Navigation – Plan du site

Enquête sur la réception des études cinématographiques et audiovisuelles au Maroc, effet d’interculturalité

Enquiry on the reception of film and audiovisual studies in Morocco
Bertrand Girardi

Résumés

Depuis quelques années le Maroc s’ouvre à la formation aux études cinématographiques et audiovisuelles. Une enquête réalisée avec des étudiants marocains en analyse de l’image a montré qu’il y avait vraisemblablement une altérité des références, c’est- à-dire un mélange des codes qui aboutissait à une réception interculturelle entre une proposition dite « occidentale » et l’étudiant Marocain (objet de l’enquête) dont la culture est différente (religion, monarchie, traditions africaines). En observant leurs attitudes de réception devant des objets visuels, une interrogation s’est posée autour des questions d’identité sociale et culturelle. Notre hypothèse s’est alors intéressée au champ de l´interculturalité qui met en lumière la question du dialogue des cultures, des civilisations et du respect des différences. Pouvons-nous déterminer de nouvelles modalités de communication et de réception des images ?
Les repères d’orientations dictés par une autre culture paraissent modifier la réception et la nature des recherches. La question de l’interculturel, héritée du milieu des années 70 en France et en Europe1, semble remplir un rôle nouveau avec les images médiatiques. Les effets de la mondialisation et la libération des médias à travers l’internet, les chaînes du câble et l’hybridation des supports montrent que la réception des images se ferait de plus en plus à travers l’interaction des cultures.

Haut de page

Texte intégral

Cinéma et enquête culturelle

1À Ouarzazate, ville du sud du Maroc, il est possible de communiquer, d’échanger, d’obtenir des sources importantes d’information et de culture, téléchargement compris grâce à l’internet. Les cyber, lieux « d’interconnexion généralisée », sont fréquentés autant par les adolescents que par toute autre génération. Ils semblent constituer une source importante de réception culturelle, loin devant les autres médias. Ce nouveau moyen de communication favorise également le dialogue interculturel.

  • 2 Naila Amrous, L´interculturalité à l´épreuve de l´Internet : le cas de la francophonie, http://www. (...)
  • 3 Michel Ph. Mattoug, professeur associé à la Hochschule Offenburg (University of Applied Sciences), (...)

2Tel un effet de la mondialisation, Ouarzazate est entrée dans une nouvelle pédagogie du partage, de l´acceptation et du respect de l´autre2 par l’intermédiaire du réseau internet. Mais la question de l’interculturalité et du dialogue des cultures se posait déjà autour du domaine cinématographique. La plupart des chercheurs et critiques précisent que le véritable cinéma marocain aurait débuté en 1970 avec la mise en place d’un courant cinématographique national appelé « modernité cinématographique ». Ce courant emporté par Hamid Bennani se basait par exemple sur l’idée que le cinéma était un moyen de changer la réalité et non pas seulement de l’expliquer ; qu’il était un art, une pensée et une culture et non pas un simple moyen de divertissement ; que le cinéma était aussi un langage, une nouvelle écriture basée sur les signes et usant de l’espace et des lieux selon une esthétique nouvelle. On peut reconnaître dans ces principes une influence de la Nouvelle Vague française des années soixante autant peut être que celle de Cassavetes et du cinéma « underground » à New York dans les années soixante-dix. Si nous rejoignons l’idée « qu’il y a interculturalité dès lors que les repères d’orientation sont fournis par deux ou plusieurs cultures génératrices de sens »3, nous pouvons voir dans le cinéma marocain la perspective d’un métissage des cultures. Précisons que la région de Ouarzazate attire chaque année un nombre important de productions cinématographiques nationales et étrangères par la qualité de ses paysages et l’organisation de ses studios de tournage.

3L’avènement de la Faculté Polydisciplinaire de Ouarzazate (ouverte en 2006) signe aujourd’hui l’implication de l’enseignement supérieur dans la création cinématographique. Elle est porteuse d’espoir pour un renouveau de cette industrie et un encouragement pour un cinéma national dit « nouvelle vague ». En effet, le cinéma, tout autant que la société marocaine, ne doit plus simplement emprunter les autres cultures, mais continuer à évoluer avec les échanges. La formation d’étudiants marocains dans une visée interculturelle doit engager la création d’autres images médiatiques. Que ce soit à travers les documentaires, la fiction ou bien le docu-fiction, le Maroc et Ouarzazate en particulier a une nouvelle carte à jouer dans la mondialisation des médias. Outre ses atouts naturels et les qualités humaines de sa population, Ouarzazate est devenue un site important de cette industrie. Cette région peut devenir un pôle incontournable pour la fabrication des images puis en parallèle être un pôle de formation à la fois théorique et pratique pour enrichir et diversifier l’industrie de l’image.

L’interculturalité des messages

4Lorsqu’on observe l’attitude des étudiants marocains en formation sur l’image cinématographique et audiovisuelle, nous comprenons que la réception des images est tributaire de choix culturels et religieux. L’image représente pour eux une ouverture sur le monde occidental dont les références ne sont pas toujours les mêmes. Face à des images de l’étranger, les étudiants doivent nécessairement composer avec d’autres références souvent très éloignées de leur espace culturel habituel. Même si les milliers de paraboles qui fleurissent sur les toits des villes marocaines engagent ce panachage avec les autres cultures, il est intéressant d’observer les nouveaux codes qui naissent de ses échanges. L’analyse interprétative des étudiants prochainement formés offrira sans doute un regard nouveau sur le cinéma lié à l’enrichissement des interactions culturelles dont ils ont bénéficié. En prenant deux exemples issus de notre enquête, nous pouvons avoir un aperçu des réactions liées à la réception et d’une mise en commun de la communication par l’interaction.

Interprétation et différence culturelle

5Le premier exemple tient compte d’une approche sémiologique de l’image fixe. Lors d’un cours d’analyse de l’image, nous choisissons de travailler sur une photographie qui représente une vue de Bordeaux (Figure ci-dessous).

6Les étudiants vont travailler une attitude contemplative afin de se familiariser avec les différents signes de l’image, essayer de traduire et comprendre le message que cette image donne à la réception. L’interprétation fera doucement son chemin à partir de la mise en combinaison des signes contenus dans cette vue de la ville de Bordeaux. Précisons que les étudiants ne connaissent pas la cité bordelaise. Cette photographie, qui contient cependant des éléments stéréotypés (Pont de pierre, flèche St Michel, place de la Bourse) aura du mal à communiquer sa situation géographique. C’est donc face à une image dont le message est entièrement à traduire que les étudiants se trouvent.

7Sans pour autant reconnaître la ville, ils réussissent :

  • à déterminer la saison de la prise de vue,

  • à reconnaître la particularité architecturale de cette cité (port ou ancien port de commerce),

  • à identifier l’édifice St Michel comme étant une église.

8Ici semble se mettre en place un effet interculturel, la reconnaissance des signes d’une culture européenne par le visuel. Le temps de la prise de vue est parvenu à rejoindre le temps de la réception c’est-à-dire que les étudiants ont su interpréter le message visuel donné par ce cliché, un « ce qui a été » (Barthes) de la ville de Bordeaux au mois de juin. Dès lors, l’image qui s’est donnée à « lire » a permis aux étudiants de découvrir une partie de la ville de Bordeaux (le port en croissant de lune par exemple). En travaillant sur un rapprochement identitaire, ils ont su partager une autre culture, la découvrir et surtout la saisir. Les effets d’une lecture interculturelle montre ici la possibilité d’une réception augmentée du message de l’image, à la fois reconnaissance d’un lieu jusqu’ici étranger, mais aussi sentiment de familiarité avec ce site. Cette interaction a favorisé un rapport similitudes-différences, un rapport intersubjectif qui s’inscrit dans un espace et une temporalité donnés. L’interprétation photographique de la ville a transmis des instructions aux étudiants et a orienté doucement un effet interculturel. La communication entre un message visuel souhaitant être perçu comme une représentation d’une ville française et des étudiants d’une faculté marocaine a donc fonctionné à partir de la reconnaissance des signes contenus dans l’image. Nous pourrions ajouter que l’interculturel fait ici intervenir une dimension d’intégration dans sa fonction de recherche.

9On constate que l’assimilation et la réception de ce message sont fortement liées, de fait, à la proposition visuelle du message. Le langage de l’image a favorisé la mémorisation de ce site, la recherche des signes contenus dans cette vue a permis la réception d’une autre culture. Cette relation réciproque à l’image est sans doute une manière d’analyser la diversité culturelle et une source d’enrichissement mutuel.

  • 4 Oued : mot de la langue arabe désignant la rivière, le fleuve.

10On notera d’ailleurs une réaction amusante faisant écho à un rapport intersubjectif entre le message de cette image et le public récepteur. Un des étudiants a fait un amalgame entre ses connaissances culturelles et la couleur du fleuve Garonne. Pensant comme pour les oueds4 de sa région que la couleur et le débit étaient liés à une crue, il a précisé dans son analyse que la ville avait subi de fortes pluies la veille. Nous savons que la couleur de la Garonne est connue pour cet état boueux lié plus aux marées qu’à une crue et que son débit est constant à l’inverse des oueds du sud marocain. D’autres réflexions ont cependant montré la marque d’une lecture « projection ». Par exemple, avant de soutenir que cette photographie représentée la ville de Bordeaux, les étudiants ont projeté des villes italiennes. La présence de l’eau, l’architecture ont induit en erreur la réception tout en indiquant un effet interculturel lié à la reconnaissance d’une cité européenne. L’effet de réception interculturelle semble s’appuyer, dans cet exemple, sur une projection associant connaissances (culture générale) et réception liée à l’identité culturelle.

Réception culturelle dans Babel

11Le deuxième exemple choisi se rapproche géographiquement des étudiants. L’analyse sémiologique va dévoiler ici d’autres réflexions autour d’une réception interculturelle des images. L’argument du film Babel est selon son réalisateur « d’englober toute l’idée de la communication humaine, ses ambitions, sa beauté et ses problèmes, en un seul mot5 ». A partir de cette problématique, les étudiants vont s’intéresser à la réception de leur culture dans un film qui mêle réalisme et onirisme. Le film de Alejandro Gonzales Inarritu se situe en effet à la croisée de quatre pays6 évoqués à travers une histoire complexe dont le fil conducteur semble être un vieux fusil. Le titre du film fait référence à la Tour de Babel, épisode biblique situé dans la Genèse. Les fils de Noé voulurent élever à Babel (nom hébreu de Babylone) une grande tour pour atteindre le ciel. Dieu, pour punir les hommes, aurait alors anéanti ces efforts, par la création de différentes langues pour les peuples vivant sur terre. Le réalisateur s’est inspiré de la Genèse et ce fut pour lui comme « une métaphore pour le film. Chacun de nous parle sa propre langue, différente des autres, mais nous partageons tous la même structure spirituelle7 ». Deux touristes américains (Cate Blanchet et Brad Pitt) tentent de réconcilier leur couple grâce à des vacances au Maroc. Un malheureux coup de feu va bousculer leur vie, mais servira aussi à renouer cet amour fané. Blessée gravement à l’épaule par un enfant ayant tiré du haut de la montagne, la jeune femme américaine doit subir très vite une intervention. Le bus dans lequel se trouve le couple au moment de l’impact de la balle roule sur la route de Ouarzazate. Autour d’eux il n’y a que la montagne. Trouvant enfin un village, le couple essaie de croire à un miracle par les soins d’un docteur-vétérinaire. Une fois la balle extraite, la jeune femme est allongée sur le tapis dans la pièce sombre d’une maison en pisé, son mari est à son chevet et une vieille dame s’avance vers eux.

12Ici débute la séquence proposée à l’analyse. Un plan américain sur le personnage interprété par Brad Pitt suivi d’un panoramique filé vers la gauche nous indique une présence physique de la caméra et vraisemblablement d’un autre personnage (invisible). Le spectateur entre ainsi dans l’intimité de la scène, un effet de proximité se met en place pour ce qui va suivre, c’est-à-dire un huis clos.

  • 8 Incha Allah : expression religieuse arabe qui signifie si Dieu le veut.
  • 9 Sourate de « La vache ».

13L’œil de la caméra nous guide ensuite vers la veille dame, deuxième personnage qui deviendra le lien de cette scène. La jeune femme américaine apparaît enfin avec un gros plan de son visage qui laisse échapper un léger souffle exprimant sa souffrance. La caméra revient sur l’homme pour une succession de plans rapprochés des trois personnages, le spectateur pénètre lentement dans l’action qui va suivre. La lenteur dans l’exposition des plans rapprochés appelle un gros plan de la vieille dame qui allume une pipe de tradition Amazigh (Berbere). Ici le temps est marqué par une caméra-spectateur qui navigue discrètement, en respectant le calme et la lenteur avec laquelle les personnages agissent. Presque comme une brise qui soufflerait une petite fraîcheur dans cette maison, le rythme de la vie dans la montagne a pris le dessus sur la culture pressée américaine. Les deux personnages se laissent aller, de fait, à une contemplation de la situation. Une harmonie interculturelle se dessine avec comme témoin une caméra qui propose au spectateur de vivre un rythme particulier. Plongée dans une atmosphère sombre, la vision contemplative se construit grâce au personnage invisible (la caméra-spectateur) qui flotte dans la pièce pour en dégager aussi l’essence d’un style de vie, la lente douceur d’un pays qui se laisse aller à la culture du Incha allah8. La faible lumière libère dans cette scène une ambiance calme et représente une gestion de la lumière du désert. La séquence s’arrête ensuite sur un gros plan puis un insert lorsque la jeune femme fume la pipe que lui propose la vieille dame. Un léger travelling optique avant nous désigne sa perte de conscience. La vieille dame (Sfia Ait Brabedhah) est filmée en contre- plongée pendant qu’elle récite dans sa langue un extrait du Coran9 à voix basse sous le regard égaré de la jeune femme. La scène se termine par l’intrusion en hors-champ du dialogue de la séquence qui suit. Cette voix étrangère casse l’intimité qui s’était installée et annonce l’agression de l’extérieur. L’agression est double car elle replonge le spectateur dans une lumière puissante et étouffante, mais le ramène aussi à la réalité d’un car de touristes qui suffoquent. Ces derniers ne veulent pas attendre plus longtemps et souhaitent que le chauffeur remette la climatisation.

14Le film Babel joue dans sa construction sur un montage reportage ou semi- documentaire et les images sont travaillées avec une volonté très réaliste. Les acteurs sont eux aussi représentatifs de la culture de chaque pays, le réalisateur a choisi d’apporter à son film des acteurs non-professionnels.

Travailler avec des non-acteurs a été un vrai challenge, mais cela a aussi rendu tout plus réel. Lorsque nous avons commencé le casting, je me suis rendu compte que les acteurs professionnels au Maroc ne ressemblaient pas à des habitants du désert, parce que leur peau était trop douce, leur look trop travaillé.

  • 10 Georges Balandier, 1985.
  • 11 Raymond Boudon, 1979.

15Le réalisme du film s’inscrit aussi avec la lumière qui expose une réception des conditions de vie dans le sud du Maroc lorsque la saison chaude est là, un besoin de trouver quelques secondes à l’ombre. La chaleur est aussi frappante que le froid de l’hiver, on pourrait parler d’une rudesse de la vie imposée par les conditions climatiques. Au-delà de la diversité des paysages, il est aussi question dans cette région de Ouarzazate d’une diversité de la lumière. Elle permet d’aboutir à des images qui semblent plus « remplies » et chargées d’instructions. Les étudiants marocains de la région de Ouarzazate ont donc pu reconnaître leur culture à travers la réception des images du film et se sentir plus forts dans le travail d’analyse (tatouage, sourate, pipe). L’analyse filmique dans la dimension interculturelle est vécue comme une « science générative10 » et fait intervenir une dimension d’intégration. L’interculturel peut s’y définir comme « un ensemble de propositions formant une base à partir de laquelle se développe une tradition de recherche11 ».

16À la différence de la photographie analysée précédemment, les étudiants ont utilisé leur connaissance culturelle quotidienne pour décrypter et analyser la séquence marocaine du film. La réception interculturelle a servi dans cet exemple à justifier du réalisme des images et à définir la valeur supposée « documentaire » de la séquence. Mis à part un débat sur l’utilisation de la pipe par la vieille dame, les étudiants s’accordent à qualifier cette séquence comme étant proche de leur quotidien, de leur culture. Les premiers résultats de cette enquête aboutissent bien à l’observation d’autres communautés d’interprétation des images, et font évoluer les outils d’analyse de réception. L’ambition de cet article est de partager une expérience de réception à l’interculturel d’outils et de méthodes d’analyse, par un public dont la culture est génératrice d’un sens nouveau ou du moins différent. L’analyse sémiologique des images dans une perspective interculturelle peut favoriser en partie une mise en commun des éléments culturels, et soutenir la réception d’une altérité des signes contenus dans les messages médiatiques. Grâce à l’interculturel, c’est un mode d’interrogation sur les interactions qui semble se mettre en place dans la perspective de dépasser les obstacles de communication.

Haut de page

Bibliographie

Martine Abdallah-Pretceille, L’éducation interculturelle, Ed. PUF, Coll. Que sais-je ?, Paris, 1999.

Naila Amrous, L´interculturalité à l´épreuve de l´Internet : le cas de la francophonie, http://www.arabesques-editions.com/fr/articles/055209.html

Ferréol et Jucquois, Dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles, Ed. Armand Colin, Paris, 2003.

Armand Mattelart, Diversité culturelle et mondialisation, Ed. La Découverte, Paris, 2005. http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=20151.html

Jean-Luc Douin http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-766360,36-775473,0.html

Le Monde du 25/06/06. http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=20151.html

Texte de présentation du 1er Workshop Métiers et Formations en Cinéma et Audiovisuel, Ouarzazate, 13-14 avril 2007.

Haut de page

Notes

1 Le terme apparaît en 1975 et va susciter de nombreuses discussions au Conseil de l’Europe autour du dialogue interculturel, le refus de l’ethnocentrisme, l’adhésion au principe du relativisme culturel et l’intérêt de l’intégration des enfants d’immigrés.

2 Naila Amrous, L´interculturalité à l´épreuve de l´Internet : le cas de la francophonie, http://www.arabesques-editions.com/fr/articles/055209.html

3 Michel Ph. Mattoug, professeur associé à la Hochschule Offenburg (University of Applied Sciences), directeur du Centre Steinbeis de stratégies internationales (Freiburg), 1998.

4 Oued : mot de la langue arabe désignant la rivière, le fleuve.

5 Cf : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=20151.html

6 Maroc, Etats-Unis, Japon, Mexique.

7 Cf : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=20151.html

8 Incha Allah : expression religieuse arabe qui signifie si Dieu le veut.

9 Sourate de « La vache ».

10 Georges Balandier, 1985.

11 Raymond Boudon, 1979.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://map.revues.org/docannexe/image/1163/img-1.png
Fichier image/png, 46k
URL http://map.revues.org/docannexe/image/1163/img-2.png
Fichier image/png, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Girardi, « Enquête sur la réception des études cinématographiques et audiovisuelles au Maroc, effet d’interculturalité », Mise au point [En ligne], 2 | 2010, mis en ligne le 21 novembre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://map.revues.org/1163 ; DOI : 10.4000/map.1163

Haut de page

Auteur

Bertrand Girardi

Docteur de l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux3.
Professeur Assistant, Faculté Polydisciplinaire de Ouarzazate.
Responsable de la filière Gestion de la Production.
Ses dernières publications :
-Lorsque la science entre dans les gratuits sans y être vraiment invité, article pour les Cahiers du journalisme n° 15 Médias et Science, Edition Presses de l’Université de Laval, hiver 2006.
-Images de l’entre-deux : nouvelle identité du cinéma de Kubrick, article pour la revue Médiamorphose n° 16 d’un média…l’autre, avril 2006.
-Les docu-fiction, nouvelle identité ou double pouvoir des images, article pour la revue Figures de l’art n° 11 Les pouvoirs des images, Edition Publication de l’Université de Pau, juin 2006.
-Du corps lumineux à l’imaginaire du documentaire, article pour le numéro “ Penser l’Image entre les Amériques et la France”, revue Visualidade, publication du Master en Art et Culture visuelle de l’Université Fédérale de Goias, Brésil, coordination Rosa Berardo (Brésil), Bertrand Girardi (France), à paraître.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Mise au point sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page