Skip to navigation – Site map
Notes de lecture

Claus Tieber et Anna K. Windisch (dir.). The Sounds of Silent Films. New Perspectives on History, Theory and Practice

Martin Barnier
Bibliographical reference

Claus Tieber et Anna K. Windisch (dir.), The Sounds of Silent Films. New Perspectives on History, Theory and Practice, Houndmills Basingstoke (GB), 2014, 265p. Préface de Rick Altman.

Full text

  • 1 Altman, Rick (dir.), Sound Theory/Sound Practice, New York, Routledge, 1992.

1Les études sur le son au cinéma sont restées longtemps un parent pauvre des travaux universitaires sur le cinéma, la primauté était donnée à l’analyse de l’image. Depuis les années 1990 et surtout 2000, des revues se sont spécialisées sur ce domaine, comme Music, Sound and the Moving Image, ou The Soundtrack, The Journal of Film Music, ou encore Music and the Moving Image. Des colloques ont eu lieu et des livres, souvent tirées de thèses, ont été publiés sur la question d’un point de vue théorique aussi bien qu’historique. Si on prend l’histoire du cinéma comme une série d’événements, comme le propose Rick Altman1 (plutôt qu’une collection de « textes »), on pourra intégrer un aspect du cinéma muet le plus souvent négligé : la performance. En insistant dans chacune de ses parties sur l’unicité de chaque projection en tant que performance, l’ouvrage insiste sur la variété des pratiques sonores.

2Un film muet peut être accompagné par de la musique (depuis un musicien jusqu’à un grand orchestre), des bruitages, ou du silence habité par les réactions des spectateurs. Son environnement sonore est alors différent à chaque représentation.

3Dans le cadre des nouvelles approches de l’histoire du cinéma, The Sounds of Silent Films, présente treize chapitres de différents auteurs. Ce sont les actes d’un colloque international qui eu lieu, en Allemagne, à Kiel en février 2013, avec 30 universitaires, et apporte un regard et une écoute actuelles sur des présentations de films avec musique. L’ouvrage est composé essentiellement de regards d’historiens et de musicologues.

4Sa première partie explore les processus sociaux et économiques dans des régions spécifiques, avec des méthodes nouvelles, notamment l’utilisation de documents anciens et rares et le croisement des méthodes musicologiques, historiques et d’analyses cinématographiques. La deuxième partie concerne des approches théoriques en lien avec les combinaisons audiovisuelles. C’est une réflexion sur l’histoire des interprétations (au sens du travail du musicien) de musique de film avec souvent un point de vue musicologique.

5Il s’agit donc de voir ici de façon très précise comment les films étaient accompagnés musicalement. Les différents chapitres, rédigés par des spécialistes de chaque pays, analysent l’évolution des compositions pour le cinéma depuis les années 1900 jusqu’aux années 1930 [avec une incursion vers des compositions plus récentes pour des films anciens], en Europe, aux États-Unis et même en Inde.

6Un dernier chapitre propose même une comparaison entre deux musiques prévues pour La Souriante Madame Beudet, film de Germaine Dulac. La première musique étudiée a été compilée, dans le style des années 1920, par un compositeur autrichien, en 1938, pour une présentation au MOMA à New York. La deuxième est une composition contemporaine proposée en 2004. Cet ouvrage donne donc des pistes de réflexion sur un corpus assez large géographiquement et historiquement, d’accompagnement des films muets.

7Hormis dans ce dernier cas de figure, les auteurs soulignent tous la difficulté à rassembler le matériel permettant cette analyse historique d’un élément souvent perdu : la musique jouée dans une salle il y a au moins 85 ans. Chacun des chapitres apporte de nouvelles informations sur les pratiques musicales dans les salles avant les années 1930. Les liens avec les pratiques antérieures sont rappelés. Ainsi, les « chansons illustrées » projetées avec des plaques dans les salles américaines, de même que les autres spectacles avec lanternes précédant ou coexistant avec le cinéma peuvent expliquer une partie des compositions et compilations prévues pour les films. En outre, ce livre permet de comprendre les pratiques musicales pour films dans des régions méconnues (petites villes européennes, Inde…). Les questions de l’intermédialité des phénomènes musicaux et de leur aspect transnational constituent deux perspectives majeures pour l’ensemble des réflexions.

  • 2 Julie Brown, « Organising a Music Library for Playing to Picture : Theory vs. Practice in Britain » (...)

8Une chercheuse anglaise a étudié les bibliothèques musicales, dans lesquelles étaient conservées les partitions, que les « directeurs musicaux » choisissaient en fonction du film2. Étudiant la presse corporative et son courrier de 1912, Julie Brown signale qu’un pianiste d’une petite salle, même très mal payé, achetait de nombreuses partitions sur son propre salaire afin de constituer une bibliothèque convenable. Au début des années 1920, les revues avancent le chiffre de 3000 à 4000 partitions nécessaires pour un cinéma de taille moyenne. D’après un organiste de cinéma réputé, qui tenait également une rubrique musicale dans la presse anglaise, le minimum était de 2000 partitions en supposant que l’organiste était capable d’improviser suffisamment pour combler les « trous ». Mais les grandes salles en possédaient beaucoup plus qui n’étaient pas la propriété des musiciens mais celle du cinéma.

9Les bibliothèques musicales sont classées selon des catégories variable, mais souvent (aux USA et en Allemagne par ex) en fonction des « ambiances » filmiques (mood, stimmung) : « scène de meurtre », « orient », « sentimental », « cowboy », « ivrogne », « téléphone », « poursuite », etc. Le classement varie selon les musiciens. Où que ce soit, cela restait très subjectif. Un tableau (p.20-23) donne une idée des sous-catégories existant en Angleterre. La musique « incidentale » (incidental music) est un des mots les plus utilisés pour décrire ces classements. Les compositions sont découpées en petits morceaux. Le premier mouvement de L’Arlésienne de Bizet est classé dans la catégorie « héroïque », le second dans « religion » (p.26).

  • 3 De plus cela nous rappelle que les partitions originales complètes pour des films précis n’ont été (...)

On apprend également comment la musique était utilisée dans les cinémas de Suède, d’Italie, d’Allemagne, de Vienne... Des cas précis fondés sur des archives inédites donnent un aspect remarquablement novateur à cet ouvrage. Et si les essais sur des films de Ford, Eisenstein, Hans Richter ou Germaine Dulac pourraient faire croire à une vision « auteuriste » des analyses de musique de film, il demeure que ces chapitres sont bien moins nombreux que ceux qui englobent tous types de film3. Grâce aux cas concrets étudiés, ce livre permet d’ouvrir sur l’histoire du cinéma populaire et d’approfondir la compréhension de la réalité historique du cinéma muet.

Top of page

Notes

1 Altman, Rick (dir.), Sound Theory/Sound Practice, New York, Routledge, 1992.

2 Julie Brown, « Organising a Music Library for Playing to Picture : Theory vs. Practice in Britain », Claus Tieber & Anna K. Windisch (dir.), The Sounds of Silent Films. New Perspectives on History, Theory and Practice, Houndmills Basingstoke (GB), Plagrave MacMillan, 2014, p.13-35.

3 De plus cela nous rappelle que les partitions originales complètes pour des films précis n’ont été composés que pour certains films, dans des cas plutôt rares. La majorité des accompagnements consistaient en des compilations de musiques préexistantes reliées entre elles par des improvisations (par un soliste) ou des pont musicaux écrits par le directeur musical du cinéma, voir par des silences complets.

Top of page

References

Electronic reference

Martin Barnier, « Claus Tieber et Anna K. Windisch (dir.). The Sounds of Silent Films. New Perspectives on History, Theory and Practice », Mise au point [Online], 8 | 2016, Online since 24 April 2016, connection on 16 August 2017. URL : http://map.revues.org/2117

Top of page

About the author

Martin Barnier

Professeur en études cinématographiques et audiovisuelles à l’Université Lumière Lyon 2. Historien du son au cinéma, il a publié En Route vers le parlant (CEFAL, 2002) ; Des films français made in Hollywood. Les versions multiples (1929-1935)(L’Harmattan, 2004) ; Bruits, cris, musiques de films (Presses Universitaires de Rennes, 2010) et Analyse de film : Conte d’été de Rohmer (Vrin, 2011) ce dernier co-écrit avec Pierre Beylot. Il a également co-dirigé divers ouvrages dont Les Biopics du pouvoir politique de l’Antiquité au XIXe siècle, codirection avec Rémi Fontanel, Lyon, Aléas, 2010.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page