Navigation – Plan du site

La construction d'un corpus audiovisuel : choix des critères de pertinence et stratégies de légitimation des objets de la recherche

The Building of an Audiovisual Corpus: The Choice of Relevant Criteria and Strategies of Legitimation of the Objects of Research.
Bernard Papin

Résumés

Créé en 2006, le groupe LU/TE (Lumières et télévision) s’interroge sur les représentations du Siècle des Lumières à la télévision française, des années 1950 à nos jours. Il réunit des chercheurs venus d’horizons différents (littérature, sémiologie audiovisuelle, études de réception…) qui s’efforcent de dessiner la postérité, entre héritage et trahison, du XVIIIe (Siècle des Lumières), au travers des images que nous nous en forgeons. Il s’est donné pour tâche première de constituer une base de données commune à tous les chercheurs du groupe. Cette démarche initiale s’est immédiatement heurtée à une série de difficultés épistémologiques et méthodologiques sur la nature des objets télévisuels à faire figurer dans ce corpus, leur pertinence, leur appartenance générique et a conduit le groupe à s’interroger sur ce qu’il croyait savoir sur les notions d’œuvre, d’auteur et de genre en matière audiovisuelle.
Dans un premier temps, cette recherche avait été initiée selon une problématique de l’adaptation des œuvres littéraires à l’écran et reposait sur une idéologie de la légitimité culturelle. Mais il est vite devenu évident que le choix d’une telle réfraction était réducteur et qu’il convenait d’élargir la recherche à tous les objets télévisuels témoignant peu ou prou du Siècle des Lumières, de ses œuvres, mais aussi de ses savoirs, de ses valeurs et de ses croyances afin de mieux appréhender ces images que notre modernité construit. Il importait donc de prendre en compte tout ce que la télévision produit, mais également tout ce qu’elle diffuse. D’où un élargissement du corpus aux images documentaires, aux reportages, mais aussi aux retransmissions de spectacles vivants, à la diffusion d’œuvres cinématographiques… Mais très vite, face à l’engorgement qui menaçait, et, surtout, face au risque d’insignifiance, il est apparu nécessaire, avant d’admettre une émission dans le corpus, de se doter de critères de pertinence objectifs, admis par tous et concernant essentiellement l’espace historique de la représentation, le cadre de programmation, l’appartenance générique, le public visé, etc. , avec le souci premier de l’autonomie de l’objet digne ainsi constitué et de sa visée communicationnelle. Mais tout cela ne va pas de soi : ce sont les notions d’œuvre audiovisuelle, d’auteur et de genre qui se trouvent une nouvelle fois questionnées, remises en cause, bousculées parfois. Où l’on vérifie que, bien entendu, toute recherche conséquente se construit sur la contestation des certitudes conceptuelles qui la fondent initialement.

Haut de page

Texte intégral

1Maître de conférences IUT Cachan – Université Paris Sud 11. Chargé de cours UFR cinéma et audiovisuel Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle. Membre du CEISME ; responsable du groupe « Lumières et télévision ». Dernier ouvrage : L'invention du carré blanc : images convenables, images inconvenantes sur le petit écran des années 1960, L'Harmattan, coll. de visu, mars 2006.

2Créé en 2006 au sein du CEISME que dirige François Jost à l'université de la Sorbonne Nouvelle, le groupe « Lumières et télévision » s'interroge sur les représentations du Siècle des Lumières à la télévision française des années 1950 à nos jours. Même s'il est vrai que la télévision est son champ d'investigation privilégié, il ne néglige pas pour autant le cinéma – du moins lorsque celui-ci devient l'hôte du petit écran, comme on le verra ultérieurement. Il réunit des chercheurs venus d'horizons universitaires et de champs disciplinaires différents : littérature, études cinématographiques et audiovisuelles, histoire, sociologie, études italiennes et anglo-saxonnes, etc.

  • 1 Emmanuel Kant, « Réponse à la question : Qu'est-ce que les Lumières ? », in Qu'est-ce que les Lumiè (...)
  • 2 Maurice Godelier, Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l'anthropologie, Albin Mi (...)
  • 3 cf. Jean-Claude Guillebaud, La trahison des Lumières, Seuil, 1995.

3Ce qui fédère ces chercheurs, c'est évidemment, d'abord, un même intérêt pour le XVIIIe siècle et ses valeurs, qui en font précisément le Siècle des Lumières. Ce n' est pas le lieu ici de se reposer la célèbre question kantienne « Was ist Aufkläirung ? » mais disons que nous faisons nôtre la « devise des Lumières » que proposa Kant à ses contemporains lorsqu'il répondit en 1784 à l'interpellation du pasteur Zollner : les Lumières, c'est ce moment où l' homme eut « le courage de [se] servir de [son] propre entendement » afin de sortir de cette « minorité qui n'est imputable qu'à lui » et qui lui faisait jusque-là rechercher sans cesse des « tuteurs1 » et autres maîtres à penser. Il s'agit pour nous de traquer cet « imaginaire » des Lumières – imaginaire au sens où l'entend l'anthropologue Maurice Godelier quand il parle de cet ensemble « fait d'idées, d'images et de représentations de toutes sortes » dont se dotent les hommes pour appréhender le monde, et l'interpréter dans le moment même où ils le représentent puisqu'il est vrai que « toute représentation est en même temps le produit d'une interprétation de ce qu'elle représente2 » qui se construit au travers des images que nous nous en forgeons, et ce depuis plus d'un demi-siècle. Il s'agit de dessiner la postérité, entre héritage et trahison, du XVIIIe siècle des Lumières. Il sera évidemment crucial de rendre compte de l'évolution de la réception des Lumières au fil des décennies et de mesurer, pour le temps présent, à une époque, la nôtre, que l'on accuse d'avoir beaucoup trahi les Lumières3, ce qu'il reste des Lumières, pour reprendre le titre d'un ouvrage de Jean-Marie Goulemot qui a en quelque sorte initié cette réflexion : Adieu les philosophes. Que reste-t-il des Lumières ?, publié au Seuil en 2001, dans une collection dont le titre est pour nous tout un programme : « L'avenir du passé ». Bien entendu, cette plongée dans notre mémoire télévisuelle (mais aussi cinématographique), en même temps qu'elle nous éclaire sur les (re)lectures des Lumières qui ont été les nôtres en plus d'un demi-siècle de programmation, est également l'occasion d'une interrogation approfondie sur la télévision, son histoire, ses genres et formats et son rapport singulier à ses publics.

  • 4 Tanguy Bizien, « Les Liaisons dangereuses à la télévision et au cinéma. De Charles Brabant à Stephe (...)
  • 5 Roselyne Quemener, « La (Double) Vie de Marianne : quand Benoit Jacquot livre deux versions du roma (...)
  • 6 Geneviève Landié, « Les magazines de télévision, une propédeutique à la réception des programmes di (...)
  • 7 Emmanuelle Meunier, « Les évasions télévisuelles de Casanova ».
  • 8 Bernard Papin,« Le libertinage en série : la Série rose et la littérature licencieuse du XVIIIe siè (...)
  • 9 Nicolas Schmidt : « Les bandits d'honneur, hérauts des Lumières ? ».
  • 10 Philippe Lavat, « Un aperçu scolastique sur le Siècle des Lumières : recherche d'inspiration nomina (...)

4Rapidement, dès que le groupe s'est constitué, un certain nombre d'analyses a fait l'objet de communications dans le cadre de notre séminaire. C'est ainsi que trois études ont confronté l'écriture télévisuelle et l'écriture cinématographique en prenant pour objets d'analyse les adaptations d'une même œuvre littéraire adaptée au cinéma et à la télévision4 parfois par un même auteur5. Une quatrième a étudié la façon dont la presse spécialisée en matière de télévision préparait la réception de l'adaptation d'une œuvre réputée difficile6, dans les années 1980 puis 2000. D'autres analyses ont porté sur les représentations de figures majeures du XVIIIe siècle que sont l'aventurier, le libertin et le bandit d'honneur : il a ainsi été question de « évasions télévisuelles7 » de Casanova, de l'adaptation d'un texte érotique de Mirabeau par la « Série rose » dans les années 19808 ou des exploits de Mandrin9 à la télévision. Une recherche plus exhaustive sur Voltaire, dont nous reparlerons, a posé la question de savoir si notre rapport aux Lumières était avant tout bâti sur le registre de la seule commémoration patrimoniale10.

5Mais nous avons pensé que ce travail ne pouvait valablement s'accomplir que si nous nous étions dotés préalablement d'un outil commun de recherche : le groupe s'est donc donné pour tâche première de constituer un corpus des émissions de télévision intéressant notre sujet qui servirait de base de données commune à tous les chercheurs du groupe. Et c'est là que les difficultés ont véritablement commencé...

6Cette démarche initiale s'est en effet immédiatement heurtée à une série de difficultés épistémologiques et méthodologiques sur les limites dudit corpus et, surtout, sur le statut des objets télévisuels à y faire figurer – ce qui a conduit le groupe à s'interroger sur la notion de pertinence des objets de la recherche et, on le verra, à remettre en question une bonne part de ce qu'il croyait savoir sur les notions d'œuvre, d'auteur et de genre en matière audiovisuelle. Pour commencer, il y avait, certes de manière assez attendue en matière de constitution de corpus, mais présentant ici une complexité particulière, un problème de bornes, c'est-à-dire de délimitation historique du champ de la recherche. Non pas en ce qui concerne les images télévisuelles – nous avons choisi de travailler sur les émissions diffusées à la télévision française depuis ce qui peut être considéré comme sa date de naissance officielle, c'est-à-dire 1949 –, mais sur la matière profilmique à prendre en considération. Et cette question mobilise des savoirs qui ne sont pas toujours (ou pas tout à fait) les nôtres. Il a donc fallu se tourner vers les historiens, les philosophes et les historiens de la littérature.

  • 11 Michel Delon et Pierre Malandain, Littérature française du XVIIIe siècle, PUF, 1996, p. 4.
  • 12 Jean-Marie Goulemot, Adieu les philosophes. Que reste-t-il des Lumières ?, Seuil, collection « L'av (...)

7On peut d'abord légitimement se demander s'il faut accepter l'assimilation de l'ensemble du XVIIIe siècle au « Siècle des Lumières » alors que, nous rappellent, parmi d'autres, Michel Delon et Pierre Malandain, cette notion est » une image largement construite au XIXe siècle » et que les « Lumières » sont « moins un système qu'une démarche11 » susceptible d'inflexions diverses, et parfois contradictoires. Jean-Marie Goulemot ne dit pas autre chose quand il met en garde contre une tentation globalisante qui serait fautive, car « en laissant entendre qu'il existerait un XVIIIe siècle, aux contours et aux contenus définis, à la signification fixée à tout jamais, elle occulte que le XVIIIe siècle est aussi une suite de reconstructions aléatoires possédant leur historicité propre » avant d'ajouter que l'on « revendique toujours un passé plus ou moins rêvé et reconstruit12 ». C'est donc à la construction/déconstruction par les images (télévisuelles) d'une image déjà historiquement constituée qu'il nous faut travailler.

  • 13 Entre autres, deux téléfilms, en 1967 et 2003.

8Il est bien évident par ailleurs qu'on ne saurait négliger les parts d'ombre de ce siècle de lumière et que les adversaires des philosophes – les « anti-Lumières » comme il est convenu désormais de les appeler – même s'ils sont souvent plus mineurs, doivent entrer dans le champ de nos préoccupations. De même, comment ne pas s'intéresser à ces mythes emblématiques des éclipses de la Raison triomphante, comme par exemple la ténébreuse affaire de la « Malebête » (La Bête du Gévaudan), qui a d'ailleurs maintes fois mobilisé l'attention des programmateurs de télévision13 ?

  • 14 Béatrice Didier, Histoire de la littérature française, Nathan Université, 1992.
  • 15 Paul Hazard, La prise de conscience européenne 1680-1715, Fayard, 1961.
  • 16 Michel Delon et Pierre Malandain, op. cit. p. 17.

9Ensuite, et en rapport avec la réponse forcément nuancée à apporter à cette première question, il convient de se donner des limites. Or, les spécialistes du domaine n'ont pas fini eux-mêmes d'en discuter... C'est toujours une question de terminus ad quo et de terminus ad quem. Beaucoup d'entre eux choisissent 1715, la mort de Louis XIV, comme terminus ad quo mais, par exemple pour Béatrice Didier14, éminente spécialiste de la littérature du XVIIIe siècle s'il en fut, c'est 1699 (mort de Racine, symbole de la fin de la génération classique des Molière et autres La Bruyère) qu'il faut prendre en compte... Depuis les travaux déjà anciens, mais fondateurs de Paul Hazard15 sur la prise de conscience européenne à la fin du XVIIe siècle, nombreux sont ceux aussi qui considèrent les années 1680 comme la véritable entrée dans les Lumières, avec les premiers » éclaireurs » que furent Bayle et Fontenelle. C'est le cas de Michel Delon et Pierre Malandain, précédemment cités, qui estiment qu'à ce moment en effet » quelque chose survient, qui ne pourra plus s'accommoder des systèmes où la force fait la justice, où la foi s'impose à la raison, où l'autorité de celui qui s'en trouve investi va de soi, où le seul problème que chacun est légitimement en droit de se poser est celui du salut de son âme16 ». Et c'est le terminus ad quo que nous avons retenu.

  • 17 Béatrice Didier, op. cit. préface, p. 4.
  • 18 France 3, 10-24 mai 2007.

10Pour la fin des Lumières, la question essentielle qui se pose est de savoir si la Révolution est dans une relation de continuité directe – question récurrente, et jamais vraiment tranchée – avec la pensée des « philosophes », dont on sait bien qu'ils ne furent pas – du moins pour ce qui concerne les plus reconnus d'entre eux – révolutionnaires. Béatrice Didier, tout en admettant qu'aucun des grands auteurs ou penseurs des Lumières n'a été le contemporain de la Révolution et en reconnaissant qu'« on peut gager qu'ils en auraient réprouvé sa violence, ses moments de tyrannie et de terreur17 » la fait néanmoins entrer dans son corpus, jusqu'à 1799, c'est-à-dire la prise du pouvoir de Bonaparte. Nous avons choisi à l'inverse de considérer 1789 (1793 serait peut-être plus pertinent encore) comme la date-symbole qui fait basculer le siècle tel que le définit le calendrier dans une autre logique historique, sans nous interdire toutefois une grande souplesse dans le traitement de nos références pour les auteurs (Restif de la Bretonne, Sade, ... ) et les figures historiques (Marie-Antoinette) qui traversent le siècle et ses différents régimes. Et bien entendu, il serait absurde d'écarter des fictions télévisuelles, comme le récent Tropiques amers18, dont le discours sur la question de l'esclavage pendant et après la Révolution ne prend sens que par l'enracinement fictionnel du premier épisode dans la période pré-révolutionnaire.

  • 19 François Jost, Introduction à l'analyse de la télévision, Ellipses, 1999, p. 29-30.
  • 20 Communication citée supra, note 10.
  • 21 Selon une méthode de discrimination empruntée à Bertrand Russell.

11La deuxième difficulté, plus évidente encore au point qu'elle n'est pas à ce jour totalement surmontée, concerne la mise en place des critères qui vont nous permettre d'admettre une émission de télévision (j'emploie à dessein ce terme relativement large et neutre) dans ledit corpus. Il faut savoir que, dans un premier temps, cette recherche avait été initiée selon une problématique de l'adaptation des œuvres littéraires (du XVIIIe siècle) à l'écran. L'entreprise reposait donc sur une idéologie de la légitimité culturelle qui rendait évidente la sélection dans le corpus d'une œuvre (là aussi le terme est choisi à dessein) télévisuelle : n'était jugé digne du corpus qu'une dramatique, ou un téléfilm ou un feuilleton qui adaptait une œuvre littéraire du XVIIIe siècle. Il est tout de suite devenu évident que le choix d'une telle réfraction était réducteur et qu'il convenait d'élargir la recherche à tous les objets télévisuels témoignant peu ou prou du Siècle des Lumières, de ses œuvres, mais aussi de ses savoirs, de ses valeurs et de ses croyances, afin de mieux appréhender cet imaginaire que notre modernité construit. Il importait donc de prendre en compte tout ce que la télévision produit, mais également tout ce qu'elle diffuse. D'où un élargissement du corpus aux modes génériques de l'authentifiant (images documentaires, reportages, émissions de débat...) et du ludique19 (pub, jeu, ...) – mais aussi aux retransmissions de spectacles vivants, à la diffusion d'œuvres cinématographiques, ce qui finit par nous entraîner loin des territoires spécifiquement télévisuels , ou réputés a priori comme tels . Nous nous sommes donc lancés, à l'Inathèque de France, dans des recherches tout azimut qui ont fait remonter dans nos filets des centaines d'émissions – lesquelles ont immédiatement provoqué un inquiétant phénomène d'engorgement du corpus ... L'expérience la plus spectaculaire a été conduite par Philippe Lavat20 qui, par une méthode qu'il a qualifiée de « nominaliste », a recensé 850 références « Voltaire »... Après avoir éliminé toutes les allusions au boulevard, lycée, gymnase, restaurant, etc. Voltaire, et en ne gardant ensuite que les émissions où « Voltaire » est clairement assimilable à « l'auteur de Candide21 », il lui restait encore près de 450 références... Et notre chercheur d'avouer sa perplexité devant cette abondance de biens qui nuit à sa sérénité quand il se rend compte de la disparité des objets ainsi collectés :

  • 22 ORTF, 2e chaîne, 30/12/1968.
  • 23 Apostrophes, A2, 02/4/1982.
  • 24 France 3, le 13/5/2008.
  • 25 A2, le 16/4/1984.
  • 26 « Robert Damton historien », Océaniques, FR3, le 25/7/1988.
  • 27 En référence à la définition que donnent de ce type d'émissions Francesco Casetti et Roger Odin, « (...)

12Cet ensemble peut comprendre aussi bien « des personnages à tête d'animaux citant des phrases de Voltaire, Balzac et la Marquise de Sévigné » (Dim, Dam, Dom – 12 mai 1968), qu'une interview de la lauréate du prix Hachette 1967 dans laquelle celle-ci affirme « J'ai choisi Voltaire parce qu' il a fait beaucoup pour la liberté de l'esprit, un esprit de critique » (Journal Télévisé, 4 octobre), ou bien encore la diffusion d'un extrait de la pièce Voltaire's Folies de Jean-François Prévand dans une mise en scène de Gérard Maro (Ainsi font, font, font – 8 septembre 1991). Face à cet engorgement qui menaçait, et, surtout, face au risque d'insignifiance qui guettait, il est apparu nécessaire, avant d'admettre une émission dans le corpus, de se doter de critères de pertinence objectifs discutés puis admis par tous et concernant essentiellement le cadre de programmation, rappartenance générique, avec le souci premier de l'autonomie de l'objet digne ainsi constitué et de sa visée communicationnelle. Il fut donc décidé de ne retenir que des émissions constituant un tout, dans une logique de programmation clairement identifiable, avec une promesse ouvertement assumée , centrées sur un auteur ou un « motif » majeur du siècle et d'une durée significative ... Mais, on le voit, tout cela ne va pas de soi : si l'admission d'une adaptation du Neveu de Rameau22 ou celle d' un numero d'Apostrophes23 entièrement consacré au « siècle des Lumières » ou la diffusion du film de Patrice Leconte Ridicule24 ne font pas problème, celle d'un reportage de trois minutes dans un JT sur le nettoyage de la statue de Diderot à Langres25 fait davantage débat ... Si la mention dans le corpus du passage d'un éminent historien spécialiste des Lumières26 dans Océaniques semble s'imposer, en dira-t-on autant de la brève citation d'un extrait d'un texte de Rousseau ou de Voltaire dans une émission dominicale de divertissement ? ... Philippe La vat a étudié de près le cas de 1'émission omnibus27 TéléCaroline du 26 janvier 1989, dans laquelle de jeunes comédiens interprètent en direct des extraits de Zaïre, tragédie écrite par Voltaire en 1732 :

Les extraits de la pièce, au nombre de trois, durent chacun un peu moins d'une minute. La séquence dans laquelle les extraits s'insèrent dure six à sept minutes. L'émission dans sa globalité s'étend sur une heure et demie. La séquence durant laquelle on joue Voltaire en direct est brève et fragmentée. Elle s'insère de plus dans un enchâssement de discours pour lesquels elle pourrait être considérée comme alibi culturel plutôt que comme finalité.

  • 28 Pierre Beylot, « Auteur et énonciateur à la télévision, des figures plurielles », in Télévision : n (...)
  • 29 François Jost, « Quand y a-t-il énonciation télévisuelle ? », in Penser la télévision, INA-Nathan, (...)
  • 30 Ibid. p. 40.
  • 31 Ibid. p. 44.

13Cette émission ne répond donc en rien aux critères précédemment définis. Et pourtant ? Dans l'étude précise qu'il propose du déroulement de cette émission et de ses conditions pragmatiques de réalisation, Philippe Lavat montre qu'un tel mauvais objet ne saurait être trop vite écarté, avant de conclure que bien des « questions judicieuses, éclairées, naissent d'une bribe de reportage, d'une série sans prétention, d'un vidéoclip ou d'une publicité ». Je pourrai ici multiplier les exemples de ces cas déchirants où la question de la légitimité de l'objet de la recherche est posée. Pour tenter d'avancer, nous avons sagement, mais peut-être aussi un peu lâchement opté pour une solution par étapes, pas totalement satisfaisante, mais qui permet de commencer à travailler : nous allons d'abord constituer une base commune à tous les chercheurs alimentée par tous au fil des investigations selon des choix que chacun assume en fonction des critères retenus, et qui pourrait un jour assez prochain faire l'objet d'une publication scientifique. Mais, dans les limbes en quelque sorte, chacun d'entre nous continue d'alimenter un second corpus, plus large, ou corpus fantôme, que chacun constitue avec ses rebuts, c'est-à-dire ces références provisoirement écartées parce que jugées peu dignes, pour les raisons évoquées précédemment, mais qui pourraient néanmoins intéresser l'un d'entre nous lors d'études exhaustives sur un auteur par exemple ou une étude spécifique de réception. Nous sommes bien conscients qu'ainsi nous affichons une certaine idée de la télévision et de sa légitimité, culturelle, sociologique, de manière évidemment aisément critiquable. Une troisième difficulté est apparue à partir du moment où nous avons décidé d'élargir notre champ d'investigation à tout ce que la télévision diffuse : que dire, que faire en effet de ces émissions de diffusion, comme les retransmissions de spectacles vivants, où les épineuses questions de l'énonciation télévisuelle – dans toute sa complexité – et de la responsabilité auctoriale de l'émission de télévision se trouvent posées ? Quand, par exemple, FR3 retransmet, en différé, le 3 juillet 1977, dans une réalisation de M. Rabinovsky Les Noces de Figaro de Mozart, dont le livret est de Da Ponte, lequel s'est inspiré de Beaumarchais, dans une mise en scène de l'opéra de Lyon, où se situe la télévisualité et où est l'auteur ? Que d'« acteurs médiatiques » en effet dans cette énonciation audiovisuelle assurément « plurielle28 », qui mobilise réalisateur, présentateur de la soirée, expert convoqué pour dire son mot sur l'histoire de l'opéra ou commenter la mise en scène, metteur en scène, librettiste, personnages du monde diégétique, Apparaît alors la nécessité de comprendre, comme Je recommande François Jost, la « hiérarchisation » des diverses « strates énonciatives29 » afin de mettre à jour le « processus d'attribution auctoriale30 ». On peut éprouver ici jusqu'au vertige la complexité de cette énonciation « polyphonique31 ». Il y a d'abord un premier niveau, une première strate purement textuelle, qui est celle du texte de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro. Interviennent ensuite trois médiations. Une première médiation, textuelle, qui est celle du livret, en tant qu'adaptation du texte original. Puis, sur la scène de l'opéra, une deuxième médiation qui est celle de l'énonciation performantielle du discours des acteurs-chanteurs qui verbalisent le texte et dont le metteur en scène organise la mise en ordre et la mise en espace. Enfin, la retransmission mobilise une énonciation audiovisuelle, ici en différé, sous la forme d'une nouvelle médiation verbale qui est celle du présentateur de la soirée et de l'expert et de la médiation audiovisuelle proposée par la réalisation. Et tout cela sans parler du compositeur, qui est pourtant celui que l'on vient avant toute chose écouter, et dont le texte musical – la partition – subit lui aussi toute une série de médiations performantielles, vocales et instrumentales.

Du texte ... à l'émission

Médiation 1

textuelle

Livret = Adaptation du texte original

Médiation 2

performantielle

Jeu des acteurs/chanteurs et mise en scène

Médiation 3

Audiovisuelle (en différé)


– verbale : présentateur, expert, …
– audiovisuelle : réalisateur

  • 32 Télérama, n° du 08/6/74, p. 26.
  • 33 Guy Lochard, Jean-Claude Soulages, La communication télévisuelle, Armand Colin, 1998, p. 96.

14Dans les premières décennies de l'histoire de la télévision (mais le modèle n'en est pas totalement perdu), à côté des dramatiques en direct et des retransmissions, existait une catégorie que nous avons tenu à distinguer dans notre base de données : celle du théâtre enregistré en studio, avec une variante intéressante pour notre propos actuel, la version studio d'une mise en scène déjà existante au théâtre. L'adaptation que le réalisateur fait alors subir au dispositif initial est révélatrice de cet espace spécifique du télévisuel qu'il nous importe de mettre en avant. Lorsque le 8 juin 1974, la troisième chaîne de ce qui est encore pour deux mois l'ORTF propose à 20h40 les Voltaires's folies, un spectacle qui adapte dans le style du cabaret des pamphlets de Voltaire, Télérama, présentant cette émission de télévision, rappelle que le spectacle, créé au Théâtre de l'Ouest parisien, a été adapté par son réalisateur aux exigences propres au médium : « Jean-Pierre Spiero a plié la mise en scène aux nécessités du petit écran, en remaniant un peu le texte, en cadrant particulièrement certaines saynètes à mettre en évidence, en construisant des décors particuliers32 ». On voit bien ici comment l'auctorialité se diffuse et se complexifie au moment même où s'affirme la dimension proprement télévisuelle de la monstration d'objets du monde existant d'abord « de façon totalement autonome, indépendamment d'un regard télévisuel33 ». Telles sont quelques-unes des rudes questions que nous nous posons actuellement et, on le voit, ce sont au bout du compte les notions d'œuvre audiovisuelle, d'auteur et de genre – j'aurais en effet pu développer aussi nos discussions infinies sur les catégories génériques et leur classification – qui se trouvent questionnées, remises en cause, bousculées parfois. Mais de ces incertitudes mêmes naît aussi la dynamique propre à un groupe qui en s'attaquant à des champs disciplinaires multiples, dont les contours sont encore parfois eux-mêmes mouvants, se condamnait à de telles stimulantes interrogations sur les bons et les mauvais objets de la recherche, d'une recherche portant elle-même sur ce mauvais objet par excellence qu'est encore la télévision aux yeux de beaucoup... Où l'on vérifie que, bien entendu, toute recherche conséquente se construit sur la contestation des certitudes conceptuelles qui la fondent initialement.

Haut de page

Bibliographie

BEYLOT, Pierre, « Auteur et énonciateur à la télévision, des figures plurielles », in Télévision : notion d'œuvre, notion d'auteur, L'Harmattan, coll. Champs visuels, 2003.

CASETTI, Francesco, ODIN, Roger, « De la paléo- à la néo-télévision », Communications, n° 51, Seuil, 1990.

DELON, Michel, MALANDAIN, Pierre, Littérature française du XVIIIe siècle, PUF, 1996.

DIDIER, Béatrice, Histoire de la littérature française, Nathan Université, 1992.

GODELIER, Maurice, Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l'anthropologie, Albin Michel, 2007, p. 38.

GOULEMOT, Jean-Marie, Adieu les philosophes. Que reste-t-il des Lumières ? , Seuil, collection « L'avenir du passé », 2001.

GUILLEBAUD, Jean-Claude, La trahison des Lumières, Seuil, 1995.

HAZARD, Paul, La prise de conscience européenne 1680-1715, Fayard, 1961.

JOST, François, Introduction à l'analyse de la télévision, Ellipses, 1999.

JOST, François. « Quand y a-t-il énonciation télévisuelle ? », in Penser la télévision, INA-Nathan, 1998, p. 29-58.

KANT, Emmanuel, « Réponse à la question : Qu'est-ce que les Lumières ? », in Qu'est-ce que les Lumières ? , Publication de l'Université de Saint-Etienne, 1991, p. 71-86.

LOCHARD. Guy, SOULAGES, Jean-Claude, La communication télévisuelle, Armand Colin, 1998.

Haut de page

Annexe

Communications dans le cadre du séminaire « Lumières et télévision » :

BIZIE, Tanguy, « Les Liaisons dangereuses à la télévision et au cinéma. De Charles Brabant à Stephen Frears, et inversement ». Séminaire du 25/10/07.

LANDIE, Geneviève, « Les magazines de télévision, une propédeutique à la réception des programmes difficiles ». Séminaire du 22/05/08.

LAVAT, Philippe, « Un aperçu scolastique sur le Siècle des Lumières : recherche d'inspiration nominaliste sur Voltaire ». Séminaire du 28/03/08.

MEUNIER, Emmanuelle, « Les évasions télévisuelles de Casanova ». Séminaire du 28/03/08.

PAPIN, Bernard, « Le libertinage en série : la Série rose et la littérature licencieuse du 18e siècle ». Séminaire du 25/10/07.

QUEMENER, Roselyne, « La (Double) Vie de Marianne : quand Benoit Jacquot livre deux versions du roman inachevé de Marivaux ». Séminaire du 09/05/07.

SCHMIDT Nicolas : « Les bandits d'honneur, hérauts des Lumières ? ». Séminaire du 16/10/08.

SEBBAH Alain : « Les Liaisons dangereuses de Charles Brabant : adaptation, spectacularisation, « film TV ». Séminaire du 16/10/08.

Principaux documents audiovisuels cités :

03/10/1967, La Bête du Gévaudan, dans le cadre du Tribunal de l'impossible, ORTF 1e chaîne.

30/12/1968, Le Neveu de Rameau, ORTF, 2e chaîne.

08/06/1974, Voltaires's follies, théâtre enregistré en studio d'après une mise en scène du Théâtre de l'Ouest parisien, ORTF troisième chaîne. Cf. Télérama, no du 08/06/1974.

03/07/1977, Les Noces de Figaro, retransmission en différé de l'opéra de Lyon, FR3.

02/04/1982, « Le siècle des Lumières », Apostrophes, A2.

25/07/1988, « Robert Darnton historien », Océaniques, FR3.

26/01/1989, Télé–Caroline. FR3.

05/01/2003, La Bête du Gévaudan, France 3.

10-24/5/2007, Tropiques amers, téléfilm en cinq parties, France 3.

13/5/2008, Ridicule, film de P. Leconte, France 3.

Haut de page

Notes

1 Emmanuel Kant, « Réponse à la question : Qu'est-ce que les Lumières ? », in Qu'est-ce que les Lumières ?, Publications de l'Université de Saint-Etienne, 1991, p. 73.

2 Maurice Godelier, Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l'anthropologie, Albin Michel, 2007, p. 38.

3 cf. Jean-Claude Guillebaud, La trahison des Lumières, Seuil, 1995.

4 Tanguy Bizien, « Les Liaisons dangereuses à la télévision et au cinéma. De Charles Brabant à Stephen Frears, et inversement ». Alain Sebbah : « Les Liaisons dangereuses de Charles Brabant : adaptation, spectacularisation, film TV ».

5 Roselyne Quemener, « La (Double) Vie de Marianne : quand Benoit Jacquot livre deux versions du roman inachevé de Marivaux ».

6 Geneviève Landié, « Les magazines de télévision, une propédeutique à la réception des programmes difficiles ».

7 Emmanuelle Meunier, « Les évasions télévisuelles de Casanova ».

8 Bernard Papin, « Le libertinage en série : la Série rose et la littérature licencieuse du XVIIIe siècle ».

9 Nicolas Schmidt : « Les bandits d'honneur, hérauts des Lumières ? ».

10 Philippe Lavat, « Un aperçu scolastique sur le Siècle des Lumières : recherche d'inspiration nominaliste sur Voltaire ».

11 Michel Delon et Pierre Malandain, Littérature française du XVIIIe siècle, PUF, 1996, p. 4.

12 Jean-Marie Goulemot, Adieu les philosophes. Que reste-t-il des Lumières ?, Seuil, collection « L'avenir du passé », 2001, p. 1.

13 Entre autres, deux téléfilms, en 1967 et 2003.

14 Béatrice Didier, Histoire de la littérature française, Nathan Université, 1992.

15 Paul Hazard, La prise de conscience européenne 1680-1715, Fayard, 1961.

16 Michel Delon et Pierre Malandain, op. cit. p. 17.

17 Béatrice Didier, op. cit. préface, p. 4.

18 France 3, 10-24 mai 2007.

19 François Jost, Introduction à l'analyse de la télévision, Ellipses, 1999, p. 29-30.

20 Communication citée supra, note 10.

21 Selon une méthode de discrimination empruntée à Bertrand Russell.

22 ORTF, 2e chaîne, 30/12/1968.

23 Apostrophes, A2, 02/4/1982.

24 France 3, le 13/5/2008.

25 A2, le 16/4/1984.

26 « Robert Damton historien », Océaniques, FR3, le 25/7/1988.

27 En référence à la définition que donnent de ce type d'émissions Francesco Casetti et Roger Odin, « De la paléo- à la néo-télévision », Communications, n° 5l, Seuil, 1990.

28 Pierre Beylot, « Auteur et énonciateur à la télévision, des figures plurielles », in Télévision : notion d'œuvre, notion d'auteur, L'Harmattan, coll. Champs visuels, 2003, p. 102.

29 François Jost, « Quand y a-t-il énonciation télévisuelle ? », in Penser la télévision, INA-Nathan, 1998, p. 44.

30 Ibid. p. 40.

31 Ibid. p. 44.

32 Télérama, n° du 08/6/74, p. 26.

33 Guy Lochard, Jean-Claude Soulages, La communication télévisuelle, Armand Colin, 1998, p. 96.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Papin, « La construction d'un corpus audiovisuel : choix des critères de pertinence et stratégies de légitimation des objets de la recherche », Mise au point [En ligne], 1 | 2009, mis en ligne le 12 août 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://map.revues.org/1268 ; DOI : 10.4000/map.1268

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page