Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Mauricio Dupuis. Jerry Goldsmith : music scoring for American movies

Yves Desrichard
Référence(s) :

Mauricio Dupuis, Jerry Goldsmith : music scoring for American movies, Roma : Robin, 2013, – 264 p. – (Robin Essays), - ISBN 978-88-6740-188-8.

Texte intégral

  • 1 Les titres en français, le nom du réalisateur et la date de sortie des films cités dans la recensio (...)
  • 2 Notons cependant que, à notre connaissance, l’œuvre de John Williams n’a pas fait l’objet d’une abo (...)

1Pour beaucoup de réalisateurs, pour beaucoup d’autres compositeurs, Jerry Goldsmith et John Williams furent à n’en pas douter les compositeurs de musiques de films les plus originaux des années 70 et 80 dans le cinéma américain. Le second est mondialement connu par sa collaboration avec Steven Spielberg, dont il a signé la musique de tous les films de cinéma, à l’exception du premier, Duel1, et d’un épisode de The Twilight zone : the movie, dont la partition était due au premier cité. C’est peu dire que, à l’aune de la célébrité renouvelée de John Williams, la méconnaissance, par le public, du nom sinon de l’œuvre de Jerry Goldsmith est patente. Il serait faux de croire que cette ignorance tiendrait au fait que les films auxquels le nom de Jerry Goldsmith fut attaché ne rencontrèrent aucun succès commercial. S’il ne fallait citer que ceux-là, Rambo, Basic instinct, Star Trek the movie et autres Gremlins furent en leur temps parmi les films les plus rentables de l’histoire du cinéma américain. Mais la carrière de Goldsmith s’est déroulée sous d’autres auspices que celles de son « rival » (ils le furent en fait bien peu), et on ne peut que saluer l’initiative de consacrer au compositeur une première monographie, dix ans après sa disparition2.

  • 3 Jerry Goldsmith e la musica nel cinema americano, Robin, 2012.
  • 4 Sur le plan personnel, il est fait mention de son fils, Joël Goldsmith, devenu lui aussi compositeu (...)

2Curieusement publié d’abord en italien3, Jerry Goldsmith : music scoring for american movies est divisé en quatre parties d’inégale importance : une rapide biographie de Jerry Goldsmith, essentiellement professionnelle4 ; une seconde partie intitulée « Creative process », et qui se veut une évocation des approches créatives et techniques du compositeur, ainsi que de ses relations privilégiées avec certains réalisateurs ; une troisième partie, « Crossing movie genres », qui examine les apports du compositeur à différents genres, fortement codés, du cinéma américain (science-fiction, horreur, film noir, western, etc. Et enfin une quatrième partie consacrée essentiellement à la magistrale partition de Star Trek the movie, que l’auteur considère, à bon droit, comme « the work that turned him into an iconic composer », ainsi qu’aux trois autres collaborations du compositeur à la saga, composée de pas moins de 10 films.

  • 5 Par rapport à d’autres compositeurs comme Bernard Hermann, Miklos Rozsa, Nino Rota,…

3Né Jerrald King Goldsmith en 1929, en Californie, Jerry Goldsmith commence à étudier le piano et la composition dès les années 40, notamment aux côtés de Jakop Gimpel, élève d’Alban Berg, de Miklos Rozsa, l’un des grands compositeurs hollywoodiens des années 40 à 60, et surtout de Florentine Mario Castelnuovo Tedesco et d’Alex North, le compositeur de Cleopatra, Spartacus, de la musique rejetée par Kubrick pour 2001, et de temps d’autres, qui exercent sur lui une profonde influence. Il est engagé en 1950, comme copiste, par CBS, avant de gravir les échelons, composant un grand nombre de musiques pour des émissions de radio et des séries télévisées. Il aborde le cinéma au tout début des années 60, signant en 1962 sinon sa première musique de film du moins la première à être remarquée, l’étonnante partition du Freud de John Huston. Il continuera à écrire pour la télévision jusqu’en 1975, avant de ne se consacrer qu’à la musique de film, si on excepte un nombre finalement très restreint5 de compositions autres que pour le cinéma et la télévision, avec notamment la cantate Christus Apollo.

  • 6 Mais pas toujours : voir la partition jazzy de Catch me if you can.
  • 7 Il n’est qu’à la comparer avec la partition symphonique de Danny Elfman pour le remake de ce film r (...)

4Comme le souligne Mauricio Dupuis dans son second chapitre, l’une des raisons du « malentendu Goldsmith », sa méconnaissance par le public qui n’a d’égale que la dévotion de ses fans, tient pour part à ce qu’il a souvent attaché son nom à des productions improbables, voire calamiteuses, aboutissant à des partitions souvent scandaleusement sophistiquées et inventives par rapport aux films qu’elles illustraient. Là où le style symphonique de John Williams est le plus souvent aisément reconnaissable6, le talent de Goldsmith est protéiforme, colle aux époques et aux goûts musicaux, tout en n’hésitant pas à d’incroyables audaces musicales ou stylistiques. À cet égard, l’auteur a raison de souligner combien la partition de Planet of the apes constitue un sommet, sinon un point de rupture, dans l’œuvre du compositeur, et même dans la musique de film américaine tout court, par son audace qui serait difficilement imaginable aujourd’hui pour un film de cette envergure7. Largement atonale, faisant appel à des instruments exotiques ou inconnus, elle semble souvent électronique, alors qu’il n’en est rien (sauf quelques effets très limités). Au fond, cette exploration d’univers sonores inédits, d’expérimentations baroques ou minimalistes, Jerry Goldsmith ne pouvait guère l’envisager que dans des genres « mineurs » (stylistiquement, pas forcément commercialement), comme la science-fiction, le fantastique, l’épouvante, genres auxquels son nom reste attaché, faisant parfois oublier des réussites plus « convenables », comme celles de Chinatown, The wind and the lion, L.A. Confidential, etc.

5Une autre raison de la « discrétion » de Goldsmith est aussi le fait que, contrairement là encore à Williams/Spielberg, son nom n’est pas lié à une de ces collaborations exemplaires entre un cinéaste et un compositeur (Rota/Fellini, Elfman/Burton, Leone/Morricone, Mancini/Edwards, etc.) qui permettent à chacun de s’approprier l’univers de l’autre. C’est oublier, un peu injustement, que le nom de Goldsmith fut largement associé aux filmographies de Joe Dante et de Franklin J. Schaffner (voire de Paul Verhoeven), mais, là encore – et ce n’est sans doute pas un hasard – il s’agit de cinéastes profondément versatiles, enclins à changer de genre et de style d’un film l’autre, caméléonesques plutôt que constants à fouiller toujours les mêmes figures et les mêmes thèmes. Dès lors, on attendait beaucoup de cette première approche globale du compositeur, qui faisait espérer une célébration fouillée et une juste réévaluation, même si, en fait, il n’en a guère besoin (la production discographique posthume de Goldsmith est l’une des plus abondantes et des plus variées).

  • 8 Et notamment la revue Segnocinema, abondamment citée.

6Il faut cependant, et un peu abruptement, écrire que l’on déchante vite à la lecture, rapidement pénible et fastidieuse, de l’ouvrage. L’auteur a à peine trente ans, et en avait donc vingt lors de la mort de Jerry Goldsmith, emporté par un cancer, le 21 juillet 2004, à Beverly Hills. C’est dire, sans qu’on puisse lui en faire le reproche, que son appréhension de la carrière du compositeur est forcément à rebours, et ne peut s’inscrire dans ce temps long qui, parfois, est nécessaire à l’analyse d’une carrière, de ses évolutions, de ses fourvoiements et de ses réussites, même si ces derniers s’apprécient plus sûrement après coup qu’à leur advenue. Mais cette jeunesse ne saurait excuser les faiblesses notoires et de la recherche, et du propos. La construction et l’analyse manquent de rigueur méthodologique, qui ne respectent aucun souci chronologique et ne semblent dictées par aucune approche systémique. Les analyses (trop) pointues pour les non-musicologues de certains morceaux extraits de partitions clés de Goldsmith côtoient de fastidieuses descriptions des instruments employés, qui sont souvent de simples copies de sources de seconde main. La partie biographique est brouillonne, incohérente, faisant l’impasse sur des collaborations importantes (notamment celle avec Joe Dante) et s’attardant exagérément sur des contributions mineures. Les trois autres parties ressemblent à un catalogue désordonné, subjectif, parfois désinvolte, parfois trop spécialisé, des partitions que l’auteur a cru bon d’isoler dans l’œuvre foisonnante, nous laissant souvent la fâcheuse impression que ses choix résultent avant tout de l’existence de recensions préalables des musiques retenues dans les publications qu’il a pu consulter8.

  • 9 Sans compter le fait qu’il existe une abondante littérature sur Herrmann, notamment le remarquable (...)
  • 10 S’attachant les services d’un nombre restreint de collaborateurs qui furent tout autant des complic (...)

7Surtout, et c’est sans doute l’aspect le plus agaçant de ce court essai, l’auteur s’égare à de nombreuses reprises dans des digressions qui n’ont rien à voir avec le propos. C’est vrai de l’évocation de certains musiciens comme Bernard Herrmann, dont les complicités avec Jerry Goldsmith, c’est le moins qu’on puisse écrire, sont des plus ténues9. C’est aussi vrai des considérations générales sur la-musique-de-film-art-contraint, ou sur l’utilisation dans le système productif américain d’orchestrateurs, qu’il était intéressant de mentionner, puisque même un compositeur aussi « solitaire » que Goldsmith y eut presque systématiquement recours10, mais qui ne justifiait pas d’aussi abondants que fastidieux développements.

8Bref, le livre sur Jerry Goldsmith, qui embrasserait tout à la fois son œuvre, l’époque (ou plutôt les époques) dans lesquelles elle s’est inscrite, et qui en magnifierait l’amplitude, la profonde originalité et, dix ans après la mort du compositeur, la pérennité et l’influence, ce livre reste à écrire.

Haut de page

Bibliographie

Duel (Steven Spielberg, 1971).

The Twilight zone the movie / La quatrième dimension (George Miller, Joe Dante, Steven Spielberg, John Landis, 1983).

Rambo (Ted Kotcheff, 1982).

Basic instinct (Paul Verhoeven, 1992).

Star Trek the movie / Star Trek le film (Robert Wise, 1979).

Gremlins (Joe Dante, 1984).

Cleopatra / Cléopâtre (Joseph L. Mankievicz, 1963).

Spartacus (Stanley Kubrick, 1960).

2001 A space odyssey / 2001, l’odyssée de l’espace (Stanley Kubrick, 1968).

Freud / Freud, passions secrètes (John Huston, 1962).

Planet of the apes / La planète des singes (Franklin J. Schaffner,1968).

Chinatown (Roman Polanski, 1974).

The wind and the lion / Le lion et le vent (John Milius, 1975).

L.A. Confidential (Curtis Hanson, 1997).

Haut de page

Notes

1 Les titres en français, le nom du réalisateur et la date de sortie des films cités dans la recension sont présentés en annexe.

2 Notons cependant que, à notre connaissance, l’œuvre de John Williams n’a pas fait l’objet d’une abondance de monographies. On connaît, en français, le recueil de textes, plus ou moins disparates et plus ou moins bienvenus, publiés sous le titre John Williams : un alchimiste musical à Hollywood (L’Harmattan, 2011) et, dans d’autres langues, Spielberg-Variationen : die Filmmusik von John Williams (Nomos, Edition Reinhard Fischer, 2010) et John Williams's film music : Jaws, Star Wars, Raiders of the Lost Ark, and the return of the classical Hollywood music style (The University of Wisconsin Press, 2014).

3 Jerry Goldsmith e la musica nel cinema americano, Robin, 2012.

4 Sur le plan personnel, il est fait mention de son fils, Joël Goldsmith, devenu lui aussi compositeur de musique de films, et de sa femme, qui signa presque par hasard les paroles de la chanson de la bande originale de The omen, le seul film pour lequel Jerry Goldsmith obtint l’oscar de la meilleure musique de film.

5 Par rapport à d’autres compositeurs comme Bernard Hermann, Miklos Rozsa, Nino Rota,…

6 Mais pas toujours : voir la partition jazzy de Catch me if you can.

7 Il n’est qu’à la comparer avec la partition symphonique de Danny Elfman pour le remake de ce film réalisé par Tim Burton en 2001.

8 Et notamment la revue Segnocinema, abondamment citée.

9 Sans compter le fait qu’il existe une abondante littérature sur Herrmann, notamment le remarquable A heart at fire’s center (University of California Press, 2002) cité dans le livre.

10 S’attachant les services d’un nombre restreint de collaborateurs qui furent tout autant des complices en osmose avec lui, Alexander Courage et Arthur Morton essentiellement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Desrichard, « Mauricio Dupuis. Jerry Goldsmith : music scoring for American movies », Mise au point [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 25 mai 2015, consulté le 28 mai 2017. URL : http://map.revues.org/1829

Haut de page

Auteur

Yves Desrichard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page