Navigation – Plan du site

Appel à contribution,
Mise Au Point n°8
(http://map.revues.org)

« Théories du cinéma: chapelles et querelles »

Puisqu’il n’y a pas, de l’avis général, de théorie véritablement indigène des images animées, différentes approches se partagent l’étude du cinéma et de la télévision depuis leur entrée à l’université. Il arrive que leur coexistence soit harmonieuse, lorsqu’elle mène à la complémentarité interdisciplinaire. Mais ce nouveau numéro de Mise Au Point sera consacré aux autres cas, ceux qui mènent à la balkanisation ou au conflit.

La dysharmonie des approches, en effet, possède au moins deux aspects. Le premier est leur indifférence réciproque, résultant de leur constitution en chapelles autonomes – ce que Christian Metz soulignait à la fin de sa vie en déplorant « l’absence de passerelles » entre elles. Le second est leur opposition, dont les formes sont multiples. Parfois c’est une simple critique, un coup de griffe à l’occasion d’un colloque, d’autres fois (même si elles sont finalement assez rares) le camp d’en face réplique, jusqu’à la polémique par revues interposées. Ces querelles débouchent-elles sur un progrès scientifique quelconque, ou ne signalent-elles que l’existence de chapelles séparées par une « incommensurabilité des paradigmes »?

Citons par exemple:

  • les querelles de rapports à la méthode (rationalité vs. intuition, utilisation ou non des sciences dures…) ;

  • les querelles de définition de l’objet (prendre en compte ou non le contexte, les intentions de l’auteur...) ;

  • la simple opposition à un outil, à une notion ou un courant (contre l’Ecole de Francfort, la psychologie, la psychanalyse, la théorie du dispositif, les Cultural Studies, les Gender Studies, les Queer Studies…) ;

  • les querelles internes au sein d’une même « école » ou d’un même courant.

  • les querelles liées aux traditions nationales ou encore à l’internationalisation croissante des études cinématographiques (perspectives théoriques françaises vs. perspectives anglo-saxonnes, allemandes ou japonaises ; transcendantalisme théorique vs. eurocentrisme ou transnationalisme…)

Ces affrontements prennent quelquefois un tour politique (quand la théorie s’allie à la praxis et au militantisme) ou un tour corporatiste (les cinéastes, les critiques, les universitaires, produisent de la théorie). La dimension nationale y apparaît aussi, telle nation étant réputée sourde à telle approche et friande de telle autre (eurocentrisme vs. perspective transnationale, par exemple). D’autres fois, les querelles sont liées aux images elles-mêmes, à leur style ou aux techniques qui leur sont associées: pureté du médium vs. impureté, trucages vs. objectivité, absorption vs. distanciation, cinéma vs. audiovisuel, etc.

Des contributions d’histoire des théories sont attendues, revenant sur des polémiques ayant agité le microcosme des études cinématographiques et audiovisuelles (structuralisme vs. esthétique, par exemple). On songe aussi, bien sûr, à l’épistémologie et à la philosophie des sciences, éventuellement pour faire des comparaisons avec d’autres champs disciplinaires. Mais les contributions qui, elles-mêmes, cherchent querelle et polémiquent seront les bienvenues, pourvu qu’elles fassent entendre aussi une contradiction à ce qu’avance leur auteur – on peut imaginer, dans cette optique, des articles à quatre mains sous forme de dialogues contradictoires.

Les propositions de contributions devront être soumises, en français ou en anglais à Martin Lefebvre (martin.lefebvre@concordia.ca) et Laurent Jullier (laurent.jullier@univ-paris3.fr) pour le délai de rigueur, le 15 juin 2014. Après examen des propositions par le comité éditorial de MISE AU POINT, Cahiers de l’AFECCAV, les auteurs dont les propositions auront été retenues s’engageront à remettre leur contribution pour le 1er novembre 2014.