Navigation – Plan du site

La question des objets médiatiques illégitimes et populaires

The Question of Non-Legitimate and Popular Media Objects
Virginie Spies

Résumés

Les émissions de télévision populaires ainsi que la presse people sont des objets médiatiques qui sont souvent qualifiés de populaires, voire illégitimes. Cette communication propose de réfléchir à la position du chercheur, à ses contraintes et ses méthodes, lorsqu’il a fait le choix de travailler sur le discours de médias qui rassemblent une forte audience et une mauvaise image dans l’imaginaire collectif. Comment appréhender, dans l’espace de la recherche, des discours médiatiques qui peinent à trouver une légitimité. On se pose, in fine, la question de savoir si (comme pour le cas des reality shows) un genre populaire est condamné à disparaître avant de pouvoir entrer dans l’histoire de la télévision.

Haut de page

Texte intégral

1Parmi les objets médiatiques que l'on qualifie parfois de populaires, voire d'illégitimes, certaines émissions de télévision ainsi que la presse people (qui fait écho à la télévision en parlant de la vie privée des personnes devenues célèbres au moyen du petit écran) tiennent une bonne place. Ils ont plusieurs points communs, dont celui d'être décriés, tant dans la société en général que dans la communauté scientifique. En posant la question de savoir ce qu'est aujourd'hui un objet médiatique illégitime et populaire, c'est finalement celle de l'identité de chercheur qui se pose.

  • 1 Richard Hoggart, La culture du pauvre, p. 166.
  • 2 Péquignot, Bruno, La relation amoureuse, analyse sociologique du roman sentimental moderne, Logique (...)
  • 3 Spies, Virginie, Télévision, presse people : Les marchands de bonheur, Ina/De Boeck.

2Si la légitimité est la qualité de ce qui est fondé, l'objet illégitime est alors infondé. La légitimité étant étymologiquement un pouvoir conféré par la loi, on parle alors d'une personne légitime, habilitée à se prononcer dans tel ou tel domaine. Au-delà du sens juridique, on observe que la question de la légitimité est largement portée par des énonciateurs, qui contribuent à rendre légitimes (ou non) des objets. En ce sens, un objet médiatique porte sa légitimité (ou son illégitimité) du fait des énonciateurs qui traitent (ou non) de lui. La question de la légitimité est donc profondément sociale, et les sujets restent attachés aux objets. Par ailleurs, il n'est pas aisé de traiter de la notion de populaire, et il ne sera pas question ici d'en proposer une définition, mais de partir du principe qu'un média populaire est un média accessible à tous, facilement, et dont les propos sont compréhensibles et appréciables sans nécessairement exiger des connaissances culturelles approfondies au préalable. En ce sens, on peut parler de médias populaires au sens ou Richard Hoggart parle d'un « art populaire » comme d'un art qui vise à montrer, mettant en scène « ce qui est déjà connu et bien connu, partant du principe que la vie humaine est passionnante en elle-même1 ». Il est question ici de formes simples, familières et immédiatement reconnaissables. C'est bien à cette catégorie qu'appartiennent les magazines appelés désormais « magazines people ». Si les magazines people invitent leur lectorat à une certaine forme de narcissisme (les personnes dont il est question sont présentées comme ayant les mêmes traits de caractère, les mêmes défauts supposés que tout un chacun), il apparaît cependant que, comme la presse dite « populaire », les magazines people et les émissions de télévision grand public touchent des classes de la population très différentes, et bien plus larges que la seule classe qui se voudrait populaire. Souvent, le public de ces médias les pratique d'une façon non assumée, ce qui ne rend pas les choses simples pour l'analyste. Ainsi, les médias populaires sont comme les romans sentimentaux, dans le sens où ils rencontrent une forme de réprobation quasi générale, ils sont souvent méprisés2. Les médias populaires se définissent plus par ce mélange d'attirance et de répulsion qu'ils provoquent que par une définition logique et stricte qui dirait par exemple que la presse people dévoile l'intimité de personnes connues, ou se mêle de ce qui ne la regarde pas3.

  • 4 Raymond Baudon, Le sens des valeurs, PUF coll. Quadrige, p. 32.
  • 5 Raymond Baudon, Le sens des valeurs, p. 33.

3Certains objets médiatiques sont illégitimes pour la communauté scientifique qui porte dans ce cas un jugement de valeur sur ces objets. Dans cette optique, les émissions de télévision populaires et la presse people ne sont pas dignes d'intérêt. On peut observer au moins deux « types » d'illégitimité. Le premier se situe à l'intérieur des sciences de l'information et de la communication. Dans ce cas, ce sont même parfois les médias ou plutôt les médias de l'image qui sont illégitimes (au détriment d'objets qui eux, le sont). Le second se rencontre à l'intérieur même du champ de l'analyse des médias et de l'audiovisuel, et dans cette situation, il existerait par exemple des objets médiatiques légitimes, comme les programmes culturels par exemple, et d'autres illégitimes, comme les émissions de divertissement. Dans les deux cas, l'illégitimité ne se situe pas à l'extérieur, mais bien à l'intérieur du champ scientifique lui-même, dont les acteurs portent donc des jugements de valeur, avec un certain sentiment d'objectivité au sens de Raymond Baudon, lorsqu'il observe que « les jugements de valeur sont fréquemment associés à un sentiment d'objectivité4 » et que le jugement induit en même temps « le sentiment que les autres devraient en juger ainsi5 ». De fait, ce sentiment d'objectivité peut être problématique puisque se pose comme une valeur unanime le fait que ces programmes ou cette presse ne soient pas dignes d'intérêt. Il est question d'établir comme une norme le fait que certains objets puissent former des objets d'étude, et d'autres pas.

4Il est collectivement admis (mais jamais dit) dans la communauté scientifique qui est la nôtre, qu'il est préférable de travailler sur des objets médiatiques légitimes. En ce sens, ceux qui ne le font pas prennent le risque de ne pas être pris au sérieux, voire de faire partie des publics souvent méprisés de ces mêmes objets. Dans un champ (les recherches en cinéma et audiovisuel) qui semble déjà dévalorisé face aux autres champs scientifiques souvent considérés comme plus nobles, il peut être difficile de se situer, lorsque l'on ne travaille pas sur les programmes les plus renommés, que l'on privilégie par exemple les émissions à forte audience sur des grandes chaînes au détriment des émissions culturelles et bénéficiant d'un fort capital symbolique. Cela peut même constituer une exclusion, ou une auto-exclusion si le chercheur persiste à travailler autour de ces thématiques. Ce qui nous intéresse ici est d'analyser comment le chercheur, énonciateur légitime par excellence, travaille sur des objets illégitimes. Trois éléments seront ici discutés. Le premier sera la question de la légitimation de l'objet : comment les objets médiatiques, illégitimes et populaires finissent, parce qu'ils sont étudiés par des chercheurs, par acquérir, une forme de légitimité et à même un certain statut ? Le deuxième point s'intéressera au rapport entre le chercheur et son objet, parce que tous les chercheurs ne partagent pas le même intérêt pour leurs objets de recherche. Enfin, il s'agira de se pencher sur l'identité du chercheur à travers un de ses lieux d'expression émergents : les blogs. Comment la place du chercheur en cinéma et audiovisuel évolue-t-elle lorsque celui-ci s'adresse, au moyen d'Internet, à un public élargi ?

  • 6 François Jost, L'empire du loft (la suite), La dispute, 2007.

5Les objets médiatiques populaires tels que les émissions de télévision à forte audience ou la presse people (dont les chiffres de vente sont en constante augmentation) sont, pour une part, des médias « à la mode ». Le chercheur doit tenir compte de cette situation (et de l'actualité des institutions de l'audiovisuel dans leur dimension tant structurelle qu'économique), sans céder à cette mode. C'est à lui de séparer le bon grain de l'ivraie, en sachant distinguer les mouvements de mode (et de fait, pourquoi ne pas les analyser comme tels ?) des faits plus structurels. Dans tous les cas, il s'agit d'occuper une place particulière, car elle est profondément ancrée dans le temps présent des médias, même s'il s'agit d'un travail historique. En effet, comment penser la télévision d'hier sans connaître celle d'aujourd'hui ? La question de l'historicité est fondamentale, dans le sens où, une fois réalisée, cette analyse confère un statut historique aux objets. En analysant des objets médiatiques, le chercheur tient compte de sa place dans l'histoire des médias. C'est le cas de François Jost, qui replace par exemple l'arrivée des Reality Show dans l'histoire de la télévision, ou l'arrivée de la téléréalité, qu'il contextualise plus largement dans l'histoire d'une société de l'image et de la surveillance6. Dans un second temps, l'objet étudié entre (assez rapidement) dans l'histoire. Les analyses permettent de conférer un statut aux objets, de leur donner une identité. C'est le cas, en France, des programmes de débat, des reality-show etc. Dès lors, se déroule ici un processus de légitimation de ces objets illégitimes. Un certain nombre de débats et de publications sont nécessaires pour envisager un processus de légitimation. Si l'on reprend le cas des reality-show, l'on observe qu'avec le temps et un assez grand nombre de recherches qui ont compté dans le champ scientifique, ces programmes sont devenus des objets légitimes, tout en disparaissant du paysage audiovisuel. Dans ce sens, un genre populaire serait condamné à disparaître pour entrer dans l'histoire de la télévision. De plus, on observe que ces objets portent en eux des recherches qui peuvent devenir fondamentales : c'est le cas de l’aspect réalité/fiction, qui n'a pas fini de faire écrire, si nous gardons l’exemple des reality-show et de la télé-réalité. En ce sens, en menant des travaux sur ces objets populaires le chercheur leur confère une forme de légitimité qui peut non seulement faire entrer ces émissions ou ce type de presse dans des ouvrages de chercheurs, mais aussi des livres ou des essais plus grand public. Il s'agit aussi de prendre en compte des médias du divertissement au sens large du terme. En aucun cas pourtant, il travaille sur des médias « faciles », car pourquoi serait-il plus simple d'étudier la couverture de Voici que celle du Nouvel Obs, le générique de Super Nanny plutôt que celui de Ce soir ou jamais.

6Qu'il s'agisse du milieu universitaire ou d'un cadre plus étendu, comment appréhender l'imaginaire social qui se construit autour de nos pratiques de recherche, et comment le qualifier ? En étudiant le rapport entre le chercheur et son objet de recherche, on peut réfléchir au rapp01t qu'entretient le chercheur avec son objet. Apprécie-t-il les objets qu'il étudie ? Il existe différentes situations qui permettent une plus ou moins bonne connaissance a priori de ces médias. Les chercheurs qui ne font pas partie du public des médias sur lesquels ils travaillent (ils ne les pratiquent pas) peuvent avoir plus de recul sur les objets analysés, mais aussi une moins bonne connaissance du sujet. L'inverse est également vrai, et un chercheur connaissant bien le média parce qu'il fait partie de son public risquerait de manquer de recul. Dans ce cas, le chercheur est, de fait, peut-être plus apte que les autres à comprendre le plaisir qu'il y a à regarder les programmes en question ou à lire la « mauvaise presse ». Par contre, le fait de faire partie des publics de ces médias (par une pratique plus ou moins régulière et mêlant pourquoi pas travail et curiosité) n'aide pas à en connaître les pratiques. Le travail sémiologique peut donc être facilité par une enquête de terrain. C'est ce que j'ai tenté de faire, en menant une enquête au sein de la rédaction du magazine people Public. Il s'agissait de compléter l'approche analytique par une démarche pragmatique. Cette enquête m'a permis de mieux appréhender la réalité d'un terrain que je connaissais assez peu et qui possède en lui des logiques marketing que seule une enquête de terrain pouvait vraiment me permettre de découvrir. Le monde professionnel de la presse grand public est tellement éloigné de celui de la recherche et parfois même de l'imagination qu'une « immersion » permet d'ajouter une forme de réalité à l'analyse.

7Par ailleurs, ce qui rassemble la plupart des chercheurs s'intéressant à ces médias, c'est la conscience du fait qu'il est important de travailler sur ces objets illégitimes et populaires, car ce sont des médias qui connaissent des succès d'audience et qu'il est, au moins en ce sens, important de mettre au jour les raisons de ces succès. L'un des lieux d'expression des chercheurs travaillant sur ces objets se trouve être les blogs. A ce titre, le blog participe de la construction de l'identité du chercheur. Le plus souvent, ces blogs de chercheurs s'intéressent à l'actualité du champ de recherche et ils sont un lieu de réflexion qui permet au chercheur, porté par l'actualité de son domaine, d'émettre une parole régulière, dans la continuité de ses travaux scientifiques.

8Ici, le chercheur crée un nouvel espace de publicisation de la pensée et nous sommes dans la situation où» les changements de supports sont en relation avec une évolution de l'espace des formes, ce qui se traduit par une métamorphose des messages » (Jeanneret, 2000, p 38). Dès lors, la technique influence les formes du discours qui sont soit modifiées (en devenant « écrit d'écran ») soit entièrement nouvelles, parce que pensées spécifiquement pour le blog. En ce sens, l'écrit d'écran adopte une forme particulière parce qu'il est publié avec régularité, et les textes sont autant de rendez-vous entre les lecteurs et le chercheur. Entre l'écrit scientifique et la prise de position témoignant d'une opinion, ces textes sont en général relativement courts et sont conçus pour être lus chaque jour, sur un écran. Ces textes sont parfois proches de ceux que produisent des journalistes ou des bloggers qui ne sont pas chercheurs. Le blog offre alors un lieu particulier d'écriture, simple et régulier, que le chercheur ne trouve pas forcément ailleurs. En ce sens, le blog qu'a tenu Jean-Louis Fabiani lorsqu'il était à Berlin et qu'il proposait presque quotidiennement des textes du chercheur qui résidait alors en Allemagne ou encore à son nouveau blog7, dans lequel il a, en 2008, parlé de l'émission Tenue de soirée présentée par Michel Drucker, et qui se tenait à Avignon. Dans la même catégorie, on peut ranger le semioblog, qui pose un regard analytique sur l'actualité de la télévision et des médias environnant la télévision ainsi que le blog de François Jost8.

9Il est indéniable qu'à travers la présentation de soi sur un blog, le chercheur devient un énonciateur dont l'espace de parole s'agrandit. En ce sens, le blog permet d'enrichir le réseau des relations et il accompagne l'évolution du statut du chercheur au sein de la société. Non seulement le chercheur propose un nouvel espace de discours et un autre lieu de rencontre à ses étudiants, mais, de plus, le blog est lu par des personnes n'appartenant pas au milieu scientifique, mais à la société en général. Dans ce cas, le blog contribue à augmenter la notoriété (au sens large) du chercheur. Il occupe alors une fonction sociale élargie, expliquant les phénomènes informationnels et communicationnels de façon régulière sur son blog. En ce sens, le blog possède une fonction de carte de visite, car il est un vecteur de communication important. Un blog bien référencé permet à son auteur de se faire connaître dans un cercle élargi, et ceci à partir de ses centres d'intérêt les plus actuels. Il peut arriver qu'un journaliste cherchant par exemple à faire un reportage sur un sujet d'actualité, tape des mots clés sur Internet et trouve un article écrit par le chercheur sur son blog, ce qui le mène à contacter ce chercheur en cinéma ou audiovisuel pour l'interviewer. Sans ces nouveaux moyens de communication, la publicisation du chercheur n'aurait pu se faire dans ces conditions et avec cette rapidité. De plus, il apparaît que notre discipline est, encore plus que les autres, au cœur de ce phénomène. En effet, les sciences de l'information et de la communication sont souvent au cœur de l'actualité, et cette actualité, souvent « brûlante », est intéressante pour les médias. Ces blogs posent un autre regard sur ces phénomènes communicationnels.

10Il faut aussi tenir compte de la manière dont les propos tenus sur les blogs sont relayés et cités sur la toile. Les discours connaissent alors plusieurs existences, sont repris sur d'autres blogs ou sites Internet, ce qui contribue également à modifier l'image du chercheur. En règle générale, le chercheur ne maîtrise plus sa parole qui va être reprise par d'autres énonciateurs. Si chacun peut voir ses propos repris sur la toile (même ceux qui ne s'expriment pas sur un blog), le chercheur qui écrit régulièrement sur son blog peut s'attendre à voir ses propos repris sur de nombreux autres blogs sans qu'on lui en demande l'autorisation. Dans ce cas, il s'agit le plus souvent de reprendre des propos du chercheur pour alimenter un thème, traiter d'un sujet particulier sur lequel le chercheur s'est exprimé. Il existe un autre phénomène de reprise, à partir de sites qui ont demandé l'autorisation de reprendre les propos du blog. A ce titre, le site Paperblog propose de « mettre en avant les meilleurs articles créés sur les blogs » et il s'alimente des articles d'autres blogs. C'est un moyen d'être lu dans d'autres lieux que son propre blog, tout en étant bien référencé et donc d'élargir le cercle des lecteurs. Paperblog permet aux internautes d'accéder rapidement aux blogs cités et d'augmenter leur notoriété. Comme le commun des bloggers, le chercheur s'intéressant aux médias populaires est ici susceptible de s'intéresser à son audience et peut avoir envie de l'augmenter. « Cyber chercheur », il devient alors le rédacteur d'un média comme les autres, ce qui peut poser la question de la réflexivité et de ses enjeux dans le sens où certains blogs sont eux-mêmes consacrés aux médias.

  • 9 Jacobi, 1999.
  • 10 Jacobi, 1986, p. 15.
  • 11 Vandendorde, 1999, p. 179.

11Les objets qui nous intéressent ici sont susceptibles d'intéresser un public qui dépasse largement les universitaires ou les spécialistes de la question. Dès lors, ils peuvent trouver leur place dans un espace à l'intérieur duquel peuvent émerger de nouveaux discours, qui s'adressent à d'autres publics grâce à cette médiation. Si les blogs de ces chercheurs n'ont pas inventé la vulgarisation scientifique, qui a trouvé depuis longtemps de nombreux lieux d'expression9, ils sont pourtant à la source d'un nouveau discours. Comme c'est le cas dans d'autres lieux de vulgarisation, les blogs de chercheurs étudiés ici utilisent fréquemment le temps présent. De plus, ces blogs partent souvent d'exemples pour illustrer un propos ou une réflexion et les images servent à agrémenter les dires, mais n'ont en général, pas un rôle important. Le plus souvent, elles ne divulguent pas d'information scientifique et elles ne servent qu'à illustrer les propos du chercheur. L'étude des différents blogs de chercheurs en cinéma et audiovisuel, travaillant sur des objets populaires montre que la plupart de ces blogs tiennent un discours de vulgarisation, si l'on considère qu'est « considérée comme vulgarisée toute pratique discursive qui propose une reformulation du discours scientifique10 ». Le discours scientifique est une communication de spécialiste destinée à d'autres spécialistes, alors que le discours de vulgarisation tend à reformuler pour s'adresser à d'autres personnes que les spécialistes, et c'est bien à un public de non-spécialistes que s'adressent les blogs étudiés ici. Ce discours est donc pluriel, il peut prendre différentes formes et avoir diverses ambitions. Les chercheurs, qui produisent un savoir scientifique écrit, sur un support papier et traditionnel sont donc parfois aussi ceux qui s'expriment par des moyens extrêmement modernes de communication. Les blogs de chercheurs sont en ce sens de nouveaux lieux de production du savoir, et ils diffusent une autre forme de discours, inhérente à la forme imposée par les écrits d'écran. Dès lors, « si la bibliothèque à laquelle on s'adosse est toujours un symbole de savoir pour l'universitaire interrogé sur une question quelconque, l'ordinateur garantit la modernité de sa démarche11 ». Carte de visite électronique, mais qui en dit bien plus long que de nombreux documents, le blog dévoile l'identité du chercheur, ses travaux et ses manières de penser. Il peut permettre d'élargir son public tout en rendant la pensée plus applicable et opératoire, car elle quitte le cadre du laboratoire, du centre de recherche ou de l'université qui n'encadrent pas ces nouveaux lieux de discours. Plus analytiques que d'autres blogs qui ne sont pas des blogs de chercheurs, ces blogs sont encore en train de s'inventer comme des médias d'un autre genre, libérés des contraintes que peuvent présenter des médias plus formels. En créant de nouvelles communautés de publics, les blogs de chercheurs peuvent cependant devenir une contrainte pour leurs auteurs, car les lecteurs viennent chaque jour, s'inquiètent parfois de ne pas voir de nouveaux articles, et se plaignent lorsqu'un blog disparaît. En ce sens, les publics renvoient aux chercheurs une nouvelle image d'eux-mêmes, et ils créent une autre demande sociale vis-à-vis du chercheur, qui a tendance à devenir un nouvel interlocuteur du monde social.

12Par ailleurs, comment réfléchir aux nouveaux réseaux sociaux tels que Facebook, dans lesquels figurent déjà un certain nombre de chercheurs ? Facebook permet d'étendre son réseau, en étant « ami » avec un nombre croissant de personnes, dont de nombreux étudiants. Facebook permet également de créer des groupes, qui peuvent même concerner certains thèmes de recherches. Mais il faut bien entendu entretenir ces groupes régulièrement, ce qui peut vite apparaître comme une nouvelle contrainte. Par ailleurs, les réseaux tels que Facebook peuvent comporter des inconvénients en matière de confidentialité. Enfin, c'est bien la question de l'identité du chercheur en SIC qui se joue ici, dans le sens où les chercheurs, même s'ils ne possèdent pas de blog, sont de plus en plus cités sur la toile, et les textes se déplacent, prenant différentes formes. La parole s'exerce dans de nouveaux espaces à l'intérieur desquels le chercheur doit trouver sa place, non seulement en tant qu'individu, mais aussi comme quelqu'un qui appartient à une institution scientifique et à une discipline qui peut être elle-même sujet et objet.

  • 12 J.P. Esquenazi, Sociologie des œuvres, de la production à l'intetprétation, Armand Colin, coll. U, (...)

13De son blog à ses écrits scientifiques, le chercheur est porteur d'une énonciation qui lui est propre, et d'un parcours bien particulier. En ce sens, il est un énonciateur qui annonce comme « par avance » ce dont il va être question, il porte en lui ses points de vue préalables, ses travaux antérieurs, son histoire. Il n'est jamais un « simple » énonciateur, mais bien un chercheur qui s'exprime comme un spécialiste de la question qu'il étudie. En cela, il occupe une place particulière dans la société, et de surcroît lorsqu'il étudie des médias populaires, car il est susceptible d'intéresser un large public. Par ailleurs, comment envisager la question des institutions université et laboratoire et jusqu'où l'identité de ces institutions joue-t-elle un rôle ? Si, comme le dit Jean-Pierre Esquenazi « l'institution délimite le champ de l'invention12 », l'institution, comme opérant sur un champ de possibilités où vient s'inscrire le comportement de sujets agissant, joue un rôle important dans le choix des sujets de recherche. Le cas est encore plus évident lorsqu'il s'agit de projets venus de l'ANR, qui impulse directement des sujets de recherche autour desquels se montent des équipes. L'institution joue un rôle essentiel dans les choix des thématiques, et leur traitement.

14Car, encore plus que dans d'autres cas de médias de l'image, ces médias populaires témoignent souvent d'un état de la société. Ils en sont, non pas le reflet, mais un témoin privilégié : reality-show, télé-réalité, coaching et émissions sur le corps nous en disent long sur ce qu'est la société. Devenus experts de ces questions (qui sont donc aussi des questions de société), il est alors fréquent que les chercheurs qui travaillent sur ces objets soient conduits à venir expliquer certains phénomènes médiatiques dans les médias eux-mêmes. Ils deviennent les personnes compétentes pour parler de médias illégitimes et populaires, et conduisent (cette fois, dans la sphère médiatique), à légitimer ces objets. Il faut alors, plus largement, réfléchir à la question du rapport du chercheur à la société.

Principaux blogs visités ou étudiés

15Ethis, E, Socioblog. Disponible sur : http://ethis-e.blogspot.com

16Fabiani, JL, Le piéton de Berlin [n'est plus en ligne]. L'auteur a créé un autre blog au mois de mars 2008 : http://www.mediapart.fr/​club/​blog/​fabianix

17Jost, F, Comprendre la télévision. Disponible sur : http://mathias012.vox.com

18Meyer, V, Le blog de Vincent Meyer. Disponible sur : http://www.vmeyer.canalblog.com

19Spies, V, Semioblog. Disponible sur : http://Semioblog.over-blog.org

20FaceBook: http://www.facebook.com

21Paperblog: http://www.paperblog.fr

Haut de page

Bibliographie

Dirs. Bourdon J., Jost F., 1998, Penser la télévision, Actes du colloque de Cerisy, 336 pages.

Dirs. Cardon D., Jeanne-Perrier V., Le Cam F., Pélissier N., 2006, Autopublications, Réseaux n° 137, Paris, Editions Hermès, 202 pages.

Esquenazi JP., 2003, Sociologie des publics, Tournai, La découverte, Repères, 122 pages.

Fabiani J-L., 2007, Après la culture légitime : Objets, publics, autorités, 256 pages.

Hoggart R., 1979, La culture du pauvre, Les éditions de minuit, coll. Le sens commun, 424 pages.

Goffman E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Les éditions de minuit, coll. Le sens commun, 251 pages.

Jacobi D., 1986, Diffusion et vulgarisation, itinéraires du texte scientifique, Besançon, Les belles lettres, Annales littéraires de l'université de Franche-Comté, 182 pages.

Jacobi D., 1999, La communication scientifique, Discours, figures, modèles, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 277 pages.

Jeanneret Y., 2000, Y a-t-il (vraiment) des technologies de l'information ? Lille, Presses Universitaires Du Septentrion, 134 pages.

Jost, F., 2007, Le culte du banal, De Duchamp à la télé-réalité, CNRS éditions, 150 pages.

Jost, F., 2007, L'empire du loft (la suite), La dispute, 170 pages.

Passeron C., Grignon C., 1989, Le savant et le populaire, Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, 260 pages.

Rouquette S, 2003, L'impopulaire télévision populaire, Logiques sociales, professionnelles et normatives des palabres télévisés, L'Harmattan, 304 pages.

Spies V., 2008, Télévision, presse people : les marchands de bonheur, Ina / De Boeck, 210 pages.

Vandendorde C., 1999, Du papyrus à l'hypertexte- Essai sur les mutations du texte et de la lecture, Paris, Editions La Découverte, Coll. Sciences et Société, 271 pages.

Weissberg J-L., 1999, Présences à distance, Paris, L'Harmattan Communication, 301 pages.

Haut de page

Notes

1 Richard Hoggart, La culture du pauvre, p. 166.

2 Péquignot, Bruno, La relation amoureuse, analyse sociologique du roman sentimental moderne, Logiques sociales, l'Harmattan, p. 8.

3 Spies, Virginie, Télévision, presse people : Les marchands de bonheur, Ina/De Boeck.

4 Raymond Baudon, Le sens des valeurs, PUF coll. Quadrige, p. 32.

5 Raymond Baudon, Le sens des valeurs, p. 33.

6 François Jost, L'empire du loft (la suite), La dispute, 2007.

7 http://www.mediapart.fr/club/blog/fabianix

8 http://mathias012.vox.com/

9 Jacobi, 1999.

10 Jacobi, 1986, p. 15.

11 Vandendorde, 1999, p. 179.

12 J.P. Esquenazi, Sociologie des œuvres, de la production à l'intetprétation, Armand Colin, coll. U, p. 55.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Spies, « La question des objets médiatiques illégitimes et populaires », Mise au point [En ligne], 1 | 2009, mis en ligne le 12 août 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://map.revues.org/1270 ; DOI : 10.4000/map.1270

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page