Navigation – Plan du site

Penser l'économie du cinéma

Apports et limites des approches quantitatives
Conceptualizing the Economy of the Cinema
Contributions and Limits of a Quantitative Approach
Claude Forest

Résumés

Les données quantitatives permettent à l’économiste d’aborder chaque étude avec un sérieux supposé puisqu’elle va reposer sur des faits, et non des sentiments ou des impressions peu compatibles avec une ambition d’analyse scientifique. L’aspect subjectif, partisan ou polémique voile souvent l’analyse, particulièrement dans les champs culturels au sens large, et cinématographique en particulier, tandis que l’aspect quantitatif permet de revenir à une certaine forme du réel. Ainsi, à l’assertion « les gros films américains envahissent le marché », des questions simples telles « gros, c’est combien ? » ou, « combien de films diffusés, et de quelles nationalités ? » permettent de replacer le problème dans une autre dimension, certainement plus propice à une compréhension pouvant même déboucher sur des modifications de pratiques. Si un sentiment d’aisance et de confiance peut alors saisir certains, il ne faudrait pas qu’ils oublient que si les outils ainsi forgés permettent une amélioration de la compréhension des mécanismes, en particulier liés à la production et aux échanges sur un marché, les causes et le sens de certaines évolutions leur échappent, et que le recours à d’autres approches non quantitatives leur est indispensable pour éclairer le chemin qu’ils entendent poursuivre.

Haut de page

Texte intégral

1Les données quantitatives permettent à l’économiste d’aborder chaque étude avec un sérieux supposé puisqu’elle va reposer sur des faits, et non des sentiments ou des impressions peu compatibles avec une ambition d’analyse scientifique. L’aspect subjectif, partisan ou polémique voile souvent l’analyse, particulièrement dans les champs culturels au sens large, et cinématographique en particulier, tandis que l’aspect quantitatif permet de revenir à une certaine forme du réel. Ainsi, à l’assertion « les gros films américains envahissent le marché », des questions simples telles « gros, c’est combien ? » ou, « combien de films diffusés, et de quelles nationalités ? » permettent de replacer le problème dans une autre dimension, certainement plus propice à une compréhension pouvant même déboucher sur des modifications de pratiques. Si un sentiment d’aisance et de confiance peut alors saisir certains, il ne faudrait pas qu’ils oublient que si les outils ainsi forgés permettent une amélioration de la compréhension des mécanismes, en particulier liés à la production et aux échanges sur un marché, les causes et le sens de certaines évolutions leur échappent, et que le recours à d’autres approches non quantitatives leur est indispensable pour éclairer le chemin qu’ils entendent poursuivre.

Des réticences à une approche quantitative

2L’utilisation des données quantitatives suscite culturellement une appréhension si ce n’est un rejet de la part d’une large fraction des intervenants du secteur culturel, dont ceux du cinéma, davantage portés vers l’artistique et les formes esthétiques.

  • 1 Le film français, no 3268 du 27 juin 2008, p. 42.

3Pour preuve encore, en préparant cette intervention, la lecture du numéro spécial d’un hebdomadaire professionnel, Le film français, dont la rédaction avait été confiée aux administrateurs de l’ARP (auteurs-réalisateurs-producteurs). Le commentaire de la page des audiences télévisuelles – traditionnelle pour ce journal, car indicateur indispensable aux professionnels qui le lisent – s’était vu confiée à Bertrand Van Effenterre dont la récente reconversion dans la réalisation audiovisuelle (Commissaire Cordier (2005), Sauveur Giordano (2006)) pouvait lui donner toute légitimité à le faire. Ce réalisateur au parcours classique en France (l’IDHEC après une licence de lettres) exprima donc assez classiquement sa vision culturelle du sujet à traiter, et intitula son papier « je hais les chiffres1 ». Haine : le mot est fort, mais sans ambiguïté. Et, pour appuyer son propos pourtant assez clair, il l’illustra d’un photogramme tiré d’une série qui montrait…des poubelles.

Des poubelles pour faire comprendre sa haine des chiffres.

4Que la haine des chiffres conduise nombre d’intervenants à les mettre à la poubelle n’est guère nouveau et relève d’une posture assez courante en nos milieux, surtout en une époque que l’on dit dominée par l’argent, par les chiffres dont l’on nous abreuve à longueur de journaux papiers ou télévisés. Et nombre d’économistes déplorent également cet envahissement de données qui viennent de leur discipline, mais en débordent souvent indûment, pour se voir détournées à des fins qui ne sont pas les leurs.

5Limite congénitale, l’économie ne s’occupe guère de sens, car tel n’est pas son objet. Pour savoir comment des ressources sont employées pour la satisfaction des besoins des hommes vivant en société, elle s’intéresse, d’une part, aux opérations essentielles que sont la production, la distribution et la consommation des biens, d’autre part aux institutions et aux activités ayant pour objet de faciliter ces opérations. Comment, et non pourquoi.

6Dès lors il n’est point surprenant que l’aspect quantitatif des opérations nécessaires à ces échanges ait toujours primé sur la compréhension de leur signification. La puissance de calcul des opérateurs, puis la numérisation des informations et de leurs échanges ont progressivement prévalu pour la plus grande satisfaction des économistes, avides de quantités, donc de chiffres. Il s’ensuit que des activités plus proches de l’homme et que l’on aurait pu croire devoir être épargnées, comme le sport et la culture, ont été touchés, l’olympisme économique faisant partie des valeurs progressivement devenues incontestées.

7Focalisée sur l’actualité dont la définition même implique qu’elle doive également défiler rapidement (quel est le premier titre du box-office cette semaine ? Qui a-t-il supplanté aujourd’hui ?), sa vitesse lui tient lieu de présence : la contemplation du défilé de la consommation devient pour les professionnels comme pour le public hypnotisé de chiffres box-officés une illusion de réflexion, impuissance béate à enrayer l’emballement de la machine à vendre ou à acheter. Le spectacle de l’accélération du mouvement fait illusion car la vitesse (d’accéder au podium des « reconnus » ), la hauteur (des ventes, donc de la demande apparente), la force de l’impact (combien de millions d’euros de budget de production ou de promotion ?) deviennent signes en eux-mêmes, c’est-à-dire totalement déconnectés de leur contenu, au demeurant absolument abscons pour le profane, voire pour tout professionnel extérieur au cœur de la profession, même s’il feint le contraire : 10.000 exemplaires vendus (d’un livre), est-ce « beaucoup » ? 100.000 euros de budget de communication pour un DVD, est-ce « énorme » ? Numéro 1 au box-office d’un marché avec un million de tickets vendus (de cinéma) est-ce « historique » ? La profusion de qualificatifs ne qualifiant qu’eux-mêmes masque parfaitement la vacuité de la réalité qu’ils sont censés analyser alors qu’ils peinent déjà à la nommer, le moment de son énonciation signant déjà le temps de son obsolescence. L’information massivement diffusée que le CAC 40 a diminué aujourd’hui de 0,43 % (le trois centième est fondamental, car c’est cette précision même qui donne le « sérieux » à l’information, et qui doit donc s’avérer extrêmement signifiante) est une inutilité obsolète aussitôt énoncée. Pour les professionnels, les ajustements automatisés informatiquement des courtiers ont instantanément, voici plusieurs heures déjà, pris en compte cette information pour en tirer leurs conséquences ; pour les détenteurs de titres lambda, le temps de donner leurs ordres et les valeurs auront déjà changées.

Les apports des outils et analyses quantitatives

8Et pourtant, au-delà de ces dérives contemporaines largement accélérées par l’emballement des médias, pour analyser les phénomènes, les connaître, les comprendre, l’une des manières de les appréhender – parmi d’autres, mais qui retient l’attention des économistes – revient à les mesurer. Autrement dit, l’une des questions essentielles qu’ils sont amenés à se poser, c’est : combien ? Même dans notre champ pourtant imité, par exemple – et strictement à titre d’exemples – combien :

  • De films produits ? À quel coût ?

  • De films distribués ?

  • De copies tirées ?

  • D’entrées payantes ?

  • A quel prix ?

  • D’entrées à la séance cruciale du mercredi 14h ?

  • De part de marché ? par rapport à ... (une autre période, un autre pays ...)

  • Etc.

9La liste serait interminable, et variable selon l’axe de recherche, aussi nous en tiendrons-nous là.

10Les avantages à la quantification sont nombreux et il ne s’agit pas ici de tous les citer, ni encore moins de les analyser, mais parmi eux, nous pouvons citer les :

  • Mise en perspective historique

  • Recul par rapport à l’immédiateté

  • Distance par rapport à la perception commune

  • Objectivisation des données

  • Relativisation de la perception

  • Critique des discours journalistiques, politiques, partisans, etc.

11A titre d’exemple – là encore, un parmi tant d’autres – nous pourrions prendre un discours cher à notre milieu, celui de « l’exception culturelle ». De cette haute et belle notion, quelques mécréants pourraient prosaïquement la rabaisser ainsi :

  • De « combien » sommes-nous exceptionnels ? Comment le mesurer ?

  • Au niveau de la demande, celle des français évoluerait-elle différemment des autres européens ? De combien ?

  • La part de marché des films états-uniens ne suivrait-elle pas les mêmes tendances qu’ailleurs ? De combien diffèrerait-elle ?

  • Etc.

12Au-delà du discours, – souvent sympathique et de bon aloi – l’économiste soupçonne souvent de simples évocations incantatoires, de surcroît quelquefois contradictoires d’un strict point de vue logique, c’est-à-dire mathématiquement ou statistiquement incompatibles.

  • 2 CNC info, Bilan 2007, n° 306, mai 2008, p. 62.

13Sur ce dernier point, par exemple, d’aucuns peuvent – jugement de valeur un peu hâtif – se réjouir que la proportion de premiers films s’accroisse, et de s’appuyer sur des chiffres : en 2007, en France, 38,9 % des films d’initiative française ont été des premiers films, contre 34,1 % en 2006 et 30,8 % en 20012. Puis de lancer un cri de fierté nationale, par exemple pour en tirer la conclusion d’un « renouvellement des talents », ou d’une place inédite faite aux jeunes réalisateurs, etc.

14Passons sur toutes les précautions méthodologiques qu’il faudrait prendre : par exemple, sur tout corpus de faible effectif – ici 150 à 200 films concernés – il suffit d’une très légère variation aléatoire et conjoncturelle – 5 ou 6 films dans un sens ou un autre – pour que la variation apparaisse importante en proportion. En tirer des conclusions structurelles serait une erreur basique, mais fondamentale et pourtant communément commise.

15Passer des chiffres à de tels jugements de valeurs – dont on comprend l’intérêt politique, mais qui n’est pas le nôtre ici – parait de surcroît dangereux et assez myope. En effet, s’agissant de proportions (pourcentage), affirmer que telle part augmente, c’est, aussi et à la fois, constater qu’une autre ou que toutes les autres diminuent proportionnellement. Pure logique. Donc, se réjouir que la proportion de premiers films augmente, c’est, aussi, se réjouir que la proportion de seconds, troisièmes... films diminue. Se réjouir que la proportion de jeunes réalisateurs augmente, c’est donc également se réjouir que celle des réalisateurs confirmés régresse, et par là donc constater que la part de ceux qui font des premiers films et qui n’en feront pas plus tard augmente, et qu’il convient de s’en féliciter.

16Constater que les êtres humains, que les talents, s’apparentent désormais aux produits qu’ils mettent sur le marché, c’est-à-dire qu’ils de plus en plus éphémères, jetables, est une chose : s’en réjouir en est une autre, qu’à titre personnel on me permettra de ne pas partager, et en ce sens, évidemment, je ne suis pas sûr que ceux qui reprennent ce type de jugement – et non d’analyse des chiffres – sachent tout à fait ce qu’ils disent.

L’exemple de la part de marché du film national

17Allant dans le même sens, nous aurions pu développer 1’exemple de la part de marché du film national. Nous pouvons – et pourquoi pas – constater avec une certaine fierté nationale que celle-ci demeure élevée, plus élevée qu’ailleurs dit-on. Chaque hausse annuelle voit ainsi des commentaires – essentiellement des politiques là encore, mais pas seulement, des journalistes « spécialisés » n’hésitant pas à les devancer parfois – se flatter de toute hausse constatée – là encore sans se méfier de tout constat purement conjoncturel, lié bien souvent au succès de quelques films, voire d’un seul comme cette année avec Bienvenue chez les Ch’tis. Sur le fond, que disent véritablement ses plus de 20 millions d’entrées en France sur la santé DU cinéma français ? Rien, tout le monde en conviendra, la carrière d’un seul film sur plus de 200 de cette nationalité sortis dans l’année ne dit rien sur le reste des œuvres ni sur cette industrie. Mais pour revenir à cette hausse de la part de marché (pdm) du cinéma national, une part n’étant qu’un pourcentage – une proportion – comme dans l’exemple précédent, est-il possible de se réjouir de cette hausse, et se vanter en même temps d’œuvrer pour la diversité culturelle ? Sur le plan de la réception des œuvres, définitivement, non : les deux propositions sont mathématiquement contradictoires, car se féliciter d’une hausse d’une part de marché (la nôtre) c’est aussi et à la fois se réjouir d’une baisse de la part des autres. Autrement dit, en s’extrayant des jugements de valeur, constater la hausse de notre pdm c’est aussi enregistrer une baisse des autres pdm, à commencer par celles de toutes les autres nationalités, hors les USA, c’est-à-dire, exactement le contraire de la diversité de la demande au niveau culturel, c’est-à-dire l’augmentation de sa concentration.

Fig. 2
Part de marché des films étrangers (hors USA) en France : 1949-2007.

Fig. 2Part de marché des films étrangers (hors USA) en France : 1949-2007.

Source : CNC

18Et depuis un demi-siècle (fig.2), nous constatons bien une diminution de la consommation des films en salles pour tous les films venant de tous les pays, hors les films nationaux et ceux venant des USA, ce constat étant valable en France comme dans tous les pays européens : au niveau de la demande nous observons la concentration, la diminution de la variété, tout le contraire de la diversité. Ainsi, sur une longue période, la pdm en France des films non français et non états-uniens, après avoir cru de l’après-guerre à 1970 pour dépasser le quart du marché, n’a cessé de décroître depuis, pour s’établir à deux fois moins, voire nettement moins encore – aux environs de 5 % – si l’on exclut les films britanniques dont l’on sait que depuis plus d’une décennie, nombre d’entre eux sont produits et financés de fait par les Majors hollywoodiennes, attirées sur le sol britannique par une fiscalité incitative. Sur cent films vus en salles, cinq ne seront ni français ni Anglo-saxons : telle est l’exacte mesure de la diversité de la demande cinématographique française contemporaine.

19On comprend que le rappel, et de cette décrue, et de ce niveau [actuellement bas porte peu à l’enthousiasme et fasse considérer leurs énonciateurs comme des désenchanteurs.

Une mise à l’épreuve du discours commun

20Comme dans toutes les sciences sociales, analyser les chiffres permet donc se méfier du discours convenu et de la fausse évidence liée à une perception immédiate : tout ce qui augmente, tout chiffre à la hausse ne recèle pas forcément que du positif, et peut cacher et induire d’autres mouvements antithétiques. Pour poursuivre à partir du mécanisme de l’exemple précédent, au niveau macro-économique, il en va de même si l’on considère la balance commerciale : chaque journaliste télévisé, chaque politique, chaque commentateur veut ou se réjouit d’une balance commerciale excédentaire, c’est-à-dire que nous avons plus exporté qu’importé, plus reçu d’argent qu’il n’en n’est sorti du pays.

21Mais là encore, si NOTRE balance est excédentaire, cela signifie – mathématiques élémentaires, dans un échange de ce type un (+) n’est possible que si un (-) apparaît – que d’autres sont déficitaires, ailleurs, en d’autres pays, peut-être, et certainement, surtout, en des pays que nous disons – très sincèrement probablement – vouloir « aider », notamment à retrouver un équilibre.

Fig. 3
Part de marché des films états-uniens dans les cinéens : 1989-2007.

Fig. 3Part de marché des films états-uniens dans les cinéens : 1989-2007.

Source : CNC

22Autre exemple, sur cette exception culturelle qu’il est possible de questionner sous l’angle des données quantitatives. Souvent énoncée par le personnel politique qui a évidemment intérêt à la propagation de ces croyances, une autre affirmation peut par ailleurs nous faire plaisir ou nous flatter : sur le plan cinématographique, nous résisterions nettement mieux que d’autres nations à la suprématie hollywoodienne. Cette antienne, maintes fois assénée, semble désormais vérité établie ne nécessitant nulle mise en cause ni vérification. Et pourtant, est-ce si évident ? Quantitativement, sur de tels phénomènes, une comparaison n’a guère de sens sur du court terme. Si l’on considère donc, non point une année donnée où il est toujours possible de trouver tout et son contraire 1’année suivante, mais une moyenne période cela doit pouvoir aisément se révéler. Qu’en est-il donc sur les vingt dernières années ? L’évolution française se distingue-t-elle véritablement ? Si oui, un simple graphique (fig. 3) devrait le faire apparaître ; est-ce le cas ? En toute bonne foi, la lecture comparative de l’évolution de la part de marché du film états-uniens dans les cinq plus grands pays européens – sans légende des pays concernés – ne permet guère de lire une évolution véritablement singulière de l’un d’entre eux. Au contraire, l’évolution parallèle et concordante parait bien le symptôme principal – maxima conjoint des années 1993 et 1998, minima de 2006, etc.

Fig. 4
Part de marché des films états-uniens dans les cinq grands pays européens : 1989-2007.

Fig. 4Part de marché des films états-uniens dans les cinq grands pays européens : 1989-2007.

Source : CNC

23Le rajout de la légende, et la mise en valeur exagérée de la représentation de la pdm française (en rouge et en plus gros – fig.4) permettent alors de faire apparaître une tout autre analyse, à savoir :

  • la France suit exactement la même évolution, au même moment, que toutes les autres nations européennes ; il n’y a aucune année atypique aucune exception de ce point de vue ;

  • il apparaît en revanche qu’elle se situe régulièrement dans la fourchette basse, accordant souvent – mais pas toujours – la pdm la plus faible aux USA relativement aux quatre autres pays concernés ;

  • il arrive que l’Italie fasse aussi bien qu’elle, et même quelquefois mieux.

24Sur ce plan, pour relativiser définitivement un cocorico pas toujours de bon aloi, nous pourrions préciser qu’en deux décennies, seules deux nations ont vu leur propre pdm devenir majoritaire une année : jamais la France, mais la Yougoslavie – pour des raisons historiques bien spécifiques – et l’Italie, en 1997, pour cette dernière d’une part en raison de la faiblesse relative, mais partout constatée, des films états-uniens – et d’autre part du succès de quelques films nationaux, dont La vie est belle (La Vitae bella) de Roberto Benigni. La demande massive des spectateurs européens s’est tournée depuis longtemps vers un certain type de films. Il ne convient pas ici d’en faire l’analyse de la forme, mais tout au plus doit-on remarquer que la mimèsis y joue un rôle considérable. Il se trouve que depuis plusieurs décennies la demande des publics français et européens a été insatisfaite par de nombreuses offres, d’abord non occidentales, puis par celle en provenance des autres pays européens, puis enfin de son propre pays, tandis qu’une seule autre offre, venant des USA, l’a comblée. La hauteur de cette demande, et surtout son évolution concomitante dans toutes les nations, interdit toute explication nationale du phénomène (prix des places, concentration de la distribution, variation de la production nationale, etc.) et toute tentative « qualitative » liée à une offre ponctuelle ( « qualité » des films, esthétique, etc.). A quelques exceptions conjoncturelles prêt (le succès d’un ou deux films nationaux dans un des pays, pour une année considérée) c’est uniquement la réaction du public à l’offre états-unienne qui structure depuis plusieurs décennies, cette fameuse « part de marché » dont les USA s’octroient la proportion majoritaire, et souvent plus des trois quarts selon les pays, notamment en Europe de l’Est.

25Les apports d’une démarche scientifique peuvent résider en la recherche des éléments source, l’utilisation d’autres outils statistiques, un questionnement des affirmations, une recherche de données chiffrées permettant de vérifier et d’étayer telle ou telle théorie. Les limites à une approche strictement quantitative sont toutefois nombreuses : l’incapacité à évaluer le qualitatif, une tentation de vouloir imposer des références normatives, la fascination pour des classements parfois aussi éphémères que non signifiants, s’en tenir à l’apparence d’une scientificité non questionnée, l’exploit algébrique qui se substitue au sens, et surtout la tentation réductionniste qui guette toute discipline que les circonstances historiques et sociales ont pu très provisoirement rendre dominante au sein d’un type de société.

Haut de page

Notes

1 Le film français, no 3268 du 27 juin 2008, p. 42.

2 CNC info, Bilan 2007, n° 306, mai 2008, p. 62.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Des poubelles pour faire comprendre sa haine des chiffres.
URL http://map.revues.org/docannexe/image/1258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 2Part de marché des films étrangers (hors USA) en France : 1949-2007.
Crédits Source : CNC
URL http://map.revues.org/docannexe/image/1258/img-2.png
Fichier image/png, 66k
Titre Fig. 3Part de marché des films états-uniens dans les cinéens : 1989-2007.
Crédits Source : CNC
URL http://map.revues.org/docannexe/image/1258/img-3.png
Fichier image/png, 53k
Titre Fig. 4Part de marché des films états-uniens dans les cinq grands pays européens : 1989-2007.
Crédits Source : CNC
URL http://map.revues.org/docannexe/image/1258/img-4.png
Fichier image/png, 66k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Forest, « Penser l'économie du cinéma », Mise au point [En ligne], 1 | 2009, mis en ligne le 12 août 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://map.revues.org/1258 ; DOI : 10.4000/map.1258

Haut de page

Auteur

Claude Forest

Maître de conférences habilité à diriger les recherches à l’université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle, en économie du cinéma et de l’audiovisuel. Il a notamment publié : L’argent du cinéma, Belin 2001 ; Economies contemporaines en Europe, CNRS, 2002 ; Quel film voir ? Pour une socio économie de la demande, Presses universitaires du Septentrion, 2010.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page