Navigation – Plan du site
Notes de lecture

John Caps. Henry Mancini: reinventing film music

Yves Desrichard
Référence(s) :

Henry Mancini: reinventing film music, University of Illinois Press, 2012, (Music in American life), 278 p., ISBN 978-0-252-03673-6.

Texte intégral

  • 1 Les titres français et les dates de sortie des films cités, ainsi que, éventuellement, le nom de le (...)

1Henry Mancini est essentiellement – mais universellement – connu pour la musique de deux films : The Pink Panther1 de Blake Edwards et, du même réalisateur, Breakfast at Tiffany’s, plus particulièrement la chanson « Moon river ». Il est également le créateur du thème de la série télévisée Peter Gunn. Grâce à ces trois partitions, mais aussi à bien d’autres, et à une activité discographique soutenue qu’on appellerait « de variété », Mancini, avant Morricone, Rota, Williams, et quelques autres, pas si nombreux d’ailleurs, est l’un des premiers compositeurs dont le nom soit connu en-dehors de la salle de cinéma, en-dehors même de l’activité cinématographique. John Caps propose avec cet ouvrage, tout à la fois un bilan biographique et une analyse fouillée d’une large part de ses compositions pour le cinéma et pour la télévision.

2Comme le remarque judicieusement l’auteur, le style de Mancini et sa facture musicale oscillent, avec bonheur mais aussi malédiction, entre la grande forme symphonique orchestrale de l’âge d’or de la musique de film hollywoodienne (années 1930-1950, Korngold, Young, Steiner, Newman et quelques autres) et une approche minimaliste très influencée par le jazz de ses années d’apprentissage que l’on retrouve dans ses premières contributions. Bref, « a cosmopolitan, clear-eyed, and lyrical sense of « cool » » (p. 1). Cool. Et s’il y avait un mot pour résumer une carrière, une forme musicale, un accomplissement, ce ne pourrait être que celui-là.

3La musique d’Henry Mancini, pour ce qu’on en connait, était cool. L’homme moins, semble-t-il, même si, hors les mentions d’usage, ce n’est pas le propos de Caps que de livrer les secrets d’une vie familiale relativement « banale », puisque, fait rare à Hollywood, très tôt marié à une chanteuse, Ginny O’Connor, Mancini l’était encore au moment de sa mort, en 1994.

4Bien sûr, le parcours ici détaillé, s’il fait un sort à cette apparence, permet d’aller bien au-delà, précisant par exemple avec un soupçon de truculence les débuts laborieux puis éclatants du jeune Mancini. Né en 1924 dans l’Ohio, il débute comme arrangeur et pianiste occasionnel à la fin des années 40. En 1950,  il commence à composer pour la radio puis, très rapidement, pour le cinéma. Les pages consacrées à son activité chez Universal, « the music factory », sont assez incroyables parce ce qu’elles révèlent des coulisses d’une maison de production, à l’époque, de seconde zone : plusieurs compositeurs pour un même film, mais un seul crédité, plagiats multiples, « banque » de morceaux façon cinéma muet, etc. Autant dire une rude école, mais une bonne école, avant que, pour la première fois, Mancini ne soit officiellement crédité comme compositeur en 1957.

5Rien, en tout cas, qui puisse le préparer, et nous préparer, au choc que constituera son premier chef d’œuvre, pas cool du tout, l’inoubliable partition du Touch of Evil d’Orson Welles. On sait que, comme souvent, Welles réalisateur (et aussi acteur) eut des nombreux démêlés avec ses producteurs, desquels, un peu paradoxalement, la musique bénéficia, préservant la musique d’accompagnement écrite par Mancini pour la fameuse première longue scène, filmée en un seul plan. Après un tel coup de maître, on aurait cru Mancini devenu « most wanted » dans le cinéma américain des années 1960, mais il n’en fut rien, et le compositeur s’en retourna à la télévision, grosse consommatrice, par le biais des séries télévisées, de musique. Double signe du destin : il y rencontra celui qui devint, sinon un frère (les relations entre eux, d’après ce qu’on en lit, ne furent pas toujours au beau fixe et se dégradèrent nettement pour leurs dernières collaborations) du moins un alter ego contradictoire, « a study in contrasts » comme l’écrit Caps - Blake Edwards. C’est pour lui qu’il composa son premier « hit », le thème générique de Peter Gunn, série « classy » de 114 épisodes.

6Ce fut le début de la fameuse « Mancini Touch », et la marque d’origine d’une fortune discographique fort rare dans le domaine de la musique de film. Comme le dit Caps, « he was reinventing the relationship between the soundtrack and those boomer ticket buyers » (p. 2).

7Nombre de bandes originales signées Mancini se vendirent à des centaines de milliers d’exemplaires, faisant du compositeur l’un des mieux payés, par le biais des royalties, d’Hollywood. Et Mancini, en parallèle à sa carrière de compositeur, se souvenant de ses débuts d’arrangeur, fit de sa « touch » une marque de fabrique, multipliant, avec plus ou moins de bonheur, les disques, en reprenant soit ses propres musiques de films, soit d’autres de ses compositions, soit les compositions d’autres. Il en est ainsi du thème composé par Nino Rota pour le Romeo and Juliet de Zeffirelli, dont l’arrangement rencontra plus de succès que la musique originale… Mancini s’essaiera aussi, avec moins de bonheur, aux concerts, et anima même, vers 1973, une émission consacrée à l’art de la composition de musique de film, The Mancini Generation, qu’on aimerait vivement voir.

8Après avoir composé la musique d’une autre série signée Blake Edwards, Mr Lucky, qui connut beaucoup moins de succès, Mancini accompagna le compositeur (moyennant quelques infidélités avec John Barry ou Jerry Goldsmith) presque tout au long de sa carrière, des Pink Panther (toute la série jusqu’à sa mort) à Breakfast at Tiffany’s déjà cité (qui lui valut deux oscars). Entre autres partitions inoubliables, on peut citer celles de Days of Wine and Roses ou de The Party (film et musique curieusement mésestimés par l’auteur, peut-être leur statut « culte » n’existe-t-il que de ce côté-ci de l’Atlantique). Sans oublier la consécration que constitue Victor/Victoria, le « film-monde » d’un Blake Edwards revenu de bien des illusions, des échecs et des amertumes pour livrer une ode au « show must go on » qui est une merveille d’élégance fabuleusement drôle.

9John Caps résume parfaitement ce qui, dans les comédies d’Edwards, fait la valeur de la musique : il ne sert à rien de faire une musique drôle dans une scène qui l’est déjà. Ce qu’il faut, c’est une musique « sérieuse », mais avec ce qu’il faut de fantaisie et de sophistication. Grâce à cette recette, la panthère rose est devenue une star… Mais le succès a aussi ses revers : Mancini est sollicité afin de créer des nouvelles compositions similaires, sans tenir compte du lien unique qui unit une musique à un film particulier, sans tenir compte de l’alchimie possible entre un compositeur et un réalisateur singulier. Mais cette alchimie ne s’obtient pas facilement et, puisqu’il n’est pas possible ici d’évoquer toutes les contributions de Mancini qui s’élèvent à 85 partitions rien que pour le cinéma – ce qui est peu rapporté à 40 ans de carrière pour un compositeur-, retenons que c’est avec Stanley Donen qu’il s’approcha le plus de la perfection « edwardienne », contribuant au succès de Charade, puis d’Arabesque et de Two for the Road, bâtissant avec Audrey Hepburn, vedette de deux des trois films, une relation privilégiée.

10L’un des grands mérites du livre, cependant, est de nous entraîner sur des sentiers moins fréquentés que ces collaborations bien connues, nous obligeant parfois, à notre grande honte, soit à reconnaître que nous avons oublié la partition de films peu remarquables, mais qui valaient au moins par leur « Mancini Touch », soit même à regretter (et espérer) certains films et, par conséquent (même si l’écoute sur disque est parfois possible, sinon frustrante) leur musique.

11Ainsi de la musique aux accents irlandais de Molly Maguires, film de Martin Ritt qui mettait en vedette Richard Harris et Sean Connery, ou de celle, très intrigante, de The white Dawn de Phillip Kaufman, le futur réalisateur de The right Stuff. Dans ce dernier film, le réalisateur réintroduisit une musique de Mancini composée justement pour The white Dawn, mais restée non utilisée… Manière, incidemment, d’évoquer les mésaventures qui guettent tout compositeur de musique de film. La plus douloureuse pour Mancini ayant été, pour des motifs troubles, le rejet de sa partition pour le magnifique Frenzy d’Hitchcock.

  • 2 Contemporary Books, 1989.

12Ecrivons-le tout net, Henry Mancini : reinventing film music est un modèle de biographie allant bien au-delà de la propre introspection du compositeur -qui (encore un signe de sa célébrité) avait écrit son autobiographie en 1989 sous le titre Did they mention the music?2, aussi inventif sur les films, pour lesquels l’essentiel est dit.  Leur articulation avec la musique est soigneusement analysée. Quant aux compositions, Caps qui semble avoir tout vu, tout entendu, de son objet, détaille tout à la fois l’appréhension générale et leur fonctionnement dans telle ou telle scène du film évoqué.

  • 3 L’ouvrage est publié dans une collection de référence sur la question, « Music in American life ».

13Une lecture complète suppose des connaissances musicologiques certaines3, mais celles-ci sont de toute façon indispensables pour apprécier au mieux l’approche de Mancini. On ne fera, à l’ensemble, qu’un seul reproche, qui est aussi un compliment, un sentiment d’empathie de l’auteur envers le compositeur… qu’il ne lui accorde jamais ni la moindre désinvolture, ni le moindre faux-pas, ce qui, dans le cas de projets bien improbables ou de musiques difficilement défendables, est parfois acrobatique à tenir. Mais ce n’est là qu’un défaut mineur pour un travail magistral que complètent bien sûr filmographie, bibliographie et discographie.

Haut de page

Bibliographie

The pink panther / La panthère rose (Blake Edwards) (1963)

Breakfast at Tiffany’s / Diamants sur canapé (Blake Edwards) (1961)

Peter Gunn (Blake Edwards) (1958-1961)

Touch of evil / La soif du mal (Orson Welles) (1958)

Romeo and Juliet (Franco Zeffirelli) (1968)

Mr Lucky (Blake Edwards) (1959-1960)

Days of wine and roses / Le jour du vin et des roses (Blake Edwards) (1962)

The party / La party (Blake Edwards) (1968)

Victor/Victoria (Blake Edwards) (1982)

Charade (Stanley Donen) (1963)

Arabesque (Stanley Donen) (1966)

Two for the road / Voyage àdeux (Stanley Donen) (1967)

Molly Maguires (Martin Ritt) ( )

The white dawn (Phillip Kaufman) (1974)

The right stuff / L’étoffe des héros (Phillip Kaufman) (1983)

Frenzy (Alfred Hitchcock) (1972)

Haut de page

Notes

1 Les titres français et les dates de sortie des films cités, ainsi que, éventuellement, le nom de leur réalisateur, sont rappelés en annexe.

2 Contemporary Books, 1989.

3 L’ouvrage est publié dans une collection de référence sur la question, « Music in American life ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Desrichard, « John Caps. Henry Mancini: reinventing film music », Mise au point [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 25 mai 2015, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://map.revues.org/1837

Haut de page

Auteur

Yves Desrichard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page