Navigation – Plan du site
Les enjeux des études cinématographiques et audiovisuelles : Théories, méthodes, idéologies, finalités

Le rôle pionnier des catholiques dans l’enseignement du cinéma en France

The pioneering role of Catholics in French film education
Mélisande Leventopoulos

Résumés

Cet article propose d’examiner le rôle pionnier joué par les catholiques dans l’enseignement du cinéma en France entre la Libération et le concile de Vatican II. En posant la question des cadres pédagogiques de l’apprentissage et des postures spectatorielles qui les sous-tendent, il revient sur les modalités d’un enseignement confessionnel du cinéma précoce, interactif mais autonome. Héritier de l’éducation populaire catholique d’après-guerre, ce dispositif pédagogique se serait distingué pour autant de la simple formation en ciné-club.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le cinéma entre comme matière enseignée dans les lycées publics en 1989. Cf. Laurent Jullier et Jea (...)
  • 2 Mélisande Leventopoulos, Les catholiques et le cinéma. La construction d’un regard critique, Rennes (...)

1En mars 1957, soit trente ans avant l’éducation nationale1, l’enseignement catholique procède à l’officialisation du cinéma comme discipline au sein de ses sections primaires et secondaires. La décision vient couronner dix ans d’efforts et d’expérimentations pédagogiques dans le monde catholique français. Elle s’inscrit plus globalement dans le processus d’appropriation du média cinématographique par l’Église de France2. À partir des années 1910, le contrôle du cinéma à des fins de christianisation et de moralisation implique le développement de pratiques d’éducation populaire au sein des patronages confessionnels. Dès l’entre-deux-guerres, la formation du spectateur de cinéma, avalisée par l’encyclique Vigilanti cura émise par Pie XI en 1936, constitue l’un des principaux terrains d’engagement du monde catholique. Cependant, elle n’interagit pas avec le cinéma scolaire, peu développé dans l’enseignement confessionnel. L’encadrement religieux des émotions spectatorielles n’aboutit pas non plus, avant 1945, à l’émergence d’une formation cinématographique approfondie malgré la place capitale de l’enfance dans l’apprentissage du voir en voie d’émergence. Or la notion même d’éducation populaire prend un sens tout autre au sein des milieux catholiques français après 1945 pour venir désigner l’initiation cinématographique à proprement parler. Aussi ce déplacement semble-t-il participer, entre la Libération et les années 1960, à la scolarisation du regard confessionnel que cet article propose d’étudier. En posant la question des cadres pédagogiques de l’apprentissage et des postures spectatorielles qui les sous-tendent, il s’agit ici de revenir sur les modalités d’un enseignement du cinéma précoce, interactif mais autonome qui, non annexé aux autres disciplines, se serait distingué pour autant de la simple formation en ciné-club. À partir d’un examen graduel des différentes structures investies sur ce terrain, nous montrerons comment cet enseignement s’inscrit dans un processus protéiforme de réappropriation du cinéma par la communauté catholique française après-guerre où s’entrecroisent cinéphilie populaire, objectifs de moralisation et engagements culturels.

La FLECC, une utopie culturelle

  • 3 Jeunesse ouvrière, 22 novembre 1947, p. 10.
  • 4 Télé-ciné, n° 21 [Numéro inaugurant la nouvelle mouture des fiches filmographiques FLECC et leur pr (...)

2La Libération induit une rupture dans les pratiques cinématographiques catholiques alors qu’une nouvelle génération de catholiques investit le champ cinématographique. Les mouvements masculins et féminins de jeunesses catholiques (Jeunesses ouvrières, étudiantes, agricoles chrétiennes) se situent au cœur de cet enthousiasme collectif pour la cinéphilie populaire. En leur sein, quelques militants, anciens résistants issus de la JEC dont fait notamment partie le toulousain Gérard Marroncle, fondent la Fédération loisirs et culture cinématographique (FLECC). La fédération, qui se présente d’abord comme un simple service technique des mouvements de jeunesse3, revendique son ancrage dans les pratiques populaires. Transformer le cinéma en vue d’une élévation culturelle et spirituelle des masses, tel est l’objectif qu’elle s’attribue lors du lancement de son bulletin, Télé-ciné4, sans faire aucunement référence aux idéaux de moralisation cinématographique prévalant dans l’Église de France au sein de laquelle la Centrale catholique du cinéma et de la radio (CCR) émet, depuis l’entre-deux-guerres, la cotation morale des films sortis en salle.

  • 5 Journal officiel, 21 mai 1953.
  • 6 Archives de la Confédération française démocratique du travail (CFDT), 5 H 89, Compte-rendu d’activ (...)
  • 7 Jean-Pierre Chartier et François Desplanques, Derrière l’écran, Paris, Spes, 1950.

3La propagation éclair du dispositif de ciné-club dans le monde confessionnel comme dans le reste de la société française – soit d’un modèle de séance non commerciale, suivie d’une discussion – accélère la transformation de la FLECC en fédération de ciné-clubs (statut qui lui est reconnu par l’État en 19535). Cette dernière ne fait pas qu’approvisionner en films de format 16 mm les ciné-clubs paroissiaux ou scolaires affiliés mais impulse des ciné-clubs d’enfants dans certains établissements catholiques à partir de 1947-1948. Dès leur lancement, ceux-ci donnent lieu à un apprentissage méthodique du cinéma. L’initiation cinématographique des scolaires, pensée comme condition du développement des aptitudes critiques des jeunes et comme remède à la passivité spectatorielle6, devient rapidement le socle de l’intervention fleccarde. Entraîner les élèves du second degré à l’analyse de films de la même façon qu’ils sont préparés au commentaire de texte, telle est l’ambition de la fédération. Les membres de son équipe nationale – nourris des conférences de l’Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC) et décidés à contribuer à la popularisation de l’histoire du cinéma qui y est enseignée – promeuvent une démarche d’analyse par fragments, fondée sur l’étude séparée des composantes filmiques, avec la conviction que le cinéma s’apprend en fin de compte comme une langue vivante, de même que le monde cinématographique se découvre tel un pays étranger. Voir Derrière l’écran : voici le point d’ancrage d’un apprentissage du cinéma consistant, comme l’indique le titre du manuel à destination de la fédération signé en 1950 par le jésuite François Desplanques et Jean-Pierre Chartier7. Celui-ci est en outre l’un des piliers de l’émergente critique spiritualiste d’obédience dominicaine et participe, la même année, à la fondation de l’hebdomadaire Radio, cinéma, télévision. Aussi y a-t-il une étroite imbrication entre cette propédeutique scolaire et la formation du grand public catholique à laquelle s’attelle la nouvelle revue.

  • 8 « Rapport d’activité : les ciné-clubs de jeunes », Enfance, 10 3, 1957, p. 218-235 Sur les sessions (...)
  • 9 Bulletin de l’IDHEC, mai 1946, p. 13 ; Bulletin de l’IDHEC, juillet 1946, p. 9.
  • 10 François Amy de la Bretèque et Francis Fourcou, « Entretiens avec Henri Agel », Archives, n° 83, no (...)
  • 11 Archives historiques de l’archevêché de Paris (AHAP), 5K4 2, Compte-rendu d’activité de la FLECC, 1 (...)
  • 12 CFDT, 5 H 89, Compte-rendu d’activité de la FLECC pour l’année 1950-1951.
  • 13 Jean Chazal, « Cinéma et délinquance juvénile », Éducateurs, mars-avril 1950, p. 135-143.

4À la FLECC, l’apprentissage du cinéma est conçu sur trois ans : après une première année consacrée en partie aux métiers du cinéma et à ses techniques, la seconde année propose des éclairages historiques, mettant entre autres l’accent sur la période du muet, tandis que la troisième année se consacre aux genres (policier, historique, social…). Il est possible d’établir un parallèle entre l’activité pédagogique de la fédération et celle déployée par le service culturel de l’IDHEC dans le cadre des sessions qu’il destine aux élèves des établissements parisiens du second degré dès 19468. Elle peut être aussi comparée aux expériences réalisées par le professeur Henri Agel au lycée de Toulouse. Encore inconnu des milieux cinéphiles chrétiens, ce dernier y a en effet organisé des séances d’initiation cinématographique comprenant une introduction à l’esthétique filmique et aux métiers du cinéma en 1946-19479, avant de rejoindre, l’année suivante, le lycée Voltaire à Paris10. Mais les fleccards – désireux, en bons militants d’action catholique spécialisée, de travailler hors cadre religieux, au sein de l’éducation nationale – sont contraints d’intervenir dans les seuls établissements secondaires confessionnels qui acceptent de leur ouvrir leurs portes. D’après le compte-rendu d’activité de 1949-1950, 4000 élèves des régions parisienne, bordelaise et poitevine sont touchés alors qu’à la rentrée suivante la création de plus de 100 clubs scolaires est prévue11. Il suffit aux établissements de fournir la salle, la FLECC se chargeant de l’organisation de six à sept séances annuelles. Ses animateurs régionaux itinérants transportent le matériel de projection et les bobines. Preuve de son succès croissant, le service scolaire des clubs de cinéma – dont les bassins de recrutement se sont élargis à la Bretagne, la Normandie et la région lyonnaise – groupe, en 1950-1951, 15 000 élèves12. Même s’il n’y a pas d’accord officiel au sommet, l’initiation scolaire de la FLECC répond d’ailleurs aux préoccupations contemporaines, en matière d’utilisation de l’audiovisuel, du Comité catholique de l’enfance (CCE) de même que des instances nationales de l’enseignement catholique dont le Secrétariat d’études pour la liberté de l’enseignement et la défense de la culture (SGEC) vient de créer, en 1949, une Cinémathèque de l’enseignement libre consacrée dans un premier temps au seul film documentaire. Ces acteurs confessionnels semblent alors être doublement sensibilisés à la question cinématographique. Ils sont sans doute influencés en cela par le Congrès international du cinéma éducatif et d’enseignement de 1948, mais continuent d’interroger le cinéma sous l’angle criminogène, à travers ses rapports avec la délinquance juvénile13.

  • 14 Éducateurs, janvier-février 1952, p. 1.

5Organisées par le Comité national de l’enseignement libre en collaboration avec le CCE et la CCR, les journées nationales d’études « L’éducateur chrétien en face du cinéma », qui réunissent 850 auditeurs du 16 au 19 juillet 1951, constituent le premier point d’aboutissement de ce nouvel éveil pédagogique. Comme le souligne Claude Macke du CCE lors de la publication des actes des journées, il s’agit désormais de « donner une initiation aux problèmes très divers posés par la réalité complexe du cinéma et dont il importe d’être averti si l’on veut intégrer efficacement le cinéma dans une action culturelle, éducative ou pédagogique14 ». En d’autres termes, l’enjeu est de former des enseignants et éducateurs parfois encore réticents à la mobilisation du média. L’événement n’appelle donc pas l’intégration directe de l’étude du cinéma au sein de l’enseignement libre. Cependant, la présence parmi les conférenciers d’Henri Agel et de Jean-Louis Tallenay (pseudonyme de Jean-Pierre Chartier) permet d’esquisser, avec les présents, la trame d’une réflexion culturelle sur le cinéma. En outre, la visibilité et la légitimité de la FLECC, pourtant absente des journées, en sortent renforcées. Lors des conclusions, l’abbé Verdier, délégué national du comité national de l’enseignement libre, appelle ainsi les éducateurs à soutenir, sur le plan de la culture cinématographique, ce seul organisme.

Film et jeunesse, l’entrée du cinéma dans la classe confessionnelle

  • 15 Sur le congrès madrilène de l’OCIC, cf. Revue internationale du cinéma, n° 13, 1952.
  • 16 Sur Film et jeunesse, cf. Philippe Bourdier, « Film et jeunesse ou le cinéma comme langage : l’ense (...)
  • 17 Centre national des archives de l’Église de France (CNAEF), 98 CE 25, Communication d’Antoine Valle (...)

6Au demeurant, l’initiation cinématographique façon FLECC se réalise en dehors des horaires de classe, maintenant le cinéma à la lisière du cadre scolaire. Le congrès de l’Office catholique international du cinéma (OCIC), organisé à Madrid du 22 au 25 mai 1952, appelle à l’incorporation de celui-ci15. À Saint-Étienne, les séances destinées aux filles ont lieu le jeudi à 17 heures, à 20 heures pour les garçons. Peu commode pour l’emploi du temps des unes et des autres, ces créneaux auraient en outre empêché les professeurs d’assister systématiquement aux séances et, par là même, de les promouvoir, de telle sorte que l’initiation des élèves stéphanois a été ajournée par manque d’inscrits. Or, le constat de cette impasse hâte ici l’importation du cinéma comme branche scolaire de connaissances. À la rentrée 1952, le cinéma est inscrit, à titre d’expérience, dans les programmes et horaires des classes allant de la troisième à celle de philosophie-mathématiques des établissements confessionnels secondaires et techniques des villes de Saint-Étienne et Saint-Chamond. Si le comité diocésain de l’enseignement libre approuve officieusement la décision, l’intermédiaire associatif est cependant maintenu. Créée pour l’occasion par le frère mariste Antoine Vallet, l’association Film et jeunesse16 orchestre dès lors la formation, qui demeure externalisée car expérimentale. Il s’agit bien là d’un pas de plus vers l’assimilation par l’institution scolaire des méthodes de l’éducation populaire ainsi que l’expose Vallet lors de nouvelles journées destinées aux éducateurs qui se tiennent à Montmartre en octobre 1953, sous l’égide du CCE, de la CCR et, cette fois, de la FLECC. Le principe d’un apprentissage linguistique du cinéma fait d’ailleurs de la méthode de Film et jeunesse le parfait prolongement des préceptes de la FLECC. Mais l’enrôlement du professeur de lettres à des fins d’animation et d’encadrement spectatoriel modifie la donne. Vallet fait valoir des facteurs tant matériels que pédagogiques : même si tout cours magistral est banni en matière cinématographique, cette greffe du cinéma aux charges de l’enseignant permettrait un bond qualitatif du rendement éducatif au regard des conférences de la FLECC existant anciennement. « À propos d’une leçon de littérature, de religion, les élèves feront appel à une situation tirée d’un film ce qui permettra de porter des appréciations et de former le sens critique » de sorte que la réflexion filmique devrait servir d’élément comparatiste, voire de raccord entre la culture générale de l’élève et le cadre scolaire dans son ensemble. Autrement dit, l’animateur itinérant de la FLECC aurait induit jusqu’alors une rupture dans la continuité didactique nécessaire à la bonne insertion du cinéma dans l’enseignement ; tandis que le professeur pourra, à partir du moment où « ses élèves reconnaîtront sa compétence », les « diriger […] dans le choix des films17 ».

  • 18 Charles Rambaud, Initiation au cinéma, Saint-Étienne, Film et jeunesse, 1953. Cette première éditio (...)

7 Avec Film et jeunesse, la structuration interne de la matière cinématographique gagne aussi en cohérence, les objectifs pédagogiques de chaque niveau se trouvant redéfinis dès 1953 par la publication de fiches didactiques et de deux manuels aux éditions LIGEL du secrétariat de l’enseignement libre. Plus que Derrière l’écran, fort usité hors cadre scolaire, ces premiers ouvrages sur le cinéma à destination exclusive des élèves et enseignants des établissements catholiques du second degré permettent ainsi de mettre en visibilité une discipline cinématographique et ses méthodes sémiologiques. La capacité de décryptage, évaluée à partir d’un cadre définitionnel et analytique prédéfini, est la priorité qui se dégage d’Initiation au cinéma, écrit par Charles Rambaud, l’un des piliers de Film et jeunesse, pour les élèves de troisième. Nul doute que la conception de l’analyse de film, située dans la tradition des grammaires cinématographiques, conserve une dimension morale. Elle repose notamment sur l’association automatique des choix de cadrages émis par le cinéaste. Ainsi la prédilection pour les plans d’ensemble révèlerait-elle « une vision particulière où l’homme sera vu en fonction de sa valeur sociale, de sa situation humaine, de sa position par rapport au monde et aux autres hommes » alors que les plans rapprochés, caractéristiques des films légers, seraient les plus superficiels, présentant « l’homme détaché de son milieu et pas encore livré dans sa réalité intérieure18 ». Forte de ces clés interprétatives, la lecture filmique de l’élève doit contenir le point de vue de la réception et du spectateur, érigeant ce dernier en observateur avisé de la culture de masse.

  • 19 Antoine Vallet, Les genres du cinéma, Saint-Étienne, Film et jeunesse, 1953, p. 4.
  • 20 Archives diocésaines de Nantes (ADN), 17K60, FLECC, Service d’initiation au cinéma (1953-1954).
  • 21 Charles Rambaud, Initiation au cinéma, op. cit., p. 50.

8 Vallet fait le choix épistémologique d’axer le programme de la classe de seconde sur les genres du cinéma, sujet auquel il consacre le second ouvrage paru en 1953, en se prévalant d’effacer ainsi les distinctions de fond et de forme filmique à la suite d’André Bazin. Pour les élèves, l’objectif serait de palper la construction du film, sans se cantonner au seul scénario mais en distinguant ses degrés de signification pour concevoir par exemple comment un fait divers tel que le Voleur de bicyclette (Vittorio de Sica, 1949) est susceptible de révéler « un sens profond de l’optimisme et de la charité chrétienne ». Vallet reconnaît l’enchevêtrement des genres : il s’y appuie d’ailleurs pour poser les enjeux psychologiques de son approche empirique, partant du fait que « si la littérature est contemplation, le cinéma est participation […] et c’est donc toute la catégorie des attitudes de l’homme vivant, agissant, qui va nous fournir les cadres de la classification des genres19 ». Les genres deviennent donc ici étude introspective de la réceptivité du public adolescent. Le caractère inductif de la typologie proposée par Film et jeunesse convient en outre à la FLECC qui emprunte aussi l’angle du genre dans son programme de 1953-1954, s’adressant par contre à des élèves de tous niveaux confondus (toujours depuis la classe de troisième20). Aussi les deux associations se rejoignent-elles à plus d’un titre dans leur programmation, contenant comme le veut la loi pour le secteur non commercial, des films de plus de quatre ans : René Clair attire de part et d’autre, de même que le cinéma britannique – notamment Carol Reed (cf. annexe n° 1). Peut-être l’ambition de Film et jeunesse est-elle cependant plus vaste. Comme s’il s’agissait d’initier non plus à la lecture avisée mais à la conception analytique, cet effort doit aboutir à la réalisation d’une fiche filmographique par l’élève sur le modèle de celles de Télé-ciné. Ici, la déconstruction du film, donnant lieu à des travaux écrits, n’est pas uniquement d’ordre théorique : afin de « transformer le spectateur en créateur », l’adolescent doit – c’est là le « complément normal » de cette formation selon Rambaud et Vallet – apprendre à manier une caméra, ou du moins réfléchir lui-même à des découpages scénaristiques afin d’intégrer mieux encore l’écriture cinématographique21. Foyer d’un nouveau positionnement d’avant-garde dans le groupe confessionnel, l’âge scolaire du regard catholique appelle alors l’émergence d’un point de vue cinématographique procédant d’aval en amont, pour inclure la pratique.

Une discipline cinématographique dans l’enseignement libre 

  • 22 ADN, 17K51, Conclusions des sessions nationales d’éducateurs sous le patronage du secrétariat génér (...)
  • 23 Secrétariat général de l’enseignement libre, Le cinéma à l’école. Guide-programme, 1957, p. 11.

9Alors que les efforts pour l’introduction du cinéma à l’école redoublent dans certains diocèses tels l’Hérault et le Finistère au cours de la première moitié des années 1950, la personnalité du frère Vallet et les expérimentations stéphanoises acquièrent progressivement une renommée hexagonale dans les milieux cinéphiles chrétiens, sans pour autant remettre en question le rôle de la FLECC. La CCR, comme le secrétariat national de l’enseignement libre, les suivent d’un œil approbatif et réitèrent, à l’occasion de sessions nationales d’éducateurs en 1955, le vœu antérieurement exprimé par l’OCIC d’une intégration du cinéma dans les programmes scolaires22. Celle-ci est finalement décidée à l’unanimité le 14 mars 1957 par les délégués diocésains de l’enseignement libre qui, réunis sous la présidence de Monseigneur Descamps, secrétaire général de l’enseignement libre, font la synthèse de leurs diverses expériences cinématographiques. Elle se fonde donc pour partie sur des pratiques existantes, quand bien même l’enseignement du cinéma revêt une extension nouvelle. C’est ainsi que la formation des moins de 14 ans constitue la principale nouveauté de la réforme, d’autant plus qu’elle fait valoir une double approche de l’apprentissage cinématographique : l’utilisation du film pour l’enseignement des disciplines traditionnelles (soit le cinéma scolaire) d’une part ; l’éducation du jeune spectateur d’autre part23. L’une comme l’autre doivent donner lieu à de véritables leçons, préparées par le professeur puis commentées oralement et par écrit : les enfants y sont appelés à énumérer les scènes qui les ont le plus frappés, à écrire à un camarade pour lui raconter le film et à établir des liens avec les autres matières. L’initiation au langage du cinéma est donc incluse au programme des petites classes. Celle des adolescents se trouve approfondie, probablement sur suggestion de pédagogues. « L’étude des grandes œuvres du septième art » occupe les élèves durant les dernières années de leur scolarité (seconde, première, philosophie/mathématiques). Genres, réalisateurs, thèmes : trois approches doivent se succéder. Cependant, à ce stade, la constitution de la filmographie semble primer sur l’établissement de distinctions méthodologiques précises.

  • 24 Mélisande Leventopoulos, Les catholiques et le cinéma. La construction d’un regard critique, op. ci (...)
  • 25 Classeur de documentation n° 1, transmis par le service de documentation du diocèse de Nantes, Le c (...)
  • 26 « Rapport d’activité : les ciné-clubs de jeunes », Enfance, 10 3, 1957, p. 218-235.

10La filmographie de 1957 – non limitative, toujours établie en fonction des ressources des catalogues du secteur non commercial – comprend en plus des quelques classiques déjà présents à la FLECC et Film et jeunesse (tels Huit heures de sursis et À nous la liberté), deux œuvres de Sergei Eisenstein, de même que la Passion de Jeanne d’Arc et le Journal d’un curé de campagne qui n’avaient pas rencontré l’approbation générale des sphères catholiques dans la première moitié des années 195024 (cf. annexe 2). Les limites de l’acceptabilité sont donc déplacées partant que, par son travail analytique, le jeune spectateur « doit conserver ou retrouver sa liberté d’appréciation, pour profiter pleinement de l’apport culturel et moral du film, non moins que pour s’affranchir, éventuellement, d’influences malsaines » comme l’indique le Guide-programme du cinéma à l’école bientôt publié par le secrétariat général de l’enseignement libre. Autant que l’on puisse en juger par les quelques sources locales conservées, ce rééquilibrage proviendrait également du terrain scolaire où le cinéma soviétique par exemple est, comme au pensionnat Saint-Gabriel de Saint-Laurent-sur-Sèvre en Vendée, parfois étudié dès 195625. La patrimonialisation de ce corpus n’est donc pas tant un processus imposé d’en haut qu’une actualisation du prisme collectif que ratifie la hiérarchie en en déclinant quelque peu arbitrairement les caractéristiques pour mieux en contrôler la portée, d’autant plus que certains films, à l’instar du Cuirassé Potemkine, sont cotés 4a (pour adultes avec réserves). Or ce programme reprend, à peu de choses près, celui établi dans son Précis d’initiation cinématographique, paru aux éditions de l’École avec la participation de la cinémathèque de l’enseignement privé, par Henri Agel. L’activité extra-confessionnelle de ce dernier permet en outre de timides passerelles – à défaut d’une interdépendance pédagogique – entre la mobilisation cinématographique de l’école libre et l’enseignement public où, dans l’académie de Paris, ciné-clubs scolaires et programmes d’initiation cinématographique de l’IDHEC poursuivent leur déploiement26.

L’Écran et la vie

  • 27 CNAEF, 98 CE 25, Note attribuée au frère Vallet sur la question du cinéma dans l’enseignement libre (...)
  • 28 « Le cinéma dans les programmes de l’enseignement libre », L’Écran et la vie, juillet 1960, p. 5.
  • 29 Philippe et Brigitte cinéastes, Paris, Ligel, 1958. L’ouvrage présenté par Antoine Vallet, n’est pa (...)
  • 30 Antoine Vallet, Flashes sur l’histoire du cinéma, Paris, Ligel, 1959.
  • 31 Antoine Vallet, avec la collaboration de Charles Rambaud, Au-delà de l’image, Paris, Ligel, 1960.
  • 32 Charles Rambaud, Antoine Vallet, Exploration du film, Paris, Ligel, 1959, p. 21.

11 Miranda Prorsus – lettre encyclique sur les techniques audiovisuelles, émise par Pie XII en septembre 1957 et évoquant un « effort éducatif » nécessaire dans ces domaines – donne une légitimité officielle à la réforme. Cependant, quand bien même cette dernière permet un renforcement des circuits d’initiation cinématographique aux échelles diocésaines, elle ne parvient pas à pallier l’éclatement des usages scolaires au sein du monde confessionnel. Liberté d’action et manque de cohésion constituent les deux principaux reproches que dresse le frère Vallet en direction des pratiques du cinéma dans l’enseignement libre, loin de toucher le million et demi d’élèves concernés. Par trop associée au ciné-club, cette formation scolaire oblitérerait l’apprentissage de contenu selon ce dernier27. Il est décidé à faire émerger une coordination nationale pour remédier à cela, au point de constituer, en décembre 1958, l’Écran et la vie, fédération des activités audiovisuelles de l’enseignement libre entendant « établir un lien entre les écoles, les organismes et d’une manière générale tous ceux qui s’intéressent à la formation cinématographique à l’école28 ». Deux ans plus tard, en juillet 1960, le premier numéro de l’Écran et la vie, bulletin de la fédération du même nom, est en mesure d’annoncer « un programme progressif » et un « enseignement complet » en vue d’atteindre une véritable « pédagogie du cinéma ». Dans le prolongement de la réforme de 1957, les composantes méthodologiques d’un cursus cinématographique (analyse, esthétique, histoire, philosophie) semblent alors bel et bien fixées. Suite à « l’initiation au langage cinématographique » réalisée en premier cycle, les classes de sixième, cinquième, quatrième sont l’occasion d’une découverte du « septième art ». Comme auparavant, la troisième doit être mise à profit pour l’étude de la grammaire cinématographique, soit des éléments de base de l’analyse de films. Les élèves de seconde conservent le prisme du genre. Chose nouvelle, la classe de première abrite un cours d’histoire du cinéma incluant « tendances, écoles et réalisateurs » tandis qu’en classe de philosophie et de mathématiques, les jeunes sont sensibilisés aux « problèmes posés par le cinéma (langage nouveau, art nouveau, le cinéma et l’homme) ». Les éditions Ligel accompagnent en outre le programme par la publication, en complément des ouvrages existants, d’une collection graduelle de manuels. Formidable essai initiatique, Philippe et Brigitte cinéastes est ainsi destiné aux petites classes29 tandis que Flashes sur l’histoire du cinéma30 et Au-delà de l’image31, signés tous deux par Vallet, détaillent les programmes de première d’une part, et des classes de mathématiques et philosophie de l’autre. À destination des élèves, ils frappent par leur transversalité et leur potentiel synthétique tandis qu’Exploration du film, s’adressant aux professeurs, détaille la marche des leçons. Celles-ci doivent combiner l’étude d’une question sur le manuel, l’étude d’un film comprenant le rappel de notions du manuel, la présentation du film, sa projection (deux visionnements sont recommandés), son étude orale, des travaux écrits sur ce dernier, enfin une réflexion sur des textes littéraires lui faisant écho afin « d’habituer les élèves à se mouvoir à l’aise dans les deux « mondes », monde des idées et monde des images, à manier commodément les deux langues, à passer du mot à l’image et vice-versa32 ».

  • 33 L’Écran et la vie, n° 2, octobre-décembre 1960, p. 3-4.
  • 34 Archives diocésaines de Luçon (ADL), 8K4 1, Lettre circulaire de Cinéma et culture, non datée.
  • 35 L’Écran et la vie, n° 1, juillet-septembre 1960, p. 14.
  • 36 Monseigneur Descamps, « Avant-propos », L’Écran et la vie, n° 4 [Numéro spécial « Le cinéma à l’éco (...)
  • 37 « Une expérience pédagogique : Pattes de velours », L’Écran et la vie, n° 5, septembre 1961, p. 4-8

12Aux côtés de l’Écran et la vie, la commission nationale du cinéma à l’école, sous l’autorité du secrétariat général de l’enseignement libre, assure la coordination des activités. Les pratiques éducatives diocésaines se trouvent stimulées et canalisées par cette double direction, d’autant plus que les acteurs locaux sont mobilisés dans ces deux structures33. Les organismes régionaux d’enseignement cinématographique catholique, qui dépendent des commissions diocésaines de l’enseignement libre, gagnent en structuration entre 1958 et 1962 même s’ils continuent de se déployer dans des configurations diverses. C’est ainsi que dans le diocèse de Luçon, l’association Cinéma et culture, fondée en 1957, regroupe désormais la quasi-totalité des écoles catholiques de la région, soit quelque 2000 élèves. La formation des pédagogues y constitue une priorité. Cinéma et culture organise à leur attention des sessions de formation annuelles, publie nombre de fiches filmographiques et assure la liaison entre le diocèse et le national. L’association finance notamment des stages externes pour les professeurs, en outre vivement incités à s’abonner à l’Écran et la vie34 et enjoints d’utiliser la collection Ligel35. Ailleurs comme en Bretagne où la Fédération des associations du cinéma de l’ouest (FACO) travaille en interaction avec la FLECC, les passerelles avec l’éducation populaire des non scolaires sont maintenues. Cela freine sans doute, au grand dam de Vallet, l’homogénéisation méthodologique des pratiques catholiques à l’échelle nationale. Cependant, cette liberté d’action maintenue – et en outre revendiquée par Monseigneur Descamps, secrétaire général de l’enseignement libre36 – semble contribuer à la multiplication d’expériences pédagogiques, caractéristique de cet éphémère âge d’or de l’enseignement catholique du cinéma. Ces innovations ouvrent d’ailleurs parfois à un enseignement pratique du cinéma, comme c’est le cas à l’institution Sainte-Marie de Caen où, durant l’année scolaire 1960-1961, le film Pattes de velours est réalisé collectivement par professeurs et élèves de différents niveaux37.

Conclusion

  • 38 Monseigneur Stourm, Presse radio cinéma télévision au concile. Le décret sur les moyens de communic (...)
  • 39 L’Écran et la vie, n° 8, juillet 1962, p. 7-25, L’Écran et la vie, n° 9, octobre 1962, p. 12-14, L’ (...)
  • 40 Mélisande Leventopoulos, « La reconfiguration d’une médiation iconique : expériences audiovisuelles (...)

13Le déclin précipité de ce dispositif didactique explique cependant le rendez-vous manqué de l’enseignement libre avec les études cinématographiques. Alors que le spectacle cinématographique entre en crise, le public de cinéma cesse d’être, à partir du concile de Vatican II qui s’ouvre en 1962, la principale courroie de transmission d’une action médiatique collective au sein du catholicisme. Les émissions de télévision et de radio perçues, à l’égal du cinéma, comme des moyens de communication sociale providentiels pour répandre le message du salut38, chassent en quelque sorte la principale raison d’être de l’apprentissage de ce dernier qui était l’encadrement du média dominant de l’image. Ceci est en outre palpable dans l’Écran et la vie qui se décentre pour consacrer une large place au disque dans la seconde moitié de l’année 196239. L’ancrage de la formation cinématographique catholique dans la culture de masse détermine donc son ouverture plurimédiatique dès le début des années 1960. Le tournant communicationnel pris dans l’Église sous l’effet du décret conciliaire Inter Mirifica promulgué en décembre 1963 accélère ce désengagement religieux de la sphère du cinéma40, d’où le peu de transferts de l’éducation populaire vers les études cinématographiques à l’université catholique.

Haut de page

Annexe

La programmation sur les genres cinématographiques de la FLECC et Film et jeunesse en 1953-195441

FLECC

Film et jeunesse

Donnez-nous aujourd’hui (Give us this day, Edward Dmytryk, 1951)

Huit heures de sursis (Odd man out, Carol Reed, 1948)

Les Anges du péché (Robert Bresson, 1943)

Hamlet (Laurence Oliver, 1948)

L’homme au complet blanc (The man in the white suit, Alexander Mackendrick, 1952)

The Overlanders (Harry Watt, 1947) ou À nous la liberté (René Clair, 1931)

Jour de fête (Jacques Tati, 1949)

Le Ciel est à vous (Jean Grémillon, 1944)

L’Héritière (The Heiress, William Wyler, 1950)

Le Troisième homme (The Third man, Carol Reed, 1949)

Le Massacre de Fort-Apache (Fort Apache, John Ford, 1948)

La Beauté du diable (René Clair, 1950)

Filmographie officielle pour l’enseignement secondaire et technique classée par pays (1957)42

France

- Le Journal d’un curé de campagne (Robert Bresson, 1951)

- Juliette ou la clef des songes (Marcel Carné, 1951)

- À nous la liberté

- La Beauté du diable

- La Belle et la bête (Jean Cocteau, 1946)

- Le Ciel est à vous

- Farrebique (Georges Rouquier, 1947)

- Jour de fête

- Les vacances de Monsieur Hulot (Jacques Tati, 1953)

Grande-Bretagne

- Brève rencontre (Brief enconter, David Lean, 1946)

- Hamlet

- Le Troisième homme

- Huit heures de sursis

États-Unis

- Donnez-nous aujourd’hui

- Louisiana story (Robert Flaherty, 1948)

- Le Massacre de Fort-Apache

- The Overlanders

- L’Héritière

Italie

- Sciuscia (Vittorio de Sica, 1947)

- Le Voleur de bicyclette

- Sept ans de malheur (Come persi la guerra, Carlo Borghesio, 1948)

-Vivre en paix (Vivere in pace, Luigi Zampa, 1947)

Danemark

-La Passion de Jeanne d’Arc (Carl Theodor Dreyer, 1928)

URSS

-Le Cuirassé Potemkine (Bronenosec Potemkin, Serguei Eisenstein, 1926)

-Alexandre Nevski (Aleksandr Nevskiy, Serguei Eisenstein, 1950)

Haut de page

Notes

1 Le cinéma entre comme matière enseignée dans les lycées publics en 1989. Cf. Laurent Jullier et Jean-Marc Leveratto, Cinéphiles et cinéphilies, Paris, Armand Colin, 2010, p. 213-214.

2 Mélisande Leventopoulos, Les catholiques et le cinéma. La construction d’un regard critique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

3 Jeunesse ouvrière, 22 novembre 1947, p. 10.

4 Télé-ciné, n° 21 [Numéro inaugurant la nouvelle mouture des fiches filmographiques FLECC et leur présentation sous la forme d’une revue périodique], 1950, p. 1-2.

5 Journal officiel, 21 mai 1953.

6 Archives de la Confédération française démocratique du travail (CFDT), 5 H 89, Compte-rendu d’activité de la FLECC pour l’année 1950-1951.

7 Jean-Pierre Chartier et François Desplanques, Derrière l’écran, Paris, Spes, 1950.

8 « Rapport d’activité : les ciné-clubs de jeunes », Enfance, 10 3, 1957, p. 218-235 Sur les sessions organisées en 1947-1948, cf. : Bulletin de l’IDHEC, janvier 1948, p. 22.

9 Bulletin de l’IDHEC, mai 1946, p. 13 ; Bulletin de l’IDHEC, juillet 1946, p. 9.

10 François Amy de la Bretèque et Francis Fourcou, « Entretiens avec Henri Agel », Archives, n° 83, novembre 1999, p. 9-12.

11 Archives historiques de l’archevêché de Paris (AHAP), 5K4 2, Compte-rendu d’activité de la FLECC, 1949-1950.

12 CFDT, 5 H 89, Compte-rendu d’activité de la FLECC pour l’année 1950-1951.

13 Jean Chazal, « Cinéma et délinquance juvénile », Éducateurs, mars-avril 1950, p. 135-143.

14 Éducateurs, janvier-février 1952, p. 1.

15 Sur le congrès madrilène de l’OCIC, cf. Revue internationale du cinéma, n° 13, 1952.

16 Sur Film et jeunesse, cf. Philippe Bourdier, « Film et jeunesse ou le cinéma comme langage : l’enseignement du cinéma dans les années 1950-1960 en France » dans Philippe Bourdier (dir.), Images à l’école, image de l’école 1880-1960, Chartres, Musée de l’école d’Eure et Loir, 2011.

17 Centre national des archives de l’Église de France (CNAEF), 98 CE 25, Communication d’Antoine Vallet aux journées cinématographiques de Montmartre.

18 Charles Rambaud, Initiation au cinéma, Saint-Étienne, Film et jeunesse, 1953. Cette première édition n’est pas conservée à notre connaissance. Cf. Charles Rambaud, Initiation au cinéma, Paris, Ligel (deuxième édition), 1955, p. 21-24.

19 Antoine Vallet, Les genres du cinéma, Saint-Étienne, Film et jeunesse, 1953, p. 4.

20 Archives diocésaines de Nantes (ADN), 17K60, FLECC, Service d’initiation au cinéma (1953-1954).

21 Charles Rambaud, Initiation au cinéma, op. cit., p. 50.

22 ADN, 17K51, Conclusions des sessions nationales d’éducateurs sous le patronage du secrétariat général de l’enseignement libre et de la Centrale catholique du cinéma, 1955.

23 Secrétariat général de l’enseignement libre, Le cinéma à l’école. Guide-programme, 1957, p. 11.

24 Mélisande Leventopoulos, Les catholiques et le cinéma. La construction d’un regard critique, op. cit.

25 Classeur de documentation n° 1, transmis par le service de documentation du diocèse de Nantes, Le cinéma en Russie, pensionnat Saint-Gabriel, 7 octobre 1956.

26 « Rapport d’activité : les ciné-clubs de jeunes », Enfance, 10 3, 1957, p. 218-235.

27 CNAEF, 98 CE 25, Note attribuée au frère Vallet sur la question du cinéma dans l’enseignement libre, non datée.

28 « Le cinéma dans les programmes de l’enseignement libre », L’Écran et la vie, juillet 1960, p. 5.

29 Philippe et Brigitte cinéastes, Paris, Ligel, 1958. L’ouvrage présenté par Antoine Vallet, n’est pas signé. Il émane sans doute d’un travail collectif de Film et jeunesse.

30 Antoine Vallet, Flashes sur l’histoire du cinéma, Paris, Ligel, 1959.

31 Antoine Vallet, avec la collaboration de Charles Rambaud, Au-delà de l’image, Paris, Ligel, 1960.

32 Charles Rambaud, Antoine Vallet, Exploration du film, Paris, Ligel, 1959, p. 21.

33 L’Écran et la vie, n° 2, octobre-décembre 1960, p. 3-4.

34 Archives diocésaines de Luçon (ADL), 8K4 1, Lettre circulaire de Cinéma et culture, non datée.

35 L’Écran et la vie, n° 1, juillet-septembre 1960, p. 14.

36 Monseigneur Descamps, « Avant-propos », L’Écran et la vie, n° 4 [Numéro spécial « Le cinéma à l’école »], juin 1961, p. 5.

37 « Une expérience pédagogique : Pattes de velours », L’Écran et la vie, n° 5, septembre 1961, p. 4-8.

38 Monseigneur Stourm, Presse radio cinéma télévision au concile. Le décret sur les moyens de communication sociale, Paris, Les Éditions du vitrail, 1964.

39 L’Écran et la vie, n° 8, juillet 1962, p. 7-25, L’Écran et la vie, n° 9, octobre 1962, p. 12-14, L’Écran et la vie, n° 10, décembre 1962, p. 28-40.

40 Mélisande Leventopoulos, « La reconfiguration d’une médiation iconique : expériences audiovisuelles jésuites à Lyon-Fourvière après Vatican II », Le Temps des médias, n° 17, 2011, p. 73-74.

41 ADN, 17K60, FLECC, Service d’initiation au cinéma (1953-1954) et CNAEF, 98 CE 25, Communication d’Antoine Vallet aux journées cinématographiques de Montmartre.

42 Secrétariat général de l’enseignement libre, Le cinéma à l’école. Guide-programme, op. cit., p. 20-21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélisande Leventopoulos, « Le rôle pionnier des catholiques dans l’enseignement du cinéma en France », Mise au point [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://map.revues.org/1858 ; DOI : 10.4000/map.1858

Haut de page

Auteur

Mélisande Leventopoulos

Post-doctorante au Labex Arts-H2H. Elle est l’auteure d’une thèse de doctorat d’histoire soutenue en 2013 à l’Université Paris 8 dont une version remaniée est parue en 2015 aux Presses universitaires de Rennes sous le titre Les catholiques et le cinéma La construction d’un regard critique (France, 1895-1958). Membre de l’Afeccav, elle est par ailleurs secrétaire générale de l’Association française de recherche sur l’histoire du cinéma (AFRHC).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page