Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Germain, Lacasse. Johanne, Massé. Bethsabée, Poirier. Le diable en Ville. Alexandre Silvio et l’émergence de la modernité populaire au Québec

Claude Forest
Référence(s) :

Germain, Lacasse. Johanne, Massé. Bethsabée, Poirier. Le diable en Ville. Alexandre Silvio et l’émergence de la modernité populaire au Québec, Les Presses de l’Université de Montréal, 300 pages.

Texte intégral

  • 1 Germain Lacasse, Le bonimenteur de vues animées. Le cinéma muet entre tradition et modernité, Paris (...)

1Germain Lacasse, qui a consacré de nombreuses recherches au cinéma des premiers temps au Canada, et qui a notamment déjà publié un ouvrage sur le rôle du bonimenteur1, approfondit cette thématique dans un nouveau livre de 300 pages, écrit en collaboration avec deux chercheures de son Université.

2En s’appuyant sur de nombreux extraits d’archives, notamment d’affiches, de programmes, de livrets et de coupures de presse de l’époque, les auteurs reviennent sur certains aspects méconnus du spectacle populaire en salles, aussi bien de théâtre que de cinéma, dans le Montréal des trois premières décennies du XXe siècle. Ils rappellent l’aspect hybride des consommations de ces premières décennies, les pratiques culturelles de l’époque ne distinguant pas aussi nettement qu’aujourd’hui les deux types de salles et de spectacles. L’on sait que les vues animées, initialement interludes durant les spectacles de théâtre, inversèrent progressivement leurs proportions avec le spectacle vivant. Particularité locale, peu de films étant produits au Québec, mais venant massivement des Etats-Unis, il convenait que ces derniers soient « adaptés » dans la langue des spectateurs, les intertitres traduits, rôle du bonimenteur qui perdura de ce fait longtemps dans de nombreuses salles de cette province canadienne.

3Une partie de l’ouvrage revient donc sur son rôle, et en particulier sur l’un d’entre eux, Alexandre Sylvio-Jobin qui prit le nom de scène d’Alexandre Silvio, énergique et inventif personnage qui personnalisait fortement ses interventions orales, parfois décriées par la « bonne société », mais qui lui permettait souvent de tisser des liens avec public. L’état d’esprit de cette époque, prolongée aux années 20, est fort bien rappelé, notamment celui du respect des bonnes mœurs, des tentatives fréquentes de censure, de l’intervention d’un clergé localement fort puissant, qui lutta durablement contre un cinéma qui représentait intrinsèquement à ses yeux le véhicule des bassesses et péchés humains. La pression récurrente de leurs représentants pour fermer les salles le dimanche – à défaut de pouvoir les fermer totalement – amène Alexandre Silvio à se syndiquer avec d’autres directeurs et entrepreneurs de spectacles pour lutter contre un projet de loi sur ce sujet, qui redeviendra d’actualité en 1927 suite à l’incendie du Laurier Palace.

4Différentes étapes de la carrière de cet entrepreneur dynamique sont retracées en détail, notamment sa reprise de plusieurs salles de théâtre populaire, ses difficultés de gestion, mais également ses nombreuses innovations commerciales (tirage de ticket, concours, lots gagnants, cadeaux au public, etc.) afin d’attirer et de fidéliser une clientèle pour laquelle il a toujours souhaité pratiquer des prix de places peu élevés.

5Au-delà des nombreuses anecdotes dans le fonctionnement et les pratiques de ces salles – les premiers ventilateurs qui soufflaient derrière de la glace pour produire de l’air frais, les récriminations au sujet de la taille des chapeaux de certaines dames-, les expériences dans lesquelles Silvio se lance sont parfois surprenantes. Le rappel des essais de rediffusion radiophoniques dans son théâtre le Canadien Français de spectacle ou de concerts situés à l’autre bout du Québec n’est pas le moins inattendu du parcours de celui qui fonda le Théâtre populaire. Si la modicité des prix qu’il pratiquait l’autorisait à une telle appellation (25 cents dans les années vingt, soit trois à cinq fois moindre que ses concurrents), mais l’obligeait souvent à des acrobaties financières, ou à faire appel à ses amis qui se cotisaient pour son anniversaire afin de le renflouer.

6L’ouvrage mêle ainsi le rôle d’Alexandre Silvio, atypique bonimenteur de vues animées et directeur de théâtre à Montréal, et l'histoire des théâtres et des salles de cinéma comme lieu d'émergence de la modernité populaire au Québec du début du XXe siècle à la fin des années vingt.

Haut de page

Notes

1 Germain Lacasse, Le bonimenteur de vues animées. Le cinéma muet entre tradition et modernité, Paris et Québec, Méridiens-Klincksieck et Nota Bene, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Forest, « Germain, Lacasse. Johanne, Massé. Bethsabée, Poirier. Le diable en Ville. Alexandre Silvio et l’émergence de la modernité populaire au Québec », Mise au point [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://map.revues.org/1450

Haut de page

Auteur

Claude Forest

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page