Navigation – Plan du site
Quoi de neuf sur les stars ?

Genèse, carrière et disparition des superstars cinématographiques (1932-2012)

Origin, career and disappearance of movie superstars (1932-2012)
Claude Forest

Résumés

L’évaluation du potentiel des acteurs de cinéma par les exploitants de salle, qui se situent au plus près de la demande des spectateurs, est recueillie chaque année aux Etats-Unis par l’Almanac Quigley qui en élabore un Top Ten, livrant de précieux renseignements sur leur perception des acteurs les plus appréciés depuis 1932. Ainsi, au cours des huit décennies écoulées, parmi ces stars la douzaine d’acteurs les plus cités par cette revue l’ont été au moins treize années, et sont tous des hommes, blancs, de nationalité américaine. Il convenait de détailler les caractéristiques communes et individuelles de ces superstars qui se sont révélées aptes à construire et étaler dans le temps une carrière littéralement exceptionnelle. Mais la métamorphose de notre relation au temps nous impose désormais que tout soit condamné au renouvellement perpétuel, alors que ces superstars n’ont pu briller qu’à la condition de demeurer immobiles, si ce n’est figées dans des rôles qui avaient permis leurs succès. La rotation des talents se trouvant désormais corrélée à celle des œuvres, si l’attractivité des stars ne va pas disparaitre, leur aptitude à s’assurer la longévité permise à leurs prédécesseurs a certainement cessé, les portes du panthéon des superstars risquant fort de s’être durablement refermées derrière les actuels titulaires étudiés ici.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dont il ne sera pas repris ici la définition ni le modèle « Superstar » fondé essentiellement sur l (...)

1Le phénomène du vedettariat apparait comme une constante dans tout le champ culturel, et notamment dans les secteurs affectés par des procès de production de type industriel. Il se caractérise par une capacité à concentrer la demande, et par une forte rémunération de quelques offreurs, provoquant un accroissement structurel des coûts de production (Baumol et Bowen 1966), et générant un effet de rente pour leurs bénéficiaires, malgré une profitabilité non garantie pour l’ensemble du secteur concerné, notamment cinématographique. Les conditions de leurs apparitions et rémunérations ont souvent été étudiées, avec des hypothèses liées au talent (Rosen 19811) ou au seul hasard (Adler 1985), ainsi que leurs impacts sur le marché (Sedgwick & Pokorny 1999). La satisfaction du spectateur ne pouvant être connue qu’après le visionnement de tout film de cinéma, cela en fait un bien d’expérience (Nelson 1970, Tirole 1993), et il importe dès lors pour le public de réduire l’incertitude en amont dans le choix à opérer. A cette fin, il peut chercher à limiter les asymétries d’informations structurelles entre les offreurs et les acheteurs concernant le produit à choisir (Akerlof 1970), mais également tenter de diminuer les incertitudes sur la qualité et le talent (Mac Donald 1988), alors que tout le monde, l’artiste, comme son public, en ignore l’étendue comme la valeur avant que l’achèvement de la prestation (Dantec 2005).

2La multiplication des avis, critiques et classements en tous genres produit une cascade d’informations et de données qui peuvent, ou non, rencontrer le propre goût et jugement de chacun (Bickhchandani, Hirshleifter & Welch 1992), mais qui provoque de facto une convergence des choix et des comportements (De Vany & Lee 1999). L’effet mimétique (tout en s’en défendant, chacun choisit ce qu’ont déjà choisi les autres) dominant de nombreux processus décisionnels, les univers incertains tendent encore davantage à faire converger les choix (Simon 1982). Dès lors, il nous semblait intéressant d’étudier sur une longue période l’évolution des appréciations sur les acteurs de cinéma, l’une des variables aptes à attirer le public et, avant eux, les exploitants de salles qui vont exposer les films.

  • 2 L’édition en ligne de son Top Ten Money Making Stars remonte jusqu’à l’année 1932 : http://www.quig (...)

3Dans tous les grands pays cinématographiques, il existe des journaux professionnels, tels Variety ou Le film français, nombre d’entre eux se livrant à des enquêtes, plus ou moins régulières, auprès des professionnels, pour qu’ils leur donnent leur sentiment, appréciation, jugement, sur les films ou les autres professionnels. L’un d’entre eux, également l’un des plus anciens, interroge une fois par an les exploitants américains de salles de cinéma. L’Almanac Quigley fût fondé en 1932 par le critique journalistique du même nom ; fasciné par le 7e art, il lui consacra sa vie après avoir vu La naissance d’une nation de Griffith. Cette revue2 livre de précieux renseignements sur la perception de ceux qui sont directement au contact du public, les exploitants, envers les acteurs les plus demandés d’une période. Au plus près de la demande des spectateurs, cette catégorie professionnelle peut s’avérer être moins sensible aux manipulations des agences des stars ou d’autres intérêts et phénomènes de mode artistiques et journalistiques (Moulin 1995), et davantage refléter la perception globale des stars au-delà de l’aura d’un succès ponctuel et plus ou moins éphémère. Nous tenterons d’analyser ici l’identité et la carrière de la douzaine d’acteurs que cette revue a le plus souvent cités durant les huit décennies écoulées, et tenterons de montrer en quoi la longévité de ces superstars risque de constituer l’archétype défunt d’une époque qui s’achève.

L’évaluation de la star

Quelle valeur pour la star ?

4Si James Dean, Coluche ou Patrick Dewaere nous rappellent que des circonstances peuvent interrompre précocement une carrière simultanément avec la vie d’un acteur, ces cas demeurent exceptionnels, et les artistes arrêtent le plus souvent – volontairement ou non – de tourner des films quelques années avant leur décès biologique. Il est ainsi possible d’étudier l’évolution de la carrière de certains artistes sur une longue période, leurs dates d’arrêt, comme de démarrage, possédant chacune leurs singularités. Débutant dans le métier d’acteur plus ou moins précocement, mais rarement tardivement dans leur existence, certains cessent délibérément cette activité avant leur déclin, biologique ou social, et s’octroient une retraite comme n’importe quel travailleur, tandis que d’autres l’exercent jusqu’au bout de leur vie, agrémentée quelquefois d’une énième tournée d’adieux, un dernier concert, un dernier film.

  • 3 Si Jean Dujardin, révélé à la télé dans la série Un gars, une fille, rencontrera au cinéma le succè (...)

5Souvent affectés d’une grande valeur artistique, s’il devait être établi un jugement esthésique ou esthétique, l’étalonnage en serait assurément délicat (Jullier 2002), et la notoriété pas plus que le talent ne sont transposables d’une activité à une autre, demeurerait-elle artistique. En France, de nombreux chanteurs au succès populaire indéniable s’y sont essayés (Jacques Brel, Johnny Hallyday, Patrick Bruel…) sans que leur notoriété d’acteur n’y effleure jamais celle du chanteur, comme d’ailleurs plus récemment la plupart des vedettes issues du petit écran3. Cette appréciation du « talent » n’est donc pas transposable d’un champ à un autre, et ne parait pas pouvoir être retenue dans la qualification de la Star (Adler 1985). Le choix de la notoriété et de la variable réputationnelle comme principes de starification n’implique pas l’application de la valeur esthétique d’une œuvre à la reconnaissance sociale de son auteur (Moulin 1992), pas plus qu’à ses compétences artistiques. Difficilement quantifiable (on peut avoir « beaucoup » de talent, ou en manquer, mais pas en disposer de la moitié ou de 70%), comme tous les critères qualitatifs et subjectifs, il ne peut être retenu seul. Le constat que la star possède la capacité d’entrainer de forts mouvements (de foule comme de capitaux), en amont en permettant à des producteurs de trouver de l’argent, en débloquant des projets, en étant « bankable », puis en aval en générant, très souvent, mais pas systématiquement, des entrées et donc des recettes, plus importantes que pour la moyenne de ses concurrents, induisant de forts revenus pour elle-même, peut en revanche suffire pour la définir.

6Edgar Morin fait remonter la naissance du star-system aux années 1910 à Hollywood (Morin 1957), qui, avant de s’étendre à d’autres secteurs notamment culturels puis sportifs, serait né de la concurrence acharnée entre les entreprises cinématographiques de l’époque. Le système du vedettariat s’est caractérisé par ses émergences fulgurantes et ses abandons, par les paillettes et l’apparat aptes à confondre la vie réelle et le spectaculaire, à faire rêver d’un monde qui doit se distinguer intrinsèquement et très fortement des conditions de vie des simples spectateurs. Sans approfondir les conditions qui permettent sa constitution pour le public, on peut rappeler le jeu de l’acteur à l’écran, son identité en tant qu’individu (telle qu’elle est perçue et véhiculée par les médias) et le type de personnages qu’il incarne (Vincendeau 2001), notamment dans les genres dominants de son époque. Tous ces éléments, qui peuvent susciter l’empathie pour le persona imaginaire, se nourrissent de l’évocation de rémunérations mirobolantes, irreprésentables pour le commun des mortels, même si pour fixer ces salaires hors barèmes c’est souvent moins la valeur qui fonde le prix, que le prix qui prouverait la valeur (Creton 2005).

7Quinze millions de dollars pour Angelina Jolie, actrice la mieux payée en 2008-2009 notamment pour sa prestation dans Wanted, cela équivaut à combien de mois de salaire pour la caissière spectatrice ? D’années ? De décennies ? Même très bien payée et avec des heures supplémentaires, douze siècles de labeur ne lui suffiraient pas. Un millénaire de revenu pour deux mois de tournage : un autre monde ; une autre planète. Une étoile. Mais qui ne suscite pas d’envie ni de jalousie, même - et surtout ? - durant toutes les crises économiques difficiles à vivre pour le spectateur ordinaire : au contraire, ces évocations numéraires participent au rêve qu’il se forge.

  • 4 Le classement des rémunérations annuelles est régulièrement établi par le magazine étatsunien Forbe (...)

8La star : lointaine, inatteignable, démesurée ? Certes, mais l’étoile est filante et consubstantiellement de nature à se voir supplantée, son nom à se voir éclipsé, le renouvellement des figures formant la preuve d’une accessibilité et d’une incarnation sans cesse permise, condition génératrice des enthousiasmes collectifs (Benhamou 2002). Pour preuve, toujours chez les actrices, la mieux rémunérée l’année suivante balaiera les sommes ridicules de sa prédécesseure. Sandra Bullock, (The blind side ; La proposition) empocha 56 M$4 soit le salaire annuel de plus de 4.000 smicardes, avant de voir Kristen Stewart (22 ans, présente dans la série des Twilight et dans Blanche neige et le chasseur) en cumuler 34,5 M$ en 2011-12, puis Angelina Jolie revenir en tête de ce box-office des revenus (33 M$ en 2012-13), etc. tandis que son homologue masculin en avait gagné presque le double (Tom Cruise, 60 M$ en 2012).

9La star est chère, donc, mais il est possible de mesurer ses gains. Résultant des conditions de l’offre, pour quelques élus la rémunération peut être colossale, et pourra de surcroit s’accroître par de multiples sources cumulatives : en sus du cachet, l’intéressement aux résultats du film peut se voir indexé sur ses différents supports d’exploitation. Mais au-delà, même sur le simple aspect financier, l’échelle de mesure n’est pas simple. La star, notamment aux Etats–Unis possède une qualité économique (plus transparente qu’en Europe), à savoir, qu’étant sur un marché, un étalon de mesure qui sera l’un des éléments de calcul de son cachet, réside en sa capacité à « ouvrir le film », c’est-à-dire à générer au cours du premier week-end le montant maximal de recettes, les jours et semaines qui suivront lui étant en général proportionnels. Aisée, mesurable, cette détermination ne donne toutefois qu’une idée imparfaite des revenus totaux.

  • 5 Notamment l'Oscar de la meilleure actrice 2003, le Golden Globe, le BAFTA Award, l'American Cinemat (...)

10Au cinéma comme dans de nombreux autres champs, un succès ouvre certes la voie à une augmentation de la rémunération pour les films suivants – sa valeur marchande s’accroit donc –, mais forge également une notoriété qui peut se décliner sur d’autres supports, notamment pour des campagnes publicitaires de produits très éloignés de son métier de base. Exemple parmi tant d’autres, après une suite de films remarqués de 2001 à 2003 (The Hours, Moulin rouge, La couleur du mensonge, etc.), Nicole Kidman (actrice la mieux payée en 2002) obtiendra une avalanche de succès et de récompenses5. Cela lui permettra de vanter les mérites du parfum Chanel 5 en 2004, puis d’entrainer son cerveau avec la Nintendo DS en 2007 avant de se lancer en 2009 dans l’aventure bollywoodienne avec les boissons gazeuses Schweppes. Au-delà de l’accroissement de ses revenus de plusieurs millions de dollars, et ce faisant de sa valeur commerciale globale, si son image sert la marque, la notoriété qu’elle peut amplifier en retour n’est point négligeable, pesant à son tour sur le montant des cachets négociables, et ainsi de suite, créant un cercle vertueux pour la star... le temps qu’elle brille.

11Il existe également d’autres sources de revenus moins visibles, tel le placement de produit dans les films eux-mêmes. Lorsque le jeune Tom Cruise chausse des Wayfarers de la marque Ray Ban dans Risky Business (1983), le modèle devient le numéro 2 des ventes de lunettes (multipliant les ventes, par 3 à 20 selon les sources). Retenant la leçon, il sera fortement intéressé financièrement à porter un autre modèle de Ray Ban dans Top Gun (1986), les ventes de ces dernières augmentant de 40% après la sortie du film (Augros 1996). Directement et indirectement, les sources de revenus des stars sont par nature cumulatives et se renforcent mutuellement, et il existe de surcroit d’autres ressources, plus difficilement chiffrables, tels les avantages en nature (voiture haut de gamme, bijoux, garde-robe, etc.). Dès lors, même strictement financière, quelle est la valeur de la star ? La seule lecture du classement annuel des fortunes établi par des journaux comme Forbes nous donne une indication approximée des revenus de l’acteur, mais pas de sa valeur ni de son statut.

L’Almanac Quigley : de la star à la superstar

12Mais le gain n’est pas toute la valeur. Délicate et ayant suscité une très nombreuse littérature chez les économistes, notamment anglo-saxons, nous n’y reviendrons pas en détail, car le montant des cachets déclarés nous a semblé un indicateur partiel et imparfait, au contraire d’un autre, apparemment plus subjectif, mais plus complet. Incorporant d’autres dimensions que le cachet ou même le box-office : la prise en compte de la notoriété populaire médiée par les exploitants génère un classement qui apparait plus exhaustif. Il s’assoit en effet sur une perception élargie, globale, non limitée au succès de tel film ou à l’actualité contemporaine de l’acteur, mais prend en compte sa présence pérenne sur l’ensemble des supports, tous films et toutes activités inclues. De surcroit, au contraire du spectateur, le simple goût ou l’empathie personnelle se voient minorés, au profit d’une évaluation intégrale de la star, de sa popularité et sa capacité à attirer des spectateurs, dans le passé, comme à l’avenir.

13Certes proche de l’indice donné par les revenus ou le box-office des films, le classement de l’Almanac Quigley en module toutefois le classement en incorporant d’autres facteurs que le simple jeu d’acteur qui construisent la notoriété et la faculté d’attirer du public en salles : les autres films ou apparitions de l’acteur dans différents champs, son rôle dans la production (Tom Hanks) ou la réalisation (Clint Eastwood), dans le doublage des voix de films d’animation à grand succès (Brad Pitt pour Happy feet, Daniel Craig pour Kung fu Panda), dans des séries télés (Hugh Jackman, dans Viva Laughlin puis Saturday night live) et/ou des films vidéo (Brad Pitt dans 8 et Les rois du Texas, Friends), etc.

Top Ten des acteurs selonInternational Motion Picture Almanac, Quigley Publishing 2008 Classement des films du top Ten des acteurs au BO des États-Unis
1. Will Smith (Hancock)2. Robert Downey, Jr. (Iron man)3. Christian Bale (The dark knight)4. Shia LaBeouf (Indiana Jones 4, Eagle eye)5. Harrison Ford (Indiana Jones 4)6. Adam Sandler (Bedtime stories)7. Reese Witherspoon (Four Christmases)8. George Clooney (Burn after reading)9. Angelina Jolie (Wanted)10. Daniel Craig (Quantum of solace) 4 Hancock +46 seven pounds (7 vies)2 Iron man1 The dark knight3 Indiana Jones and the Kingdom of the crystal + 27 Eagle eye

24 Bedtime Stories (Histoires enchantées) + prod. 54 The house Bunny (Super blonde)

21 Four Christmases (Tout sauf en famille)

52 Burn After Reading + 95 prod–acteur leatherheads (Jeux de dupes)

18 Wanted + voix 6 Kung fu Panda + 80 changeling (L’échange)9 Quantum of solace

non cités dans les 10 premiers : 5 Wall E, 6 Kung fu, 8 Madagascar 2, 10 Horton + 7 Twilight

14L’écart avec le box-office des films de l’année est notable. En prenant par exemple deux années récentes, on constate que ce classement permet certes d’éliminer les films sans acteurs humains (films d’animation ou animalier) soit quatre sur dix en 2008 et deux en 2012, mais qu’à l’inverse il prend en compte le fait qu’un acteur a pu se singulariser la même année dans plusieurs films, pas forcément en tête du box-office. Will Smith arrive ainsi premier de ce classement en 2008 alors qu’Hancock n’est que 4e du BO, car il joua aussi notamment dans 7 vies, classé 46e. Tel est également le cas cette même année pour Shia LaBeouf, mais surtout Adam Sandler, Angelina Jolie et George Clooney dont le strict constat du BO comme des cachets perçus n’auraient pas permis de les incorporer, au moins pour deux d’entre eux.

  • 6 Le titre complet du classement est bien « Top Ten Money Making Stars ».

15Le même constat vaut pour toutes les années, la seconde étudiée (2012) voyant par exemple l’un des rares acteurs noirs distingués, Denzel Washington, arriver en première position du classement, cumulant la notoriété de deux films sortis sur la période (Flight et Sécurité rapprochée) dont aucun n’a atteint le sommet du box-office ; il bénéficiera de la popularité également acquise en tant que producteur, ou lors de séries télé, que ce classement couronne. Cette prise en compte de la carrière cumulée permet de se détacher d’une vision souvent myope de nombreux autres classements centrés sur l’actualité ; elle bénéficie régulièrement à d’autres acteurs (Mark Walhlberg ou Brad Pitt cette année-là), révélant la capitalisation d’une confiance en leur capacité à attirer du public et « faire de l’argent6 ». Cette capacité n’est pas univoque, toutes les études ayant montré que les conditions de réussite sont toujours multifactorielles et qu’il s’avère impossible d’attribuer le succès d’un film à un unique facteur de causalité, comme la simple présence d’un acteur (De Vany &Walls 1999).

Top Ten des acteurs selonInternational Motion Picture Almanac, Quigley Publishing 2012 Classement des films du top Ten des acteurs au BO des Etats-Unis
1. Denzel Washington (Sécurité rapprochée, Flight)2. Anne Hathaway (The dark knight rises, Les misérables)
3. Hugh Jackman (
Les misérables)
4. Mark Wahlberg (
Contrebande, Ted)
5. Johnny Depp (
21 Jump street, Dark shadows)
6. Daniel Craig (
Skyfall)
7. Daniel Day-Lewis (
Lincoln)
8. Brad Pitt (
Moneyball, Cogan)
9.
Leonardo DiCaprio (Django Unchained)
10. Robert Downey, Jr. (The avengers)

24 Sécurité rapprochée + 33 Flight

2. The dark knight rises + 19 Les misérables

19 Les misérables

44 Contraband + 9 Ted

21 Jump street + 39 Dark shadows

4. Skyfall

13 Lincoln

16 Django Unchained

1 The avengers

************

non cités dans le top ten : 3 The hunger games ; 5 The hobbit ; 6 Twilight ; 7 Spiderman ; 8 Brave (Rebelle) ; 10 Madagascar

16Le relevé de cet almanach semble donc assez fiable pour évaluer la valeur, non point uniquement monétaire, mais symbolique et de notoriété, des principaux acteurs reconnus et appréciés des Etatsuniens, et l’étude de ceux qui se sont vus le plus fréquemment classés a semblé le plus pertinent pour distinguer, parmi toutes ces stars, le faible nombre de ceux qui s’en détachent durablement, ici dénommées superstars.

Les superstars du Top Ten de l’Almanac Quigley

La détermination des 12 superstars

17En analysant statistiquement sur une très longue période de trois quarts de siècle ce Top Ten des acteurs, nous aurions pu trouver, au minima 10 noms (impossible hypothèse de longévité biologique), et dans l’éventualité d’une rotation annuelle complète des nommés entre 1932 à 2012, 810 noms différents (81 fois 10). Cela n’a pas été le cas, de nombreux noms apparaissant plusieurs années de suite, pour un cumul de seulement 197 noms, soit un taux de rotation relativement faible, et une longévité moyenne de quatre ans pour chacun des cités. Cette moyenne s’avère toutefois totalement non représentative, près du tiers (63) n’apparaissant qu’une seule année durant toute leur carrière, et le sixième l’étant deux fois. Il s’ensuit qu’il s’observe sans surprise une concentration des apparitions pour une infime minorité des plus cités, qui le seront de très nombreuses fois. Phénomène identique en littérature ou en musique, il se révèle une hyper concentration en tête de tous les classements ; les aspirants au disque d’or ont d’autant plus de probabilité d’en obtenir ... qu’ils en ont déjà un (Chung et Cox 1999). Il en va de même pour ce classement des acteurs les plus cités : quelques superstars se détachent par leurs fréquentes apparitions, la forme hyperbolique de la courbe du nombre de nominations étant absolument la même que pour celles des entrées en salles, du nombre d’exemplaires vendus d’un disque ou d’un livre, etc. (Forest 2010), dans la logique maintes fois observée que « le gagnant prend tout ». La forte pente de dégressivité amène jusqu’à un seul nom cité 11, 12 puis 14 fois et ainsi de suite, de manière non linéaire, aucun ne l’étant 22, 23 ni 24 fois avant la superstar des superstars, 25 fois. A l’opposé, un nombre très élevé - littéralement incommensurable - d’acteurs ont exercé leur métier au cours des huit décennies considérées et n’ont jamais été cités. En 81 ans, une infime quantité de stars a donc été citée de très nombreuses fois, attestant de leur valeur reconnue sur une longue période, et formant un statut singulier de par leur longévité.

18De ce point de vue, l’étude de la carrière des plus cités nous semblait particulièrement pertinente, l’analyse qui suit portant sur ceux qui l’ont été au moins treize années durant l’exercice de leur profession, c’est-à-dire la moitié la plus élevée des superstars de la distribution (cités 13 à 25 fois).

19Conforme aux prévisions de l’économie des extrêmes (Zajdenweber 2001), cette moitié ne comprend que douze noms (contre quatre centaines dans l’autre moitié, de 1 à 12 citations), illustration supplémentaire de l’hyper concentration du succès, donc de l’attention de leurs pairs comme de la demande du public. En raison même du très faible nombre de ces superstars ainsi détectées – douze sur plusieurs dizaines de milliers d’acteurs en huit décennies – les mouvements et modifications à court terme sont structurellement infinitésimaux et l’identité comme le rang de ces superstars se caractérise par une forte inertie. Ainsi, à cinq ans d’écart (entre 2007, année antérieure récente prise aléatoirement, et 2012, dernière année précédant la rédaction du présent article), un seul nom nouveau s’est introduit dans le classement (Harrison Ford), et un seul autre à modifié son classement dans ce top 12 du Top Ten (Tom Hanks) en y gagnant trois places.

20Les douze acteurs les plus cités dans le Top Ten de l’Almanac Quigley

(1932–2007)

(1932–2012)

Nombre de classements

dans le top 10

Dont,

nombre de

1ère place

Nombre de classements

dans le top 10

Dont,

nombre de

1ère place

John Wayne

25

4

25

4

Clint Eastwood

21

5

21

5

Tom Cruise

20

7

20

7

Gary Cooper 

18

1

18

1

Clark Gable

16

0

16

0

Bing Crosby

15

5

15

5

Paul Newman 

14

2

14

2

Tom Hanks

13

5

16

5

Bob Hope

13

1

13

1

Jerry Lewis

13

1

13

1

Mel Gibson

13

1

13

1

Harrison Ford

12

1

13

1

21De par la longueur de la période étudiée, certains noms présents peuvent surprendre, car ayant quitté depuis longtemps l’actualité et parfois les mémoires, tant populaires que cinéphiles, quelques carrières n’ayant pas été de surcroit caractérisées par une longévité particulière. Certains absents, évidemment plus nombreux, peuvent dérouter, ne faisant toutefois qu’attester du très fort degré de concentration et de sélectivité du Top Ten sur une période étendue.

22Avant d’être étudiés en détail, il convient de remarquer que ces douze acteurs les plus cités durant les trois derniers quarts de siècle possèdent plusieurs caractéristiques communes, d’ailleurs toutes semblables à celles des super héros qu’aucun d’entre eux n’a toutefois incarné à l’écran (Forest 2009), à savoir que ce sont des mâles, blancs, de nationalité américaine.

23S’ils ne sont pas toujours nés sur le sol des Etats-Unis, leur nationalité ne saurait surprendre au vu des personnes interrogées (des exploitants américains) et de la part de marché du cinéma national aux Etats-Unis (95 à 98%) donc de l’inintérêt pour le cinéma et les acteurs du reste du monde. L’absence de représentants des autres minorités (latinos et noires) ne surprend pas non plus du fait de la sociologie des acteurs des Etats-Unis en général, et dominant l’offre et le marché en particulier.

24La totale absence de femmes est plus notable, l’inégalité de revenu ou de considération sociale n’étant pas explicative. Leur présence au casting dans tout film afin d’optimiser sa réception s’avère nécessaire pour capter une partie significative du public (au moins la moitié), et cela dans tous les genres, y compris les films d’action et parfois en premier rôle (Moine 2010). De tout temps, les magazines, surtout populaires, ont consacré une part majoritaire de leur attention aux actrices, fusse pour les réduire au rôle de sex-symbol, ou pour les enfermer dans une image de garce ou de bas-bleu (Burch et Sellier 2009). Et chaque année, dans ce Top Ten Quigley, se glissent un à trois noms d’actrices (deux en moyenne) y compris en première place (Doris Day le sera quatre fois, Shirley Temple trois fois, Julie Andrews deux, mais pareillement Julia Roberts, Sandra Bullock, etc.) et y compris – proportionnellement plus que pour les hommes - des étrangères (Ingrid Bergman, Sonja Henie, Greer Garson, etc.), dont des françaises (Claudette Colbert, Brigitte Bardot). Le cinquième des stars ainsi recensées est donc féminin, mais aucune n’est devenue à ce jour superstar ; moins qu’une difficulté d’accès au métier pas plus qu’une plus faible reconnaissance de talent ou de notoriété, cette absence s’explique certes partiellement par la plus grande sélectivité à rentrer dans ce Top Ten, mais, surtout, à y rester. Le phénomène renvoie assurément à la durée des carrières des actrices, notoirement plus courtes et parfois interrompues ou morcelées, au contraire de leurs homologues masculins. Dès lors, sur une longue période, les superstars mises en relief par ce classement se révèlent être exclusivement de purs représentants de la minorité qui a forgé et dirigé Hollywood depuis ses origines.

Les carrières des superstars

25Ce corpus de douze superstars ne comprend que trois générations d’acteurs, alors que nous aurions pu trouver, soit un étalement équiprobable dans le temps (avec un ou deux par décennies par exemple), soit, pour ces huit décennies, quatre générations se succédant et se remplaçant régulièrement. Un effet générationnel se remarque, puisque débutant tous leur carrière entre 19 et 29 ans (24 ans en moyenne), la première génération classée nait au début du XXe siècle (1901 à 1907), la seconde un quart de siècle plus tard (1925 à 1930), et après une seule exception (Harrison Ford, 1942), la troisième au milieu du siècle (1956 à 1962). Il manque donc celle née avec le « nouvel Hollywood », de la fin des années 1970 au début de la décennie suivante, dont la probabilité est désormais nulle de voir arriver certains de leurs représentants dans ce Top Ten.

Principales caractéristiques des superstars de cinéma (à décembre 2013)

nom

Date de naissance

Date décès

Année du tournage du 1er film

Année de tournage du dernier

Age au 1er film

Durée de la carrière

Nombre

de films tournés

Moyenne de film/an

Clark Gable

1901

1960

1923

1960

22

37

82

2,2

Gary Cooper 

1901

1961

1923

1961

22

38

112

2,9

Bing Crosby

1903

1977

1930

1967

27

37

71

1,9

Bob Hope

1903

2003

1934

1985

31

51

64

1,3

John Wayne

1907

1979

1926

1976

19

50

164

3,3

Paul Newman 

1925

2008

1954

2002

29

48

63

1,3

Jerry Lewis

1926

-

1949

2004

23

55

63

1,1

Clint Eastwood

1930

-

1955

2012

25

56

62

1,1

Harrison Ford

1942

-

1966

2012

24

46

52

1,1

Mel Gibson

1956

-

1977

2012

21

35

41

1,2

Tom Hanks

1956

-

1980

2012

24

29

50

1,7

Tom Cruise

1962

-

1981

2012

19

31

37

1,2

moyenne

-

-

-

-

24

43

72

1,7

26Ces douze acteurs superstars possèdent néanmoins des profils dissemblables, et n’ont évidemment pas la même probabilité de voir modifié leur classement. Les cinq nés au début du XXe siècle sont tous décédés, des quatre suivants seuls deux demeurent en activité, ainsi que les trois nés voici un demi-siècle.

27Le plus jeune a 51 ans (Tom Cruise), phénomène compréhensible au vu du nombre d’années au cours desquelles il faut avoir été cité (13) mais il eut été statistiquement possible d’en avoir de plus jeunes, de moins de quarante ans, puisque l’âge moyen d’entrée dans le métier pour ces superstars est de 24 ans, les plus jeunes (John Wayne, Tom Cruise) ayant même commencé à faire du cinéma dès 19 ans. De ces deux caractéristiques, il en découle que :

  • d’une part, même si deux d’entre eux ont très tôt connu la notoriété, la probabilité est nulle pour qu’elle apparaisse dès l’entrée dans le métier ;

  • d’autre part elle n’est pas continue, de nombreuses raisons faisant systématiquement apparaître ou disparaitre tel ou tel du Top Ten, formant ainsi des creux dans une carrière, plus ou moins durables et importants. Le succès est irrégulier, même si globalement concentré sur une période, d’étendue variable selon les individus.

28Si tous les parcours s’avèrent assez différents, et qu’il ne nous semble pas possible d’en dresser une typologie et encore moins des règles communes, il existe toutefois :

  • un âge minimum, que l’on peut dire « mûr » pour figurer dans ce Top twelve des Top Ten, la moyenne de 33 ans étant très représentative puisqu’elle correspond également à la médiane et que cinq des acteurs en sont très proches (31 à 35 ans). Seuls deux s’en écartent aux extrêmes : le plus jeune, Tom Cruise, qui y est rentré dès l’âge de 21 ans, et le plus âgé au double (John Wayne à 42 ans), qui est par ailleurs celui qui y est le plus souvent classé (26 fois), preuve qu’une longévité dans le métier et la durabilité du succès ne dépendent pas d’une reconnaissance tôt acquise ;

Age au 1er classement

Age médian des classements

Nombre de classements

dans le top 10

Tom Cruise

21

33

20

Jerry Lewis

24

31

13

Bing Crosby

31

41

15

Mel Gibson

31

39

13

Clark Gable

32

43

16

Tom Hanks

32

42

16

Gary Cooper 

35

43

18

Bob Hope

38

44

13

Clint Eastwood

38

48

21

Paul Newman 

38

50

14

Harisson Ford

39

52

13

John Wayne

42

58

25

moyenne

33

44

16

  • bien que la carrière du tiers d’entre eux ne soit pas achevée, celle standard de la superstar dure en moyenne une vingtaine d’années, l’âge moyen du milieu des classements pour chaque acteur étant également proche de l’âge médian (44 et 43 ans) ;

  • les carrières cumulées s’avèrent longues, une quarantaine d’années à ce jour, moyenne représentative même si toutefois abaissée par l’activité encore importante des trois plus jeunes, mais relevée par celles de quatre vétérans dont l’un d’entre eux détient pour le moment le record de durée de carrière (Eastwood), ce qui le favorise pour s’assurer le deuxième plus grand nombre de classements (21).

La singularité des parcours des 12 superstars

29Le succès mesuré par l’entrée dans le Top Ten de l’Almanac Quigley apparaît à des périodes très différentes de leur âge et de leur carrière, de 21 à 42 ans selon les superstars, avec des longévités non homogènes et non corrélées avec les âges et périodes d’entrée dans le métier, ce qu’il convient d’examiner en détail.

30Jerry Lewis fait figure de super étoile filante puisque, s’il connaît cette reconnaissance à la fois assez jeune (24 ans), et surtout très tôt dans sa carrière – dès le second film – il interrompra celle-ci précocement, même s’il a commis quelques apparitions au cours des trois dernières décennies. Autre indicateur de sa promptitude, il réussira à être premier du Top Ten dès sa troisième année dans le métier, en 1952 grâce à pas moins de trois films tournés (Le Cabotin et son compère, Parachutiste malgré lui, Tu trembles carcasse) avec son compère qui contribuera fortement au succès et à sa renommée. Ce faire-valoir, Dean Martin, n’en retirera toutefois absolument pas la même notoriété, se voyant classé huit fois.  Précoce en tout, Jerry Lewis connaîtra le faîte de sa gloire (en termes de classement) le plus tôt de toutes les superstars, à 31 ans.

31L’un de ses prédécesseurs, qui travaillera sur une période plus ramassée, sera le seul à ne pas connaître d’interruption dans ses grands succès. Bob Hope, dont la mémoire cinéphilique se s’attendait peut-être pas à le trouver en si bonne place, connaîtra en effet, fait unique, 13 podiums en 13 ans d’affilée. Adepte des comédies troupières dont les Etats-Unis raffolèrent durant la Seconde Guerre mondiale (En route vers Zanzibar, Engagé volontaire), il occupera également une première place avec deux films dans l’année 1949 (Don Juan de l’atlantique, Un crack qui raque).

32A l’opposé, l’un de ses contemporains, John Wayne, le plus classé de toutes les superstars, fût réellement atypique en de nombreux aspects : de par le nombre de films tournés (164 – plus de trois par an en moyenne), même s’il ne fit que des seconds rôles et de brèves apparitions au début de sa carrière, les tournages se succédant dans les années 1920 et 1930 à un rythme insoutenable aujourd’hui. Surtout, il ne connut la reconnaissance qu’extrêmement tardivement, à 42 ans, alors que quantitativement l’essentiel de sa carrière se trouvait derrière lui. Ce sera suite à une série de westerns (La rivière rouge, Les fils du désert en 1957, puis La charge héroïque et Rio Grande l’année suivante) qu’il enchainera jusqu’au crépuscule du genre, qu’il deviendra la plus grande star du genre, incarnant plus que quiconque la figure du cow–boy. Sa longue carrière (50 ans) se singularise également par le fait que sa période de très grands succès se trouve comme Bob Hope ramassée : 25 places en 26 ans, record qui n’a qu’une très faible probabilité d’être battu, dont quatre premières places.

33Deux de ses contemporains connurent également un fort succès, mais ni une telle longévité ni une reconnaissance aussi durable.

34Clark Gable apparut dans le Top Ten à 32 ans et y resta 22 ans pour 16 citations, mais jamais à la première place, l’essentiel étant regroupé de 1932 à 1942 où il apparait tous les ans dans le classement.

35Avec une carrière commencée plus tôt, Gary Cooper connait une reconnaissance légèrement postérieure à partir de The plainsman (1936) et qui s’étalera sur moins d’une vingtaine d’années, permise notamment grâce à sa deuxième plus grande participation à des films (112 titres) parmi les superstars.

36Contemporain de Bob Hope, Bing Crosby fut reconnu et apprécié dans le genre de la comédie musicale, et s’il fut classé une quinzaine de fois, cas unique dans l’histoire cinq d’entre elles le placèrent consécutivement en première place à la fin de la Seconde Guerre mondiale, à partir de 1944.

37Précurseur de la génération suivante, Paul Newman fut l’un des moins prolixes dans ses tournages au demeurant plus étalés dans le temps. Il connut la reconnaissance tardivement, à 38 ans à la suite de Le plus sauvage d’entre tous (1963), et la pleine consécration six ans plus tard avec deux premières places, essentiellement grâce à Butch Cassidy et le Kid, apparaissant au total quatorze fois par intermittence dans le Top Ten durant une vingtaine d’années.

38Précurseur de la génération suivante, Paul Newman fut l’un des moins prolixes dans ses tournages au demeurant plus étalés dans le temps. Il connut la reconnaissance tardivement, à 38 ans à la suite de Le plus sauvage d’entre tous (1963), et la pleine consécration six ans plus tard avec deux premières places, essentiellement grâce à Butch Cassidy et le Kid, apparaissant au total quatorze fois par intermittence dans le Top Ten durant une vingtaine d’années.

39A peine plus jeune (né en 1930), huitième et dernier acteur superstar d’avant-guerre toujours en vie et en activité en 2013, alternant sa présence en tant qu’acteur et/ou réalisateur, Clint Eastwood doit lui aussi le début de la consécration au western, avec Le bon, la brute et le truand. Relativement peu prolixe, bien que régulier, passé ses succès des années 1970 jusqu’au milieu des années 1980, il disparaitra de la reconnaissance des exploitants après 25 ans de présence régulière dans le Top Ten, y prenant cependant cinq fois la première place, dont l’année de sa dernière nomination, 1993, avec deux films dont il réalisa également l’un, Un monde parfait, tandis qu’il retrouvait son rôle dans le genre policier de La ligne de mire.

40Seul acteur superstar né aux alentours de la Seconde Guerre, Harrison Ford relève du parcours le plus improbable et dissonant parmi ce groupe. Peu abondant – 1.1 film par année d’activité en moyenne- reconnu tardivement avec le second opus de la Guerre des étoiles, L’empire contre-attaque – le plus tardivement après John Wayne, mais sans posséder sa carrière antérieure, à 39 ans. Il devra attendre 2008, c’est-à-dire 64 ans, pour entrer le cercle très fermé des superstars enregistrant 13 classements, dispersés sur une longue période de 26 ans, soit un classement tous les deux ans. Il n’atteindra qu’une seule fois la première place, et tardivement là aussi, en 1997, par deux films sortis la même année, Air force one et Ennemis rapprochés.

41Les trois acteurs de la dernière génération classée sont nés après l’âge d’or du cinéma en salles (1956 et 1962) et ont commencé leur carrière avec le « nouvel Hollywood » des années 1970. Encore en vie et en activité, cette dernière leur permet (éventuellement) d’espérer accroitre leur présence au Top Ten et de renforcer leur statut de super star. Leurs plus jeunes âges relatifs (50 et 56 ans) valorisent d’autant plus leur mérite de faire partie de cette catégorie d’acteurs, même si, au vu des carrières précédemment étudiées, la probabilité réelle d’accroitre sa présence semble très faible pour un ou deux d’entre eux.

42Mel Gibson s’est vu cité treize fois, avec un accès en 1987 à 31 ans, dans la moyenne donc de ces superstars, mais a toutefois cessé de l’être quinze ans plus tard, en 2002. Apparu grâce à L’arme fatale, ses succès ont principalement été générés par des films du genre policier, La rançon lui permettant d’accéder une seule fois à la première place du Top Ten.

43Né la même année que lui, 1956, Tom Hanks accède à cette reconnaissance au même moment (1988) avec une comédie, Big, mais elle prendra une forme plus étalée dans le temps, alors même qu’il a commencé sa carrière au cinéma plus tardivement. Elle n’est toujours pas achevée en 2013 puisqu’il accède encore à la sixième place en 2009 puis 2010, étant le seul à enregistrer une certaine dynamique sur une période contemporaine récente. Il occupera de surcroit cinq fois la première place, essentiellement avec des comédies (Forrest Gump, Vous avez un mess@ge, Arrête-moi si tu peux, Le terminal) même s’il joue également dans des films d’action historique (Apollo 13, Il faut sauver le soldat Ryan).

44Très différent est le parcours de l’exceptionnel Tom Cruise qui, pour le moment, en sus de sa précocité –il entre le plus jeune, à 21 ans, dans le classement-, connaît un remarquable succès tout au long de sa carrière. Il se place 20 fois en 25 ans dans le Top Ten tout en gérant une rareté programmée de ses apparitions (Valmary 2010) : seules deux années verront trois films tournés, mais quatorze avec un seul film, et huit sans aucun, offrant au total seulement 37 films aux spectateurs. Stratégie toute à l’opposé de nombre de ses prédécesseurs, il tourne ainsi dans le plus faible nombre de films, mais est troisième par le nombre total de classements. Surtout, tout aussi spectaculairement que dans ses rôles essentiellement d’action, d’espionnage ou de science-fiction, la plus jeune des superstars a été placée le plus souvent en première position, sept fois depuis Top gun en 1987, auxquels succéderont les Mission impossible, Minority report ou La guerre des mondes. Il convient d’y rajouter les quatre secondes places faisant ainsi de lui, sur la base de ces critères, la superstar des superstars, même si cette reconnaissance a été stoppée depuis 2007.

45Egalement, alors qu’il leur faut en moyenne tourner une cinquantaine films avant d’accéder à leur treizième classement (42 sans le prolifique John Wayne), il lui en faudra deux fois moins, s’en détachant aussi nettement que pour son âge précoce à son premier classement en atteignant ce seuil dès 38 ans, partageant seulement avec Jerry Lewis cette jeunesse du passage de la star à cette catégorie restreinte des superstars qui ne le deviennent en moyenne que onze ans plus âgés.

Age au 1er classement

Age au 13e classement

nombre de films

tournés au 13e

Tom Cruise

21

38

22

Jerry Lewis

24

37

35

Bing Crosby

31

49

57

Mel Gibson

31

44

36

Clark Gable

32

46

63

Tom Hanks

32

50

40

Gary Cooper 

35

51

98

Bob Hope

38

50

42

Clint Eastwood

38

50

38

Paul Newman 

38

57

43

Harisson Ford

39

66

42

John Wayne

42

55

141

moyenne

33

49

55

De la disparition des superstars à l’émergence des super héros

46De 1932 à 2010, il ne s’observe aucune année sans la présence d’au moins l’une de ces douze superstars dans le Top Ten money making stars de l’Almanac Quigley. De 1949 à 1954, âge d’or pour le cinéma, quatre ou cinq d’entre elles se classent simultanément chaque année, phénomène qu’on ne retrouvera qu’une seule fois ultérieurement, en 1993. Leur disparition relative du milieu des années 1960 aux années 1980, qui signe également le déclin du cinéma hollywoodien et son plus bas niveau de fréquentation en salles, se manifestera notamment par de nombreuses années qui n’en comprennent toutefois qu’une seule. Une seule ou deux également depuis le début des années 2000, et, cas nouveau et unique, aucune les deux dernières années de l’étude (2011-2012).

47Cette raréfaction, puis disparition, semble manifester le signe d’une extinction de ces superstars, ou plus exactement un abaissement du niveau qui leur sera désormais possible d’atteindre. Ces acteurs que les goûts du public et le fonctionnement de l’industrie cinématographique considéraient aptes à construire et étaler une carrière dans le temps voient en effet la longueur de leur espérance de carrière diminuer. Les quelques-unes apparues au cours des années 1980 (Sylvester Stallone, Arnold Schwarzenegger, Jim Carrey, etc.) n’ont pas dépassé les huit classements. Celles de la décennie suivante (Johnny Depp, George Clooney, Denzel Washington, Will Smith) y plafonnent à neuf apparitions, alors même que les entrées et les recettes de leurs films, en salles comme sur tous les supports, ont continué à s’accroître. Derrière les actuelles superstars, les acteurs suivants du classement appartiennent, à une exception près, à la deuxième ou troisième génération, et sont décédés ou ont arrêté leur métier : Cary Grant (12 classements), Burt Reynolds (11) suivis avec 10 citations de James Stewart, Spencer Tracy et de quatre femmes, Barbra Streisand, Betty Grable, Doris Day et Julia Roberts, seule cette dernière pouvant biologiquement espérer encore y figurer, ce que son absence du classement depuis 2003 rend toutefois très peu probable.

48Au-delà d’un non-renouvellement générationnel, si les acteurs aptes à engendrer des entrées et des recettes en salles à court ou moyen terme n’ont absolument pas disparu, l’accélération du temps social (Rosa 2010) comme de la cascade des talents reconnus semble escorter l’abrègement de la durée de vie des films ; l’ère du jetable et de l’interchangeable a probablement accompli sa contamination des œuvres-produits vers ceux qui les portent. L’accélération technique que connaissent nos sociétés contemporaines, en général comme en particulier dans les champs des images sur écrans foisonnants, parallèlement à une élévation globale du niveau vie, engendre un accroissement quantitatif des biens, services et opportunités à des rythmes et niveaux jusqu’à présent ignorés dans les civilisations humaines.

49Croissance et accélération se voyant intrinsèquement reliées, la rotation des talents se trouve ainsi corrélée à celle des œuvres, caractéristiques de cultures marquées par des rythmes de transformation élevés et structurellement orientés vers le court terme. L’attractivité des stars ne va pas disparaitre, mais leur aptitude à se transformer en superstars a certainement cessé, non point en essence, mais dans leur capacité à s’assurer la longévité permise à leurs prédécesseurs. Si l’éventualité d’une nouvelle étoile filante ne peut être écartée, sa probabilité est devenue très faible, et les portes du panthéon des superstars risquent fort de s’être durablement refermées derrière les actuels titulaires.

  • 7 Alors même que leurs films figurent régulièrement en tête des box-offices annuels depuis le début d (...)

50Mutants des temps modernes, non soumis à l’exigence de durer, mais à celle de briller, fut-ce brièvement, les super héros sont apparus et, dans une exacte concordance temporelle, se sont substitués aux superstars, la transformation et l’intensité se voyant désormais préférées à la permanence et à la durée7. Pompiers condamnés à la disponibilité permanente, les super héros reflètent bien l’injonction faite à leurs contemporains de régler continument et immédiatement tous les problèmes dans une urgence qui s’amplifie et s’accélère, mais aussi, en même temps et parallèlement, de maintenir ouvertes toutes les attentions au monde et ses rythmes décalés, à ses potentialités aux temporalités diverses. Comment s’y retrouver ? Dans des conditions d’incertitude et de doute sur la hiérarchie des actions ou des valeurs durables condamnées par la vitesse des autres en mouvement, en privilégiant le court terme voire l’immédiateté, la hiérarchie des préférences s’en voit durablement affectée. La métamorphose de notre relation au temps nous impose que rien ne puisse demeurer ce qu’il est sans que quelque chose d’essentiel (voire, tout), ne soit condamné au renouvellement perpétuel, alors que nos superstars n’ont pu briller qu’à la condition de demeurer immobiles, si ce n’est figées dans des rôles qui avaient permis leurs succès, avec pour seul horizon l’éternité des goûts inaltérables des spectateurs.

Haut de page

Bibliographie

Adler Moshe, « Stardom and talent », American Economic Review, 75, n° 1, p. 208-212, 1985.

Akerlof George A., (1970), «The Market for Lemons: Quality Uncertainty and the Market Mechanism », The Quarterly Journal of Economics, vol. 84, n° 4, pp. 488-500.

Albert Steven (1998), « Movie Star and the Distribution of Financially Successful Films in the Motion Picture Industry », Journal of Cultural Economics, n° 22, pp. 249-270.

Albert Steven (1999), «Reply. Movie Star and the Distribution of Financially Successful Films in the Motion Picture Industry», Journal of Cultural Economics, n° 23, pp. 325-329.

Bagella Michele, Bechetti Leonardo, (1999), «The Determinants of Motion Picture Box Office Performance: Evidence from movies produced in ltaly », Journal of Cultural Economics, n° 23, pp. 237-256.

Augros Joël, L’argent d’Hollywood, Paris, L’Harmattan, 1996, 358 p.

Baumol William J., Bowen William G., (1966), «Performing Arts : The Economic Dilemma », New York, Twentieth Century Fund.

Becker Gary Stanley & Stigler George J., (1977), «De Gustibus Non Est Disputandum», American Economic Review, vol. 67, n° 2, pp. 76-90.

Benhamou Françoise, L’économie du star-system, Paris, Odile Jacob, 2002, 367 p.

Burch Noël et Sellier Geneviève, Le cinéma au prisme des rapports de sexe, Paris, Vrin, 2009.

Bikhchandani Sushil, Hirshleifer David, Welch Ivo, (1998), «Learning from the Behavior of Others : Conformity, Fads, and Informational Cascades », Journal of Economic Perspectives, vol. 12, n° 3, pp. 151-170.

Buchanan James M., (1965), «An Economic Theory of Clubs», Economica, 33, pp. 1-14.

Chung Kee H. et Cox Raymond A.K., « Consumer behavior and Superstardom », Journal of SocioEconomics, 27, 2 1998, p. 263-270.

Creton Laurent, « L’acteur de cinéma : prix, spéculation et théorie de la valeur », in L’acteur de cinéma : approches plurielles, Vincent Amiel, Jacqueline Naccache, Geneviève Sellier, Christian Viviani (dir.), Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2007, pp. 159-173.

Dantec Alexis, Levy Florence, «Stars et box office : un état des approches théoriques et empiriques », Observatoire Français des Conjonctures Economiques, n° 2005-13, juillet 2005.

De Vany Arthur, (1997), «Hollywood is an uncertain Place: Kim Basinger’s ordeal and complexity in the Movies », Working Paper, University of California Irvine.

De Vany Arthur, Lee C., (1999), «Information Cascades in Multi-Agent Models», Working Paper, University of California Irvine.

De Vany Arthur, Walls W.D., (1996), «Bose-Einstein Dynamics and Adaptative Contracting in the Motion Picture Industry», The Economic Journal, 106 (439), pp 1493-1514.

De Vany Arthur, Walls W.D., (1999), «Uncertainty in the Movie Industry: Does Star Power Reduce the Terror of the Box Office? », Journal of Cultural Economics, n° 23, pp 285-318.

Forest Claude, Du héros aux super héros. Mutations cinématographiques (dir.), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, coll. Théorème, 2009.

Forest Claude, Quel film voir ? Pour une socio économie de la demande de cinéma, Villeneuve d’Asq, Presses universitaires du Septentrion, 2010, 420 p.

Jullier Laurent, Qu’est-ce qu’un bon film ?, Paris, La Dispute, 2012 [2002], 252 p.

Litman Barry R., Ahn H., (1998), «Predicting Financial Success of Motion Pictures: The early ‘90s experience», In: Litman B.R. (ed.), The motion picture mega-industry, Allyn and Bacon, NeedhamHeights, MA.

MacDonald Glenn, (1988), «The Economics of Rising Stars», American Economic Review, vol. 78, n° 1, pp. 155-166.

Moine Raphaëlle, Les femmes d’action, Paris, Armand Colin, 2010, 128 p.

Morin Edgar, Les Stars, Paris, Le Seuil, 1972 [1957], 188 p.

Moulin Raymonde, L’artiste, l’institution et le marché, Paris, Flammarion, coll. Champs arts, 1992, 437 p.

Moulin Raymonde, De la valeur de l’art, Paris, Flammarion, 1995, 286 p.

Nelson Philip, (1970), « Information and Consumer Behaviour », Journal of Political Economy, n° 78, pp. 729-754.

Rosa Hartmut, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, 2010, 474 p.

Rosen Sherwin, (1981), « The Economics of Superstars », American Economic Review, vol. 71, n° 5, pp 845-858.

Sedgwick John, Pokorny Michael (1999), « Movie Stars and the Distribution of Financially Successful Films in the Motion Picture Industry », Journal of Cultural Economics, n° 23, pp. 319-323.

Simon Herbert A., From substantive to procedural rationality, Decision and Organization, In “Models of Bounded Rationality”, vol. II, M.I.T. Press, 1982, pp. 424-443.

Smith S.P., Smith V.K., (1986), «Successful Movies: A Preliminary Empirical Analysis», Applied Economics, vol. 18, n° 5, pp. 501-507.

Sochay Scott, (1994), «Predicting the Performance of Motion Pictures», Journal of Media Economics, vol. 7, n° 4, pp.1-20.

Tirole Jean, Théorie de l’organisation industrielle, Paris, Economica, 1993, 496 p.

Valmary Hélène, Il faut aimer Tom Cruise, Mémoire de DEA, Nicole Brenez et Christian Viviani (dir.), Université Paris I, 2002.

Vincendeau Ginette, Les stars et le star-système en France, Paris, L’Harmattan, 2008 [2001], 316 p.

Zajdenweber Daniel, Economie des extrêmes, Paris, Flammarion, coll. Nouvelle bibliothèque scientifique, 2001, 218 p.

Haut de page

Notes

1 Dont il ne sera pas repris ici la définition ni le modèle « Superstar » fondé essentiellement sur la rémunération, qui fait l’hypothèse que la demande pour les artistes les plus talentueux augmente plus que proportionnellement à leur talent, de petites différences de talents générant de grands écarts de rémunération.

2 L’édition en ligne de son Top Ten Money Making Stars remonte jusqu’à l’année 1932 : http://www.quigleypublishing.com/MPalmanac/Top10/Top10_lists.html.

3 Si Jean Dujardin, révélé à la télé dans la série Un gars, une fille, rencontrera au cinéma le succès auprès du public (Brice de Nice) puis des instances de légitimation (The artist), il fait figure d’exception à côté des Patrick Sébastien, Michaël Youn, Antoine de Caunes, William Lemmergie, Ophélie Winter, Jacques Martin, Laurent Baffie, etc.

4 Le classement des rémunérations annuelles est régulièrement établi par le magazine étatsunien Forbes, initialement sur support papier, doublé d’un site Internet depuis une décennie : http://www.forbes.com/2010/08/02/sandra-bullock-reese-witherspoon-business-entertainment-highest-paid-actresses.html.

5 Notamment l'Oscar de la meilleure actrice 2003, le Golden Globe, le BAFTA Award, l'American Cinematheque Award for excellence in film et l'Ours d'argent au Festival de Berlin.

6 Le titre complet du classement est bien « Top Ten Money Making Stars ».

7 Alors même que leurs films figurent régulièrement en tête des box-offices annuels depuis le début du XXIe siècle, et que Avengers et The dark knight rises caracolent en tête des meilleures recettes mondiales de tous les temps, Christopher Reeve, qui fut le premier acteur à incarner Superman, n’a jamais figuré dans le Top Ten, pas plus que Edward Norton pour Hulk, ni Andrew Garfield pour Spider-man, ni Michael Keaton pour les Batman, même si Christian Bale y figure une fois, tout comme un seul X-man, Hugh Jackman. Seule exception, Robert Downey Jr. apparait chaque année depuis 2008 et son premier Iron man.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Forest, « Genèse, carrière et disparition des superstars cinématographiques (1932-2012) », Mise au point [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://map.revues.org/1811 ; DOI : 10.4000/map.1811

Haut de page

Auteur

Claude Forest

Maître de conférences habilité à diriger les recherches à l’université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle, en économie du cinéma et de l’audiovisuel. Il a notamment publié : L’argent du cinéma, Belin 2001 ; Economies contemporaines en Europe, CNRS, 2002 ; Quel film voir ? Pour une socio économie de la demande, Presses universitaires du Septentrion, 2010.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page