Navigation – Plan du site
Quoi de neuf sur les stars ?

Les lettres d’admirateurs-trices de Gérard Philipe
Nouvelles sources pour approcher la relation des spectateurs aux stars de cinéma

Gérard Philipe’s fan letters. New sources in approaching the relationship between spectators and film stars
Camille Beaujeault

Résumés

L'attachement à la star peut recouvrir les formes les plus diverses, de la simple sortie au cinéma au geste privé comme l'écriture d'une lettre. Gérard Philipe, acteur adulé des foules, est à l'origine d'une abondante correspondance. Déclaration d'amour enflammée, confidence ou commentaire critique, ces courriers constituent des témoignages émanant directement du spectateur ordinaire en marge des cinéphiles savants. Les discours et les pratiques mis en lumière révèlent différents profils de spectateur/trice avec leur propre plaisir cinématographique. De la midinette à la spectatrice initiée, de l'adolescent à l'étudiant, de l'homme à la femme seule, ces passionnés de cinéma suivent le parcours de la star et acquièrent une expertise pour devenir des cinéphiles exigeants. Les lettres d'admirateurs/trices témoignent d'un engagement individuel qui remet en cause le stéréotype de la passivité des masses. Aussi, ces sources permettent d’étudier le rapport entre la star et ses publics sous un angle non plus sémiotique, mais pragmatique.

Haut de page

Texte intégral

1Dans l’immédiat après-guerre et jusqu’au tournant des années soixante, la fréquentation du cinéma en salles atteint des sommets. Structuré par les genres et les stars, le cinéma est un art populaire où l’acteur tient une place prédominante. Certains noms, que les producteurs considèrent comme des valeurs sûres, reviennent régulièrement en haut de l’affiche, à l’entrée des cinémas ou des théâtres, à la Une des magazines. Leur présence familière dans un rôle principal attire les spectateurs en masse. Gérard Philipe est de ceux-là.

2Dans la perspective d’une recherche inspirée par les star studies – qui considèrent la star comme un élément esthétique, culturel et économique essentiel au fonctionnement du cinéma –, par les cultural studies qui tentent de comprendre son sens social, et les études de représentations qui la perçoivent comme une image influente, suggérant des normes sociales et genrées – nous proposons de nous interroger sur les sources qui nous permettent d’approcher la relation qui l’unit à ses spectateurs. Une des sources possibles, quand elle existe, est le courrier adressé à la star par des admirateurs et admiratrices, ses « fans », comme on en trouve dans le fonds Anne et Gérard Philipe. Si le culte de la star se nourrit avant tout d’une consommation frénétique des films, de la lecture d’articles de presse, de l’écriture à un magazine ou de la collection d’objets ersatz de sa présence réelle, il peut prendre une forme encore plus directe et personnelle, à travers les lettres qui lui sont adressées.

  • 1 Anne Philipe est ethnologue, cinéaste, écrivaine et épouse de Gérard Philipe.

3Les archives privées de l’acteur ont été données à la Cinémathèque française par sa fille Anne-Marie Philipe en 1990, à la mort d’Anne Philipe1. Le fonds qu’elles constituent est relativement riche. Car si sa volumétrie est faible, soit 329 dossiers répartis dans 44 boîtes couvrant la période des années 1937 à 1960, il rend compte de la diversité des activités cinématographiques, théâtrales et syndicales de Gérard Philipe. Si l’on observe un fort déséquilibre, les documents liés au cinéma étant beaucoup plus nombreux, la richesse du fonds n’en réside pas moins dans la diversité des documents qui permettent de suivre son parcours de vie malgré sa brève carrière. Les archives contiennent des documents contractuels, scénaristiques, techniques et des coupures de presse sur chaque film (149 dossiers). Il en est de même pour le théâtre. Bien peu nombreux (44 dossiers) par rapport au nombre de représentations et à leurs succès, ces documents permettent tout de même de parcourir l’ensemble de sa carrière théâtrale entre 1946 et 1959. Enfin, les documents concernant l’activité syndicale et la participation aux œuvres caritatives (14 dossiers) révèlent une personnalité engagée sur le plan politique et social. En outre, le fonds comporte une partie importante consacrée aux activités littéraires et cinématographiques d’Anne Philipe (76 dossiers).

  • 2 Lettres non datées, une petite fille et un garçon accompagnent leur lettre d’un dessin de Fanfan la (...)
  • 3 Lettre non datée, neuf jeunes filles écrivent un poème à Gérard Philipe après le première d’On ne B (...)

4Rangé à part, le dossier AGP217 a retenu notre attention. Il regroupe 75 lettres que des admirateurs-trices ont envoyées à Gérard Philipe durant sa carrière. Déclarations d’amour enflammées, elles peuvent aussi être un remerciement pour une prestation, au théâtre ou au cinéma, et témoigner d’une grande subtilité dans l’analyse. De plus, elles constituent des sources originales qui nous parviennent dans leur intégralité et, de ce fait, elles permettent d’analyser le profil des correspondant-e-s. Nous pouvons analyser ces documents dans leur matérialité même. Les lettres sont souvent longues de plusieurs pages, l’écriture et l’orthographe sont soignées. Manuscrites ou dactylographiées, elles peuvent être rédigées sur des feuilles tirées d’un cahier d’écolier, sur du papier à lettre simple ou décoré. Quelques lettres sont aussi accompagnées d’un cadeau, comme un dessin2 ou un poème3.

  • 4 Les lettres non datées sont regroupées à la fin du dossier.
  • 5 Jean Talky répond à « MISS IVY les artistes n’ont pas toujours le temps de répondre à leurs admirat (...)
  • 6 « Et le volume de lettres a triplé […] Il faut classer tous ces messages, préparer les photos que G (...)

5Classées par ordre chronologique4, ces lettres sont regroupées dans une chemise, intitulée par l’acteur lui-même « lettres diverses ». Ce dossier est quantitativement très lacunaire, par rapport à l’engouement populaire que Gérard Philipe a pu susciter auprès du public dans les années cinquante. On peut en effet, trouver dans les magazines grand public des témoignages nous informant sur le nombre de courriers que recevaient les stars de l’époque. Dans Cinémonde par exemple, Luis Mariano et Jean Marais affirment recevoir plusieurs centaines de lettres par semaine. Dans « Potinons », la rubrique du courrier des lecteurs de Cinémonde, le responsable explique aux courriéristes que Gérard Philipe, très occupé, ne peut répondre à tous ses fans5. Enfin, dans ses Carnets, Minou, mère de Gérard Philipe, confie l’aider à classer les nombreuses lettres qui lui sont adressées6.

6Malgré le caractère extrêmement lacunaire de ce dossier, nous pouvons émettre des hypothèses sur les raisons et la nature de la popularité de la star. Néanmoins, d’importants problèmes méthodologiques persistent car si cette étude nous éclaire, elle ne peut suffire à rendre compte des goûts de son public, du fait des manipulations et des sélections opérées au fil du temps. La lecture des lettres, des brouillons de réponses et des annotations, comme « à classer dans lettres intéressantes », suggèrent que Gérard Philipe triait ses lettres. A-t-il conservé uniquement celles qui lui tenaient à cœur ? Celles dont le propos éveillait chez lui un sentiment particulier ? D’autres aléas de conservation, qui nous restent inconnus, exigent aussi des précautions dans l’interprétation : les ayants droit en léguant les archives privées de Gérard Philipe, ont-ils fait eux-mêmes un tri ? Comment, et avec quels critères, l’indexation a-t-elle été menée à la Cinémathèque française ? Aussi, s’il est possible de s’appuyer sur les témoignages écrits dans ces 75 lettres, nous devons garder à l’esprit qu’il ne s’agit sans doute pas d’un échantillon représentatif, au sens scientifique du terme.

7Nous aborderons donc au sein de notre étude des questions simples sur les auteur-e-s des lettres, les moments où ils écrivent et les motivations de leurs actes.

Le profil des correspondant-e-s

Un public international, aisé et cultivé

  • 7 Lettre datée du 23 septembre 1947.
  • 8 Lettre datée du 9 février 1951.
  • 9 A Pékin, Gérard Philipe est surnommé « Fanfan le Lotus ».

8L’enthousiasme pour Gérard Philipe paraît atteindre toute la population française. Les lettres d’admirateurs-trices proviennent essentiellement de quatre ensembles géographiques : Paris et sa banlieue (62 %), des grandes villes de province (22,3 %) comme Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Strasbourg, des colonies d’Afrique du Nord (5,2 %), comme l’Algérie, le Maroc ou la Tunisie, et de l’étranger (13,8 %). Ces zones rappellent les principales régions cinématographiques définies par le Centre National de la Cinématographie. De ce fait, elles attestent de la diffusion des films avec Gérard Philipe sur l’ensemble du territoire français et témoignent de sa large popularité. Le pourcentage des lettres provenant de l’étranger atteste aussi de sa renommée internationale. Ambassadeur du cinéma français, Gérard Philipe est un véhicule de la culture française à l’étranger. Il n’est donc pas surprenant que deux lettres, venues respectivement d’Indochine et du Japon, fassent allusion à sa francité : « Mon pays s’est soulevé contre le votre, mais je suis restée fidèle à la France parce qu’amoureuse d’elle7 » et « J’oublie toutes les choses en regardant à vous, et j’écoute la musique, le beau français, ou admire les beaux paysages8 ». Les lettres sont plus nombreuses à partir des années cinquante et, si l’on s’en tient à la lecture des magazines, ces lettres témoignent d’une renommée grandissante avec le succès mondial des tournées du Théâtre National Populaire et de Fanfan la Tulipe9.

  • 10 Après son divorce avec le sinologue François Fourcade, Nicole Fourcade épouse Gérard Philipe et dev (...)

9Néanmoins, en regroupant presque 40 % des correspondant-e-s, Paris reste la ville privilégiée. La capitale se distingue par son offre culturelle diversifiée et un public cultivé. Aussi, parmi les auteur-e-s des lettres qui renseignent leur profession, nous trouvons des employés de la Fonction publique, de nombreuses personnes exerçant un métier artistique (professeur d’art dramatique, costumière, technicien du son…), écrivains et journalistes. Nous ne recensons, par ailleurs, que très peu de métiers pouvant situer les spectateurs dans les classes populaires. Ce choix est sans doute à mettre en relation avec les origines bourgeoises de l’acteur, son appartenance à l’intelligentsia à travers son mariage avec l’ethnologue Nicole Fourcade10 et l’image d’homme cultivé qu’il forgea durant toute sa carrière. A l’écran, Gérard Philipe ne peut être rattaché à une catégorie socioprofessionnelle précise. Cependant l’intrigue de ses films se passe souvent dans des milieux fortunés. Nous pouvons donc supposer que l’image de Gérard Philipe s’adresse en priorité aux spectateurs-trices de milieu aisé et cultivé.

Un public jeune

  • 11 Lettre anonyme et non datée.

10Les correspondants de Gérard Philipe sont souvent jeunes, 45,8 % ont moins de 18 ans. Si des enfants racontent souvent comment ils ont découvert l’acteur au détour d’une sortie culturelle en famille – c’est le cas de très jeune garçon protégé des bousculades par sa sœur lors d’une représentation du Cid11 – l’essentiel des correspondant-e-s sont des collégiens et des lycéens. Au théâtre et au cinéma, Gérard Philipe est porteur du patrimoine littéraire prestigieux, aussi ces jeunes se rendent seuls, avec des amis ou en compagnie de leur enseignant au théâtre ou au cinéma pour voir l’adaptation des classiques de la littérature française étudiés en classe. Une admiratrice témoigne :

  • 12 Lettre datée de février 1959.

Notre professeur de français nous a emmenés à la représentation de Lorenzacccio. Je m’y suis rendue avec une curiosité inquiète car j’avais lu la pièce, nous l’avions vu dans les grandes lignes en classe, j’avais fait évoluer les personnages dans mon imagination12.

11Littéralement envoutée, elle dit avoir « adopté le nouveau Lorenzo ». Si la famille et l’école apparaissent comme des moyens d’initiation au cinéma et au théâtre, les adolescent-e-s et les jeunes adultes qui développent un culte pour l’acteur populaire s’émancipent progressivement du cadre familial et scolaire pour se constituer une culture autonome introduisant des traits caractéristiques de la « conduite de fan » définie par Laurent Jullier et Jean-Marc Leveratto (Jullier et Leveratto, 2010, p. 17).

  • 13 « Je perds chaque semaine plusieurs heures à mille travaux divers, tous un peu plus ridicules les u (...)
  • 14 La présidente du club écrit à Gérard Philipe pour le tenir informé des activités de l’association, (...)

12Ils ne veulent manquer aucune occasion de voir Gérard Philipe. Ne pouvant attendre qu’on projette La Chartreuse de Parme dans son village de Yokohama, une jeune fille se rend seule à Tokyo pour assister à la projection du film. La consommation peut aussi être frénétique. Deux jeunes garçons ont donc vu respectivement, Le Diable au corps, huit fois en moins de deux mois et Montparnasse 19, quatre fois en quatre mois. Les jeunes correspondant-e-s décrivent aussi les longues heures d’attente à la sortie des théâtres ou lors des séances de dédicaces pour échanger un regard, un sourire ou quelques mots avec l’acteur. Ils/elles pratiquent aussi un important travail de collection. Friand-e-s des potins sur la vie personnelle et sur la carrière de Gérard Philipe, ils/elles passent plusieurs heures par semaine à découper des articles, des photographies dans les magazines, ou à enregistrer des émissions de radio aux dépens de leurs études13. A Dublin, certains vont même jusqu’à créer un fan-club, où ils distribuent des photographies et organisent des projections-débats sur les films de Gérard Philipe14. La grâce juvénile et la spontanéité véhiculées par ses personnages à l’écran, à la scène et son image à la ville expliquent sans doute sa séduction auprès du jeune public.

Un public féminin

13Cette préférence générationnelle est aussi genrée. Environ 68 % des auteur-e-s des lettres sont des correspondantes. Ce pourcentage fait écho à la composition du courrier des lecteurs des magazines populaires comme Film Complet ou Cinémonde, où, si l’on considère uniquement les admirateurs-trices de Gérard Philipe, les femmes représentent environ 80 % du corpus. Ces chiffres indiquent la capacité de séduction de l’acteur – Gérard Philipe incarne d’abord un amoureux romantique puis un séducteur – mais ils témoignent aussi d’un début d’émancipation féminine qui s’exprime au cours des années cinquante. Dans un contexte social où l’écriture publiée est quasi-exclusivement réservée aux hommes, les lettres d’admiration envoyées aux acteurs s’inscrivent dans la continuité des journaux intimes et autres formes d’écriture « privée » autorisée aux jeunes filles. Les admiratrices de moins de 18 ans, qui représentent 62,7 % des correspondantes, aiment parler d’amour en privilégiant des questions personnelles et sentimentales.

14En revanche, les femmes adultes, sensibles au goût de la beauté, s’affirment en tant que spectatrices cultivées, déjà initiées au théâtre et au cinéma. Tandis que les hommes adultes privilégient la distance esthétique, quatre correspondantes, toutes âgées de plus de trente ans, articulent amour pour la star, intérêt éthique et plaisir esthétique. Exigeantes sur une prestation, elles investissent le champ de la critique, réservée aux hommes, par le biais d’une longue lettre à la star où elles s’expriment indépendamment de l’avis d’un ami, compagnon ou mari, à l’instar de cette admiratrice :

  • 15 Lettre datée du 5 juin 1958.

15Je me suis souvent entendu dire, par des amis même, que l’interprète n’était rien à côté de l’auteur. Vous prouvez que c’est faux. Modigliani, ce n’est pas celui des Montparnosses, ce n’est même pas celui qui a vécu, c’est vous, avec votre fortune, vos mépris, vos yeux clairs, votre splendide visage. Ce n’est pas de votre beauté que je suis amoureuse, c’est de votre grandeur que vous servez avec elle15.

16Cette posture témoigne d’une « cinéphilie au féminin » étudiée par Geneviève Sellier dans le courrier des lecteurs de Cinémonde (Sellier, 2009, p. 67-90).

Sur le chemin de la gloire

Un jeune premier aux débuts prometteurs

  • 16 Lettre datée de janvier 1942.
  • 17 La première Parisienne de Caligula a lieu le 26 septembre 1945, quatre lettres y font directement s (...)

17Le décompte des lettres par années et par mentions de titres [Annexe] indique des irrégularités, mais nous permet néanmoins de dégager les moments importants dans la carrière de Gérard Philipe. Caligula, et Le Diable au corps constituent respectivement une pièce et un film charnières. Si des artistes doivent acquérir une certaine notoriété et attendre quelques années avant les premières lettres, Gérard Philipe en reçoit dès ses premières apparitions au théâtre. Alors qu’il n’est que figurant dans Une jeune fille savait et Une grande fille toute simple, Gérard Philipe est déjà remarqué par une spectatrice : « Je tiens à vous dire, une fois encore, mon admiration : vous avez été pour moi une révélation16 ». Mais c’est son rôle dans la pièce d’Alfred Camus Caligula qui est le plus commenté par les auteur-e-s des lettres17 (5 lettres). On parle déjà de « la plus belle des techniques », de « coup de génie », de « spontanéité » ou de « naturel ».

  • 18 Sodome et Gomorrhe, première Parisienne le 11 octobre 1943, et Caligula.

18Ces commentaires font écho aux louanges déjà parues dans la presse. A cette période, Gérard Philipe qui a joué dans cinq pièces, dont deux dans un rôle important18, commence à être reconnu par le milieu du théâtre. Mais c’est le cinéma qui fait réellement de lui une star. Révélé par L’Idiot, en 1946, Gérard Philipe est consacré par Le Diable au corps (Claude Autant-Lara, sortie en septembre 1947) qui totalise 4 768 645 entrées en France. La plupart des lettres écrites dans les premières années de sa carrière font suite à ses interprétations dans L’Idiot (Georges Lampin, sortie en juin 1946), Le Diable au corps et La Chartreuse de Parme (Christian-Jaque, sortie en mai 1948). Elles confirment le succès et la dimension populaire des trois films qui construisent son image de jeune premier romantique.

Une prestigieuse carrière théâtrale au sein du T.N.P

  • 19 Lettre datée du 21 janvier 1959.

19Devenu une star de cinéma, Gérard Philipe n’en continue pas moins de jouer au théâtre. C’est en intégrant la troupe du Théâtre National Populaire de Jean Vilar, en 1951, qu’il confirme ses débuts prometteurs sur les planches. De nombreux correspondant-e-s font l’éloge de ses prestations dans Le Cid. Une spectatrice a été « touchée et impressionnée par tous ces sentiments divers qu’un homme avait pu communiquer à l’ensemble de la salle19 » pour Le Prince de Hombourg. Des admirateurs apprécient aussi sa « présence » dans Lorenzaccio et « le concours de la sensibilité » dans Ruy Blas, « le rapprochement subtil du comique et du tragique » dans Les Caprices de Marianne.

  • 20 La Calandria, Mère Courage, Nucléa, La nouvelle Mandragor, La Tragédie du Roi Richard.

20Sans être ignorées, les pièces plus contemporaines et étrangères sont très peu mentionnées par les auteur-e-s des lettres20. Cette prépondérance des classiques révèle la préférence du public pour le patrimoine culturel, dont Gérard Philipe est un des représentants au théâtre comme au cinéma. Il n’est pas étranger au succès des tournées du T.N.P en France comme à l’étranger. Grâce à sa popularité acquise au cinéma, il rend accessibles les grandes pièces du répertoire à un plus large public. Les spectateurs-trices le remercient à l’instar de ce jeune homme :

  • 21 Lettre datée du 23 février 1959.

21Je connaissais Musset depuis deux ans et appréhendais de mieux le connaître […] J’ai retrouvé avec joie et Octave et Perdican encore silencieux dans ma mémoire et dans le texte21.

Une vedette de cinéma

22Dans ces mêmes années, Gérard Philipe est la tête d’affiche des films qui triomphent au box-office : Fanfan la Tulipe (Christian-Jaque, sortie en mars 1952, 6 733 287 entrées), Le Rouge et le Noir (Claude Autant-Lara, sortie en novembre 1954, 4 344 414 entrées), Les Grandes manœuvres (René Clair, sortie en novembre 1955, 5 302 963 entrées) ou Les Liaisons dangereuses (Roger Vadim, sortie en septembre 1959, 4 325 341 entrées). Le ton des quatre lettres qui mentionnent Fanfan la Tulipe révèle l’engouement du public pour ce héros jovial et téméraire. Mais qu’en est-il des autres films ? Entre 1952 et 1958, un seul admirateur parle de cinéma, à propos de l’interprétation de Gérard Philipe dans Le Rouge et le Noir :

  • 22 Lettre datée d’avril 1955.

23Surgit l’acteur si merveilleux. C’est le langage romantique quand il est amoureux et fort de Julien le pathétique quand s’approche de lui la mort22.

24Dans la seconde moitié des années, Gérard Philipe propose des héros au caractère plus trouble qui contredisent l’image romantique de ses premières apparitions. Séducteurs cyniques qui ne se soucient guère que de leurs plaisirs, les personnages qu’il incarne n’ont aucun respect pour leur entourage qui est souvent victime de leur arrivisme. Nous pourrions donc trouver dans la modification de son image une explication à la distance des admirateurs-trices. Or, si nous nous référons à d’autres sources comme le courrier des lecteurs des magazines populaires, nous pouvons avancer que le public continue d’apprécier les personnages qu’il incarne, bien qu’on n’en trouve pas de trace dans le fonds.

  • 23 Lettre datée du 14 décembre 1958.

25A partir de 1958, la plupart des propos sur le cinéma tenus dans les lettres portent sur son interprétation dans Montparnasse 19. Un intérêt qui est inversement proportionnel aux chiffres du box-office. Sorti en avril 1958, le film ne totalise que 1 297 340 entrées en France. Dans chacune des lettres traitant de Montparnasse 19, les auteurs mentionnent « le génie » de Gérard Philipe, son « emprise sur le rôle », sa « capacité à le surclasser de sa personne23 ». Aussi, nous pouvons faire l’hypothèse qu’il y a eu, de la part de l’acteur lui-même ou de ses ayants droit, un désir de conserver des lettres élogieuses à propos de performances culturellement prestigieuses : incarner le héros de Stendhal, dans un film de Claude Autant-Lara représentant de la Qualité française, ou le peintre Modigliani, dans un film conçu par Max Ophüls et réalisé par Jacques Becker, malgré le relatif échec public de Montparnasse 19.

Entre admiration et expertise

L’amateur de théâtre rencontre le passionné de cinéma

26L’étude des lettres d’admirateurs-trices de Gérard Philipe montre que la passion pour une star peut devenir une « compétence » au sens où l’entend Fabrice Montebello (Montebello, 2005, p. 61). La conduite du fan obéit à la même démarche que celle de l’expert. En privilégiant leur expérience personnelle, en faisant confiance à leur jugement, les auteur-e-s des lettres développent une évaluation de qualité qu’ils désirent partager par la suite. Les admirateurs-trices écrivent à Gérard Philipe pour formuler des questions personnelles, communiquer leurs impressions et critiques et demander des conseils. Le contenu des lettres se répartit en trois points : 1) le cinéma, 2) le théâtre, 3) la vie personnelle et les requêtes. Ecrites entre 1942 et 1959, les lettres jalonnent toute la carrière de Gérard Philipe.

27Néanmoins, leur forme et leur contenu changent au fil des années. La plupart des lettres mêlent des questions à la fois esthétiques et éthiques. Mais dans l’immédiat après-guerre, et ce jusqu’au tournant des années cinquante, les correspondant-e-s parlent soit de cinéma, soit de théâtre et rarement des deux. Au fil de la carrière de Gérard Philipe, les correspondant-e-s abordent plus souvent le cinéma et le théâtre au sein d’une même lettre et s’ils analysent les prestations indépendamment, ils peuvent aussi comparer le jeu du comédien à la scène et à l’écran. Les premières lettres abordant le théâtre et le cinéma apparaissent en 1952 après la sortie de Fanfan la Tulipe et les premières représentations du Cid avec le T.N.P. Leur succès auprès du public est sans précédent dans la carrière de l’acteur et semble générer un rapprochement des goûts des publics. Que l’on soit amateur de théâtre ou passionné de cinéma, Gérard Philipe constitue donc un gage de qualité artistique (cf. Jullier et Leveratto, 2010, p. 55-62).

Le jeu de l’acteur et la persona de la star

  • 24 Lettre datée du 14 décembre 1958.

28« Emballé », « subjugué », les correspondant-e-s expriment le besoin d’écrire à Gérard Philipe pour le remercier du plaisir procuré par sa prestation. Ils désirent parler à l’acteur, au comédien, tel ce jeune garçon : « J’écris pour vous parler de l’art que vous exercez et plus particulièrement de vos créations de cinéma24 ». Les commentaires sur le jeu de l’acteur et du comédien sont extrêmement fournis. On reconnaît chez Gérard Philipe une maîtrise de son art et une capacité à se fondre dans ses personnages. Ils/elles analysent le style, la cohérence et l’originalité de son jeu instaurant ainsi une hiérarchie entre les artistes. Une correspondante le préfère à Jean Gabin vieillissant qui incarne une figure patriarcale. Elle reproche à Jean Gabin

  • 25 Lettre datée du 4 janvier 1959.

De jouer avec beaucoup de naturel, mais sans cesse son personnage […] Il ne se met pas dans la peau de son personnage, c’est son personnage qui se met dans la peau de Jean Gabin. Il en est à peu près de même pour Fernandel et Pierre Fresnay25.

  • 26 Selon le classement établi par Simon Simsi, entre 1946 et 1959 : Fernandel joue dans 23 films du to (...)

29Dans les années cinquante, le cinéma français renoue avec les figures patriarcales d’avant-guerre et ces trois acteurs, vedettes de nombreux films, sont en tête du box-office26. Ainsi, pouvons-nous penser que la grâce juvénile et la finesse aristocratique de Gérard Philipe, qui le différencient des autres stars masculines de la période, sont les clefs de sa popularité auprès du public féminin.

  • 27 Selon Richard Dyer la persona de la star est une synthèse entre personnage, acteur et individu.

30S’il est difficile pour un acteur célèbre de faire oublier sa personnalité au profit d’un personnage, les correspondant-e-s en reconnaissant sa « sincérité » et son « authenticité » montrent que Gérard Philipe réussit à dépasser cette difficulté. Passant de l’étude du jeu de l’acteur à celui de la persona27, un correspondant en relève les éléments constitutifs :

  • 28 Lettre datée du 3 décembre 1947.

31Votre vulnérabilité croît dans la mesure même de votre grandeur. Que vous soyez à la limite de l’ange ou du démon, ayant gardé toute la simplicité de l’enfance omnisciente28.

  • 29 Lettre datée du 23 février 1959.

32Il apparaît donc pour beaucoup d’admirateurs-trices comme le comédien ou l’acteur « idéal ». Certains invoquent même le vocabulaire religieux pour rendre compte du sentiment qu’ils éprouvent et du caractère extraordinaire de la prestation : « lueur surnaturelle et divine, spontanée et transcendante29 ». Cette façon de placer des êtres réels au-dessus des autres est un des signes récurrents du processus de divinisation des stars (Morin, 1984, p .85-119).

Une source de projection-identification

  • 30 Gérard Philipe milite activement pour le droit des acteurs. Il est élu président du Syndicat França (...)

33Plus que le comédien de théâtre, l’acteur de cinéma réactive des processus de « projection-identification » (Morin, 1984, p. 108). Alors que le spectateur de théâtre croit au personnage uniquement pendant la représentation, le spectateur de cinéma vit le spectacle de façon quasi mystique, prolongeant le plaisir de la vision du film hors de la salle. « Le spectateur vit psychiquement la vie imaginaire et intense, valeureuse et amoureuse des héros des films, c’est-à-dire, s’identifie à eux » (p. 108). Les lettres d’admirateurs-trices à Gérard Philipe contiennent des confidences nombreuses, des secrets sentimentaux, familiaux et professionnels. Des jeunes dans l’espoir de devenir acteur demandent des conseils, des adultes en proie aux difficultés de la profession artistique sollicitent une aide ou une protection (10 lettres). Gérard Philipe a l’image d’un travailleur insatiable et responsable qui a réussi, ce qui suscite sans doute ce type de sollicitations, d’autant plus qu’il est aussi un acteur engagé sur le plan politique et social30. Il apparaît comme un homme conscient des problèmes de son temps, capable de comprendre et de répondre aux inquiétudes. Mais si cet engagement est très largement relayé par la presse, les correspondants mentionnent très peu les activités politiques et syndicales de l’artiste.

34« La star est profondément bonne et cette bonté filmique doit s’exprimer dans sa vie privée » (p. 62). Aussi, les correspondant-e-s désirent de Gérard Philipe une écoute, une réponse et une sincérité amicale. A l’instar de cette femme qui lui attribue les qualités du prince Muichkine :

  • 31 Lettre datée de septembre 1947.

35Malgré moi votre image est apparentée à celle du Prince (dans L’Idiot) : un être plein d’idéal, perdu dans un monde matérialiste et qui sans cesse bousculé, cherche à se maintenir au-dessus des basses contingences31.

36Après quelques fléchissements dans sa vie sociale et sentimentale, elle désire « un encouragement pour continuer à marcher droit, jusqu’au point de jonction du compagnon rêvé… que mon destin ne connaîtra peut-être jamais ».

  • 32 Type incarné dans de nombreux films avant le tournant des années cinquante : Le Pays sans étoile, L (...)

37Avec son rôle d’homme doux dans L’Idiot, Gérard Philipe est aussi l’objet d’une projection amoureuse de la part de ses admiratrices. Jeune amant romantique qui a besoin d’aimer et d’être aimé32, il impose une masculinité non menaçante dans une société soumise à un retour brutal de l’ordre patriarcal et viril (Burch et Sellier, 1996, p. 245-270). Cette image filmique associée à son image médiatique d’amoureux fidèle, bon père et bon mari, explique sans doute l’engouement du public féminin. Nous ne devons cependant pas tirer de conclusions trop hâtives du fait du manque de lettres concernant les films des années cinquante. Selon Richard Dyer (Dyer, 2004), les stars revêtent un caractère polysémique. Le cas de Gérard Philipe est structuré autour d’éléments disparates qui dans les années quarante se renforcent mutuellement. L’amant-enfant, rêveur et idéaliste sur l’écran se combine au fils prodige et célibataire à la ville. En revanche, dans les années cinquante, il réconcilie des valeurs contradictoires : cynique et volage à l’écran, il demeure mari et père exemplaire à la ville. Cette modification de son image exprime les contradictions idéologiques de la société de l’époque, les inquiétudes masculines face à l’émancipation féminine. Façonnée en réponse aux attentes du public, elle n’est cependant pas analysable par le seul contenu des lettres.

38Ainsi faite, la description du contenu des lettres nous informe sur le lien qui unit Gérard Philipe à ses admirateurs-trices, sur la nature et la forme de leur admiration, sur leurs demandes explicites ou implicites. Elle permet de dégager des attitudes typiques du fan et des comportements caractéristiques du cinéphile pour montrer comment ils interagissent. En associant amour pour une star et jugement esthétique, les auteur-e-s des lettres montrent que le culte d’un acteur peut être une entrée efficace dans l’expertise cinéphilique (Montebello, 2005, p. 61). Elles nous informent à la fois sur la place de l’acteur dans le star-système et son importance dans la cinéphilie ordinaire. Le contenu des lettres révèle aussi que Gérard Philipe est apprécié et connu, à la fois au théâtre et au cinéma, et montre de nombreuses interférences entre les deux publics.

39L’analyse des lettres d’admirateurs-trices de Gérard Philipe, telles qu’elles ont été conservées dans le fonds Anne et Gérard Philipe, met en lumière un public jeune et plutôt féminin issu des couches aisées de la population. Dans le cadre d’une étude sur la réception, il pourrait être intéressant de comprendre la nature de l’enthousiasme de ses admiratrices. Une étude qui nous amènerait à approfondir le regard qu’elles portent sur elles-mêmes et les émotions qu’elles éprouvent. Dans la perspective d’une étude des pratiques sociales, les lettres donneraient aussi à voir les manifestations et les témoignages spectatoriels susceptibles de comprendre de quelle manière Gérard Philipe a affecté la vie quotidienne des spectateurs-trices.

40Les nombreux remerciements pour les conseils apportés montrent que Gérard Philipe répondait aux lettres, soucieux d’entretenir le dialogue entre l’artiste et ses spectateurs. S’intéressant aux questions sentimentales, esthétiques ou professionnelles posées par ses correspondant-e-s, Gérard Philipe ne semble pas avoir émis de jugement de valeur.

41Une étude réalisée uniquement sur les lettres d’admirateurs impose donc des précautions dans l’interprétation : 1) Du fait du tri opéré par Gérard Philipe, elle ne donne à voir que l’image que la star construit d’elle-même 2) Compte tenu des sélections possibles effectuées par les ayants droit et des contraintes associées à la conservation, elle donne à voir une image médiatisée par des tiers.

42L’étude du courrier des lecteurs des magazines populaires Cinémonde et Film complet permettrait en revanche de repérer des correspondants réguliers et d’établir des profils particuliers parmi ses admirateurs-trices de Gérard Philipe. Il serait donc intéressant de mettre en relation ces différentes sources pour pousser plus loin la réflexion sur la popularité de la star.

Haut de page

Bibliographie

Dyer 2004 : Richard Dyer, Le star-system hollywoodien, Paris, Edition nouveau monde, 2004, 213 pages.

Jullier et Leveratto 2010 : Laurent Jullier et Jean-Marc Leveratto, Cinéphiles et cinéphilies, Paris, Armand Colin, 2010, 219 pages.

Montebello 1994 : Fabrice Montebello, « Usages sociaux et usages populaires au cinéma », in Iris, n° 17, automne 1994, p. 25-42.

Montebello 2005 : Fabrice Montebello, « Le triomphe du cinéma 1940-1958 », Le cinéma en France depuis les années trente, Paris, Armand Colin, 2005, p. 31-64.

Morin 1984 : Edgar Morin, Les stars, Paris, Edition du Seuil, 1957, 192 pages.

Sellier 2009 : Geneviève Sellier, « Le Courrier des lecteurs de Cinémonde dans les années 50 : la naissance d’une cinéphilie au féminin », dans Noël Burch et Geneviève Sellier, Le Cinéma au prisme des rapports de sexes, Paris, Vrin, 2009, p. 67-90.

Sellier 2010 : Geneviève Sellier, « L’Expertise de la spectatrice ordinaire dans le courrier des lecteurs des magazines populaires. Le cas de l’Ecran Français », Studies in French Cinéma, vol. 10, n° 3, 2010, pages 219-234.

Haut de page

Notes

1 Anne Philipe est ethnologue, cinéaste, écrivaine et épouse de Gérard Philipe.

2 Lettres non datées, une petite fille et un garçon accompagnent leur lettre d’un dessin de Fanfan la Tulipe.

3 Lettre non datée, neuf jeunes filles écrivent un poème à Gérard Philipe après le première d’On ne Badine pas avec l’amour.

4 Les lettres non datées sont regroupées à la fin du dossier.

5 Jean Talky répond à « MISS IVY les artistes n’ont pas toujours le temps de répondre à leurs admirateurs. Ne leur en veuillez pas, ils ont toujours beaucoup de travail. », Cinémonde, n° 770.

6 « Et le volume de lettres a triplé […] Il faut classer tous ces messages, préparer les photos que Gérard signera. Je suis stoppée dans ces travaux par des lettres suédoises ou japonaises, mystérieuses et indéchiffrables », Témoignage de Minou, dans « Les carnets secrets de Minou », Cinémonde, n° 903.

7 Lettre datée du 23 septembre 1947.

8 Lettre datée du 9 février 1951.

9 A Pékin, Gérard Philipe est surnommé « Fanfan le Lotus ».

10 Après son divorce avec le sinologue François Fourcade, Nicole Fourcade épouse Gérard Philipe et devient Anne Philipe. Elle reprend ainsi son premier prénom.

11 Lettre anonyme et non datée.

12 Lettre datée de février 1959.

13 « Je perds chaque semaine plusieurs heures à mille travaux divers, tous un peu plus ridicules les uns que les autres, découpage d'articles, de photos (ainsi se sont amoncelées 595 photos du sieur Gérard Philipe aucune ne provenant d'un magazine de cinéma), enregistrement sur magnétophone d'extraits de pièces diffusées à la R.T.F, audition de ces bandes sonores », lettre datée du 18 janvier 1959.

14 La présidente du club écrit à Gérard Philipe pour le tenir informé des activités de l’association, lettre datée de janvier 1959.

15 Lettre datée du 5 juin 1958.

16 Lettre datée de janvier 1942.

17 La première Parisienne de Caligula a lieu le 26 septembre 1945, quatre lettres y font directement suite et une cinquième écrite en 1947, retranscrit un souvenir.

18 Sodome et Gomorrhe, première Parisienne le 11 octobre 1943, et Caligula.

19 Lettre datée du 21 janvier 1959.

20 La Calandria, Mère Courage, Nucléa, La nouvelle Mandragor, La Tragédie du Roi Richard.

21 Lettre datée du 23 février 1959.

22 Lettre datée d’avril 1955.

23 Lettre datée du 14 décembre 1958.

24 Lettre datée du 14 décembre 1958.

25 Lettre datée du 4 janvier 1959.

26 Selon le classement établi par Simon Simsi, entre 1946 et 1959 : Fernandel joue dans 23 films du top vingt du box-office, Jean Gabin 8, Pierre Fresnay 6 et Gérard Philipe 7.

27 Selon Richard Dyer la persona de la star est une synthèse entre personnage, acteur et individu.

28 Lettre datée du 3 décembre 1947.

29 Lettre datée du 23 février 1959.

30 Gérard Philipe milite activement pour le droit des acteurs. Il est élu président du Syndicat Français des Acteurs le 15 juin 1958.

31 Lettre datée de septembre 1947.

32 Type incarné dans de nombreux films avant le tournant des années cinquante : Le Pays sans étoile, L’Idiot, Le Diable au corps, La Chartreuse de Parme, Une si jolie petite plage, La Beauté du Diable, Juliette ou la clef des songes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Beaujeault, « Les lettres d’admirateurs-trices de Gérard Philipe
Nouvelles sources pour approcher la relation des spectateurs aux stars de cinéma
 », Mise au point [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://map.revues.org/1747 ; DOI : 10.4000/map.1747

Haut de page

Auteur

Camille Beaujeault

Doctorante à l’université de Paris 1

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page