Navigation – Plan du site

Histoire, cinéma et idéologie : réflexions sur le Cimarron de Wesley Ruggles (1930)

History, cinema and ideology: reflections on Cimarron, by Wesley Ruggles (1930)
Elyette Benjamin-Labarthe

Résumés

C’est l’autocensure d’une société ou ses lapsus qui intéressent cette étude, à travers l’approche du mot « cimarrón », terme espagnol signifiant esclave fugitif, que le cinéma anglo-américain va s’approprier en le détournant, car il résiste à le reconnaître, ou à donner une place à la réalité de l’esclavage. L’adaptation filmique du roman éponyme d’Edna Ferber par Wesley Ruggles immortalise la course sauvage de 50 000 fermiers potentiels en quête d’un lopin de terre dans le no man’s land de l’Oklahoma, glorifiant une installation légitimée par le droit, mais non par la justice. Ainsi « Cimarron » devient le vecteur d’un romantisme adamique, nomme un lieu qui sanctionne l’appropriation du territoire par des pionniers anglo-américains, mais occulte le passé métissé du Texas ainsi qu’une appartenance tabouée à l’africanité

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Il s’agit de rendre compte ici d’une expérience d’initiation à la recherche en « Master Amériques » de l’Université de Bordeaux 3, dans le cadre du séminaire « Cinéma américain, discours et représentations », lequel devrait plutôt dans une optique post-coloniale, se voir rebaptisé « Cinéma étasunien », car il entend conduire un groupe d’étudiants-chercheurs à évaluer l’inflexion idéologique des représentations que le cinéma de masse donne, à une époque donnée, d’aspects peu canoniques de l’histoire culturelle étasunienne. Le choix s’est porté sur l’évocation du « cimarrón », l’esclave fugitif et pourchassé présent sur le territoire des Amériques depuis le début de l’esclavage, à travers un film culte des années 1930, le Cimarron de Wesley Ruggles de 1931, lui-même adaptation pour un public de masse du roman non moins célèbre d’Edna Ferber, Cimarron, paru en 1929.

  • 1 Voir les ouvrages de Kathleen Deagan et Darcie Mac Mahon, Fort Mose, Colonial America's Black Fortr (...)

2Cette initiation s’inscrit dans une filiation, celle d’un cours sur l’expansionnisme étasunien dispensé l’année précédente. A ce titre, le cours de Licence participait des révisions de l’histoire de l’Ouest à l’aune d’études post-coloniales, pour débusquer, à travers le médium cinématographique, les non-dits, les occultations, la conscience fausse qui transparaissent, par le truchement d’images séduisantes, lénifiantes sinon mensongères, quant à la représentation d’épisodes d’une marche vers l’Ouest entachée d’illégalité, d’injustice ou de non-droit. Car la présence active des esclaves fugitifs dans ces contrées est aujourd’hui connue et attestée par des études historiques récentes1.

  • 2 On lira à ce sujet les ouvrages historiques qui révisent l’histoire de l’Ouest, dont celui de Carri (...)

3Le territoire investi par les cimarrones dans leur fuite vers la liberté que leur accordait un Mexique anti-esclavagiste est celui de la pointe occidentale de l’état actuel de l’Oklahoma, lieu de passage des esclaves en fuite se dirigeant dans la clandestinité vers le Sud plus accueillant, mais également le territoire d’une appropriation sauvage, car investi massivement en 1889 par les Land runs ou « courses à la terre », de colons autorisés par le gouvernement des Etats-Unis à s’approprier une région déjà octroyée à des Indiens autochtones. Depuis plus d’un siècle, ceux-ci s’étaient métissés au contact des esclaves fugitifs dont ils étaient devenus eux-mêmes soit les maîtres soit les sujets2.

Prolégomènes : un métissage méthodologique au service de la révision historique

4La méthode adoptée pour lire le film est celle de la discipline métissée nommée « civilisation américaine », faute d’un terme qui soit à même de rendre compte du cocktail disciplinaire qui participe d’une approche multidirectionnelle, sinon transdisciplinaire, puisqu’elle touche à l’histoire événementielle, l’histoire des idées, l’anthropologie, la linguistique, la cartographie, la sociologie des représentations sinon la philosophie politique. Des textes fondamentaux sont ainsi de manière liminaire donnés pour lecture aux étudiants, afin de préparer le terrain de la réflexion sur l’image. Il s’agit d’étudier, en utilisant des outils théoriques choisis, l’inflexion idéologique que donne le cinéma des années 1930 dans la représentation des conflits de classe ou de « race » qui ont marqué cette période intense de l’expansionnisme étasunien.

  • 3 Goldmann, Lucien, Le Dieu caché, Paris, Gallimard, 1959. Coll Tel Quel.

5Nous abordons les objets choisis selon une approche post-marxiste principalement inspirée du Dieu Caché de Lucien Goldmann3, afin de cerner contexte et causalités proches, limitées, ou contexte et causalités lointaines. L’approche de l’inflexion idéologique se fait à la lecture des écrits philosophiques d’Althusser, ainsi que de ceux du théoricien de l’idéologie appliquée au matériau cinématographique Jean Patrick Lebel, dans la mesure où ces deux approches convergent, se recoupent ou sont susceptibles d’être associées, pour aider les étudiants de relire l’histoire des Etats-Unis en la confrontant aux représentations qu’en donne le film.

  • 4 Cité par Saül Karsz, dans Théorie et Politique : Louis Althusser avec quatre textes inédits de Loui (...)
  • 5 Lebel, Jean Patrick, Cinéma et idéologie, Paris, Editions sociales, 1971.
  • 6 Une étude plus poussée pourrait envisager une véritable typologie de la représentation du cimarron (...)

6L’exploitation de la formule consacrée d’Althusser, « l’idéologie interpelle l’individu comme sujet …/… elle est le ciment de la société »4, nous aident à démasquer la tricherie dont le film pourra témoigner, au regard d’une certaine vérité historique elle-même attestée par de nombreux ouvrages progressistes, lesquels ont imposé une interprétation contraire parfois à l’histoire officielle, cette dernière ayant tendance, comme le film destiné à un public de masse, à masquer souvent au spectateur de cinéma la vérité de la situation historique. Car le film aura tendance à le persuader, insidieusement, de la véracité de certaines représentations. On étudiera donc la manipulation par l’image, le message qui fait corps avec l’environnement politique de l’époque et le discours ambiant, pour déceler l’effet idéologique, sinon l’infrastructure idéologique du Cimarron de Wesley Ruggles (1931), reprenant à notre compte que « le cinéma déguise le réel aux masses5 ». D’autres versions du même thème, portant le même titre, sont également proposées à l’étude. Ainsi les étudiants sont-ils encouragés de manière liminaire à rechercher, pour les analyser dans une optique comparative, les autres versions américaines de Cimarron, pour en déceler l’orientation idéologique. Deux ont pu être sélectionnées, celle d’Anthony Mann, teintée de progressisme (Etats-Unis, 1960) et celle de Daniel Ortiz, participant d’une revendication postcoloniale (Porto Rico, 2007)6.

  • 7 Ferro, Marc, Cinéma et Histoire, Paris : Gallimard, 1993. Coll Folio Histoire. La version anglaise (...)

7Au-delà de la variété de traitement du thème, la plasticité de l’histoire ne doit pas échapper aux jeunes chercheurs conduits à prendre conscience qu’il y a de nombreuses écoles historiques, de nombreuses versions d’un même événement, et qu’il convient donc d’aborder tout épiphénomène sans s’en tenir à un seul discours critique. Cet aspect sera présenté à travers l’ouvrage Cinéma et Histoire7, dont la lecture préliminaire enseigne la modestie dans l’interprétation et la relativité dans les jugements critiques. Car sans négliger l’aspect artistique du film, les étudiants du groupe de civilisation américaine sont ainsi appelés à regarder le film donné comme un document de son temps, témoin de l’état ou de l’évolution des mentalités.

  • 8 Bachelard, Gaston, La Poétique de l’Espace, Paris, (Paris : Presses Universitaires de France, 1957 (...)
  • 9 Merleau-Ponty Maurice, L’Oeil et l’Esprit, Paris, Éditions Gallimard, 1985, collection Folio/Essais (...)
  • 10 Morin, Edgar, Le Cinéma ou l’Homme Imaginaire, Paris, Editions de Minuit, 1956.

8L’approche ludique du film n’est cependant pas exclue de l’analyse, quand l’appréciation de la beauté des images, le relief de la musique, l’éclat de la lumière, peuvent aux yeux d’un public mener à une surinterprétation qu’il conviendra de décrypter, en la préparant à l’aide d’outils adéquats, soit ici à la lecture sélective d’ouvrages majeurs d’anthropologie culturelle, tels La Poétique de l’Espace de Gaston Bachelard8, Le Visible et l’Invisible ou L’Œil et l’Esprit de Maurice Merleau Ponty9, ainsi que Le Cinéma ou l’Homme Imaginaire d’Edgar Morin10, pour ne citer que trois grands classiques qui forment le regard et suscitent l’émotion, ceci afin de faire prendre conscience aux chercheurs en herbe du gisement de richesse potentielle que constituent les images qu’ils devront déchiffrer, en mettant en synergie les diverses disciplines et savoirs.

9La démarche s’accompagne d’un enjeu disciplinaire, lequel consiste à amener le regard des étudiants à déceler, à travers l’analyse filmique, ce qui transparaît de l’américanisme, d’une idéologie qui imprègne, masque, ou magnifie, au détriment souvent de la vérité historique attestée par les études anciennes ou réévaluations plus récentes. Ainsi plusieurs écoles historiques seront-elles abordées, traditionalistes ou séditieuses, afin que l’expansionnisme livre quelques secrets cachés par des représentations non pas tant mensongères que porteuses d’utopie et de résistance au réel.

10Ainsi c’est l’autocensure d’une société ou ses lapsus qui intéressent l’étude du film de Wesley Ruggles de 1931, un film que le marchand en ligne Amazon écrit « clumsy production of RKO, it only survives as a curio ». Les étudiants sont ici encouragés à ne pas se fier aux vendeurs de recettes, mais à analyser un vieux classique hollywoodien à l’aune des études récentes, ici les approches multiples et enrichissantes, axées autour de la linguistique, de l’anthropologie et l’histoire culturelle liées au terme espagnol « cimarrón », à la géographie et la cartographie de l’Ouest, ainsi qu’autour de l’abondante filmographie liée à l’utilisation du terme ou des sens multiples qu’il a pu revêtir à l’écran.

11Le titre d’abord, repris inlassablement, par trois autres films postérieurs, Le Cimarron édulcoré mais progressiste d’Anthony Mann de 1960, réhabilitation mièvre du Cimarron précédent ancré dans l’époque raciste et xénophobe des années 1930, le El Cimarrón récent, reconstructiviste du portoricain Daniel Ortiz (2007), celui de Stephen Spielberg enfin, Spirit, Stallion of the Cimarron (2002), lequel choisit de retenir l’utopie animalière et l’archétype de l’étalon farouche et indompté pour exalter à travers une fable enfantine, les images fortes qui sont censées émouvoir sinon lénifier le vaste public. Nous visionnons donc quelques passages choisis de chacun des films nommés Cimarron, pour stimuler une approche comparatiste et dégager dans chacun d’eux la signification particulière que peut revêtir un terme plurivoque, en gardant à l’esprit le sens étymologique d’« esclave noir en fuite ».

12Les étudiants du groupe de Master Amériques se mettent également en quête de films qui donnent une représentation, même fugace, des esclaves en fuite, pour effectuer des micro-analyses et déceler, sous le vernis du progressisme et de fraternité entre Blanc et Noir, la tentation ou les signes ténus d’une idéologie raciste sous-jacente. Cela par une approche esthétique de l’image, par l’étude de la lumière, du cadrage, de l’inclinaison des personnages noirs et blancs, de la place relative qui leur est accordée respectivement sur l’écran, de l’effet de la plongée ou de la contre-plongée sur la réception, transparaît l’effet idéologique. Je citerai pour exemple un passage clé de notre analyse, dans le film de Richard Brooks de 1957, Africa Ablaze, quand dans un gros plan, le blanc, incarné par Rock Hudson, se penche, paternaliste, vers le noir incarné par Sidney Poitiers, occupant les deux tiers de l’espace, le visage éclairé et magnifié par un excès de lumière alors que son ami occupe seulement le troisième tiers.

13On se penchera, après cette amorce d’analyse, sur la représentation falsifiée des esclaves fugitifs, représentés par des blancs grimés et patibulaires, émouvants de maladresse, dont l’ethnicité réelle est interdite encore à l’écran en 1957, par le code de production hollywoodienne en vigueur avant l’obtention des droits civiques de 1965. Une doctorante à ce titre, qui travaille sur un sujet directement dérivé de notre problématique, « Peau noire, regards blancs : le cinéma des années 1945-1975 aux Etats-Unis », apporte un riche éclairage, par ses travaux récents, à la représentation d’esclaves fugitifs, selon qu’ils sont des blancs grimés ou authentiquement noirs, de quoi préparer sinon aiguiser le regard des jeunes participants.

Eclairage étymologique du terme « cimarrón » : résistance idéologique à la réalité de l’esclavage

14Devant l’abondante utilisation du mot « cimarron » par le cinéma étasunien, il nous apparaît utile de ne pas éluder une approche étymologique du terme espagnol signifiant « esclave fugitif » que la culture anglo-américaine va s’approprier tout en le détournant. À l’issue du passage transculturel vers l’anglais, ne subsiste plus du sens espagnol lié à l’esclave fugitif que la composante « sauvage » liée à la bestialité, ou une composante géographique, neutralisante, liée à l’appropriation. Car dans le Cimarron de Wesley Ruggles, on ne voit guère d’esclave fugitif, quand le seul véritable personnage noir qui ne soit pas un domestique faisant partie du décor familial d’une famille du sud y est un enfant qui meurt, lors d’une course à la terre, comme pour expier une faute : le regard amoureux qu’il adresse furtivement à une jeune Indienne. Le détournement du terme va donner l’avantage à la géographie, un domaine où la cartographie exprime des certitudes, engendre l’espoir, l’enthousiasme et l’ambition qui désamorcent toute velléité de culpabilité. Au gré d’un déplacement du registre ethnique vers le registre géographique, le terme y sert dès lors à délimiter la portion encore mystérieuse et prétendue inhabitée d’un territoire à conquérir sur la nature supposée sauvage de l’Ouest.

15Il semble ainsi que l’affadissement du sens initial, son passage de l’humain à la terre, témoigne de la manière dont l’inconscient anglo-américain se défend contre une réalité traumatique, celle de l’esclavage, à laquelle il semble ne pas pouvoir donner une place décente. Le déplacement du sens devient ici une manière indirecte de résister à une vérité historique, si bien que nous sommes en présence d’une conscience qui n’arrive pas, à travers les mots, à intégrer une vérité, mais également, à une échelle plus vaste, d’un mécanisme de défense dont les civilisations se servent, pour différer le moment où il sera temps de parler d’une réalité honteuse. C’est pourquoi on peut sans doute encore évoquer ici, à travers l’étude du détournement de sens issu d’une migration linguistique, d’une résistance à une résistance, manière pour un inconscient collectif de résister à une vérité historique traumatique, soit la farouche résistance des esclaves fugitifs qui quittaient les Etats-Unis pour se réfugier vers le Sud, sur les territoires immenses et dépeuplés de la Nouvelle-Espagne ou du Mexique aux sympathies antiesclavagistes. Le film donne ainsi lieu à une réflexion étymologique dont chacun devra prendre la mesure et dont je donnerai ici les résultats partiels sinon imparfaits.

  • 11 On lira avec intérêt l’ouvrage de Jenny Sharpe, Ghosts of Slavery: A Literary Archaeology of Black (...)

16Il semble difficile, ex post, d’affirmer l’antériorité d’un terme, mais sans doute peut-on avancer, au regard des résultats de diverses études linguistiques, au regard de sources primaires attestées par l’histoire -récits de voyageurs, correspondances de colons retrouvées dans des greniers, relations officielles d’explorateurs, gazettes locales, sources autobiographiques-, que le terme hispanique « cimarrón », dans son antériorité, a bien donné naissance aux termes « maroon slave » et « esclave marron ». Tel dictionnaire affirme une source espagnole, un « cerdo marrano », soit le nom de l’animal de consommation interdite (maharram) par la religion arabo-musulmane et juive, connotant interdiction de toucher, de manger, et également par dérivation « souillure », donc par extension le statut de paria11 qui dénote l’ostracisme à l’égard du noir. Telle autre source attribue la paternité du terme au Britannique Sir Francis Drake (1628), qui décrivait les « Symerons » des Amériques, néologisme voisin de l’adjectif simiesque.

17Le vocable espagnol a conservé jusqu’à aujourd’hui son pouvoir de dénonciation de l’esclavage, et demeure, dans la Caraïbe et en Amérique du Sud, pour signifier l’authentique esclave fugitif qui se cache comme un animal traqué dans les fourrés, en quittant le chemin, pour se rassembler en bandes dans les montagnes, ayant pris le maquis et formant souvent des communautés organisées selon des rites africains, et armées pour attaquer les maîtres Blancs, ceci dans les pays où l’esclavage a été maintenu jusqu’en 1848. Ainsi des communautés hors la loi, hors institution, s’étaient créées depuis le XVIème siècle, en Nouvelle-Espagne et dans la Caraïbe, en marge de l’institution coloniale placée sous la domination des puissances européennes. Les esclaves fuyaient vers le Sud, empruntant des chemins et pistes dans le désert et les grandes plaines, itinéraires comme la région mal connue du « Cimarron Cut Off » filmée par Wesley Ruggles.

18Ces pistes découvertes à l’époque des conquistadors préfiguraient, avec trois siècles d’avance le futur Underground Railway/Itinéraire clandestin de fuite des esclaves, contribuant à peupler le territoire quasi-désertique de la Nouvelle-Espagne et Nouvelle-Grenade, par le biais d’intermariages avec des colons, trappeurs, commerçants Blancs, sinon principalement avec des Indiens. Très souvent, ces derniers admiraient les hommes noirs porteurs d’une culture supérieure qu’ils jugeaient supérieure à la leur. Des témoignages à ce titre existent, autobiographies transmises oralement, comme celle de Jimmy Bowlegs, The Alligator, chef des Séminoles, aussi appelé dans cette région multilingue, Guillermito a las Piernas Cuervas. Mais l’indianité n’était pas univoque sur l’accueil fait aux Noirs en fuite, même si Osceola, chef séminole, avait pu épouser une esclave cimarrone, Perle de Rosée. Car d’autres tribus indiennes comme les Osages n’acceptaient pas la miscégénation avec les Noirs et tuaient systématiquement les contrevenants à leurs tabous. En outre, certaines tribus pratiquaient conjointement le mariage et l’esclavage, et pouvaient avoir trois ou quatre épouses, deux conseillers, mais cinquante esclaves. Il semble que le cinéma hollywoodien, pas plus d’ailleurs que le cinéma indépendant, ne se soient encore intéressés à une configuration ethnique complexe qui passionne les historiens contemporains.

Le détournement du terme Cimarron : de l’étymologie à l’appropriation géographique

  • 12 Cimarron, roman d’Edna Ferber. New York, Fawcett Books, 1971. Première édition chez Doubleday &Co, (...)

19Le film constitue l’adaptation relativement fidèle du roman éponyme d’Edna Ferber, Cimarron12, publié en 1929, une épopée ambiguë, mélancolique, à la gloire de l’expansionnisme. Ce western fut un triomphe, obtenant trois Oscars, une récompense jamais accordée depuis à aucun autre film du genre. Il immortalise le 22 avril 1889 et sa chevauchée sauvage, land run/course à la terre de 50 000 fermiers potentiels en quête d’un lopin de terre dans le no man’s land de l’Oklahoma, au cours de l’une des diverses journées organisées sous l’égide du gouvernement afin d’attribuer aux premiers arrivés une parcelle des 2 millions d’acres – soit 800 000 hectares -du vaste lieu encore sommairement cartographié appelé « Cimarron Outlet » ou « Cherokee Strip », du nom de ses premiers occupants, qu’ils soient des esclaves en fuite ou des Indiens déplacés en masse dans ces terres arides.

20Tout en représentant des Noirs et des Indiens, mais en ne les faisant apparaître que fugacement à l’écran -sans jamais élucider le sens de leur présence -, le Cimarron de Wesley Ruggles occulte ainsi leur rôle réel dans le défrichage du territoire américain, pour s’affirmer comme une ode folkloriste aux pionniers qui ont fondé l’état de l’Oklahoma grâce une installation légitimée par le droit, mais non par la justice, quand les colons sont encouragés par le gouvernement à s’installer sur des territoires encore peu peuplés avoisinant les nombreuses réserves indiennes. Ces territoires, anciennement propriété des tribus indiennes déplacées, lanières de terres de plus de 100 000 km2, baptisées « strips/bandelettes », ou « outlets/débouché », véritables déversoirs de population, témoignent par l’utilisation de ces termes utilitaristes, désidentifiés, de l’insignifiance accordée à leurs anciens occupants, lesquels sont représentés à l’écran comme autant d’individus mystérieux, errants, sans cesse montrés en groupe, comme pour accentuer leur pouvoir de nuisance ou de conspiration muette. Aventuriers, cow-boys, soldats, Indiens, Noirs, Hispaniques, Anglo-Américains ou immigrants venus plus récemment d’Europe allaient ainsi participer de ces chevauchées sauvages, courses à pied, à cheval, en carriole de tout genre ou vélocipèdes.

21Le cinéma a depuis ses débuts familiarisé le public avec cette ruée spectaculaire vers l’Oklahoma -la terre des hommes rouges en dialecte indien choctaw-« okla », le peuple et « humma », rouge -, depuis sa représentation dans le film Tumbleweeds, de William Hart en1925, jusqu’à la vision de Samuel Fuller de la lutte entre Indiens et Blancs dans Run of the Arrow (1954). Il n’a cependant jamais pris le soin d’individualiser les tribus éparpillées dans une mosaïque difficile à délimiter et identifier. Ainsi le genre du cinéma dit western va majoritairement travailler des identités souvent appauvries, pratiquer l’amalgame dans ses représentations de l’indianité ou de l’appartenance tabouée à l’africanité. Le cinéma sera en revanche très loquace quant à identifier le territoire, nommer un lieu, afin de cartographier la propriété. Ainsi un lieu géographique précis va susciter ici toutes les convoitises, la région située dans la pointe occidentale de l’Oklahoma, région aujourd’hui presque oubliée, bien qu’il existe une ville, une rivière, un désert Cimarron. Au-delà de ces réserves liées à l’occultation du sens primordial d’un terme, il convient de reconnaître que le souffle épique des deux versions de Cimarron reste un grand moment de cinéma, au-delà du relent de génocide et d’expropriation qui ternit aujourd’hui la représentation, pour un public contemporain résolument progressiste. Replacé dans l’histoire culturelle des années 1930, Cimarron devient le vecteur d’un romantisme adamique, tout d’abord certes, éloge des exploits de la génération passée de pionniers, mais également glorification d’une nature vierge, hostile à l’homme mais finalement domptée par ses travaux, peuplée d’animaux retournés à l’état sauvage que la main de l’homme prétendument « de culture » exterminera, afin d’y installer une prospérité matérielle selon la logique de la frontière turnérienne. Ainsi la nostalgie d’un Ouest rebelle, dompté et asservi, mais toujours cantonné au domaine de la bestialité, ne cesse de marquer les représentations, car on ne saurait désigner directement la réalité de l’esclavage à laquelle le mot ne renvoie que par déplacement, ou par sinuosité. À ce titre, un personnage s’exclame, au début du film, « what is Cimarron ? », sans obtenir de réponse précise, si ce n’est l’ébauche de l’idéologie de la Destinée manifeste, « A wilderness one day – except for an occasional wandering band of Indians-an empire the next. If that isn’t a modern miracle ’« (Ferber, 16), « here was an empire to be had for the taking, in this strange unowned empire without laws and without government » (Ferber, 15). Ainsi le fantasme de la terre vierge et la légitimation d’un état de non-droit en viennent à prendre le relais des significations antérieures.

  • 13 Lawrence, DH. Studies in Classic American Literature, New York, Viking Compass, 1964, 51. Première (...)
  • 14 Nous écrivons le mot civilisation avec un S, substituant au « c » empreint de douceur un « s » dur, (...)

22Car Cimarron, selon une étymologie étasunienne attestée, est bien également à l’origine de l’ancienne nomination « Séminole ». Par un phénomène de métathèse, le terme espagnol « cimarrón » s’est lentement transformé en « séminole », pour signifier « esclave fugitif » chez les Indiens de Floride pour la plupart accueillants envers les esclaves en fuite, et souvent en conséquence métissés, au point d’être génériquement appelés « Black Indians » dans les Florides ou « Negritos » au Mexique. La dérivation attestée par l’étymologie, qui lie « cimarrón » à « séminole », établissant un lien entre négritude et indianité, et ainsi porteuse d’une réalité sociologique, est restée occultée par une culture de masse qui se reconnaît mieux dans l’acception anglo-américaine réduite à un concept romantique, soit un état d’esprit aventurier généré par les grands espaces apparemment offerts aux pionniers. Ainsi peut-on lire dans le roman, « Cimarron is « blood and thunder » (Ferber, 176), reconnaissance implicite d’une violence légitimée, chez des cowboys en lutte féroce contre les fermiers sédentaires, représentés alors qu’ils virevoltent dans les plaines, en groupes de miliciens armés, sur le lieu précis des appropriations sauvages. On est tenté ici d’évoquer la petite phrase célèbre de DH Lawrence, « America is tense with latent violence and resistance »13. Le Juif du roman, Sol Lévy, observateur distancié et lucide, applique à ce titre au héros Yancey Cravat un oxymore révélateur, celui de « civilized barbarian » (Ferber, 189), lequel dénonce tout en l’exonérant, la violence qui accompagne le processus Sivilisateur14 -terme sensé ici connoter l’acharnement civilisateur.

De l’ordre étymologique à l’ordre animal, de l’esclave en fuite au buffalo

23A travers la plasticité des significations, ce sont deux attitudes différentes face à la colonisation qui ont lentement, au fil de l’histoire, modelé les mentalités, en s’inscrivant respectivement dans chacune des deux langues, l’espagnol et l’anglais. Le territoire appelé « Cimarron » gagné sur l’indianité grâce au travail de défrichage des esclaves fugitifs, par un nouveau glissement, en est arrivé à signifier l’animal en voie d’extinction qui y vivait. Ainsi la vie de l’animal viril/manso, émancipé du joug de la civilisation, réfractaire au licol, échappé du corral et rétif à toute contrainte, vivant en troupeau libre dans des étendues désertiques, car retourné lentement à l’état sauvage - qu’il soit le boeuf originel, le bison, le buffalo, le long horn, le mustang, le maverick - constitue l’acception généralement reconnue du terme dans la culture anglo-américaine. La langue cantonne ici le terme cimarron au règne animal, évoquant indirectement des groupes lentement disparus, et en filigrane, certes, car toujours sous la forme du non-dit, l’Indien qu’on a pourchassé, dépossédé et tué.

  • 15 Publié dans le Ladies' Home Journal Serial, Novembre, 1922.
  • 16 Grant, Madison, The Passing of the Great Race, or The racial basis of European history. New York, C (...)

24Le roman d’Edna Ferber et le film de Wesley Ruggles Cimarrón sont bien en phase avec l’idéologie raciste et eugéniste des années 1930. À ce titre, l’histoire culturelle de l’époque est ponctuée d’ouvrages à connotation raciste qui déplorent, tout en la glorifiant de manière ambiguë, la soi-disant disparition des Indiens, dont The Vanishing American, roman populaire de Zane Grey15 et son adaptation cinématographique du même nom par George B. Seitz (1925), dont Richard Dix, dans le rôle de l’Indien a imprimé sa trace. L’époque résonnait des discours eugénistes, dont celui développé par Madison Grant, le théoricien de la « race », dans The Passing of the Great Race16. L’auteur était par ailleurs connu pour ses sympathies animalières larmoyantes, décriées aujourd’hui, ne serait-ce que par le pathos suspect attaché à l’extermination des animaux, à travers des titres tels que « the vanishing moose », « the vanishing cariboo », « the rocky mountain goat », « saving the redwoods », « wildlife in Alaska ». Car il fait écho à l’esprit d’une époque qui pleure l’extermination des animaux, mais par ses écrits affirme son opposition à la miscégénation et à l’immigration.

25La sortie du film de Wesley Ruggles, en 1931, va réactiver la mauvaise conscience des Anglo-Américains et procurer un nouvel élan cathartique dans les salles obscures, dans la mesure où Richard Dix est choisi pour représenter le héros du film. Ainsi dans le sillage du Vanishing American, l’homme mystérieux du Cimarron au passé trouble, brun, suave, viril, aux cheveux longs, drus et bouclés, aux mains fines démesurées, au visage marqué par la petite vérole, attire les femmes à l’instar des mulâtres libidineux de La Case de L’Oncle Tom. L’acteur célèbre, ancré dans la mémoire récente en tant qu’archétype d’une indianité en voie de disparition va devenir le héros principal de la saga de l’Ouest liée aux ruées sauvages vers le gué de Cimarrón, lieu de passage ancestral vers le Mexique, sur la piste de Santa Fe, des esclaves en fuite dont on occulte l’existence.

26Par ce glissement d’une identité cinématographique antérieure à la suivante, pour le public de masse de l’époque, une indianité factice est dès lors confusément associée au titre Cimarron, déplacement du pathos antérieur attaché à l’Indien sur le film suivant, alors que dans le roman d’Edna Ferber le héros Yancey Cravat était implicitement associé, par un jeu de références physiques, à l’animal mythique de l’Ouest, le buffalo, lequel syncrétise indianité et africanité. Ainsi le film va-t-il appauvrir la référence ethnique du roman, pour focaliser l’intérêt du spectateur sur les fantômes indiens et non sur le traumatisme de l’esclavage, référence à l’indicible en 1931, pour un public de cinéma de masse.

27Yancey Cravat, le nom du héros, « civilized barbarian » amené à la civilisation par l’hybridité de ses origines, est dans le roman porteur d’une triple mixité qui reflète bien l’histoire sociale du Sud-Ouest avant 1850. Français comme Cavelier de la Salle, il est doté d’un port aristocratique, mais on le soupçonne d’origine indienne Choctaw, élevé sous la tente, venu du Sud, du Texas, après la guerre d’Indépendance où il a fait partie déjà de bataillons de « Buffalo soldiers », soldats noirs – souvent anciens esclaves ou descendants d’esclaves recrutés pour protéger les pionniers contre les Indiens et assimilés à des buffalos par les Indiens qui les voyaient, au loin, passer à cheval dans les grandes plaines. Il est ainsi implicitement associé à la négritude qui restera forclose dans le roman comme dans le film. Biculturel, il parle espagnol, référence avouable, dans ses moments de franchise ou d’émotion, ses cheveux sont longs, noirs et lisses, ses yeux frangés de longs cils, il a tué six hommes sans sourciller par pure précaution, en dégainant le premier. Il porte une tenue de vaquero mexicain et fait venir ses vêtements somptueux d’El Paso. Pour amuser la galerie, il fait danser les pleutres cowboys en leur tirant des balles au raz des pieds. Il défend les Indiens contre les fermiers avides de concessions terriennes, car il approuve le sentiment de supériorité des vachers nomades épris de liberté.

28La vision de sa tête volumineuse, empreinte de noblesse, à l’ample et drue chevelure qui évoque le buffalo disparu, revient à l’écran de manière anaphorique, par le biais d’une coiffure ostentatoire, à la mèche sombre et rebelle, signe de sa différence ethnique. Le héros romantique rebelle à la vie domestique des fermiers, incapable de se sédentariser, donc de s’intégrer à la vie communautaire, meurt à la fin du film, symbole de son inadéquation à la modernité. La référence oblique au buffalo, comme de nombreuses métaphores, implique qu’on ne puisse pas regarder la réalité en face. Elle marque une stratégie d’évitement, le déni d’une réalité dramatique, celle de la miscégénation tabouée, du mulâtre dont le statut n’est pas encore réglé. Elle instaure un détournement de l’intérêt de l’auditeur vers un fantasme de virilité qui alimente l’imagination aventureuse, laquelle exalte à son tour la réalité des grands espaces. Cette réalité géographique, et non plus humaine, se substitue ainsi à la réalité que désignait originellement le mot espagnol « cimarrón ». Ainsi le même territoire, refuge du Noir pourchassé, devient un territoire qui fait rêver les Blancs avides de terre.

29Il y a bien rupture et perversion, car le mot affaibli n’est plus la réalité première. Le sens premier, signe de résistance d’hommes noirs inféodés à un maître, fait place à la résistance de la conscience blanche qui préfère rêver, témoignage d’une intention d’oubli qui est peut-être inconsciente. Investi par la conscience collective anglo-américaine le mot affirme ainsi un pacte collectif, par lequel il enterre la réalité terrible qu’il était chargé de désigner, et qui faisait de ces esclaves de vrais résistants. Car la réalité de l’homme noir en rupture avec le sort qui lui était destiné est déportée ici sur les animaux, et surtout liée à une espèce en extinction, celle du sauvage bison mythique ou boeuf sauvage inconnu découvert par Nicolas de Fer, géographe du roi, en 1717, et appelé à disparaître de la civilisation.

30Ces considérations liées à la psyché blanche, élément de psychanalyse d’un inconscient collectif, qui peuvent justifier la résistance de la conscience anglo-américaine à recevoir la signification léguée par l’héritage hispanique, ont sans doute bénéficié d’un éclairage étymologique justificatif, ainsi que de données historiques qui éclairent la relation entre deux cultures rivales, hispanocentrique d’un côté, anglocentrique de l’autre. Il n’est certes pas exclu que les deux acceptions s’imbriquent et se croisent pour créer un écho mutuel, mais la culture pionnière de l’Ouest américain ne va conserver du terme que la valeur symbolique résiduelle, celle de la quête spontanée, viscérale, animale de la liberté, ne l’utilisant que pour valider les qualités susceptibles de glorifier un collectif en quête de légitimité. Ainsi le « cimarrón » de l’Ouest va subir une perte de sens pour se folkloriser, déplacement de la quête désespérée pour la justice humaine, soit condamnation de l’esclavage qu’implique le sens hispanique, vers la valorisation, dans l’Ouest anglo-américain, d’une justice sauvage et individualiste, le fameux droit d’agresser, code des Grandes Plaines, « the right not to retreat ».

31Dans ce cadre hors la loi, le flamboyant vaquero devenu simple cowboy, ou ses divers avatars, le pionnier, l’éleveur, le colon, le prospecteur, l’aventurier, le milicien, l’oligarque, s’accorde la spontanéité ou la fureur hobbesienne de l’animal sauvage porteur, dès lors, d’un statut romantique, enrobé d’une aura de prestige qui le distingue nettement de l’ombre portée sur ses deux rivaux potentiels, l’Indien et l’homme noir. Sans doute convenait-il de souligner la différence idéologique manifeste, à travers l’utilisation qui est faite du terme Cimarron, dans les années trente, par les deux cultures qui ont longtemps coexisté sur les territoires de l’Ouest.

32Ainsi une réalité lie les trois termes buffalo, Noir et Indien dans une filiation ou une trilogie aux accents tragiques, quand le buffalo désigne le Noir tel que se le représentaient les Indiens, quand le Buffalo soldier devient ce Noir qui tue les Indiens, quand les trois sont marqués du sceau de la mort ou de la transformation, quand les trois peuvent être mis en série sous le signe du génocide et de l’expropriation.

Haut de page

Notes

1 Voir les ouvrages de Kathleen Deagan et Darcie Mac Mahon, Fort Mose, Colonial America's Black Fortress of Freedom, Gainesville, University Press of Florida, 1995, ou de Franklin Folsom, Black Cowboy: The Life and Legend of George McJunkin, Niwot, CO, Roberts Rinehart, 1992.

2 On lira à ce sujet les ouvrages historiques qui révisent l’histoire de l’Ouest, dont celui de Carrie Anshutz, Cimarron Chronicles : Saga of the Open Range, Meade, Kansas, Ohnick Enterprises, 2003.

3 Goldmann, Lucien, Le Dieu caché, Paris, Gallimard, 1959. Coll Tel Quel.

4 Cité par Saül Karsz, dans Théorie et Politique : Louis Althusser avec quatre textes inédits de Louis Althusser, Paris, Fayard, 1974, p. 179.

5 Lebel, Jean Patrick, Cinéma et idéologie, Paris, Editions sociales, 1971.

6 Une étude plus poussée pourrait envisager une véritable typologie de la représentation du cimarron dans les films suivants : Something of value/Africa Ablaze, Le Carnaval des Dieux, 1957, Richard Brooks, USA 1957, Rue Cases-Nègres d’Euzhan Palcy, Martinique,1983 (Basé sur le roman éponyme de Joseph Zobel), Nèg Maron de Jean-Claude Flamant-Barny, Guadeloupe, 2004.

7 Ferro, Marc, Cinéma et Histoire, Paris : Gallimard, 1993. Coll Folio Histoire. La version anglaise contient un chapitre supplémentaire : "Cinema and Historical Consciousness in the United States".

8 Bachelard, Gaston, La Poétique de l’Espace, Paris, (Paris : Presses Universitaires de France, 1957 Presses Universitaires de France, 1957.

9 Merleau-Ponty Maurice, L’Oeil et l’Esprit, Paris, Éditions Gallimard, 1985, collection Folio/Essais et Le visible et l'invisible, texte établi par Claude LEFORT, Paris, Éditions Gallimard, 1979, collection Tel Quel.

10 Morin, Edgar, Le Cinéma ou l’Homme Imaginaire, Paris, Editions de Minuit, 1956.

11 On lira avec intérêt l’ouvrage de Jenny Sharpe, Ghosts of Slavery: A Literary Archaeology of Black Women's Lives, University of Minnesota Press, 2003. Citation d’Edward Long extraite de l’ouvrage History of Jamaica (1774).

12 Cimarron, roman d’Edna Ferber. New York, Fawcett Books, 1971. Première édition chez Doubleday &Co, 1929.

13 Lawrence, DH. Studies in Classic American Literature, New York, Viking Compass, 1964, 51. Première édition parue en 1924.

14 Nous écrivons le mot civilisation avec un S, substituant au « c » empreint de douceur un « s » dur, sifflante destinée à souligner l’implacable coercision du phénomène civilisateur, à la manière satirique de Mark Twain, dans The Adventures of Huckleberry Finn.

15 Publié dans le Ladies' Home Journal Serial, Novembre, 1922.

16 Grant, Madison, The Passing of the Great Race, or The racial basis of European history. New York, Charles Scribner's Sons, 1918.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elyette Benjamin-Labarthe, « Histoire, cinéma et idéologie : réflexions sur le Cimarron de Wesley Ruggles (1930) », Mise au point [En ligne], 2 | 2010, mis en ligne le 21 novembre 2012, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://map.revues.org/1174 ; DOI : 10.4000/map.1174

Haut de page

Auteur

Elyette Benjamin-Labarthe

Après avoir enseigné à l'université Montesquieu Bordeaux IV, Elyette Benjamin-Labarthe est actuellement professeur à l'Université de Lettres et Sciences humaines Michel de Montaigne Bordeaux 3. Spécialiste d’une approche post-coloniale de l'expansionnisme américain, des littératures et des arts issus de l'immigration, de l'interaction anglo-hispanique dans les Amériques ainsi que du cinéma des minorités, elle a écrit notamment Vous Avez dit Chicano : anthologie de poésie chicano (1993), Cinéma américain, aux marches du Paradis (1993), co-écrit Ecritures Hispaniques aux Etats-Unis : Mémoire et Mutations (1990), co-édité plusieurs actes de colloque dont Confrontations et Métissages(1994) et Emancipations caribéennes( 2010), puis publié Cinéma métis : Représentations de la frontière Mexique/Etats-Unis (MSHA, 2012). Elle a également publié de nombreux articles, en France, aux Etats-Unis, en Allemagne, en Espagne, en Angleterre et au Mexique, est membre de l’Académie Montesquieu et de diverses agences d’expertise appartenant à des instances nationales ou internationales.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page