Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Mireille Berton. Le Corps nerveux des spectateurs. Cinéma et sciences du psychisme autour de 1900

Jean-François Baillon
Référence(s) :

Mireille Berton, Le Corps nerveux des spectateurs. Cinéma et sciences du psychisme autour de 1900, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2015, 635 pages, préface de Rae Beth Gordon.

Texte intégral

1Cette étude extrêmement documentée, qui s’appuie sur des sources en quatre langues (bibliographie de 63 pages en français, allemand, italien, anglais), est à la fois une enquête historique sur les discours médicaux accompagnant la naissance du spectacle cinématographique au tournant du xxe siècle et une tentative de théorisation de la construction de figures de la subjectivité communes à ces discours médicaux et à la définition culturelle d’un nouveau médium, le cinématographe, qui se développe au cours de la même période. Mireille Berton parvient à accomplir la synthèse d’une approche du type de celle adoptée par Emmanuel Plasseraud dans L’Art des foules. Théories de la réception filmique comme phénomène collectif en France (1908-1930), (Presses du Septentrion, 2011) avec le regain d’intérêt théorique pour l’articulation entre rêve, hypnose et cinéma manifesté par exemple par Raymond Bellour dans Le Corps du cinéma : hypnoses, émotions, animalités (P.O.L., 2011). Le Corps nerveux des spectateurs propose une troisième voie qui remonte aux premières années du spectacle cinématographique pour étudier aussi bien les discours qui accompagnent cette genèse que l’ample littérature scientifique qui théorise au même moment la subjectivité moderne. Les ramifications sont multiples et donnent à lire une co-élaboration d’une subjectivité nerveuse tantôt décrite sous des traits morbides, tantôt sous des aspects plus valorisants, mais qui sont les deux faces du même avènement d’une modernité culturelle associée à des développements sociaux et techniques d’où la question du genre n’est pas absente.

2Le fil directeur du propos développé par Mireille Berton est la constitution d’une subjectivité moderne caractérisée par un surcroît de nervosité et d’excitation, à la fois cause et conséquence de l’intérêt manifesté par certaines catégories de la société pour le spectacle cinématographique naissant. Dans de nombreuses publications consacrées à l’étude de phénomènes psychiques aberrants ou pathologiques comme les hallucinations ou certaines variétés d’hystérie, les caractéristiques prêtées, à tort ou à raison, au spectateur du cinématographe reviennent comme métaphore persistante des troubles de la personnalité qui définissent le nervosisme fin-de-siècle. Réciproquement, le cinématographe est accusé d’exacerber des états de nervosité pathologiques et de renforcer la capacité de certains spectateurs à développer des états hallucinatoires, voire criminogènes. Le développement des techniques d’hypnose et de la recherche de corrélations entre état hypnotique et comportements sociaux pousse à voir dans le spectateur du cinématographe un modèle de subjectivité moderne en phase avec ces recherches nouvelles. Ainsi, les effets hypnotiques prêtés au spectacle cinématographique sont jugés analogues aux effets de suggestion de dispositifs employés en contexte de recherche médicale. Les récits de cas de somnambulisme et de transe médiumnique offrent eux aussi de troublants points communs avec la technologie de captation et de projection des images en quoi consiste la caméra cinématographique Lumière (p. 382).

3Selon l’auteure, les nombreux parallélismes relevés aussi bien dans la littérature médicale que dans le discours moral ou sociologique accompagnant la réception du spectacle cinématographique naissant permettent d’affirmer la prégnance d’un modèle machinique appliqué à la conceptualisation du sujet moderne. Les modèles variés de conceptualisation de l’appareil psychique qui se développent au tournant du siècle semblent favoriser une appropriation métaphorique du dispositif cinématographique, tandis que réciproquement le développement de ce dernier mobilise souvent des emprunts aux sciences du psychisme en plein essor. Ainsi le film de Léonce Perret Le Mystère des roches de Kador (1912), auquel Mireille Berton – après d’autres commentateurs qu’elle ne manque pas de citer – consacre une analyse approfondie (p. 175 et suiv.), présente-t-il la particularité de proposer une sorte de parallélisme entre cure psychanalytique et spectacle cinématographique comme méthodes de thérapie et pratiques culturelles associées à la modernité.

4Ce couplage valorisant du cinéma et des sciences du psychisme n’est pas, selon Mireille Berton, ce qui domine dans les sources primaires abondantes et variées qu’elle a exploitées : l’un des préjugés les plus courants qui circulent à l’encontre du cinématographe dans ses premières années est l’influence néfaste qu’il est susceptible d’exercer sur les catégories jugées les plus influençables du public, à savoir les femmes et les enfants. Cette partie de l’étude de Mireille Berton pourrait sembler ne pas être la plus novatrice sur le fond, puisque des études sur des corpus plus réduits avaient déjà permis de relever ce genre de phénomène (par exemple les travaux de Simon Popple sur le cinéma britannique des premiers temps). Mais la minutie de l’enquête menée par Mireille Berton approfondit des dimensions de la question rarement rassemblées dans une synthèse aussi puissante : les fondements pseudo-scientifiques de la vulnérabilité de certains publics à l’influence morbide du cinématographe sont mis à jour avec une clarté inédite. En outre, la thèse défendue dans l’ouvrage va bien au-delà d’une simple sociologie des publics : la dimension genrée affecte la définition même du modèle du spectateur premier, dont les caractéristiques sont celles que les études sur le psychisme prêtent à la féminité. Le premier cinéma est donc, dans le discours cinéphobe (dominant), accusé de féminiser la société.

5En résumé, le croisement des approches pratiqué par Mireille Berton lui permet de livrer une somme tout à fait impressionnante appelée à servir de référence. Mais cet aboutissement est aussi un point de départ. En prenant le parti d’historiciser l’articulation entre cinématographe et sciences du psychisme et en préservant la pluralité des doctrines et des écoles qui se sont emparées du dispositif cinématographique comme métaphore ou objet d’investigation de leurs hypothèses, Mireille Berton ouvre un champ de recherches prometteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Baillon, « Mireille Berton. Le Corps nerveux des spectateurs. Cinéma et sciences du psychisme autour de 1900 », Mise au point [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 02 mai 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://map.revues.org/2276

Haut de page

Auteur

Jean-François Baillon

Université Bordeaux-Montaigne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page