De même, il convient de ne pas mettre sur le même plan « le devoir d’anachronisme » des artistes « qui s’approprient les œuvres du passé », dont parle Francis Vanoye, à la suite de Daniel Arasse17, avec l’anachronisme dont il est ici question : mettre en scène Don Giovanni dans des décors et avec des costumes 1930, ce n’est pas faire preuve d’anachronisme, au sens où nous l’avons défini ici. Il s’agit simplement de l’une des modalités (commune) de l’adaptation, qui est la transposition d’un univers diégétique à un autre, au nom d’une plus grande intelligibilité des œuvres du passé, de la part d’adaptateurs, réalisateurs ou metteurs en scène, qui ne veulent pas se contenter d’ « illustrer paisiblement »18 les grands auteurs qui les ont précédés.

Pourquoi l’anachronisme fait rire

  • 19 Henri Bergson, Le Rire. Essai sur la signification du comique, 1900, édition électronique accessibl (...)
  • 20 Daniel Grojnowski, Comiques - d’Alphonse Allais à Charlot. Le comique dans les Lettres et les Arts, (...)
  • 21 Op. cit., p. 88.
  • 22 Ibid., p. 21.
  • 23 Ibid., p. 88.
  • 24 Ibid., p. 99.
  • 25 Pierre Jourde, Empailler le toréador. L’incongru dans la littérature française de Charles Nodier à (...)
  • 26 Ibid., p. 64.

7On sait depuis Bergson que le rire est la sanction d’une forme de « raideur mécanique » qui nous prive de notre capacité à nous adapter au monde tel qu’il se manifeste – parfois brutalement et de manière inopinée – à nous. Cette forme d’« inélasticité native des sens et de l’intelligence » qui nous empêche d’appréhender correctement le monde et nous fait chuter lourdement au premier obstacle venu fait rire nos contemporains, qui nous observent sans aménité. Cette inaptitude à être au diapason du monde réel est tout particulièrement le fait, nous dit Bergson, d’un type comique universel : le « distrait », qui est celui qui « continue de voir ce qui n’est plus, d’entendre ce qui ne résonne plus, de dire ce qui ne convient plus, enfin de s’adapter à une situation passée et imaginaire » alors qu’il devrait « se modeler sur la réalité présente »19. Il y a, pourrait-on dire, dans la distraction une forme d’anachronisme qui fait rire, parce qu’elle révèle une conduite inadaptée, et Don Quichotte est assurément un grand « distrait ». Parmi les formes de comique que distingue Daniel Grojnowski dans les Lettres et les Arts20, il en est certaines qui lui paraissent plus radicales que d’autres en ce qu’elles reposent sur le principe majeur de l’« incongruité », qui implique « l’intervention fortuite de ce qui ne devrait pas advenir à ce moment-là, qui ne devrait pas rompre un enchaînement attendu : série d’objets ou déroulement d’événements, de propositions »21. L’absurde ou « non-sens »22 sont à ses yeux les formes ultimes de cette incongruité qui crée une « faille » dans notre représentation du réel et de sa continuité et rend « suspect l’ordre du monde »23. À ce titre, ils provoquent à la fois rire et angoisse. Nous dirons que l’anachronisme, l’angoisse en moins sans doute, parce qu’il se caractérise également par « la co-présence d’éléments incompatibles »24, introduit une rupture dans notre perception du monde, qui nous fait rire parce qu’elle repose sur (en même temps qu’elle dénonce) une non-conformité à la logique de situation. Comme le dit également Pierre Jourde dans sa tentative d’en dresser une « typologie », l’incongru trouble « l’unité de la référence », ce qui fait que le lecteur ou le spectateur « ne sait pas quoi faire de ce qui vient de surgir »25. On pourrait dire que l’anachronisme, comme le coq-à-l’âne qu’étudie Pierre Jourde, nous fait sauter, sans crier gare, d’« un monde à un autre »26, ce qui assurément trouble nos références, pour notre plus grand plaisir. Et ce saut dans une (dis)continuité temporelle incongrue nous fait rire. Ou pas. Nous verrons un peu plus loin le caractère quelque peu élitiste de cet humour qui s’adresse avant tout à un public bardé de… références historiques et culturelles !

8C’est dans le genre de la fiction historique en costumes, qui nous plonge dans un passé plus ou moins éloigné de notre univers de référence, que l’anachronisme a pour ambition de produire ses effets comiques les plus efficaces. Mais il convient alors de savoir distinguer entre l’affichage historique et la (véritable) « promesse » générique.

  • 27 Le bon roi Dagobert, 1984, avec Coluche, Ugo Tognazzi et Michel Serrault dans les rôles principaux.
  • 28 Nous aurons l’occasion de revenir sur cet anachronisme citationnel, révélateur des fractures que l’ (...)
  • 29 Série française diffusée sur M6 de 2005 à 2010.
  • 30 Voir Valérie Florentin, « Les anachronismes comme procédé d’humour verbal : une étude de la série t (...)
  • 31 Série française d’animation, diffusée sur Arte depuis 2012.

9S’agit-il de proposer un divertissement à vocation ouvertement humoristique, alors tous les décalages – dans les costumes, dans les décors, dans les discours – paraissent de bon aloi. Le bon roi Dagobert de Dino Risi27 évolue dans un contexte historique plausible (la guerre des papes) et des décors (certes outrageusement) mérovingiens mais il s’exprime d’une manière triviale, voire franchement vulgaire, qui ne sied guère à la majesté royale (même d’un « roi fainéant ») : « Tu m’as gonflé les oreilles et les tripes avec ça », reproche-t-il par exemple à son plus proche conseiller qui ne cesse de lui parler du pape. Alors qu’il est perdu et seul en forêt, il se prend pour Richard III, citant Shakespeare avec un peu d’avance : « Mon royaume pour un cheval », s’écrie-t-il28… L’anachronisme linguistique est assurément une des formes les plus usitées dans les fantaisies historiques et la série « médiévale » Kaamelott29 affiche clairement ses intentions humoristiques, qui reposent, en partie, sur de constants anachronismes verbaux30. Silex and the city, la bande dessinée de Jul adaptée en série télévisée31, est une série (pré)historique où l’anachronisme prolifère au point que ce sont les costumes et les décors (vaguement) préhistoriques qui en deviennent… anachroniques par rapport aux situations mises en scène, aux noms des personnages (Spam, Blog, Web, Url !), à leurs façons de s’exprimer et à leurs préoccupations.

  • 32 Cf. note 5.
  • 33 Gérard Genette, Palimpsestes, Seuil, coll. « points-essais », 1982, p. 80-81.
  • 34 Voir Daniel Grojnowski, op. cit., p. 21.

10Dans ces œuvres, l’anachronisme est le vecteur majeur (mais pas unique) de la farce burlesque, de la parodie ou du pastiche, lesquels nourrissent la satire, plus ou moins acerbe, du monde contemporain du lecteur/spectateur. Le film de Dino Risi ou les films historiques des Monty Python32 ressortissent plus exactement à la catégorie de ce que Gérard Genette appelle le « travestissement burlesque » : « Le travestissement burlesque récrit […] un texte noble, en conservant son « action », c’est-à-dire à la fois son contenu fondamental et son mouvement (en termes rhétoriques, son invention et sa disposition), mais en lui imposant une tout autre élocution, c’est-à-dire un autre « style », au sens classique du terme » en transformant notamment le style « noble (gravis) de son récit et des discours de ses personnages en style familier, voire vulgaire »33. Il s’agit de démythifier des univers historiques ou légendaires majeurs – les rois fainéants, la quête du Graal, la vie de Jésus – dans une surenchère iconoclaste. Avec les Monty Python cependant, l’anachronisme, dont Genette fait un des ingrédients majeurs du « travestissement burlesque », est emporté par une absurdité galopante, sans queue ni tête, qui fait des auteurs les dignes héritiers de la tradition toute britannique du « non-sens »34 : quand le roi Artus pour répondre aux questions du gardien du Pont de la mort doit dire « à quelle vitesse vole une hirondelle non chargée » en précisant si elle est « africaine ou européenne », nous sommes chez Mark Twain et Alphonse Allais. Et quand le cheval de Troie se transforme en lapin, « Alice » n’est pas loin…

  • 35 Gérard Genette, op. cit., p. 32. Ce « pastiche satirique » appartient néanmoins pour Gérard Genette (...)
  • 36 Silex and the city, tome 1, Dargaud, 2009, p. 12 et 27.
  • 37 Épisode intitulé « Poulpe fiction » (saison 2), choisi ici au hasard, tant l’anachronisme est massi (...)
  • 38 Site des éditions Dargaud : http://www.dargaud.com/bd/Silex-and-the-city/Silex-and-the-city

11Avec Silex and the city, on est plutôt dans le registre de ce que Gérard Genette appelle un « pastiche satirique », c’est-à-dire « une imitation stylistique à fonction critique […] ou ridiculisante – une intention qui […] s’énonce dans le style même qu’elle vise », laissant le lecteur/spectateur juge de « l’aspect caricatural de l’imitation »35. Jul, que ce soit dans ses albums ou dans la série télévisuelle, nous propose en effet une satire féroce des mœurs contemporaines en parodiant nos jargons. Nous sommes dans un monde où on peut, vêtu d’une peau de bête (mais coiffé d’un bonnet phrygien) se rendre à « une AG » du « Forum alterdarwiniste » et militer pour une « évolution durable » qui passe « par la limitation radicale de [la] consommation énergétique »36… Dans l’épisode intitulé « Poulpe fiction » de la saison 2 de la série télévisée, dans cette « vallée qui résiste encore et toujours à l’évolution », en l’an -40 000, on donne des cours de préhistoire au collège Françoise Dolto, qui se trouve en « zone d’évolution prioritaire »37… Comme l’écrit l’éditeur de la bande dessinée, « c’est tout notre théâtre contemporain qui défile en peau de bête pour une parodie au vitriol de notre société évoluée. […] Jul se lance dans une saga familiale en costumes, à l’époque de la préhistoire. Quelle meilleure lorgnette que ces âges obscurs pour éclairer nos turpitudes contemporaines ? »38

Pourquoi l’anachronisme ne fait pas rire… tout le monde

12Si l’anachronisme peut trouver sa place dans diverses stratégies humoristiques, fait-il pour autant l’unanimité ? Rien n’est moins sûr et c’est sur les réticences, nourries d’incompréhension, que provoque sa mécanique humoristique, que nous voudrions nous attarder maintenant.

  • 39 Gérard Genette, op. cit., p. 13.
  • 40 Gérard Genette, op. cit., p. 27, « mots » ou signes audiovisuels…

13Tout d’abord, il y a, dans toute forme de « texte au second degré » – comme la parodie ou le pastiche – la nécessité pour le lecteur de faire référence à l’« hypotexte » qui, transformé ou imité, est parodié ou pastiché39. Et on doit veiller à « conserver autant de mots qu’il est nécessaire pour rappeler le souvenir de l’original dont on emprunte les paroles »40. Encore faut-il connaître préalablement cet hypotexte ou l’avoir encore en mémoire… Dans Silex and the city, on voit bien comment, à tout moment, l’anachronisme (ici proliférant) ne peut fonctionner qu’avec la coopération du lecteur/spectateur qui, et c’est pour lui une autre source de plaisir, doit mobiliser des références culturelles (certes de base, le plus souvent – sinon l’effet comique de l’anachronisme risque de faire long feu…) qui vont lui permettre d’apprécier à sa juste valeur ce qu’on lui propose… L’exemple cité précédemment le montre à l’évidence : si je ne sais pas ce qu’est une ZEP ou qui est Françoise Dolto, je peux rester grandement insensible à l’humour de la série… De même, des titres d’épisodes comme « Poulpe fiction » et « Les hominidés font du ski » supposent une certaine culture cinématographique pour être justement appréciés… De même encore, il faut connaître le nom d’une célèbre entreprise de vacances collectives pour comprendre ce qui se cache derrière un autre titre de la même saison : « Âge de Pierre et vacances »… Par ailleurs, cette sollicitation d’une certaine culture du lecteur/spectateur peut prendre également la forme d’une intertextualité rieuse : le titre même de la série est un jeu paronymique sur celui d’une célèbre série américaine et, dans le générique, l’évocation de cette « vallée qui résiste encore et toujours à l’évolution » ne peut manquer d’évoquer, pour le lecteur/spectateur averti, le « village peuplé d’irréductibles Gaulois [qui] résiste encore et toujours à l’envahisseur » de la bande dessinée Astérix. Autre série historique, qui, comme on sait, fait également reposer l’essentiel de sa puissance comique sur l’anachronisme et la complicité avec son lecteur, notamment par d’innombrables jeux de mots et citations (parfois prétendument) latines… De la même façon, la citation de Shakespeare, mentionnée précédemment et que l’on trouve dans la bouche du roi Dagobert de Dino Risi, risque de passer totalement inouïe aux oreilles d’un public qui n’a pas la référence nécessaire en tête…

  • 41 Jul, op. cit., p. 12.

14Le recours à l’anachronisme postule donc un certain capital culturel chez le récepteur : si ce dernier ne possède pas le bagage culturel exigé, il risque de rester à la porte de cet humour et l’anachronisme peut devenir une arme de distinction – même si ce n’est évidemment pas là l’intention de ceux qui l’utilisent. Qui plus est, l’auteur qui use et abuse de l’anachronisme court le risque de perdre son lecteur en cours de route, ou, plus exactement, au fil du temps… En effet, il peut arriver que l’anachronisme ne soit pas compris tout simplement parce qu’il est lui-même devenu… anachronique ! Comme le dessin de presse, qui ne se comprend le plus souvent qu’en rapport avec une actualité immédiate et qui se démode très vite, la bande dessinée de Jul risque, dans quelques années, de laisser son lecteur désemparé : quand Url et son ami Amboise se rendant à une réunion « alterdarwiniste » constatent que, dans le quartier qu’ils traversent, il y a « de plus en plus de huttes » et que le « mouvement des sans-grottes est en plein essor »41, l’allusion au mouvement des sans-abris avec des tentes installées notamment le long du canal Saint-Martin à Paris lors de l’hiver 2006 est sans doute transparente pour le lecteur de 2009. Mais qu’en est-il aujourd’hui, même si la question des sans-abris est récurrente dans notre actualité ? La référence au mouvement de l’association Les enfants de Don Quichotte s’est sans doute perdue. Et que dire de la mise en scène de « m’dame Courjault » qui, faisant son marché préhistorique, demande au commerçant qui tient l’enseigne « Au bon cannibale » s’il lui reste du « bébé congelé » ? Cette allusion à un fait d’infanticide très médiatisé entre 2006 et 2009 peut passer inaperçue pour un lecteur de 2017… Ce type d’anachronisme relève donc d’une complicité avec le lecteur/spectateur très liée au contexte d’énonciation et court le risque de la péremption : pour que son humour ne devienne pas un humour daté – et très vite incompréhensible – l’auteur doit décidément se défier de l’hypotexte qu’il utilise…

Pourquoi l’anachronisme n’est pas toujours là pour faire rire

15À côté de ces fictions à ambition ouvertement humoristique que nous venons d’évoquer, il est des fictions historiques aux « promesses » plus équivoques, en tout cas plus complexes, où le statut de l’anachronisme devient plus ambigu, mobilisé qu’il est à des fins qui ne sont plus (uniquement) humoristiques. L’introduction de l’anachronisme peut alors provoquer interrogation et malaise.

16La réalisatrice américaine Sofia Coppola l’a clairement exposé maintes fois, son film n’est pas un film historique, dans l’acception commune du terme tout au moins. Lors d’un long entretien dans Les Inrocks du 2 mai 2006, elle affirme avoir voulu faire « un film d’époque à [sa] façon » et s’explique sur les anachronismes que certains spectateurs critiques, soucieux de vérité historique, lui ont reprochés :

À un moment donné du film, on peut même voir brièvement une paire de Converse à côté d’une série de chaussures d’époque. Ce type de plans permet de dire que l’on ne respectera pas les règles du film de genre à 100 %, de couper avec le côté pesant que peuvent avoir certains films d’époque. De la même façon, je n’ai pas du tout cherché à imiter des tableaux d’époque, de retrouver une picturalité XVIIIe siècle. Au contraire, j’ai fait un livre de collage pour les différentes équipes qui s’occupaient des costumes presque uniquement avec des photographes contemporains.

  • 42 Télérama, 24/05/2006.
  • 43 Jean-Luc Douin, Le Monde, 23.05.2006.

17Aux anachronismes ici évoqués et dont il est dit significativement qu’ils permettent de « couper avec le côté pesant que peuvent avoir certains films d’époque », il faut ajouter celui de la bande-son. Et, comme l’écrivait un critique au moment de la sortie du film de Sofia Coppola, « les films en costumes se partagent souvent entre l’impasse de la reconstitution mortifère et l’écueil des efforts trop voyants pour l’éviter »42, l’anachronisme pouvant être assurément l’un de ces « efforts » contestables. Il est dès lors assez évident que l’emploi de l’anachronisme, qu’il soit diégétique ou extradiégétique, répond ici d’abord au souci de se concilier les bonnes grâces d’un public que l’on suppose rétif, voire imperméable aux séductions de la fiction historique. Si, comme l’analyse Jean Luc Douin dans Le Monde du 23 mai 2006, rapprochant ce film des précédents de la réalisatrice, Virgin Suicides et Lost in translation, Marie-Antoinette est avant tout un film « sur l’adolescence éternelle », il est alors évident que les anachronismes ici revendiqués, s’ils peuvent provoquer des effets de sidération et/ou de colère chez le spectateur amateur de vérité historique, ont pour vocation essentielle de susciter le sourire amusé et complice des plus jeunes spectateurs d’aujourd’hui, susceptible de les rendre sensibles au destin malheureux de cette jeune adolescente qui leur ressemble, de « cette sorte de Lady Di courant les bals masqués et les « parties » », de cette reine « rock et rococo » à jamais « suspecte d’être « lost in transgression » »43. Les anachronismes ont donc ici une fonction parfaitement assumée : ils ont pour vocation de rendre accessible un personnage historique élevé au rang d’archétype intemporel (celui de l’adolescence), de rendre plus proche une figure intimidante dont on craint qu’elle ne soit (historiquement) trop distante pour un public d’aujourd’hui…

  • 44 « Les films-épinards sont des films à voir pour se cultiver ou acquérir des points de distinction, (...)
  • 45 Philippe Coulangeon, Les métamorphoses de la distinction. Inégalités culturelles dans la France d’a (...)
  • 46 Hannah Arendt, La Crise de la culture, Gallimard, coll. « Folio-Essais », 1996 (1961), p. 265.
  • 47 Bernard Papin, « La fiction patrimoniale de divertissement. Promesses et modalités rhétoriques d’un (...)
  • 48 Expression utilisée par Le Point en 2011 à propos de la « comédie historique » 1788… et demi, dont (...)
  • 49 Télé 7 jours, n° 2642 du 15-21.01.2011.

18En conséquence de quoi, pour attirer le téléspectateur jeune vers ces films ou téléfilms « épinards »44, certains réalisateurs – de cinéma comme de télévision – n’hésitent pas à déployer diverses stratégies de séduction. Autrement dit, comme la « désirabilité universelle des biens culturels » est toujours pensée « en termes de barrières à lever et d’obstacles à surmonter »45, les auteurs vont tout faire pour rajeunir leur proposition scénaristique et faire en sorte, comme Hannah Arendt le disait au début des années soixante en parlant de la culture de masse, d’accommoder les produits culturels pour qu’ils soient « faciles à consommer »46 par un public que l’histoire ennuie et à qui, parfois, la « culture » fait peur… Ainsi, on a vu fleurir depuis quelques années un grand nombre de productions – que nous avons proposé ailleurs d’appeler des « fictions patrimoniales de divertissement »47 – qui s’efforcent de faire souffler « un vent de fraîcheur sur les étagères poussiéreuses de la fiction à costumes »48 par le recours à l’anachronisme. C’est ainsi qu’en 2011, France 3 propose une fiction historique – dont nous avons déjà évoqué la bande-son anachronique – sur la France pré-révolutionnaire de 1788, une comédie « au rythme très pop »49 qui met en scène les folles aventures d’une famille d’aristocrates dans un style volontairement « déjanté » où l’anachronisme du langage des personnages et celui de la bande-son jouent un rôle majeur de séduction du jeune public.

  • 50 Monty Python, la vie de Brian, 1980.

19L’anachronisme, quand il est volontaire, est multiforme : il regarde parfois en avant, parfois en arrière mais toujours il porte atteinte à ce que l’on voudrait considérer comme l’inaltérable succession des faits qui constitue la chronique de notre présence au monde. L’anachronisme est intempestif, il nous fait perdre nos repères et nous déconcerte car il remet en question la continuité du monde, voire sa cohérence. C’est précisément pour cela qu’il nous fait rire, par la façon dont il rompt brutalement avec la « raideur mécanique » dont nous voudrions que le monde fût fait. Il trouve sa place dans les genres humoristiques du « second degré » et emprunte les chemins du travestissement, de la parodie, de la satire… Et il fédère par le rire des publics complices, qui peuvent et savent apprécier le jeu parfois subtil avec les références culturelles qu’on leur propose. Mais cette complicité nécessaire avec le public est aussi ce qui peut faire de l’humour basé sur l’anachronisme un humour réservé à un certain public – averti, cultivé – et qui peut, de ce fait, laisser indifférents ou irriter ceux qu’il laisse sur le bord du chemin. S’il met d’ordinaire les rieurs de son côté, l’anachronisme peut également diviser et tout le monde ne rit pas aux péripéties loufoques et anachroniques de la vie de Brian50… Il peut heurter aussi l’aspiration au sérieux et à la cohérence des tenants d’une fiction « en costumes » qui respecterait ses « promesses » de véracité historique. Dans ces fictions où le recours à l’anachronisme répond à une volonté de dépoussiérer les costumes de la fiction historique, l’anachronisme fonctionne alors comme une main tendue entre les siècles, entre les générations, entre les cultures : il permet, d’une manière que l’on peut certes trouver contestable, de rendre proche le lointain, de rendre semblable le différent, de rendre compréhensible ce qui, peut-être, ne l’est plus guère.

Haut de page

Notes

1 Le Robert, Dictionnaire historique de la langue française, 1998, tome I, p. 127.

2 ORTOLANG, CNRTL, http://www.cnrtl.fr/anachronisme

3 L’humour est la « faculté de présenter la réalité de manière à en montrer les aspects plaisants, insolites ou parfois absurdes, avec une attitude empreinte de détachement ». Le Robert, Dictionnaire historique de la langue française, 1998, tome II, p. 1757. Cette « faculté » provoque d’ordinaire sourire ou rire et a donc des effets comiques.

4 Ou l’agacer au contraire très fortement quand ils sont perçus comme la trace et la preuve d’une désinvolture regrettable, ou, pire, d’une ignorance coupable. Il existe des sites spécialisés dans ce qui apparaît davantage comme des bourdes et/ou des ratages au moment de la réalisation ou au montage plutôt que comme de véritables anachronismes. Cf. parmi bien d’autres sans doute : Movie mistakes, topito.com…

5 On peut distinguer les œuvres « en costumes » qui placent leurs personnages « sur une toile de fond historique » des œuvres proprement historiques qui s’attachent « à produire une reconstitution sérieuse et documentée », avec la volonté « patrimoniale », plus ou moins affirmée, de mettre en scène « un héritage collectif ». Pierre Beylot, Raphaëlle Moine, dir., Fictions patrimoniales sur grand et petit écran. Contours et enjeux d’un genre intermédiatique, Presses Universitaires de Bordeaux, introduction, 2009, p. 16. Seule la première catégorie nous intéressera véritablement ici.

6 La « promesse » est « l’acte unilatéral » par lequel une chaîne s’engage envers le téléspectateur en termes générique et pragmatique. À charge pour ce dernier de vérifier si la promesse a bien été tenue. François Jost, Introduction à l’analyse de la télévision, Ellipses, 1999, p. 20.

7 Citons, parmi les plus notables pour notre propos, les films Monty Python, sacré Graal (1975), Monty Python, la vie de Brian (1980).

8 Marie-Antoinette (2006).

9 Le Robert, Dictionnaire historique de la langue française, 1998, tome II, p. 1856 : « L’adjectif s’applique, dans un emploi littéraire, à ce qui se produit à contretemps, vient mal à propos, et, plus couramment, à un comportement qui choque ou étonne. »

10 ORTOLANG, CNRTL, http://www.cnrtl.fr/anachronisme

11 ORTOLANG, CNRTL, http://www.cnrtl.fr/anachronisme

12 Les Vacances de Monsieur Hulot, Jacques Tati, 1953.

13 Dossier de presse de France 2.

14 Voir Bernard Papin, « Quand la fiction télévisuelle s’affranchit de l’Histoire : dénouements, détournements ludiques et contraintes médiatiques », Sociétés et représentations, « Écritures du feuilleton », Publication de la Sorbonne, 2015, n° 39, p. 139-149.

15 1788… et demi, série en six parties, réalisation d’Olivier Guignard, diffusion sur France 3 en janvier 2011.

16 Peaky Blinders, diffusée en mars 2015 sur Arte.

17 Francis Vanoye, L’adaptation littéraire au cinéma. Formes, usages, problèmes, Armand Colin, coll. cinéma/arts visuels, 2011, p. 44.

18 Ibid., p. 45.

19 Henri Bergson, Le Rire. Essai sur la signification du comique, 1900, édition électronique accessible sur http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html, « Les classiques des sciences sociales » de l’Université du Québec à Chicoutimi, p. 13.

20 Daniel Grojnowski, Comiques - d’Alphonse Allais à Charlot. Le comique dans les Lettres et les Arts, PU du Septentrion, 2004.

21 Op. cit., p. 88.

22 Ibid., p. 21.

23 Ibid., p. 88.

24 Ibid., p. 99.

25 Pierre Jourde, Empailler le toréador. L’incongru dans la littérature française de Charles Nodier à Eric Chevillard, José Corti, 1999, p.  24.

26 Ibid., p. 64.

27 Le bon roi Dagobert, 1984, avec Coluche, Ugo Tognazzi et Michel Serrault dans les rôles principaux.

28 Nous aurons l’occasion de revenir sur cet anachronisme citationnel, révélateur des fractures que l’anachronisme peut susciter au sein de son, ou plutôt ses publics.

29 Série française diffusée sur M6 de 2005 à 2010.

30 Voir Valérie Florentin, « Les anachronismes comme procédé d’humour verbal : une étude de la série télévisée française Kaamelott », accessible en ligne sur http://docslide.fr/documents/v-florentin-les-anachronismes-comme-procede-dhumour-verbal-kaamelot-2011.html

31 Série française d’animation, diffusée sur Arte depuis 2012.

32 Cf. note 5.

33 Gérard Genette, Palimpsestes, Seuil, coll. « points-essais », 1982, p. 80-81.

34 Voir Daniel Grojnowski, op. cit., p. 21.

35 Gérard Genette, op. cit., p. 32. Ce « pastiche satirique » appartient néanmoins pour Gérard Genette à la grande catégorie de la « parodie » car la « transformation » de l’hypotexte l’emporte sur son « imitation » (au contraire de ce qui se passe dans le pastiche pur).

36 Silex and the city, tome 1, Dargaud, 2009, p. 12 et 27.

37 Épisode intitulé « Poulpe fiction » (saison 2), choisi ici au hasard, tant l’anachronisme est massif dans cette série et constitutif de sa promesse.

38 Site des éditions Dargaud : http://www.dargaud.com/bd/Silex-and-the-city/Silex-and-the-city

39 Gérard Genette, op. cit., p. 13.

40 Gérard Genette, op. cit., p. 27, « mots » ou signes audiovisuels…

41 Jul, op. cit., p. 12.

42 Télérama, 24/05/2006.

43 Jean-Luc Douin, Le Monde, 23.05.2006.

44 « Les films-épinards sont des films à voir pour se cultiver ou acquérir des points de distinction, mais dont on sait très bien qu’ils vont provoquer l’ennui et les désagréments les plus pénibles. », Laurent Jullier, Analyser un film. De l’émotion à l’interprétation, coll. Champs Arts, Flammarion, 2012, p. 87.

45 Philippe Coulangeon, Les métamorphoses de la distinction. Inégalités culturelles dans la France d’aujourd’hui, 2011, p. 98.

46 Hannah Arendt, La Crise de la culture, Gallimard, coll. « Folio-Essais », 1996 (1961), p. 265.

47 Bernard Papin, « La fiction patrimoniale de divertissement. Promesses et modalités rhétoriques d’une hybridation générique », Télévision, n° 4, CNRS Éditions, 2013, p. 13-28.

48 Expression utilisée par Le Point en 2011 à propos de la « comédie historique » 1788… et demi, dont il est question dans les lignes qui suivent.

49 Télé 7 jours, n° 2642 du 15-21.01.2011.

50 Monty Python, la vie de Brian, 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Papin, « Anachronisme et humour : de l’usage intempestif de l’anachronisme dans la fiction en costumes », Mise au point [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 02 mai 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://map.revues.org/2282

Haut de page

Auteur

Bernard Papin

Bernard Papin est maître de conférences de l’université Paris Sud et membre du Centre d’Étude des Images et des Sons Médiatiques (CIM-CEISME, Sorbonne Nouvelle). Ses travaux portent essentiellement sur la fiction télévisuelle des années 60-70 et la régulation des images à la télévision. Il anime, au sein du CEISME et en collaboration avec des chercheurs de Paris I et de l’université de Lorraine, un groupe de réflexion sur la fiction historique, au cinéma et à la télévision. Il publiera prochainement un ouvrage sur la série feuilletonnante Un Village français. Dernier ouvrage publié : Nicolas Le Floch, un « expert » au temps des Lumières, dir. Geneviève Landié, Bernard Papin et Alain Sebbah, L’Harmattan-INA, Collection « Les médias en actes », 2014, 300 pages.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page