Navigation – Plan du site

Existe-t-il une réception homosexuelle ?

Quelques pistes de réflexion à propos du cinéma français
Is There a Homosexual Reception?
A Few Avenues of Reflection Concerning the French Cinema
Alain Brassart

Résumés

L’objet de cet article est de nous interroger sur l’existence de lectures « bricolées » (pour reprendre un terme cher à Michel de Certeau) réalisées par des spectateurs homosexuels. Dans la plupart des analyses filmiques, la question de la réception n’est pas prise en compte, le spectateur étant généralement appréhendé comme un « récepteur idéal ». Cependant, pour le critique littéraire allemand Hans-Robert Jauss, le sens d’une œuvre se construit par un « dialogue » entre le texte lui-même et le lecteur, l’œuvre cessant ainsi d’être considérée, à l’instar des théories structuralistes, comme un système clos, indépendant de sa situation de production. Si les commentaires ‘cinéphiliques’ (plus particulièrement en France d’ailleurs) tendent à démontrer une certaine cohérence du discours comme du projet artistique, il est incontestable que chaque film est « lu » ou interprété différemment par les spectateurs selon leur « race », leur âge, leur identité sexuée ou leur orientation sexuelle. Démontrer l’existence d’une réception homosexuelle n’est pas une tâche aisée. En effet, la presse gay est minoritaire et les critiques de films qu’elle propose sont trop souvent laconiques, ce qui rend l’analyse textuelle nécessaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Paris, Larousse, 2003.

1Lorsque j'ai commencé à m'intéresser à la représentation des homosexuels dans le cinéma français, la première difficulté que j'ai rencontrée fut la constitution du corpus. En effet, devais-je uniquement analyser des films qui représentaient, de manière explicite, des gays ou des lesbiennes, ou pouvais-je élargir mes choix à des œuvres n'appartenant pas à la culture homosexuelle, mais qui peuvent être lues, interprétées d'un point de vue homosexuel ? Prenons un exemple : dans le Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes1, dirigé par Didier Eribon, le critique Jean-Marc Lalanne note, à propos du cinéaste André Téchiné que « l'homosexualité est d'abord entrée dans son œuvre de manière voilée : de façon très allusive dans Barocco (1976) ; sur le mode du clin d'œil pour initiés dans Les Sœurs Brontë (1979), lors de l'apparition de Roland Barthes à l'écran. » Mais l'auteur n'explique pas ce qu'il entend par représentation « voilée » de l'homosexualité et préfère repérer, dans la suite de l'article, les personnages explicitement identifiés comme homosexuels qui traversent les films de Téchiné. Ainsi, à propos d'Hôtel des Amériques, il note la présence dans le récit d'un « jeune postier à moustaches qui drague dans les sous-bois » mais oublie de signaler la relation ambiguë qui lie les deux protagonistes masculins, interprétés par Patrick Dewaere et Etienne Chicot. Vers la fin de la notule, après avoir précisé que Le Lieu du crime (1986) n'aborde pas la question de l'homosexualité, il note la dimension homoérotique de ce film notamment parce que Téchiné filme Wadeck Stanczak nu. Pour ma part, il me semble que l'intérêt du film est de mettre en lumière l'artificialité du bonheur familial, thème récurrent dans la 'culture gay' et que l'on retrouve notamment dans Les Roseaux sauvages du même Téchiné. Le fait que le film montre surtout la difficulté de certains personnages à être intégrés dans un groupe parce qu'ils ne respectent pas les normes sociales, peut bien évidemment être lu par des spectateurs homosexuels comme la mise en scène de leur propre souffrance. « Je m'intéresse aux gens qui n'arrivent plus à s'identifier à leur famille, qui n'arrivent plus à jouer le rôle que la société leur impose » remarque André Téchiné (Le Monde, 18/05/93). L'individu gay, quant à lui, est plus enclin à utiliser des masques parce qu'il « doit si longtemps jouer ce qu'il n'est pas qu'il ne peut ensuite être ce qu'il est qu'en le jouant » (ERIBON, 1999). Dans Le Lieu du crime, c'est Lili, incarné par Catherine Deneuve, qui n'arrive pas à jouer le rôle de bonne mère et de bonne épouse que sa mère tente de lui imposer. Divorcée, patronne d'une boîte de nuit, elle va tomber amoureuse d'un jeune évadé de prison et reconnaître dans sa déclaration à la police qu'elle connaissait la situation de son amant, ce qui bien évidemment la condamne aux yeux de la justice. L'ultime confrontation avec sa propre mère est révélatrice du poids excessif des règles sociales qui pèse sur les épaules de Lili et dont elle veut se libérer.

Lili : Je ne suis pas malade. Avant j'étais malade parce que j'essayais de vivre comme vous et je n'y arrivais pas.
La mère : On dirait que tout ça tu le fais contre nous.
Lili : Je ne sais pas si je le fais contre vous, mais je sais que je le fais pour moi et pour lui.
La mère : Pour lui ? ll a fait de la prison. Il est recherché.
Lili : C'est justement pour ça que j'étais attirée vers lui. Parce qu'il était perdu.
La mère : Va-t-en !

  • 2 Par exemple, le mensuel Têtu est créé en 1995.

2On comprend dès lors la place importante accordée aux personnages de marginaux dans les récits téchinéens. Parce que Lili n'arrive pas à jouer le rôle que lui imposent les règles sociales, le spectateur gay comme la spectatrice lesbienne peut bien évidemment s'identifier plus facilement à ce personnage dont la souffrance peut résonner en lui. Cet exemple nous montre que l'intérêt d'une recherche concernant la représentation de l'homosexualité dans le cinéma français est moins de faire une recension des personnages homosexuels (ce qui, bien évidemment, n'est pas sans intérêt et constitue une première étape de la recherche) que de décrypter des » lectures homosexuelles », c'est-à-dire réalisées par des spectateurs gays ou des spectatrices lesbiennes. La difficulté d'un tel travail de recherche est double : ce travail doit en partie s'appuyer sur le dépouillement de la presse homosexuelle. Or, il existe peu de magazines gays ou lesbiens et lorsqu'ils existent2, les critiques sont souvent laconiques et donc peu exploitables. Par conséquent, le chercheur doit réaliser une analyse textuelle singulière, non pas académique, comme on pourrait l'attendre de lui, mais une analyse qui tienne compte de la position sociale du spectateur homosexuel et favorise ainsi une ou plusieurs lectures à « rebrousse-poil ». Le danger d'une telle démarche, on l'aura compris, est la surinterprétation. Pourtant, comme le note Pierre Sorlin dans Sociologie du cinéma,

les « lectures » de films sont rarement complètement fausses et presque jamais insatisfaisantes : partant de présupposés implicites, elles reposent sur une sélection arbitraire d'arguments ou d'indices dont on oublie de dire autour de quel système préconstruit ils s'organisent. (p. 34).

3L'objet de cet article est de nous interroger soit sur l'existence de lectures « bricolées » (pour reprendre un terme cher à Michel de Certeau) que réalisent ou peuvent réaliser des spectateurs homosexuels ... Je vais donc prendre quelques exemples pour éclairer mon propos.

1. Les Parapluies de Cherbourg (Jacques Demy, 1963)

4Dans une scène des Parapluies de Cherbourg, Geneviève, le personnage incarné par Catherine Deneuve, embrasse avec fougue son amoureux, Guy, un jeune mécanicien, avant de rejoindre la boutique familiale de parapluies. La mise en scène nous montre que la mère n'est pas au courant de cette relation. La lecture de cette scène est simple : la condition sociale de Guy représente pour Geneviève, désireuse de plaire à sa mère, une gêne qui la contraint à garder son amour secret. Pourtant, d'autres lectures des Parapluies sont possibles. Dans une revue éditée par le GKC (Gai Kitsch Camp), Q comme queer, Philippe Colomb propose une » lecture homosexuelle » de la scène, en montrant combien elle peut révéler la pression sociale que doit subir la majorité des homosexuels au cours des années 1960 en France. Notre but n'est pas de tenter de repérer la dimension gay dans l'oeuvre de Jacques Demy, de chercher une quelconque vérité cachée, mais simplement de comprendre comment les pédés ont pu s'approprier cette œuvre, qui est certainement un élément majeur de la culture homosexuelle française.

  • 3 Sa lecture des Demoiselles de Rochefort est tout aussi éclairante... Les deux principaux couples so (...)
  • 4 Voir notamment mon article « La représentation de l'homosexuel(le) dans le cinéma français – Quelqu (...)

5Pour ce critique, Les Parapluies de Cherbourg peuvent être lus « comme l'histoire morale de l'homosexualité dans le placard : histoire car le film montre le processus dynamique de la « placardisation », et histoire morale, apologue même, car il montre qu'il y a placard et placard, reniements et renoncements ». Cette histoire, poursuit l'auteur de l'article, est donc l'histoire d'un amour socialement inadmissible, d'un amour romantique et non petit-bourgeois, qui sera cassé par l'ordre de la convenance. C'est l'histoire d'un amour contrarié par la société qui préfère les couples sans amour aux couples non conformes. On peut penser que si le cinéma Demy paraît un peu désuet aux hétéros, c'est qu'ils ne ressentent plus, comme il pouvait la ressentir dans les années 1960, cette pression sociale qui est encore très forte pour nombre de pédés. Le début du film, par exemple, est de nos jours difficilement compréhensible d'un point de vue hétéro : pourquoi Geneviève ment-elle à sa mère pour sortir avec Guy ? Pourquoi cache-t-elle son bel amour ? Cette façon instinctive de mentir, d'intégrer la contrainte sociale est par contre immédiatement compréhensible par un public gai qui la vit ou l'a vécue. Geneviève ment comme nous avons tous menti sur nos premières sorties pédées (sic). Plus tard la scène dans laquelle Geneviève « avoue » son mensonge et son amour à sa mère a un étrange goût de coming out, de sortie de placard : la mère qui se doutait de quelque chose feint la surprise et se scandalise. Pour appuyer son propos, l'auteur de l'article note que non seulement Geneviève désobéit à sa mère, mais lorsqu'elle retrouve Guy, elle lui parle d'une vie clandestine : « nous nous marierons en cachette », « j'aimerais mieux partir, n'importe où, ne plus revoir maman que de te perdre ». Il s'agit donc d'un amour interdit comparable à celui du Lieu du crime dans l'exemple cité plus haut. Plus tard, une fois Guy parti combattre en Algérie, Geneviève se retrouvant seule, enceinte, se marie sous la pression de sa mère, avec Cassard, un riche diamantaire. Ce mariage de raison peut évoquer, chez le spectateur homosexuel, les liaisons hétérosexuelles de certains gays soucieux de ne pas dévoiler au grand jour leur homosexualité. Il est difficile de partager certains propos de Philippe Colomb, notamment lorsqu'il affirme à propos de la scène que nous venons d'évoquer qu'elle est « de nos jours difficilement compréhensible d'un point de vue hétéro » (je n'ai rien vu dans la presse qui puisse accréditer cette idée et le succès du film semblerait prouver le contraire), mais il faut admettre que sa lecture « bricolée3 » éclaire la démarche d'un spectateur gay qui peut également apprécier l'ambiguïté des personnages. A ce propos, prenons un autre exemple, toujours dans ce film. Il est vraisemblable que Demy, et plus largement le spectateur homosexuel, se soit identifié, du moins en partie, au personnage incarné par Catherine Deneuve dont l'ambiguïté est à son comble dans une scène où, alors que les signes de la grossesse commencent à se manifester, elle découvre son double spéculaire comme monstrueux. Je n'ai pas l'intention de développer ici cette problématique, mais je souhaiterais simplement préciser que ce thème du double monstrueux est récurrent dans la culture homosexuelle4. Que l'on songe, par exemple, à des films comme Peau d'âne de Jacques Demy ou La Belle et la bête de Jean Cocteau. Il est vraisemblable que le spectateur homosexuel, souvent contraint de vivre une « double vie » et d'avancer masqué dans une société homophobe, comprenne cette allusion... Cette thématique apparaît également dans La Baie des Anges, réalisé par Jacques Demy, dont je vais proposer une « lecture homosexuelle » en m'appuyant sur les propos des commentateurs de l'époque.

2. La Baie des Anges (Jacques Demy, 1962)

6Désireux de cacher son orientation sexuelle à sa famille, à ses collègues de travail, ou encore à ses amis, l'homosexuel(le) est contraint de mener une « double vie ». Cette caractéristique de la vie des gays peut expliquer le goût des artistes homosexuels pour la figure du double et plus particulièrement de l'opposition monstre/humain. Dans Peau d'âne, par exemple, Catherine Deneuve incarne à la fois une resplendissante princesse et une femme enlaidie par la peau de bête qu'elle porte, dégageant une odeur fétide qui incommode ceux qui l'approchent. Comme dans La Belle et la bête, seul l'amour peut sauver le monstre et l'humaniser : lorsque Peau d'âne réussit à passer à son doigt l'anneau que le prince lui tend, elle enlève définitivement sa peau de bête ! Dans d'autres films, la monstruosité du personnage est moins évidente. Dans la scène des Parapluies, évoquée plus haut, la jeune femme enceinte pourrait faire sien le discours de certaines personnes handicapées sujettes au mépris et à la haine de soi :

  • 5 (K.B. Hathaway, The Little Locksmith (New-York, Coward-McCann, 1943), cité par Erving Goffman in St (...)

Sans cesse, j'oubliais ce que j'avais vu dans le miroir. Cela ne parvenait pas à pénétrer à l'intérieur de mon esprit et à devenir partie intégrante de moi-même. J'avais l'impression que cela n'avait rien à voir avec moi ; que ce n'était qu'un déguisement. Mais ce n'était pas le genre de déguisement que l'on met volontairement, et qui doit tromper les autres sur l'identité de celui qui le porte. Le mien, on me l'avait mis sans mon assentiment, à mon insu, comme dans les contes de fées, et c'était moi qu'il trompait sur ma propre identité. Je me regardais dans le miroir et j'étais frappé d'épouvante parce que je ne me reconnaissais pas5.

7Mais ces propos pourraient également sortir de la bouche d'un homosexuel confronté à son image sociale, aux regards de tous ceux qui désapprouvent non seulement son orientation sexuelle, mais plus largement sa culture de « marginal sexuel ». Comme je l'ai déjà dit plus haut, il est vraisemblable que Demy se soit fortement identifié à ces personnages féminins comme à celui qu'incarne Jeanne Moreau dans La Baie des Anges qui nous raconte la véritable descente aux enfers d'une femme dévorée par la passion destructrice du jeu.

8« La femme, cette Jackie qu'incarne Jeanne Moreau, sera probablement considérée comme un personnage affreux, abominable. Elle a tout abandonné, son foyer, son mari, son amant ... Elle a tout sacrifié à la passion du jeu, elle est devenue littéralement une poule, c'est le prototype de la poule de casino ... Bref, un être déchu. Or, je l'admire sincèrement, parce qu'elle a eu le courage de rompre avec tout, pour donner un sens à sa vie – peu importe que ce soit par le jeu ou autrement ». (Jacques Demy, Lettres françaises, 28/02/63, propos recueillis par M. Mardore). Le film correspond à une autre partie de moi-même, c'est le « dark side » du bonhomme. Je crois qu'on est comme la Terre, comme la Lune : au soleil et puis tout d'un coup à l'ombre. Et je voulais le film très noir et blanc ... Et puis la Côte d'Azur a toujours représenté pour moi une espèce de perversion ; il y a toujours ce mélange de richesse et de pauvreté, on y sent le vice comme ça. C'est très curieux. » (Demy cité par Berthomé, 1996, p 161). La Baie des Anges raconte l'histoire d'un petit employé de banque, Jean Fournier (Claude Mann) qui, après avoir été initié au jeu par l'un de ses collègues Caron, quitte le domicile familial pour tenter sa chance au casino de Nice. Là, il y rencontre Jackie (Jeanne Moreau), une joueuse invétérée dont il devient éperdument amoureux. A la lecture du synopsis, il est difficile d'affirmer qu'un spectateur gay puisse facilement s'approprier un film comme La Baie des Anges. Que pourrait être d'ailleurs une « lecture gay » de ce film ? Plus haut, j'ai montré qu'un spectateur gay des Parapluies pouvait aisément associer le secret de Geneviève/Deneuve au sien. Cette lecture bien évidemment n'est pas orthodoxe et aucun exégète ne la fera sienne. En travaillant sur la réception de La Baie des Anges, je n'ai trouvé aucun commentaire comparable à celui dont j'ai fait mention à propos des Parapluies. ll est pourtant tentant d'imaginer ce que pourrait être une « lecture gay » de La Baie des Anges. Les propos de Demy concernant ce film et cité plus haut m'y encouragent. L'idée du film est venue d'une impression de casino où j'ai découvert une singulière collectivité, une foule absente, hagarde, possédée, et dont l'expression traduisait bien l'angoisse et la déchéance morale. Déchéance qui peut être rachetée par l'amour comme j'ai tenté de le montrer à travers un couple de joueurs qui cherchent à s'entraider pour « remonter à la surface. ( ... ) Aussi la roulette reste un prétexte, et je crois avoir fait plutôt un film de moraliste. Je ne voudrais donner à ce terme aucun sens péjoratif ou glorieux, je veux simplement dire ceci : il faut que l'amour soit plus fort et que ça finisse bien, il ne faut pas se laisser aller, mais réagir tout le temps et se contrôler (Jacques Demy, Le Monde 7 mars 1963, propos recueillis par Yvonne Baby).

9La fascination du réalisateur pour la « déchéance morale » de ses personnages, et plus particulièrement de la jeune femme, ne peut-elle être mise en parallèle avec son propre vécu ? La lecture de la presse de l'époque m'y encourage une fois encore. Pour Georges Sadoul dans les Lettres françaises, « le jeu est peint comme il est sans aucun doute : un vice comparable à l'alcoolisme ou à la toxicomanie ». On pourrait multiplier les exemples... Et pourquoi pas l'orientation sexuelle ? Et Sadoul de poursuivre :

Il est agaçant, très souvent, son personnage de joueuse... Mais une joueuse, qu'emporte son vice, est-elle plus agréable à fréquenter qu'une droguée ou qu'une ivrognesse, avec ses sautes d'humeur, ses perpétuels mensonges, ses joies folles suivies de noir désespoir, suivant que sa passion lui apporte de la joie ou de profondes déceptions ?

10La passion du jeu est donc associée à la passion amoureuse dans sa dimension dévorante et destructrice. Mais une passion amoureuse qu'il est nécessaire de tenir secrète, tant la culpabilité lui est intimement liée. Le personnage qu'interprète Jeanne Moreau explique qu'il lui fallait taire sa passion du jeu face à un mari devenu jaloux. La passion du jeu est donc associée chez ce personnage à un désir coupable, marginal, comparable à celui qu'éprouve l'homosexuel. Dans le préambule de son scénario, Demy explique que le « vice » qu'il se complait à décrire n'est qu'un « prétexte » :

  • 6 Berthomé, 1996, p. 147.

11« Ce film est l'analyse du vice chez des êtres passionnés. Nous avons choisi le jeu, mais le comportement moral des personnages serait le même, à peu de choses près, s'il s'agissait de drogue ou d'alcool par exemple. On y trouverait les mêmes mensonges, les mêmes faiblesses, les mêmes reniements. Le jeu n'est donc qu'un prétexte6.

12Le commentaire du journaliste de Candide semble aller dans ce sens : En racontant l'équipée d'un couple qui, de Cannes à Monte-Carlo, gagne, perd, regagne et reperd des millions en deux jours, Demy a parfaitement montré à quel point le but premier du joueur n'est pas le gain, mais le jeu lui-même, l'excitation, l'angoisse, le risque, le plaisir douloureux du jeu. Le film nous montre des personnages condamnés par la morale bourgeoise, mais désireux de se réaliser. Leur descente aux enfers les entraîne dans la solitude comme le confirme la mise en scène qui isole les deux protagonistes en multipliant les gros plans. Jackie Demestre (Jeanne Moreau) : « Je ne dois rien à personne. Puisque cette passion m'aide à vivre, pourquoi m'en priverais-je ? Au nom de qui, de quoi, de quelle morale ? Je suis libre ... Non, laisse-moi. Je n'ai pas besoin de ta pitié ».

  • 7 Taboulay, 1996, p. 54.

13« J'ai toujours eu peur de sombrer dans la débauche ! Mon côté puritain sans doute ! », affirmait Demy à propos de La Baie des anges, dans le documentaire de Laurent Billard et Thierry Bourdiec, Jacques Demy ou l'arbre gémeau (1988). Demy qui a sans doute projeté sa personnalité sur les deux protagonistes du film « projetant son éthique, son être réaliste allant à l'aventure, dans le caractère de Jean, et sa crainte fascinée de la débauche dans celui de Jackie7 ».

14A partir de deux exemples de films réalisés par Jacques Demy, j'ai tenté de montrer qu'une lecture homosexuelle des films pouvait être envisagée. Dans le premier exemple, je suis parti d'un commentaire écrit par un journaliste homosexuel qui proposait une lecture originale des Parapluies, expliquant ainsi le succès d'un tel film auprès de spectateurs homosexuels. Dans le second exemple, j'ai essayé de montrer, au risque de tomber dans la surinterprétation, qu'une lecture homosexuelle pouvait être envisagée à partir de commentaires tirés de la presse généraliste. Ces deux films sont produits à une époque où l'évolution des mœurs ne permettait pas aux cinéastes homosexuels de mettre en scène de manière authentique leurs propres préoccupations. Le danger d'une telle démarche, on l'aura compris, est de vouloir à tout prix élaborer une lecture homosexuelle d'un film réalisé par un cinéaste gay. Plus récemment, à une époque où l'hypervisibilité des gays est remarquable, des cinéastes refusent toute lecture homosexuelle de leur film, même lorsque celle-ci s'impose. Ainsi, Catherine Corsini, au moment de la sortie de La Répétition nie le caractère homosexuel de la relation qui lie les deux protagonistes féminins et préfère présenter la jeune femme qui assume ses sentiments comme un monstre froid.

Haut de page

Bibliographie

Berthomé Jean-Pierre, Jacques Demy et les racines du rêve, Paris, L'Atalante, 1982.

Berthomé Jean-Pierre, Les Parapluies de Cherbourg, Paris, Nathan, collection « synopsis », 1995.

Eribon Didier, Réflexion sur la question gay, Paris, Fayard, 1999.

Sorlin Pierre, Sociologie du cinéma, Aubier Montaigne, Paris, 1977.

Taboulay Camille, Le cinéma enchanté de Jacques Demy, Cahiers du cinéma, 1996.

Haut de page

Notes

1 Paris, Larousse, 2003.

2 Par exemple, le mensuel Têtu est créé en 1995.

3 Sa lecture des Demoiselles de Rochefort est tout aussi éclairante... Les deux principaux couples sont homosexués : les soeurs jumelles et les forains et les deux protagonistes féminins incarnent un couple lesbien parfait : Deneuve en femme chic et Dorléac en butch presque vulgaire.

4 Voir notamment mon article « La représentation de l'homosexuel(le) dans le cinéma français – Quelques pistes de réflexions – », in revue Double jeu, université de Caen, à paraître.

5 (K.B. Hathaway, The Little Locksmith (New-York, Coward-McCann, 1943), cité par Erving Goffman in Stigmate, Les usages sociaux des handicaps, Editions de Minuit, 1975 – pour la traduction française – p. 18-19).

6 Berthomé, 1996, p. 147.

7 Taboulay, 1996, p. 54.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Brassart, « Existe-t-il une réception homosexuelle ? », Mise au point [En ligne], 1 | 2009, mis en ligne le 12 août 2013, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://map.revues.org/1265 ; DOI : 10.4000/map.1265

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page