Navigation – Plan du site
Humour(s) : cinéma, télévision et nouveaux écrans

Du stéréotype dans la comédie française contemporaine : autour de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?

From the stereotype in contemporary French comedy: around Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu?
Chloé Delaporte

Résumés

Cet article examine le rôle des stéréotypes ethniques et raciaux dans la comédie française contemporaine à partir d’un cas d’étude : Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?, le film le plus vu en salle en France en 2014. Il propose une analyse croisée du film (analyse filmique) et de sa réception par différents publics, journalistiques et critiques (analyse de discours).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le terme « stéréotype » renvoie à de multiples définitions et usages épistémologiques ; nous nous e (...)

1Le 16 avril 2014, plus de 600 salles de cinéma françaises accueillent la sortie de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?, réalisé par Philippe de Chauveron. Dès sa première semaine d’exploitation, le film prend la tête du box-office et génère plus de 1,7 million d’entrées. À la fin de l’année 2014, il en totalise plus de 12,34 millions, ce qui en fait le film le plus vu en salle en France en 2014 (CNC 2014, p. 9). Le succès commercial de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? n’est toutefois pas sa seule singularité. Le film repose en effet sur une forme d’humour particulière, qui s’appuie sur la mise en scène de stéréotypes1 relatifs au genre, à la race, la classe ou la croyance des personnages. Cet article propose d’étudier cet usage de la stéréotypisation dans un cadre comique, à partir de l’analyse croisée du film (analyse filmique) et de sa réception par différents publics, journalistiques et critiques (analyse de discours).

Formes et fonctions de la stéréotypisation

Construire la diégèse : la présentation des stéréotypes

  • 2 Le synopsis officiel rédigé par le distributeur du film (en l’occurrence UGC Distribution), l’a été (...)

2La stéréotypisation est une opération banale dans la construction d’un univers fictionnel, parce qu’elle repose sur le partage de références communes facilement saisissables et identifiables. Au sein des formes comiques, elle n’a pas pour seul but de permettre au lecteur ou spectateur de construire la diégèse : elle peut, en soi, servir de ressort comique par la présentation caricaturale qu’elle implique des éléments diégétiques, par exemple des personnages. Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? fait un usage intensif de cette forme de stéréotypisation, introduite dès le synopsis officiel2. Celui-ci caractérise ainsi chacun des personnages par une appartenance spécifique :

« Claude et Marie Verneuil, issus de la grande bourgeoisie catholique provinciale, sont des parents plutôt “vieille France”. Mais ils se sont toujours obligés à faire preuve d’ouverture d’esprit. Les pilules furent cependant bien difficiles à avaler quand leur première fille épousa un musulman, leur seconde un juif et leur troisième un chinois [sic]. Leurs espoirs de voir enfin l’une d’elles se marier à l’église se cristallisent donc sur la cadette, qui, alléluia, vient de rencontrer un bon catholique… »

  • 3 La notion d’idéal-type est proposée par le sociologue Max Weber pour désigner les catégories de pen (...)
  • 4 Au début du film, se défendant d’être « raciste » lors d’un déjeuner familial, Claude tient ainsi à (...)
  • 5 Le distributeur a développé des character posters, ces affiches destinées à présenter isolément les (...)

3Chaque personnage est conçu pour incarner un plus large groupe social dont il serait le représentant, jouant un rôle idéal-typique3. Leurs différents « traits » distinctifs sont prioritairement rapportés à leurs appartenances supposées : c’est parce qu’ils appartiendraient à la « grande bourgeoisie catholique provinciale » que Claude et Marie (Christian Clavier et Chantal Lauby) seraient « par nature » réticents à ce que leurs filles épousent des non-catholiques (plus précisément : des non-Blancs, puisque le quatrième gendre se révèle catholique « mais » d’origine ivoirienne). Le processus de désignation est ici ethnicisant et racisant : il élabore des catégories religieuses, ethniques et raciales qui construisent des groupes sociaux (« les catholiques », « les musulmans », « les juifs », « les Chinois ») aux membres desquels sont assignées, dans le film, des caractéristiques communes. Cela est particulièrement sensible au sujet des gendres, présentés comme des hommes « issus de l’immigration » par leur beau-père4. Leurs prénoms respectifs marquent cette ethnicisation ; ils sont d’ailleurs mentionnés sur l’affiche du film pour renforcer la dimension idéale-typique des personnages5.

Illustration 1

Illustration 1

Affiche française de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?

(Philippe de Chauveron, 2014, UGC Distribution)

4La stéréotypisation se fait en partie à revers, car les personnages consistent de prime abord en des contre-stéréotypes censés infirmer le discours doxique. On pourrait ici faire le lien avec la notion d’antistéréotype proposée par Éric Macé (dans la lignée des travaux de Stuart Hall) :

« L’antistéréotype est défini par le fait qu’il constitue les stéréotypes comme la matière même de sa réflexivité, conduisant ainsi, en les rendant visibles, à déstabiliser les attendus essentialistes, culturalistes et hégémoniques de l’ethnoracialisation des minorités, […] que ce soit sur le ton de l’humour, de l’interpellation plus directe ou à travers la complexité des récits fictionnels. » (Macé 2007, §19)

  • 6 00:19:28 et 00:45:18.

5Pourtant la caractérisation est ici hybride, chaque élément contre-stéréotypé étant complété par un trait compensateur qui est, lui, directement stéréotypé. Rachid (Medi Sadoun), époux d’Isabelle (Frédérique Bel) et idéal-type des « musulmans » (ou des « Arabes », label aussi fréquemment utilisé dans le film), exerce la profession d’avocat, en tant que commis d’office toutefois. Plusieurs séquences se déroulant devant le palais de justice de Bobigny permettent au spectateur de l’associer au barreau de la Seine-Saint-Denis, département largement stigmatisé et qui joue presque, socialement, le rôle d’idéal-type de « la banlieue ». Les seuls clients de Rachid présentés dans le film rejouent d’ailleurs cette stigmatisation, puisqu’il s’agit dans les deux cas de stéréotypes du « délinquant de banlieue », c’est-à-dire de personnages masculins, jeunes, non-Blancs, portant sweat à capuche et n’hésitant pas à consommer du cannabis juste devant le tribunal, à en proposer à Rachid ou à l’appeler « mon frère »6. Le fait que l’interprète de Rachid (le comédien Medi Sadoun) se soit fait connaître du grand public en jouant dans la comédie française Les Kaïra en 2012 redouble cette stéréotypisation.

  • 7 00:19:00.
  • 8 00:24:14.

6David (Ary Abittan), époux d’Odile (Julia Piaton) et idéal-type des « juifs », n’a pas de métier déclaré mais tente de façon récurrente de monter des projets d’affaires (sans succès cependant). Le trait compensateur est son épouse, qu’une courte séquence au début du film permet au spectateur d’identifier comme « dentiste »7 ; la profession est associée à la confession de son conjoint, comme l’indique Odile à un moment du film alors qu’elle lui demande de ne pas réagir « si quelqu’un balance un cliché sur les juifs, du genre « ils sont très présents dans les médias ou chez les dentistes » »8.

  • 9 00:08:26.
  • 10 00:53:26.

7Enfin, Chao (Frédéric Chau), époux de Ségolène (Émilie Caen) et idéal-type des « Chinois », est banquier. La stéréotypisation passe ici encore par le casting, Frédéric Chau ayant été découvert au Jamel Comedy Club, un cercle comique connu pour exploiter et détourner les stéréotypes, notamment ethniques, dans une idée de récupération du stigmate (Quemener 2014). Charles (Noom Diawara), futur époux de Laure (Élodie Fontan) et idéal-type des « Noirs », est lui comédien. L’usage du contre-stéréotype sert ici à contrebalancer la mobilisation récurrente de stéréotypes ethniques et raciaux radicaux, formulés par les gendres eux-mêmes. On apprend ainsi de la bouche de David que les Chinois ne feraient « aucun effort pour aller vers les autres »9 ou encore de celle de Chao que « les Africains font souvent des mariages blancs »10.

  • 11 André Koffi est décrit à la fois comme revanchard à l’égard des Blancs en raison de la colonisation (...)

8Si les gendres bénéficient d’une position « nuancée », jouant a priori la carte du contre-stéréotype, les personnages de la génération précédente ne sont pas dans le même cas : Claude et Marie Verneuil incarnent un stéréotype direct de leur groupe social de référence, la « grande bourgeoisie catholique provinciale », tout comme André et Madeleine Koffi (Pascal N’Zonzi et Salimata Kamate), les parents de Charles – absents de l’affiche du film –, concentrent tous les clichés racialistes que les sociétés coloniales et postcoloniales ont pu produire sur le Noir aigri et revanchard à l’encontre des Blancs11.

9Quand elle porte sur les personnages, la stéréotypisation sert tant à construire la diégèse qu’à susciter le rire du spectateur, que ce soit par la dimension subversive de la formulation même du stéréotype ou par le recours au contre-stéréotype. En revanche, lorsque la stéréotypisation s’exerce sur les décors, sa vocation humoristique semble moins évidente. Dans Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?, les lieux de résidence sont rapidement identifiables sur le plan sociologique : le couple Chao/Ségolène (qui est artiste-peintre) vit dans un grand loft à la déco industrielle, tandis que le couple Charles/Laure, le plus jeune des quatre, vit dans un appartement certes confortable mais visiblement plus bohème. Le procédé n’est pas incongru, mais il se radicalise lorsqu’il s’agit non plus de filmer les personnages évoluant dans un espace domestique, mais de situer géographiquement le lieu d’une action, par exemple au début d’une nouvelle séquence. Les intertitres parfois incrustés à l’image après un fondu au noir (« Chinon, dix-huit mois plus tard ») mentionnent occasionnellement le lieu, mais ils ne sont présents que lorsqu’il s’agit d’expliciter une ellipse temporelle. Tout repose donc sur la force visuelle du plan, sa capacité à traduire plastiquement – et rapidement – un ancrage géographique. Quand l’action se déroule dans la maison des Verneuil (qui sert de « nœud » géographique à l’intrigue), le réalisateur recourt à un plan d’ensemble sur le domaine ou cadre de façon plus serrée la façade principale : un parc arboré et une maison bourgeoise suffisent sur le plan symbolique à faire comprendre au spectateur que l’on se situe à Chinon.

  • 12 « Seka seka », DJ Mareshal (2007).

10Il arrive toutefois que le réalisateur mobilise une esthétique plus baroque, notamment lorsqu’intervient la première séquence se déroulant en Côte d’Ivoire, alors que Charles a fait le déplacement depuis Paris pour retrouver ses parents et leur annoncer son mariage imminent avec Laure. Un montage rapide d’une dizaine de plans (fixes pour la plupart), sur fond de musique extra-diégétique dans un esprit « clip », a pour but d’introduire l’aéroport d’Abidjan (où atterrit Charles) comme lieu de l’action. Les plans sur la ville et ses habitants, comme le choix d’un tube ivoirien de coupé-décalé12 pour composer cette séquence, n’ont apparemment pas été jugés suffisamment « parlants » : le réalisateur a donc également ajouté des effets numériques. Viennent ainsi se superposer aux plans en prises de vue réelles des aplats colorés, qui dessinent sur les façades des maisons et les carrosseries des voitures différents motifs « d’inspiration africaine ».

11Ce procédé n’est pas systématiquement utilisé pour introduire les séquences se déroulant à Abidjan : un peu plus tard dans le film, c’est un plan de coupe similaire à celui cadrant la maison des Verneuil qui place la maison des Koffi comme lieu de l’action. Le plan fixe sur la façade est alors occupé à la fois visuellement par un vieux taxi, qui traverse lentement le champ de part en part, et de façon sonore par le caquètement des nombreuses poules qui s’ébattent devant la maison.

12Ce plan, furtif, rejoue discrètement la stéréotypisation introduite précédemment : à l’Afrique colorée et chantante de la première séquence, s’ajoute le cliché d’une ville africaine caractérisée par ses taxis d’un autre âge et ses animaux en liberté. Que le véhicule des Koffi soit clairement identifiable comme étant de marque Mercedes fournit par ailleurs une indication sur le capital économique de la famille et tend à les inscrire dans la bourgeoisie ivoirienne (dans une forme d’effet miroir avec les Verneuil).

Susciter le rire : la confrontation des stéréotypes

  • 13 Très court, le générique d’introduction épouse l’aspect visuel d’un faire-part de mariage, l’invita (...)

13La stéréotypisation – des personnages comme des décors – n’a pas pour unique but de faciliter la construction de la diégèse de la part des spectateurs : elle sert également à susciter le rire. Celui-ci peut notamment être provoqué par la confrontation des stéréotypes, mis en comparaison selon plusieurs modalités. L’une d’elles est le recours à des montages parallèles et/ou alternés qui présentent successivement les réactions et comportements des personnages/idéaux-types. Dans Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?, le principe est récurrent et inaugure même le film : la première séquence, qui se confond en partie avec le générique introductif13, résume en un court montage les trois premiers mariages « mixtes » de la famille Verneuil. Tous se déroulent à la mairie de Chinon, où sont nées les trois épouses : ce déterminant commun met en relief ce qui, du coup, diffère d’un mariage à l’autre, à savoir le marié, sa famille et ses proches. La mise en scène se concentre alors sur leurs traits idéaux-typiques. À chaque fois, l’humour repose sur l’incongruité de la réaction des parents Verneuil, qui semblent être les seuls à souffrir de la situation.

14Pour renforcer cette dissonance, le réalisateur a opté dans le cas des deux premiers mariages (ceux de Rachid et David) pour des cadrages qui isolent les deux familles : chacune a droit à « son » cadre et chaque famille est le hors-champ de l’autre.

15Cette fragmentation de l’espace, appuyée par les coupes franches mais pondérée par les directions des regards, amène un rythme à la séquence qui met en lumière la réaction désabusée des Verneuil tout autant que les traits idéaux-typiques des belles-familles. Outre le nombre important d’invités (ils sont à chaque fois beaucoup plus nombreux du côté de l’époux), le réalisateur a choisi de mettre en scène des youyous, ces cris de joie poussés par les convives lors des mariages dans certaines traditions d’Afrique du Nord et du Proche-Orient.

16Visiblement dégoûtés par la pratique – cadrée inopinément, lors du deuxième mariage, en plan rapproché sur un convive âgé –, les parents Verneuil arborent des mines de plus en plus atterrées. Ils font preuve d’une indécence que le réalisateur cherche à justifier en suscitant l’empathie du spectateur pour leur réaction aux manifestations de joie des convives de « l’autre » famille, se reposant ainsi sur l’idée que les spectateurs partagent (c’est-à-dire connaissent, admettent et font leurs) ces stéréotypes, dans une forme de « connivence ludique » (Charaudeau 2006, § 39).

17La mise en parallèle des stéréotypes, qui a pour but de produire un effet comique lorsqu’elle est ostensible (donc lorsque les plans sont rapprochés dans le temps), n’est pas utilisée qu’au sujet des gendres. Décidée à accueillir toute la famille à Chinon pour Noël, Marie Verneuil choisit de préparer autant de dindes qu’il y aura de traditions culinaires représentées à table : le film comporte une courte séquence durant laquelle Marie se rend successivement dans une boucherie halal, une boucherie casher et chez un traiteur chinois.

18Les trois commerces sont à la fois mis sur le même plan et singularisés par les traits distinctifs de l’idéal-type qu’ils incarnent. Ceux-ci sont essentiellement articulés autour du langage, même si tous les commerçants ne sont pas logés à la même enseigne : le premier parle arabe, par facilité avec ses clients et collègues mais également pour ne pas être compris par Marie ; le deuxième boucher communique dans un parfait français et le troisième, qui craint un contrôle sanitaire lorsqu’elle pénètre dans sa boutique, s’exprime en français – avec un accent cependant – lorsqu’il parle à Marie et dans un dialecte chinois quand il s’adresse à ses collègues. Cet exemple illustre bien la façon dont une mise en parallèle à but humoristique n’appelle pas nécessairement un traitement filmique similaire des personnages stéréotypés.

  • 14 00:18:55 à 00:20:25.

19La dimension comique de la mise en parallèle est encore renforcée quand le réalisateur opte pour un montage alterné, qui présente des actions se déroulant simultanément. C’est par exemple le cas, avant un dîner commun, lorsque sont présentées successivement les discussions intimes de chaque couple en prévision de l’événement : le procédé offre un effet « catalogue », mettant en scène les réactions analogues mais légèrement décalées des gendres. À l’annonce du repas de Noël familial, chacun s’enquiert ainsi auprès de son épouse de la présence des autres : David se renseigne sur « Jackie Chan et Arafat », Rachid sur « Bruce Lee et Popeck », Chao sur « Kadhafi et Enrico Macias »14.

20La comparaison des stéréotypes peut également s’effectuer au moyen d’autres procédés que le montage parallèle et/ou alterné, comme par le biais de références en miroir. À l’inverse des montages parallèle et alterné, qui concentrent la comparaison dans une temporalité spectatorielle courte, ces références sont souvent distantes et éloignées au sein du film, séparées par de nombreux plans. L’effet comique est résolument moindre : ces références n’ont pas tant pour but de faire rire que de nourrir les idéaux-types en perpétuant la stéréotypisation. Par exemple, les Verneuil comme les Koffi recourent aux services d’une femme de ménage, mais les deux personnages ne sont pas présentés sous le même jour : alors que l’employée des Verneuil paraît très active – elle est en train de passer l’aspirateur dans le séjour quand Marie vient l’informer de sa sortie en ville –, celle des Koffi est filmée endormie sur les marches de l’escalier, qu’elle paraît censée nettoyer, et se réveille brusquement à l’arrivée de ses employeurs. Contrairement à d’autres formes de stéréotypisation, que le dispositif filmique accompagne de manière à produire un effet comique, cette référence en miroir n’a aucun autre intérêt que celui de véhiculer le cliché raciste de l’employée de maison noire fainéante et menteuse.

  • 15 On pourrait à ce propos faire le lien avec la notion « d’intersectionnalité », utilisée en sociolog (...)

21Les références en miroir ne sont pas toutes uniquement racisantes. Par exemple, un plan fixe sur les parents Verneuil installés dans leur canapé, qui montre Claude lisant Le Figaro Magazine et Marie Le Figaro Madame, est « complété » vingt-cinq minutes plus tard par un plan en miroir des parents Koffi : on y découvre André lisant L’inter, un quotidien ivoirien, et Madeleine Amina, un magazine féminin francophone ciblant un lectorat d’origine africaine. La stéréotypisation s’appuie ici sur des catégories ethnicisées, mais également genrées et classisées. En effet, la lecture du Figaro et d’Amina construit les deux couples en tant qu’appartenant à une classe sociale bien précise (dans les deux cas : la bourgeoisie), tout comme la lecture de la presse d’actualité (un espace littéraire sérieux) par Claude et André versus celle de magazines féminins (un espace littéraire futile) par Marie et Madeleine construisent les membres des couples comme appartenant à un genre bien précis (les hommes ou les femmes). Cet exemple montre bien la manière dont la stéréotypisation se fonde sur une imbrication de catégorisations sociales, dont la race, la classe et le genre font assurément partie15.

  • 16 00:31:47 à 00:33:53.
  • 17 00:11:57.

22L’analyse de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? révèle que toutes les formes de stéréotypisation ne servent pas de levier comique : seuls les stéréotypes ethnicisants sont « officialisés » dans leur fonction humoristique, qu’ils soient discutés au sein de la diégèse par les personnages ou incarnés directement par eux. Pourtant, le film comporte de nombreux stéréotypes relatifs à la classe ou au genre des personnages : quand les dîners familiaux se terminent par une vaisselle collective pour les femmes, confinées dans la cuisine, et une discussion entre hommes dans le bureau de Claude où ils peuvent s’adonner à leurs loisirs « naturels » (boire et fumer)16, personne (ni les personnages diégétiques ni le dispositif filmique) ne vient interroger cette stéréotypisation. Il en est de même lorsque Odile ponctue le départ agacé de Laure lors d’une discussion familiale d’un « il faut vraiment qu’elle se trouve un mec, ça la détendra »17 qui n’a visiblement pas pour fonction de décrocher un sourire auprès du spectateur ; si cela avait été le cas, le réalisateur et son monteur Sandro Lavezzi auraient vraisemblablement accordé quelques microsecondes de temps en plus au plan, pour laisser aux publics le temps d’un rire, ou auraient enchaîné avec un plan et une réplique qui auraient prolongé la dynamique comique. Si de multiples formes de stéréotypisation sont mobilisées dans Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?, il apparaît ainsi que seule la version ethnicisante semble intervenir dans la volonté comique du film.

Stéréotypisation et conflit d’interprétations

  • 18 À la fin du mois de septembre 2015, uniFrance indique que Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? est (...)

23La sortie de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? a donné lieu à l’expression et la publication de nombreux discours, notamment journalistiques. Si les premières critiques ont célébré un hymne à la tolérance, des voix se sont vite élevées pour dénoncer sa propension à banaliser les clichés racistes. Vendu à l’international, le film a également suscité des critiques à l’étranger, en particulier aux États-Unis où il n’a finalement pas été distribué18. Le débat français s’est alors polarisé entre deux interprétations opposées, que l’on peut schématiquement situer sur un axe « raciste » versus « antiraciste ». Les arguments avancés dans l’un ou l’autre camp sont de différents ordres, mais une grande majorité d’entre eux s’appuie sur la dynamique de stéréotypisation du film, admise par tous les auteurs ; nous en examinerons un certain nombre dans cette deuxième partie. L’objectif n’est pas de statuer sur le caractère raciste ou antiraciste de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?, mais d’essayer de comprendre ce qui, pour les différents interprètes dont nous étudierons les discours, a été mobilisé du film pour servir l’une ou l’autre des interprétations.

Autodérision et effet d’accumulation

  • 19 00:06:35.
  • 20 00:06:40.
  • 21 00:10:35.

24L’un des arguments les plus fréquemment utilisés est l’idée que la stéréotypisation n’agirait pas comme une banalisation des clichés car elle servirait ici une logique d’autodérision. Dans un entretien pour Le Télégramme, dans lequel il considère que le film est « extrêmement fédérateur » et qu’il « ouvre sur la tolérance, la compréhension de la différence », le sociologue Emmanuel Éthis estime ainsi que « les personnages développent une autodérision qui montre effectivement qu’ils jouent avec les stéréotypes qu’on leur attribue » (Corre 2014). L’argument s’appuie sur la dimension contre-stéréotypée des personnages, mais aussi sur leur capacité à détourner certains clichés. À plusieurs reprises, les personnages diégétiques – notamment les gendres – répondent en effet par la négative aux pratiques qui leur sont assignées. Ainsi, Rachid rassure-t-il son beau-père en lui indiquant qu’il « ne mange pas de porc, mais [n’est] pas un intégriste » et qu’il « [boit] même du vin »19, tout comme David20, tandis que Chao n’a pas prévu de litchis pour le dessert contrairement à ce qui est sous-entendu21.

25En outre, le film procéderait d’un phénomène d’accumulation, dont le but serait justement de dénoncer l’absurdité des stéréotypes. La journaliste Claire Digiacomi estime ainsi, dans un article pour FranceInfo, que :

« Le message de ce film est clair : le racisme est une absurdité […]. Toutes les situations dans lesquelles se trouvent les personnages sont propices à des saillies racistes, au point que l’effet d’accumulation parvient à porter le message de tolérance évident du film. » (Digiacomi 2014)

26Dans un article pour Metronews, Marilyne Letertre va dans le même sens :

« Des juifs qui auraient la bosse du commerce, aux Asiatiques qui afficheraient un sourire permanent, Qu’est-ce qu’on a fait au Bon dieu ? aligne les préjugés pour mieux en souligner la stupidité… » (Letertre 2014)

27Même les auteurs critiques à l’égard du film sont enclins à voir dans la prégnance des stéréotypes une qualité contestataire ; ainsi Olivier Barlet, dans un texte pour Africultures, concède-t-il que :

« Le problème n’est pas en soi – et malgré leur impressionnante superficialité – cette accumulation de clichés étalés au grand jour : les répéter à l’envie [sic] dans une telle avalanche aurait plutôt tendance à les désamorcer en en montrant le ridicule. » (Barlet 2014)

28D’autres auteurs maintiennent toutefois que le dispositif accumulatif ne met pas à distance les clichés, bien au contraire. Dans Télérama, Nicolas Didier conclut ainsi que le scénario de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? « exploite les clichés qu’il prétend dénoncer » (Didier 2014), ce que rejoint Franck Nouchi dans Le Monde :

« Derrière le message de tolérance qu’il entend délivrer – vive la différence, vive les mariages mixtes – se profile pourtant quelque chose de plus ambigu, une manière, certes comique mais tout de même, de vouloir banaliser sinon le racisme, du moins les propos racistes. » (Nouchi 2014)

  • 22 « Cette comédie ne se moque pas des préjugés racistes, elle a elle-même un problème de racisme. » [ (...)

29Inès El-Shikh, dans un article pour le site Le cinéma est politique, s’interroge : « […] comment l’œuvre de Philippe de Chauveron réussit ce tour de force à réhabiliter une certaine forme de racisme tout en prétendant défendre l’inverse ? » (El-Shikh 2014). Et l’auteure de préciser que « l’unique ressort comique du film tenant en la capacité des personnages à confirmer ou infirmer un préjugé, il s’agit moins de rire du racisme que grâce à lui » (El-Shikh 2014). Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? a rencontré un grand succès dans les salles allemandes, où il est sorti dès le 24 juillet 2014 ; comme une partie de la presse française, des journalistes allemands ont souligné ce paradoxe entre revendication antiraciste et banalisation du racisme. Julia Dettke résume le problème dans un article pour Zeit, écrivant que « diese Komödie macht sich nicht über rassistische Vorurteile lustig, sie hat selbst ein Rassismusproblem »22 (Dettke 2014).

Tout le monde il est beau, tout le monde il est raciste

  • 23 00:28:53.

30La stéréotypisation est également justifiée en raison de son caractère partagé : elle concernerait tous les personnages et toutes les catégories ethniques et raciales mises en scène. Comme le dit lui-même Rachid à un moment du film devant une assemblée familiale qui acquiesce, « on [aurait] tous un petit côté raciste dans le fond »23. Le fait que les torts semblent partagés est d’ailleurs souligné par de nombreux auteurs comme une preuve de l’antiracisme du film. Dans Le Figaro Vox, Alexandre Devecchio écrit ainsi :

« […] Loin du pensum tant redouté, le film laisse la repentance et la victimisation au placard, et se distingue par son absence totale de manichéisme. Cible un peu trop attendue, les cathos ne sont pas les “méchants Français de souche” de l’histoire. Certes, ils en prennent pour leur grade, mais les scénaristes ont l’honnêteté de n’épargner personne et surtout pas les minorités. Dans un festival de vannes décomplexées, les cathos se méfient des juifs, qui méprisent les arabes [sic], qui dénigrent les noirs [sic] et tous se moquent des chinois [sic] ! » (Devecchio 2014)

31L’idée que « tout le monde en prend pour son grade » est si répandue dans les discours critiques que certains en font même le titre de leur article (Paludgnach 2015). Dans Paris Match, le point de vue est semblable :

« […] Le film ne dresse pas un tableau manichéen. Personne n’est épargné, chacun en prend pour son grade. Le traitement est assez équilibré. Que ce soit, le couple bourgeois de Chinon, comme les futurs beaux-parents ivoiriens, tous réfractaires à l’union de leurs enfants ; ou les trois gendres qui se liguent contre le quatrième jugeant que son arrivée va bouleverser le fragile équilibre de la famille, le film montre que chacun a ses préjugés et ses clichés sur l’autre. Et les renvoie dos à dos. » (Cabot 2014)

32Le propos est plus assertif ; on trouve un registre énonciatif similaire chez Vincent Soulage, qui écrit dans Chrétiens de gauche :

« Tout le monde en prend pour son grade et aucune hiérarchie n’est possible entre des personnages aux comportements similaires. Ainsi s’établit une sorte de nouvelle forme d’égalité black-blanc-beur qui permet in fine la réconciliation. » (Soulage 2014)

33Frédéric Mignard, dans sa critique du film pour À voir à lire, est sur la même ligne interprétative, estimant que « tout le monde ici, peu importe ses origines, s’en donne à cœur joie dans les petits gags xénophobes, sans jamais être méchant » (Mignard 2015). L’auteur précise par ailleurs que le film réussit le pari difficile de s’adresser à tous les spectateurs :

« À la fois black, beur, juif, bourgeois, provincial, djeune, parlant également aux plus de 60 ans, la trame fonctionne de façon identique pour tous les publics, chose rare pour un ersatz du genre franchouillard. Les femmes et les hommes y répondront aussi favorablement tant le casting a été soigné pour manger à tous les râteliers. » (Mignard 2015)

34Dans Le Figaro, Jean-Christophe Buisson poursuit cette entreprise de dés-idéologisation du film, en écrivant que ce dernier adopte un point de vue « neutre » (avec des guillemets cependant) :

« Comme toutes les bonnes comédies, le film porte un message – léger dans la forme, grave dans le fond. Il est ici d’une simplicité biblique : tout le monde est un peu raciste en France (y compris ceux qui se considèrent en être les victimes prioritaires) mais personne ne l’est réellement. […] Un point de vue “neutre” qui semble largement partagé : au marché du film de Cannes, les droits de la comédie de Chauveron se sont vendus comme des petits pains dans de nombreux pays étrangers – preuve de son caractère universel. » (Buisson 2014)

  • 24 « Si le film connaît une telle réussite, c’est aussi qu’il a une dimension universelle », déclare a (...)

35Défendue notamment par Brigitte Maccioni, la directrice générale d’UGC Images (société coproductrice)24, « l’universalité » accordée au film implique que le réflexe raciste ne serait pas tant un cliché qu’une réalité objective. Vincent Soulage écrit par exemple :

« Nous avons tous tenu des propos remplis de préjugés raciaux, et ceux-ci sont vivaces même entre les différentes communautés issues de l’immigration. Sur le modèle de ce film, rien ne sert de les nier. Pour inventer un réel vivre ensemble, il faut les assumer, en rire à chaque fois que c’est possible, les contredire quand c’est audible, et surtout les dépasser dans des projets communs. » (Soulage 2014)

36Le racisme constituerait ainsi un phénomène ordinaire, banal, commun à tout le monde, même hors de la diégèse de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?.

Le film comme « simple » reflet d’une époque

37Pour certains commentateurs, les stéréotypes ethnoraciaux ne seraient pas tant produits par le film que simplement mis en scène (dans l’idée que le film serait un témoin, un « reflet » de la société et non un objet symbolique participant de sa construction). Les intrigues et rapports interpersonnels observables dans Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? renverraient ainsi à une réalité sociétale, celle de la France contemporaine. Henri Ernst, directeur de la distribution d’UGC, déclare par exemple au Parisien que le scénario a réussi à « capter l’air de la France » et que le film est « ancré dans la réalité d’aujourd’hui » (Le Parisien 2014b). Alexandre Devecchio, qui postule dans Le Figaro Vox que la France est « un pays en proie à une réelle angoisse identitaire », va plus loin en écrivant que le film se caractérise par son absence de tabou – on retrouve ici une rhétorique chère aux orateurs d’extrême-droite, qui prétendent souvent « dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas » :

« Il est vrai qu’avec son pitch “terra-noviste” et sa bande-annonce digne d’un spot de pub pour Benetton, Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? laissait craindre le pire en matière de “prosélytisme diversitaire”. Et si, au contraire, le film disait sur le ton de la comédie, ce qu’Éric Zemmour et Alain Finkielkraut ne peuvent plus exprimer sans déclencher les foudres des justiciers auto-proclamés de l’antiracisme ? Et si l’impressionnant succès du film était justement dû à son absence de tabou ? » (Devecchio 2014)

38Le Parisien crée des liens plus explicites encore, en rapportant des faits sociopolitiques récents pour circonscrire le contexte français contemporain :

« Le film, plébiscité dans les banlieues défavorisées comme dans les villes bourgeoises, s’attaque aux sujets sensibles de l’antisémitisme et du racisme, quelques mois après des attaques ayant visé la ministre noire de la Justice, Christiane Taubira, et après une vive polémique liée à un humoriste controversé, Dieudonné, accusé d’antisémitisme. Par les thèmes de l’attachement aux traditions, de la France éternelle face à la diversité, il fait aussi involontairement écho aux sujets de campagne avant le scrutin européen du 25 mai. » (Le Parisien 2014c)

39Cette volonté d’ancrer la thématique dans le « réel » français n’est pas propre aux auteurs cherchant à valoriser le film. Même lorsqu’il s’agit d’en livrer une critique peu élogieuse, les auteurs soulignent la résonance avec l’actualité contemporaine, comme Jean-Baptiste Morain dans Les Inrocks :

« Aujourd’hui, en France, où les sondages, à longueur d’années, nous répètent que le racisme est en augmentation, où les partis de droite comptent de plus en plus d’électeurs décomplexés, les spectateurs ont bien envie qu’on leur dise que ce n’est pas si grave d’être un peu raciste, puisque tout le monde l’est un peu, n’est-ce pas. » (Morain 2014)

40La proximité thématique du film avec l’actualité française est particulièrement mise en avant dans la presse étrangère. En Israël, où le film a été présenté pour la première fois lors du Haifa Film Festival en octobre 2014 sous le titre Lama Zeh Magiya Li?, une critique de The Jerusalem Post peu convaincue par la tonalité comique du film écrit ainsi :

  • 25 « Je ne doute pas que cette histoire témoigne d’une évolution de la société française, et je serais (...)

« I have no doubt that this story reflects a changing French reality, and I’d love to see a movie that took a more realistic look at mixed ethnic families in Europe. »25 (Brown 2014)

41Le film se pare encore plus, dans les critiques étrangères, d’atours documentaires : il raconterait quelque chose de la société française, de son climat social comme de son actualité politique. Les auteurs font très fréquemment – pour ne pas dire systématiquement – le lien avec l’accession d’élus Front national au Parlement européen ; le « FN » joue, ici, un rôle d’idéal-type de l’extrême-droite française, permettant de nommer et identifier le « racisme » français à l’international. Katarina Granzin écrit par exemple dans sa critique de Monsieur Claude und seine Töchter (le titre allemand du film) :

  • 26 « C’est évidemment un hasard si Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? sort dans les cinémas allemand (...)

« Es ist natürlich Zufall, dass „Monsieur Claude und seine Töchter“ kurz nachdem in Frankreich der rechtsextreme Front National stärkste Partei bei den Europawahlen 2014 wurde in die deutschen Kinos kommt. Aber der zeitliche Zusammenhang ist ungemein passend, da auf diese Weise der gesellschaftliche Kontext noch einmal deutlich stärker zutage tritt. »26 (Granzin 2014)

Ina Hochreuther fait de même dans le Stuttgarter Zeitung :

  • 27 « En France, la comédie multiculturelle appartient déjà aux plus grands films à succès de l’histoir (...)

« In Frankreich zählt die Multikultikomödie bereits zu den erfolgreichsten Kinofilmen der Geschichte überhaupt. Gleichzeitig zog die rechtspopulistische Front National bei der Europawahl als stärkste französische Kraft ins Europäische Parlament ein. »27 (Hochreuther 2014)

42Le phénomène n’est pas propre à l’Allemagne. En Espagne, où le film est sorti sous le titre Dios mío, ¿pero qué te hemos hecho?, Jordi Costa écrit dans El País :

  • 28 « Le résultat est évidemment inquiétant et se rapproche d’un genre humoristique convenu que l’on po (...)

« El resultado es, por supuesto, inquietante y se acerca al modelo de humor amable que uno asociaría a un presente social donde exclusión y rechazo son norma: risas amables para la escalada electoral del lepenismo. »28 (Costa 2014)

43En Belgique, dans le cadre d’une interview pour le quotidien Le Soir, Christian Clavier est immédiatement interrogé par la journaliste sur le contexte politique français :

« [Le Soir] : En regard des résultats des récentes élections en France et de la montée du Front national, le film de Philippe de Chauveron ne tombe-t-il pas à pic ?
[Christian Clavier] : Je ne crois pas que le Front national étende sa toile sur la France lors de ces élections. Sur ce point, je ferme la parenthèse pour ne plus en parler. Ce film sur les préjugés qu’on peut avoir est conçu pour faire rire. Ce n’est pas un film à message et surtout pas à message politique. C’est la première fois qu’on n’a pas une posture morale pour traiter ce sujet-là. Ce serait désastreux de se remettre dans une posture morale et politique. Nous sommes dans le cinéma de distraction. » (Bradfer 2014)

44L’acteur propose une réponse similaire au journaliste de La Gazette de Berlin qui l’interroge longuement sur le sujet :

« [La Gazette de Berlin] : Je sais qu’en France on a beaucoup parlé d’un phénomène sociologique, mais est-ce que vous vous expliquez ce phénomène étrange entre des votes assez exceptionnels pour un parti d’extrême droite récurrent, et en même temps ce plébiscite en France ?
[Christian Clavier] : Ce n’est pas du tout au même niveau. Je ne vais pas répondre à ça car je pense que c’est mettre ensemble des choses qui ne sont pas au même niveau.
[La Gazette de Berlin] : Il y a quand même un ancrage politique par rapport au message passé dans le film et au climat en France.
[Christian Clavier] : Je ne crois pas du tout à ça, je ne crois pas que les films ont des messages […]. » (Desbiolles 2015)

45Les réponses de Clavier sont emblématiques de la frange pro-film des discours critiques, qui s’appuie sur l’intentionnalité comique du réalisateur pour désamorcer toute lecture politique du film. La propension de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? à faire du racisme un problème uniquement familial, niant ainsi toute dimension macrosociale, politique et institutionnalisée du racisme, est d’ailleurs fréquemment dénoncée par les auteurs les plus critiques à l’égard du film, en France (El-Shikh 2014) mais aussi à l’étranger. Sean Kelly écrit par exemple dans le Toronto Film Scene : « It is very sad to think that interracial relationships are still considered a taboo subject and that filmmakers still believe that they are ripe for comedy. » (Kelly 2015)

46Le Front national n’est pas cité qu’à l’étranger comme incarnation du racisme français, même si les auteurs français recourent parfois à des allusions idiolectales. Par exemple, dans un article pour L’Express, alors qu’il postule (comme nous l’avons vu chez d’autres auteurs) que tous les personnages sont équitablement racistes, Blancs comme Noirs, Jean-Christophe Carrière conclut sa démonstration en affirmant que « le racisme n’est pas une question de couleur et celle de la France, au vu du plébiscite public, n’est pas encore bleu marine » (Carrière 2014). Les allusions sont cependant plus rares dans la presse française, sauf lorsqu’il s’agit de se protéger contre les possibles accusations de racisme. Relayé par plusieurs médias (notamment Paris Normandie, Le Parisien et L’OBS), un article anonyme de l’Agence France Presse (AFP) comporte une précision étonnante sur l’actualité de Chantal Lauby :

« Une comédie sur les différentes communautés pouvait être un pari risqué car “on n’a pas le droit de rire de certaines choses”, rappelle Chantal Lauby, vue dans le dernier clip de Yannick Noah, “Ma colère”, chanson trouvée “indigente” par la présidente du Front national, Marine Le Pen. » (AFP 2014)

47Cet article de l’AFP a été diffusé sur Internet la semaine de la sortie du film (la première occurrence recensée date du 11 avril 2014, les autres interviennent en majorité le 16 avril 2014, jour de la sortie du film). Il a donc été rédigé avant que des discours journalistiques et critiques faisant le lien entre l’actualité française et le film, et utilisant l’accession du FN au Parlement européen comme stigmate du contexte français, aient été publiés. L’article, qui épouse la forme d’un communiqué de presse promotionnel, prend les devants en fournissant une information inutile à la compréhension de l’article (la participation de Lauby au clip de Noah), dans le seul but d’amener le lecteur à construire « Chantal Lauby » et « Marine Le Pen » comme entités opposées, donc à l’engager sur une autre voie interprétative que celle dont il se doute, et qu’il redoute.

Le film comme stéréotype ? Quand la stéréotypisation est opérée par les critiques

48L’analyse filmique de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? a montré que l’humour du film repose en premier lieu sur des stéréotypes religieux, ethniques et raciaux, mis en scène selon diverses modalités. D’autres modes de stéréotypisation sont également employés (liés au genre des personnages notamment), mais ils ne le sont pas en tant que ressorts comiques, du moins pas de la même façon que la stéréotypisation religieuse et ethnoraciale qui est officialisée par le dispositif filmique. L’analyse des discours associés au film a montré que cette stéréotypisation était au cœur du débat, certains auteurs associant le recours au procédé à un risque de banalisation des clichés ethnoraciaux, d’autres saluant sa dynamique déconstructiviste. L’analyse des discours critiques révèle également autre chose : il apparaît, de façon latente, que le film fait en lui-même l’objet d’un processus de stéréotypisation de la part des auteurs.

  • 29 La sonnerie de téléphone portable de David est le thème musical des Aventures de Rabbi Jacob (00:18 (...)
  • 30 Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? ne constituant pas pour autant l’avatar le plus flatteur : « L (...)

49Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? est construit par les auteurs étudiés comme un film « avatar » et se voit notamment décrit comme une incarnation du genre comique au cinéma. Idéal-type de la comédie française, il est fréquemment associé par les auteurs à d’autres comédies à succès, notamment Les Aventures de Rabbi Jacob (par exemple Costa 2014 ; Comme au cinéma 2014) ; le film de Gérard Oury, sorti en 1973, est d’ailleurs cité à plusieurs reprises dans le film de De Chauveron29. Mais c’est surtout du genre de la « comédie communautaire » qu’il serait le représentant (Jourdan 2014)30. Marilyne Letertre (Letertre 2014) lui voit comme précurseurs Mauvaise foi (Roschdy Zem, 2006) et Il reste du jambon ? (Anne Depétrini, 2010), tandis que Claire Digiacomi évoque Intouchables (Olivier Nakache/Éric Toledano, 2011) :

« Dans la veine du carton de 2011 avec Omar Sy et François Cluzet, Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? ressasse les thèmes des minorités, de l’origine culturelle et de la religion pour faire rire. À croire que le sujet, en France, plaît et attire les spectateurs. » (Digiacomi 2014)

50Olivier Barlet, qui ajoute Agathe Cléry (Étienne Chatiliez, 2008) au tableau, évoque avec cynisme et regret une vague de films sur la « décrispation identitaire » :

« […] Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? applique les bonnes règles des dialogues mordants de la comédie à la française en surfant sur la vague de la décrispation identitaire, marquée par des films comme Agathe Cléry […] où Valérie Lemercier campait une blanche raciste qui devenait noire […] et surtout Intouchables […] où le jeune des banlieues Omar Sy éveillait chez l’aristocrate en chaise roulante lui aussi très “vieille France” incarné par François Cluzet une connivence qui réjouissait tant les spectateurs que le film fleura les 20 millions d’entrées. » (Barlet 2014)

51Lorsque le film fut présenté aux distributeurs états-uniens et qu’aucun ne voulut le sortir sur le territoire nord-américain, les médias français relayèrent l’information. Dans les articles publiés dans ce contexte, Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? est décrit comme une comédie « typiquement » française. C’est parce qu’il recourrait à un humour spécifique, propre à la France, que le film n’aurait pas séduit les Américains, qui seraient de toute façon rétifs à l’usage de la stéréotypisation ethnoraciale comme ressort comique. Ce serait donc parce que « l’humour à la française peut ne pas plaire à tout le monde » (Murgue 2014) que Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? ne trouverait pas preneur outre-Atlantique (du Nord). Sabine Chemaly, directrice des ventes internationales de TF1 (qui coproduit le film), déclarait ainsi dans Le Point :

« Ils ont une approche culturelle très différente de la nôtre […]. Nos contacts l’ont trouvé politiquement incorrect. Jamais ils ne se permettraient aujourd’hui de rire sur les Noirs, les Juifs ou les Asiatiques. Ils sont évidemment excités par le succès du film, mais ils refusent de le diffuser tel quel. Ils savent que cela va d’emblée créer de trop grandes polémiques chez eux. […] Les ressorts de la comédie sont différents […]. Dans ces pays, on ne sait pas rire des différences, on vit avec, mais on n’accepte pas la caricature sur le sujet, même avec ce recul qu’apporte la comédie. » (Fourny 2014)

52Avatar de la comédie, dont les plus grands succès appartiendraient donc au genre typiquement français de la comédie « communautaire », Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? serait aussi plus largement une incarnation du cinéma « populaire » ; cela s’expliquant par son appartenance à un genre filmique (la comédie) dont le stéréotype veut qu’il soit le préféré du public mais aussi le plus raillé par les critiques. Perline, dans un article pour son blog Politique citoyenne (hébergé par Politis), dénonce la réception mitigée du film :

« “Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu”, de Philippe de Chauveron est un film populaire. Et en tant que tel ne peut qu’attirer le mépris de la part de médias donneurs de leçons, drapés dans leur intellectualité auto-proclamée. Mais ça ne leur suffit pas. Ils spoilent allègrement, en dévoilant le film, ils décident que ce qu’ils ont compris est la Vérité, et, en fin de compte, que les masses qui se déplacent et rient de bon cœur ont tort. Pis : qu’elles sont racistes, elles. » (Perline 2014)

53La tendance à caractériser le film de De Chauveron comme « populaire » est particulièrement sensible chez les auteurs les plus enclins à célébrer ses vertus antiracistes. Par exemple, Victoria Melville écrit dans Contrepoints (un site d’information administré par liberaux.org) que « le succès de ce film est avant tout populaire. Ce film n’était pas destiné aux critiques mais bien aux spectateurs, contrairement à la majeure partie du cinéma français » (Melville 2014). Le plus souvent, ce discours populiste s’observe chez des auteurs qui se situent à la droite voire à l’extrême-droite de l’échiquier politico-éditorial. Nicolas Gauthier, dans un article pour Boulevard Voltaire (fondé en 2012 par Robert Ménard), s’appuie sur un texte du Parisien pour donner une description précise de ce qu’il imagine être « le » public de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? :

[…] Le même Parisien note assez finement que le triomphe annoncé de ce film tient en majeure partie aux “spectateurs occasionnels”. Soit une certaine frange de la France profonde, qui ne lit pas Télérama, va assez peu au cinéma, sauf quand le bouche à oreille lui fait savoir que, pour une fois, un film est susceptible de lui parler. […] Le public de la France d’en bas aime bien qu’on pense à lui, ne serait-ce qu’une petite fois, de temps à autre. » (Gauthier 2014)

54L’essayiste royaliste Jean Ansar, dont la plume alimente fréquemment les blogs monarchistes et identitaires français, écrit quant à lui dans Metamag :

« Il y a toujours eu des divorces profonds entre la critique et le public de cinéma. La critique qui représente toujours l’idéologie dominante se prend pour le guide intellectuel du public. Elle aime les films prétentieux, engagés et donneurs de leçon. Elle raffole des films afghans qui font 45 entrées. Le public, lui, aime le cinéma spectacle de divertissement ou intelligent ce qui est souvent le contraire d’ailleurs d’intellectuel. C’est pourquoi la critique des pères la pudeur et des nouveaux dévots et bigotes de l’antiracisme idéologique a mal accueilli tout au début le film de Philippe de Chauveron avec un Christian Clavier désopilant, fin dans son jeu et dont c’est le grand retour. Mais la France, elle, se tord de rire sans complexes ni retenus [sic]. La critique s’incline, mais tente de détourner le sens du film, de le politiser et même de l’instrumentaliser. » (Ansar 2014)

55Le processus d’élaboration de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? comme stéréotype du cinéma populaire, de « la France d’en bas », versus un cinéma « d’élite », qui lirait Télérama et viendrait de la France d’en haut, a connu une certaine accélération lorsque le film ne fut nommé dans aucune catégorie aux Césars 2015. Jérôme Béglé, directeur adjoint de la rédaction de Le Point, publie ainsi en janvier 2015 un article – reproduit plus bas dans sa presque totalité – dans lequel il fustige le mépris du « petit milieu du septième art » :

« Si Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? avait été réalisé par Ariane Ascaride, Gaspar Noé ou François Ozon, le petit milieu du septième art aurait crié au génie ! Si Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? avait été joué par Jean-Pierre Bacri, Vincent Lindon, Mathieu Amalric, Sandrine Kiberlain ou Chiara Mastroianni, on se serait pâmé devant leur interprétation. Si Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? avait été tourné à Vénissieux, en Seine-Saint-Denis ou dans le 19e arrondissement de Paris (banque centrale des bobos parisiens) plutôt que de montrer les paysages de la Touraine des rois et des reines de France, on aurait parlé d’un phénomène sociologique... Si Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? avait été produit par une petite boîte indépendante gavée de subventions et aidée par Arte au lieu de reposer sur les multinationales UGC et TF1, on aurait loué le courage de ces gens qui prennent des risques inconsidérés – mais avec l’argent des autres. Si, en outre – ou en conséquence de tout cela –, le film avait vidé les salles de cinéma, on se serait félicité que le mode de financement du cinéma hexagonal permette de mettre sur pied un tel film. Qu’importe que le CNC, des Sofica, une chaîne de télévision publique ou des collectivités locales aient engouffré des millions dans un film boursouflé et insoutenable de bien-pensance : cette création-là aurait recueilli tous les suffrages et toutes les nominations aux Césars. Seulement voilà, Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? est réalisé par Philippe de Chauveron. Spécialiste des “comédies à la française”, il offre un rôle en or massif à Christian Clavier, acteur à la fois sarkozyste, beauf, riche, installé à Londres, habitué aux succès, qui dit ce qu’il pense et, qui plus est, est talentueux. Comble du scandale, le long-métrage a attiré plus de 12 millions de spectateurs et met en image de façon fort peu politiquement correcte un thème réservé à une élite : celui du racisme ordinaire. La gauche cinéphile s’est fait voler son fonds de commerce avec l’assentiment des Français. Elle n’ose pas le dire trop fort de peur de passer pour la mauvaise perdante qu’elle est, alors, elle s’est vengée dans le secret des votes aux Césars... » (Béglé 2015)

56Ce texte de Béglé est particulièrement intéressant car il condense et résume les différents modes de stéréotypisation dont peut faire l’objet Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?, tout en dressant une liste des traits distinctifs sur lesquels se fonde ce processus de stéréotypisation. L’auteur appuie en effet sa consécration du film de De Chauveron comme « comédie française à succès (donc populaire) » sur différents éléments, qu’il énumère en creux au début de son texte. Réalisé par un spécialiste des « comédies à la française », offrant un rôle à un acteur ouvertement inscrit à droite, traitant d’un sujet que les élites s’approprient pour le contrôler et ayant attiré les foules dans les salles de cinéma, Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? est construit par l’auteur comme une œuvre « d’opposition » (à la majorité politique au pouvoir).

  • 31 En 2014, les chaînes de télévision apportent environ 34,6 % des fonds nécessaires à la production d (...)
  • 32 « Produit par le distributeur-exploitant UGC et la chaîne TF1, cette chose plutôt affreuse transpir (...)
  • 33 Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? a attiré plus de 12 millions de spectateurs en salle, ce qui – (...)

57Nous pouvons reconnaître au texte de Béglé un double mérite heuristique : il incarne autant que dénonce le processus de stéréotypisation dont fait l’objet le film. Nous sommes en effet d’accord avec l’auteur sur un point : Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? n’est pas tant jugé pour ce qu’il est par les journalistes et critiques, que pour ce qu’il incarne. Ce qu’oublie Béglé, c’est qu’il procède de même, comme la plupart des commentateurs, qu’ils célèbrent le film ou l’accusent des pires maux. Dans ce dernier cas, l’usage discursif du film comme stéréotype sert souvent une dynamique plus large de vilipendage du système actuel de financement du cinéma français, majoritairement assuré par la télévision31. Jordan Mintzer débute par exemple sa critique dans The Hollywood Reporter par l’idée que le mode de financement aurait littéralement déteint sur le plan esthétique : « Produced by distributor-exhibitor UGC and broadcaster TF1, this rather hideous-looking affair has TV money written all over it […] »32 (Mintzer 2014). Produit par le groupe UGC (un trust à la française), coproduit par TF1 avec la participation de chaînes comme Canal+ et Ciné+ (qui s’assurent ainsi une exclusivité sur la diffusion), Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? comporte des « traits distinctifs » qui permettent aux commentateurs de le construire comme avatar du cinéma français contemporain. Par le passé, des films comportant des traits analogues – citons par exemple Bienvenue chez les Ch’tis (Dany Boon, 2008) – ont eux aussi fait l’objet de ce processus collectif de stéréotypisation ; à chaque fois, ce sont des films qui ont connu un succès populaire et se sont avérés (très) rentables33. Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? occupe donc une place symbolique précédemment occupée par d’autres (le dernier en date étant vraisemblablement Intouchables).

58Il apparaît, en conclusion, que la stéréotypisation est un procédé discursif avant d’être filmique : c’est parce qu’elle organise plus largement la relation des interprètes aux objets filmiques (et qu’on en trouve donc les traces énonciatives dans les discours critiques) qu’elle peut servir de levier comique au sein d’un dispositif cinématographique. En d’autres termes, le succès de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? ne repose peut-être pas tant sur sa capacité à mettre en scène les stéréotypes qu’à en constituer un.

Haut de page

Bibliographie

AFP 2014 : Agence France Presse (auteur anonyme), « “Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?” Bienvenue dans la famille Verneuil ! », Paris Normandie, publié le 11 avril 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/279320/qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu-bienvenue-dans-la-famille-verneuil#.Vg6HdmtexfY

Amossy et Herschberg Pierrot 2011 : Ruth Amossy et Anne Herschberg Pierrot, Stéréotypes et clichés (3e édition), Paris, Armand Colin, 2011.

Ansar 2014 : Jean Ansar, « Tout le monde il est gentil, tout le monde il est raciste. “Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu”, le film qui fait rire jaune l’idéologie antiraciste », Metamag, publié le 6 mai 2014, depuis retiré du site mais reproduit et disponible en ligne à l’adresse suivante (sur le site de Synthèse Nationale, un « quotidien d’information nationaliste et identitaire ») : http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2014/05/07/tout-le-monde-il-est-gentil-tout-le-monde-il-est-raciste-qu-est-ce-qu-on-a.html

Barlet 2014 : Olivier Barlet, « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? de Philippe de Chauveron. La sempiternelle illusion française », Africultures, publié le 22 avril 2014 et disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.africultures.com/php/?nav=article&no=12185

Béglé 2015 : Jérôme Béglé, « “Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?” indigne des Césars ! », Le Point, publié le 29 janvier 2015, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.lepoint.fr/cinema/qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu-indigne-des-cesars-29-01-2015-1900590_35.php

Bradfer 2014 : Fabienne Bradfer, « “Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu”, une comédie pour se défouler ! », Le Soir, publié le 16 avril 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.lesoir.be/521752/article/culture/cinema/2014-04-15/qu-est-ce-qu-on-fait-au-bon-dieu-une-comedie-pour-se-defouler

Brown 2014 : Hannah Brown, « Movie Review : Similar but not matching », The Jerusalem Post, publié le 27 novembre 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.jpost.com/Not-Just-News/Movie-Review-Similar-but-not-matching-382981

Buisson 2014 : Jean-Christophe Buisson, « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? : les raisons d’un triomphe », Le Figaro, publié le 13 juin 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.lefigaro.fr/cinema/2014/06/13/03002-20140613ARTFIG00131--qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu-les-raisons-d-un-triomphe.php

Cabot 2014 : Émilie Cabot, « “Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?”. Les raisons d’un succès », Paris Match, publié le 12 mai 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.parismatch.com/Culture/Cinema/Qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-Bon-Dieu-Les-raisons-d-un-succes-563659

Carrière 2014 : Christophe Carrière, « Babysitting et Qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu ?, les secrets de leur succès », L’Express, publié le 24 avril 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.lexpress.fr/culture/cinema/babysitting-et-qu-est-ce-que-j-ai-fait-au-bon-dieu-les-secrets-de-leur-succes_1511276.html

Carrière 2015 : Christophe Carrière, « La comédie à la française ? “Autant de comédies que de réalisateurs qui en font” », L’Express, publié le 5 février 2015, disponible à l’adresse suivante : http://www.lexpress.fr/culture/cinema/la-comedie-a-la-francaise-autant-de-comedies-que-de-realisateurs-qui-en-font_1648028.html

Charaudeau 2006 : Patrick Charaudeau, « Des catégories pour l’humour ? », Questions de communication, n°10, 2006, p. 19-41.

CNC 2014 : CNC, « Bilan 2014 », Les dossiers du CNC, n°332, mai 2015, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.cnc.fr/web/fr/ressources/-/ressources/6935905

CNC 2015 : CNC, « La production cinématographique en 2014 », Les études du CNC, mars 2015, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.cnc.fr/web/fr/ressources/-/ressources/6708068

Comme au cinéma 2014 : « Entretien avec Philippe de Chauveron », Notes de production de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?, Comme au cinéma, date de publication inconnue, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu,292405

Corre 2014 : Yvon Corre, « “Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?”. Dix millions de convertis », Le Télégramme, publié le 3 juillet 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.letelegramme.fr/france/cinema-dix-millions-de-convertis-03-07-2014-10240894.php

Costa 2014 : Jordi Costa, « El entrañable racista », El País, publié le 19 décembre 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://cultura.elpais.com/cultura/2014/12/18/actualidad/1418919403_123228.html

Desbiolles 2015 : Martin Desbiolles, « Christian Clavier : l’interview », La Gazette de Berlin, publié le 24 février 2015 ; le site a depuis fermé mais le texte est reproduit et disponible en ligne à l’adresse suivante (sur LePetitJournal.com, « le média des Français et francophones à l’étranger) : http://www.lepetitjournal.com/berlin/accueil/actualite-allemagne/202129-christian-clavier-l-acteur-revient-sur-le-succes-du-film-qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu

Dettke 2014 : Julia Dettke, « Ziemlich rechte Freunde », ZeitOnline, publié le 21 juillet 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.zeit.de/kultur/film/2014-07/film-monsieur-claude-und-seine-toechter

Devecchio 2014 : Alexandre Devecchio, « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? Entre identité heureuse et mélancolie française… », Le Figaro Vox, publié le 5 mai 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.lefigaro.fr/vox/culture/2014/05/05/31006-20140505ARTFIG00314--qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu-entre-identite-heureuse-et-melancolie-francaise.php

Didier 2014a : Nicolas Didier, « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? », Télérama, publié le 16 avril 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.telerama.fr/cinema/films/qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu,488999,critique.php

Didier 2014b : Nicolas Didier, « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? », Télérama, publié le 14 mars 2015, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.telerama.fr/cinema/films/qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu,488999,critique.php

Digiacomi 2014 : Claire Digiacomi, « “Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?” est-il un film raciste ? », FranceInfo, publié le 10 mai 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.francetvinfo.fr/culture/cinema/qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu-est-il-un-film-raciste_594709.html

Drouaud 2015 : Sarah Drouaud, « Rentabilité en salle 2014 : le classement complet des films français », Le Film Français, publié le 13 février 2015, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.lefilmfrancais.com/cinema/121802/rentabilite-en-salle-2014-le-classement-complet-des-films-francais

El-Shikh 2014 : Inès El-Shikh, « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? (2014) : le racisme, c’est rigolo », Le cinéma est politique, publié le 16 mai 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.lecinemaestpolitique.fr/quest-ce-quon-a-fait-au-bon-dieu-2014-le-racisme-cest-rigolo/

Fourny 2014 : Marc Fourny, « “Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?” trop polémique pour les États-Unis ! », Le Point, publié le 10 octobre 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.lepoint.fr/culture/qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu-trop-polemique-pour-les-etats-unis-10-10-2014-1871073_3.php

Gauthier 2014 : Nicolas Gauthier, « Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu : les raisons d’un triomphe », Boulevard Voltaire, publié le 4 mai 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.bvoltaire.fr/quest-ce-quon-fait-au-bon-dieu-les-raisons-dun-triomphe/

Granzin 2014 : Katharina Granzin, « Kitirk der FILMSTARTS.de-Redaktion. Monsieur Claude und seine Töchter », FILMSTARTS, date de publication inconnue, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.filmstarts.de/kritiken/222259/kritik.html

Handel 2014 : Natalie Handel, « Serial (Bad) Weddings: Why did a Hit French Film Fail to Fly in the US? », French Morning [english edition], publié le 9 décembre 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://frenchmorning.com/en/serial-bad-weddings-hit-french-film-fail-fly-us/

Hochreuther 2014 : Ina Hochreuther, « Großer Gott, erbarme dich ! », Stuttgarter Zeitung, publié le 24 juillet 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.stuttgarter-zeitung.de/inhalt.filmkritik-monsieur-claude-und-seine-toechter-grosser-gott-erbarme-dich.4cf4fbe7-97eb-4c88-9b95-27595ce4efe8.html

Jourdan 2014 : Camille Jourdan, « Les comédies “communautaires”, la recette gagnante du cinéma français », Slate, publié le 28 mai 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.slate.fr/story/87341/comedies-communautaires-recette-gagnante-cinema-francais

Kelly 2015 : Sean Kelly, « Review: Serial (Bad) Weddings », Toronto Film Scene, publié le 6 mars 2015, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://thetfs.ca/2015/03/06/review-serial-bad-weddings/

Le Parisien 2014a : Anonyme, « “Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu”, bienvenue dans la famille Verneuil ! », Le Parisien, publié le 16 avril 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.leparisien.fr/flash-actualite-culture/qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu-bienvenue-dans-la-famille-verneuil-16-04-2014-3772433.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr

Le Parisien 2014b : Anonyme, « “Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?” : déjà 5 millions d’entrées ! », Le Parisien, publié le 4 mai 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.leparisien.fr/cinema/actualite-cinema/qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu-deja-5-millions-d-entrees-04-05-2014-3814553.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr

Le Parisien 2014c : Anonyme, « Cinéma : “Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu” triomphe en se moquant des préjugés », Le Parisien, publié le 10 mai 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.leparisien.fr/flash-actualite-culture/cinema-qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu-triomphe-en-se-moquant-des-prejuges-10-05-2014-3830481.php

Letertre 2014 : Letertre Marilyne, « “Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?”. Bourgeois au bord de la crise de nerfs », Metronews, publié le 15 avril 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.metronews.fr/culture/qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu-bourgeois-au-bord-de-la-crise-de-nerfs/mndo!bMOXpJ6S0RE2E/

Macé 2007 : Éric Macé, « Des “minorités visibles” aux néostéréotypes. Les enjeux des régimes de monstration télévisuelle des différences ethnoraciales », Journal des anthropologues, Hors-série « Identités nationales d’État », 2007, p. 69-87, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://jda.revues.org/2967

Melville 2014 : Victoria Melville, « Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu : les recettes du succès », Contrepoints, publié le 25 mai 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : https://www.contrepoints.org/2014/05/25/166978-quest-ce-quon-a-fait-au-bon-dieu-les-recettes-du-succes

Mignard 2015 : Frédéric Mignard, « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? – La critique du film », À voir à lire, publié le 27 mars 2015, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.avoir-alire.com/qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu-la-critique-du-film

Mintzer 2014 : Jordan Mintzer, « Serial (Bad) Weddings (Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?): Film Review », The Hollywood Reporter, publié le 28 avril 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.hollywoodreporter.com/review/serial-bad-weddings-qu-est-699426

Morain 2014 : Jean-Baptiste Morain, « “Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?” Pourquoi ça cartonne », Les Inrocks, publié le 21 avril 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.lesinrocks.com/2014/04/21/cinema/quest-ce-quon-fait-au-bon-dieu-pourquoi-ca-cartonne-11499455/

Murgue 2014 : Hermance Murgue, « Trois films français qui ont choqué les États-Unis », L’Express publié le 13 octobre 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.lexpress.fr/culture/cinema/trois-films-francais-qui-ont-choque-les-etats-unis_1610734.html

Nouchi 2014 : Franck Nouchi, « Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des racistes », Le Monde, publié le 4 mai 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/05/04/faut-pas-prendre-les-enfants-du-bon-dieu-pour-des-racistes_4411176_3232.html

Paludgnach 2014 : Benjamin Paludgnach, « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? : Tout le monde en prend pour son grade », Le Figaro Vox, publié le 9 mai 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.lefigaro.fr/vox/culture/2014/05/09/31006-20140509ARTFIG00241--qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu-tout-le-monde-en-prend-pour-son-grade.php

Perline 2014 : Perline, « Qu’est-ce qu’on a fait, bon dieu, aux médias intellectuels ? », Politis.fr, publié le 15 mai 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : https://www.politis.fr/blogs/2014/05/quest-ce-quon-a-fait-bon-dieu-aux-medias-intellectuels-27010/

Quemener 2014 : Nelly Quemener, Le pouvoir de l’humour. Politiques des représentations dans les médias en France, Paris, Armand Colin, 2014.

Quennesson 2015 : Perrine Quennesson, « Carton d’audience pour le “Bon Dieu” sur Canal+ », Le Film Français, publié le 23 mars 2015, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.lefilmfrancais.com/television/122254/carton-dnaudience-pour-le-bon-dieu-sur-canal

Sallé 2014 : Caroline Sallé, « Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? fait la bonne fortune d’UGC », Le Figaro, publié le 17 mai 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.lefigaro.fr/medias/2014/05/17/20004-20140517ARTFIG00064--qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu-fait-la-bonne-fortune-d-ugc.php

Soulage 2014 : Vincent Soulage, « Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? », Chrétiens de gauche, publié le 23 mai 2014, disponible en ligne à l’adresse suivante : https://chretiensdegauche.com/2014/05/23/quest-ce-quon-a-fait-au-bon-dieu/

Weber 1965 : Max Weber, Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon, [1904-1917] 1965.

Haut de page

Note de fin

1 Le terme « stéréotype » renvoie à de multiples définitions et usages épistémologiques ; nous nous en tiendrons dans cet article à une acception large, considérant les stéréotypes comme des représentations collectives figées, dans un sens proche de celui que Ruth Amossy peut lui attribuer (Amossy et Herschberg Pierrot 2011).

2 Le synopsis officiel rédigé par le distributeur du film (en l’occurrence UGC Distribution), l’a été dans un but d’information au moins autant que de promotion.

3 La notion d’idéal-type est proposée par le sociologue Max Weber pour désigner les catégories de pensée établies par l’analyste pour penser les faits sociaux (Weber 1965) ; en cela, l’idéal-type wébérien prétend bien refléter la pensée des faits sociaux et non les faits sociaux en eux-mêmes.

4 Au début du film, se défendant d’être « raciste » lors d’un déjeuner familial, Claude tient ainsi à rappeler que « sur [s]es quatre filles, [il en a] offert trois à des hommes issus de l’immigration » (00:10:18).

5 Le distributeur a développé des character posters, ces affiches destinées à présenter isolément les personnages du film, mais ne les a réservés qu’aux quatre gendres, renforçant là encore leur dimension idéale-typique.

6 00:19:28 et 00:45:18.

7 00:19:00.

8 00:24:14.

9 00:08:26.

10 00:53:26.

11 André Koffi est décrit à la fois comme revanchard à l’égard des Blancs en raison de la colonisation (il essaie de dissuader Charles d’épouser Laure parce qu’il « faut se méfier des Blancs » ; 00:36:15) – légitimant ainsi corollairement le concept fumeux de « racisme anti-Blanc » – et pingre (il impose la date du mariage parce qu’il a déjà acheté des billets d’avion pour la France). Sa radinerie devient même un running gag : il refuse de participer financièrement au mariage, ce qui donne lieu à de nombreux commentaires agacés de Claude Verneuil tout au long du film (André estime en effet que « le Blanc a pillé l’Afrique, il doit donc nous rendre un peu » ; 00:41:12).

12 « Seka seka », DJ Mareshal (2007).

13 Très court, le générique d’introduction épouse l’aspect visuel d’un faire-part de mariage, l’invitation étant à l’initiative des différents financeurs (notamment UGC via Les Films du 24 et TF1 via TF1 Droits Audiovisuels et TF1 Films Production).

14 00:18:55 à 00:20:25.

15 On pourrait à ce propos faire le lien avec la notion « d’intersectionnalité », utilisée en sociologie culturelle et politique pour penser le croisement des systèmes de domination auxquels sont soumis les individus.

16 00:31:47 à 00:33:53.

17 00:11:57.

18 À la fin du mois de septembre 2015, uniFrance indique que Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? est déjà sorti ou doit sortir prochainement dans 52 pays étrangers, dont les États-Unis ne font pas partie. Voir la liste complète des pays où le film est distribué sur le site d’uniFrance à l’adresse suivante : http://www.unifrance.org/film/36592/qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu.

19 00:06:35.

20 00:06:40.

21 00:10:35.

22 « Cette comédie ne se moque pas des préjugés racistes, elle a elle-même un problème de racisme. » [nous traduisons]

23 00:28:53.

24 « Si le film connaît une telle réussite, c’est aussi qu’il a une dimension universelle », déclare ainsi Brigitte Maccioni dans Le Figaro (Sallé 2014).

25 « Je ne doute pas que cette histoire témoigne d’une évolution de la société française, et je serais ravie de voir un film qui adopterait un point de vue plus réaliste sur les familles européennes multiethniques. » [Nous traduisons]

26 « C’est évidemment un hasard si Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? sort dans les cinémas allemands juste après la montée du parti d’extrême droite Front national lors des élections européennes de 2014. Mais la coïncidence est très appropriée, car de cette manière le contexte social se révèle de nouveau nettement plus intense. » [Nous traduisons]

27 « En France, la comédie multiculturelle appartient déjà aux plus grands films à succès de l’histoire. Au même moment, le parti populiste de droite Front national se révèle lors des élections européennes comme le plus fort pouvoir français au Parlement européen. » [Nous traduisons]

28 « Le résultat est évidemment inquiétant et se rapproche d’un genre humoristique convenu que l’on pourrait associer à une réalité sociale où l’exclusion et le rejet seraient la norme : sourires convenus pour l’escalade électorale du lepénisme. » [Nous traduisons]

29 La sonnerie de téléphone portable de David est le thème musical des Aventures de Rabbi Jacob (00:18:58) et Marie cite le film pour preuve de la judéité supposée de l’acteur Louis de Funès (00:31:25).

30 Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? ne constituant pas pour autant l’avatar le plus flatteur : « La comédie sur les communautés exige une finesse d’écriture qui fait défaut à Philippe de Chauveron. » (Didier 2014a)

31 En 2014, les chaînes de télévision apportent environ 34,6 % des fonds nécessaires à la production d’un film d’initiative française (CNC 2015, p. 27).

32 « Produit par le distributeur-exploitant UGC et la chaîne TF1, cette chose plutôt affreuse transpire l’argent de la télévision. » [Nous traduisons]

33 Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? a attiré plus de 12 millions de spectateurs en salle, ce qui – avec un taux d’amortissement de plus de 300 % (Drouaud 2015) – en fait le film français le plus rentable de l’année 2014 (notamment pour les chaînes qui l’ont coproduit). Il a également assuré de belles recettes publicitaires aux chaînes qui l’ont seulement diffusé : le 20 mars 2015 lors de sa diffusion en prime et en exclusivité sur Canal+, le film a presque atteint le record détenu jusque-là par Intouchables, en réunissant plus de 1,6 million d’abonnés pour une part d’audience de 29,8 % (Quennesson 2015).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1
Légende Affiche française de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?
Crédits (Philippe de Chauveron, 2014, UGC Distribution)
URL http://map.revues.org/docannexe/image/2271/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Delaporte, « Du stéréotype dans la comédie française contemporaine : autour de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? », Mise au point [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 02 mai 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://map.revues.org/2271

Haut de page

Auteur

Chloé Delaporte

Chloé Delaporte est maîtresse de conférences en études cinématographiques à l’Université Paul-Valéry – Montpellier III, où elle enseigne l’économie et la sociologie du cinéma et de l’audiovisuel. Spécialiste du cinéma dans sa dimension industrielle et des objets de cultures populaires, elle est l’auteure d’un ouvrage sur le genre filmique (Presses Sorbonne Nouvelle, 2015) et vient de diriger le vingt-sixième numéro de la revue CIRCAV consacré aux relations entre « Cinéma et Internet ».

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page