Navigation – Plan du site

Introduction – Quoi de neuf sur les stars ?

Introduction – What is new with the stars?
Gwénaëlle Le Gras

Texte intégral

1Présentes aux différents stades de la production, de la diffusion et de la réception des fictions, les stars, qu’elles relèvent du cinéma d’auteur ou de la culture de masse (et naviguant d’un pôle à l’autre dans certaines cinématographies), nous aident à penser le cinéma et la télévision comme une pratique sociale, culturelle et artistique.

2Le terme de star, apparu au XIXe siècle pour désigner les tragédiennes ou encore les chanteuses d’opéra, a ensuite désigné des acteurs de cinéma à la popularité exceptionnelle. Edgar Morin fut le premier à consacrer tout un ouvrage à la notion de star, qu’il percevait comme une « surpersonnalité » née des échanges entre la personnalité de l’acteur et celles de ses multiples personnages. Là où Morin voyait les stars comme les « nouveaux Olympiens », Richard Dyer, dans Stars (1979) analyse ce point, en développant l’idée que les stars incarnent des types sociaux, « toujours plus complexe(s) et plus spécifique(s) qu’un type ». Dyer, qui aboutit à une véritable méthode d’analyse des stars restant encore la référence aujourd’hui, poursuit et achève néanmoins la réflexion de Morin en considérant la star comme une image construite, une polysémie composite, issue des films bien sûr, mais aussi de la publicité, de la promotion, des critiques, des entretiens, des différentes catégories de presse, ou encore de la réception et des manifestations du public et des fans.

3La star est donc un instrument de fidélisation du public tout autant qu’un système complexe d’éléments formels et culturels issus des personnages qu’elle a incarnés, de son jeu d’acteur et de son image publique, ce que Dyer désigne par persona. Loin d’être le simple reflet d’une société, elle est une construction de l’imaginaire collectif, fruit d’interconnexions médiatiques, qui contient et résout des tensions et des contradictions sociales. Selon Dyer, la star se définit avant tout par cette fonction idéologique et par sa capacité à canaliser des tensions sociales qui ne peuvent être résolues dans la réalité.

4L’intérêt d’étudier les stars réside dans leur contribution à la construction du sens des films, leur rôle signifiant dans la culture et la société et leur dimension socio-esthétique centrale au cinéma ainsi que dans leur importance dans l’économie du cinéma. De telles études nécessitent par conséquent de solliciter toutes les approches (économique, idéologique, socioculturelle, esthétique, historique, sémiologique, narratologique, anthropologique, etc.), et ce souvent conjointement, afin de rendre compte de la nature « impure » du cinéma chère à Bazin.

  • 1 Ginette VINCENDEAU et Claude GAUTEUR, Jean Gabin, anatomie d'un mythe, éditions Nathan, collection (...)

5Dès les travaux de Morin et Dyer, les stars studies ont été fortement associées au cinéma hollywoodien, et l’ouvrage de Dyer a donné naissance à une production universitaire anglo-saxonne dense, tournée vers de nouveaux enjeux tels que la performativité des stars, les pratiques des publics qu’elles génèrent, les fan studies, l’évolution de la notion de star, et ce jusqu’à un élargissement récent aux celebrity studies ainsi qu’aux relations entre identités nationales et stars pour en dégager les spécificités par rapport à Hollywood. Depuis l’essor de la presse people, le développement d’Internet et la mondialisation des médias, le champ des star studies s’est grandement transformé. Néanmoins, en France, pour des raisons historiques, culturelles et politiques sur lesquelles nous ne reviendrons pas ici, il a fallu attendre 1993, avec l’analyse du mythe Gabin par Ginette Vincendeau1, pour que ce champ de recherche se développe de manière significative.

6Sans prétendre à l’exhaustivité, ce dossier de Mise Au Point n° 6 propose un tour d’horizon de la recherche sur le phénomène des stars de cinéma et des star studies en France.

7Il livre des pistes de réflexion, sur la prorogation des approches, le renouvellement des corpus étudiés et la constitution de nouvelles sources dans les études cinématographiques et audiovisuelles.

8Ainsi, « Sociologie de la star et plaisir cinématographique. Enquête sur les films de Sarah Bernhardt » de Jean-Marc Leveratto, nous permet-il de revenir aux premiers temps du star-système en abordant le cas de Sarah Bernhardt, star de théâtre en France, mais aussi star de cinéma pour les Américains. Le va-et-vient entre la réception américaine et la réception française révèle les synergies, parfois occultées et cependant à la base du phénomène des stars, qui s’établissent entre le milieu de l’art et le monde de l’économie. L’auteur montre comment, d’un continent à l’autre, la Divine concilie l’image d’artiste créatrice et celle de créature conçue pour le succès qu’elle développe pour les films de fiction.

9Myriam Juan, spécialiste du vedettariat cinématographique dans la France de l’entre-deux-guerres, poursuit la réflexion de Jean-Marc Leveratto sur la star comme gage de qualité. Dans « Encore une admiratrice !... » A quoi sert une star de cinéma : réflexion à l’aune de lettres de spectateurs et de spectatrices (début des années 1920, début des années 1930) », elle développe dans une perspective d’histoire sociale et culturelle les fonctions et usages des stars à travers l’analyse d’un corpus rare et original de lettres d’admirateurs et d’admiratrices adressées à Sandra Milowanoff et Jean Gabin. Cette étude illustre également le renouveau des études de réception, actuellement en plein essor.

10Dans la même veine, Camille Beaujeault met à jour la cinéphilie populaire révélée par le courrier des lecteurs. « Nouvelles sources pour approcher la relation des spectateurs aux stars de cinéma : les lettres d’admirateurs-trices de Gérard Philipe » souligne, comme les deux précédents articles, à quel point les publics sont extrêmement actifs dans leur relation au cinéma par le truchement des stars et de l’attachement affectif qu’ils leur témoignent. Camille Beaujault montre que de telles approches des films permettent aux publics de développer une expertise de la qualité artistique des films.

11Vient ensuite l’article de Marguerite Chabrol, « Marlene Dietrich de l’icône à la guest star : âge, voix et circulation entre les médias », qui revisite de manière originale la persona d’une grande star par le biais de sa voix, un aspect si souvent oublié. La circulation intermédiale de la star, entre radio, cinéma et télévision va mettre à profit cette voix bonifiée à mesure que la star vieillit, pour investir le vaudeville et le mélodrame avec une nouvelle expressivité.

12La circulation de l’image d’une star, entre France et Hollywood cette fois-ci, est également le sujet de « The perils of trans-national stardom : Alain Delon in Hollywood cinema » de Ginette Vincendeau. L’auteure montre que les divergences de réception française et américaine des films hollywoodiens de Delon s’expliquent en partie par le fait que la star incarne une masculinité différente pour les Américains, les conventions narratives propres aux genres n’étant pas les mêmes de part et d’autre de l’Atlantique. Cette étude de cas révèle l’une des raisons pour lesquelles les stars masculines françaises peinent à s’imposer à Hollywood.

13Au contraire, « l’exotisme » de Sônia Braga en regard de l’universalité associée aux stars hollywoodiennes, explique son succès international. Alberto Da Silva nous en dresse le portrait dans « Sônia Braga : la beauté latine de la « vraie femme brésilienne » des années de la dictature ». Là où l’identité nationale était difficile à gérer pour Delon, elle devient un atout pour la persona de Sônia Braga qui repose sur une conciliation réussie d’enjeux nationaux, genrés, de classes et de « races ».

14« Déclinaisons de la masculinité dans les comédies françaises : le cas Jean Dujardin » de Delphine Chedaleux cerne également l’importance de la construction de l’identité genrée dans la persona de Jean Dujardin. La persona de l’acteur semble étroitement liée à une perpétuelle remise en cause de la masculinité traditionnelle. En déconstruisant ce type de masculinité, il réaffirme néanmoins une certaine hégémonie masculine. Chacun de ses rôles le voit décliner une nouvelle image de masculinité, de l’adulescent à l’homosexuel refoulé, rôles qui reposent tous sur une masculinité traditionnelle réaffirmée, mais rendue « acceptable » par le décalage produit par le second degré de la comédie.

15Le texte de Bérénice Bonhomme, « Les stars et le cinéma d’animation », explore un cas de figure très spécifique qui tend à se développer de plus en plus actuellement et soulève de nouvelles problématiques. Qu’en est-il de l’impact de la star lorsque le casting des voix du pays d’origine change lors du doublage ? S'agit-il toujours de la voix qui double habituellement la star ? Dans un tel cas, l’aura de la star fonctionne-t-elle tout de même ? Qu’en est-il lorsqu’une autre star fait le doublage ? Dans quelle mesure la persona de la star infléchit-elle son avatar animé ? Que peut la voix seule de la star, sans son image ?

16Ce dossier ne pouvait bien sûr se clore sans aborder la dimension économique des stars, ce que nous propose le texte de Claude Forest par une radiographie très éclairante des « Caractéristiques et carrières des super stars cinématographiques (1932-2012) » sur la base du classement publié annuellement depuis 1932 dans le « Motion Picture Almanac », annuaire de référence de la branche cinéma de l’industrie cinématographique hollywoodienne. Ainsi ce profilage nous confirme que les stars masculines blanches dominent très largement le classement, mais il permet également de cerner les choix de construction de carrière les plus rentables dans le dosage de la dialectique répétition/innovation.

17Enfin, sous forme de document épilogue, Patrick McGilligan nous livre une lecture passionnante sur la polémique politique créée par le « happening » de Clint Eastwood avec une chaise vide durant la convention républicaine.

Haut de page

Bibliographie

Benhamou Françoise, L’économie du star-system, Paris, Odile Jacob, 2002.

Dyer Richard, Le star-système hollywoodien, suivi de Marilyn Monroe et la sexualité, Paris, L’Harmattan, 2004 [1979].

Gledhill Christine (dir.), Stardom, Industry of Desire, London & New York, Routledge, 1991.

McDonald Paul, The Star System, London, Wallflower Press, 2000.

Morin Edgar, Les Stars, Paris, Le Seuil, 1972 [1957].

Naremore James, Acting in the Cinema, Berkeley, Los Angeles, London, University of California Press, 1998.

Stacey Jackie, Star Gazing : Hollywood Cinema and Female Spectatorship, London, Routledge, 1994.

Vincendeau Ginette, Les stars et le star-système en France, Paris, L’Harmattan, 2008 [2001].

Haut de page

Notes

1 Ginette VINCENDEAU et Claude GAUTEUR, Jean Gabin, anatomie d'un mythe, éditions Nathan, collection Fac cinéma, Paris, 1993, réed. 2006, éditions Nouveau Monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwénaëlle Le Gras, « Introduction – Quoi de neuf sur les stars ? », Mise au point [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://map.revues.org/1804 ; DOI : 10.4000/map.1804

Haut de page

Auteur

Gwénaëlle Le Gras

MCF en études cinématographiques et audiovisuelles à l’Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3. Elle travaille en particulier sur les star studies et les approches culturelles du cinéma français classique et contemporain cherchant à comprendre le sens des représentations filmiques dans leur contexte de production et de réception. Elle a publié notamment en 2010, Catherine Deneuve, une « star » française entre classicisme et modernité (Nouveau Monde éditions) et Michel Simon, l’art de la disgrâce (Scope éditions), et co-dirigé Genres et acteurs du cinéma français, 1930-1960 (Presses Universitaires de Rennes) en 2012.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page